Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 23:00

 

La Sainte Trinité

 

Si difficile à comprendre que soit le mystère de la Très Sainte Trinité, il  “est le mystère central de la foi et de la vie chrétienne” (Catéchisme de l’Eglise Catholique, 234).

 

Ce n’est pas parce qu’il est difficile à expliquer qu’on peut se permettre de s’en moquer, comme fit un de nos auteurs français du “siècle des lumières” (Montesquieu, Lettres Persanes). Ce n’est pas non plus parce qu’il est difficile à expliquer qu’il faut éviter d’en parler.

 

Apparemment, les textes d’aujourd’hui ne nous apportent pas beaucoup d’éléments pour avancer dans la compréhension de ce mystère, tant il est vrai que le mot “Trinité” ne s’y trouve jamais. D’ailleurs, ce mot apparaîtra seulement à partir du IIe siècle avec Tertullien, et ne s’imposera qu’avec l’illustre s.Athanase d’Alexandrie (IVe siècle, concile de Nicée en 325).

 

Mais la Sainte Ecriture contient tous les éléments sur lesquels s’est appuyée la doctrine de la Sainte Trinité, telle que l’Eglise l’enseigne depuis toujours, et que nous professons dans notre Credo. Il y a même beaucoup de textes bibliques qui annoncent cette divine Réalité. Lisons bien les textes de la fête d’aujourd’hui.

 

Dans le livre du Deutéronome, Moïse synthétise aux yeux de tout Israël leur longue marche de quarante années, en leur rappelant qu’en tous ces événements c’est le Dieu tout-puissant qui les guidait : Dieu-Père, comme “origine première de tout et autorité transcendante” et “bonté et sollicitude aimante pour tous ses enfants” (Catéchisme, 239).

 

C’est dans le même passage, un peu plus loin, que Moïse adresse à Israel le fameux “Shema”, qui est resté si cher à la piété juive, et que nous répétons chaque samedi soir à l’heure de Complies : 

 

“Ecoute, Israël ! Yahvé notre Dieu est le seul Yahvé. Tu aimeras Yahvé ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir. Que ces paroles que je te dicte aujourd’hui restent gravées dans ton cœur ! Tu les répéteras à tes fils, tu les leur diras aussi bien assis dans ta maison que marchant sur la route, couché aussi bien que debout ; tu les attacheras à ta main comme un signe, sur ton front comme un bandeau ; tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes” (Dt 6,4-9). Ce respect pour la Parole de Dieu exprime bien tout l’amour filial que Moïse et Israël doivent à Celui qui s’est montré leur Père en toute occasion.

 

Passons maintenant au psaume 32, dont nous lisons quelques versets. Ce psaume est toute une acclamation au Dieu vainqueur, au Dieu Créateur, Roi, Sauveur et Juge : 

 

La terre est remplie de son amour… 

Le Seigneur a fait les cieux… l’univers… 

Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour… 

Le Seigneur est pour nous un appui, un bouclier…

 

Le texte latin de la  Vulgate écrit “miséricorde” pour “amour”, nous rappelant ainsi combien Dieu est “riche en miséricorde” (Eph 2:4), tant son amour est infini. Ainsi ces deux textes du Deutéronome et du Psaume nous montrent l’identité-même de Dieu : Père, Créateur, Amour, comme le redit s.Jean dans son épître : “Dieu est amour” (1Jn 4:16).

 

Quand Jésus commence sa prière sacerdotale au terme de la dernière Cène, son premier mot est celui par lequel un fils s’adresse à son père : “Père, l’heure est venue” (Jn 17:1), et quel fils pouvait le dire plus pleinement que le Fils de Dieu ? Mais ce n’est pas tout : Jésus a voulu que nous aussi, nous pussions nous adresser à Dieu avec ce même terme, dans la prière qu’Il nous a enseignée (“Notre Père…”), et en nous remplissant de l’Esprit d’Amour qui déjà l’unit à Son Père.

 

Voilà ce que maintenant s.Paul nous explique dans l’épître aux Romains : puisque nous avons reçu l’Esprit-même de Dieu, nous sommes unis à Dieu dans cet amour filial que Jésus a pour Son Père. A notre tour, nous pouvons “crier”, dit s.Paul : “Abba”, Père ! et même plutôt : Papa ! Quelle tendresse ! Quelle condescendance de notre Dieu !

 

Mais aussi, de notre part, quelle reconnaissance devons-nous éprouver en pensant à ce Dieu infiniment Père, à ce Père infiniment divin. Le seul Nom de Dieu doit susciter en nos cœurs des sentiments de profonde action de grâce, d’adoration, de respect, et surtout de désir de tout faire pour rester dans cet amour, dont nous pourrons jouir pleinement un jour, dans le face-à-face éternel de la Vie qui ne finit pas.

 

Sainte Thérèse d’Avila écrit que le seul fait de prononcer les deux mots “Notre Père” de la prière dominicale, la faisait ravir en extase.

 

Dans l’évangile enfin, Jésus invite Lui-même les Apôtres (et avec eux toute l’Eglise) à baptiser “au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit”. Notre Catéchisme nous le rappelle en effet : “Par la grâce du baptême, nous sommes appelés à partager la vie de la bienheureuse Trinité, ici-bas dans l’obscurité de la foi, et au-delà de la mort, dans la lumière éternelle” (265).

 

Le mystère trinitaire a suscité des volumes entiers de commentaires, chez les Pères de l’Eglise, principalement pour contrer les déviations de doctrine que certains penseurs trop audacieux s’étaient permis d’exprimer. Jusqu’à aujourd’hui ce mystère ne cesse d’alimenter la plume de beaucoup de théologiens, de religieux et religieuses, comme la bienheureuse Elisabeth de la Trinité (1880-1906). Jamais on n’arrivera à épuiser ce thème, cette divine Source qui ne cesse de couler abondamment. Chaque dimanche nous proclamons notre foi, avec le symbole de Nicée-Constantinople (325-381) qui nous fait redire ces vérités :

 

“Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ; Il procède du Père et du Fils ; avec le Père et le Fils, Il reçoit même adoration et même gloire, Il a parlé par les prophètes.”

 

Même si nous ne comprenons pas totalement ces expressions, nous savons qu’elles sont inspirées, et qu’elles essaient de dire une Vérité divine que les mots humains n’arrivent pas à expliquer dans son essence profonde. 

 

Avec notre Foi, de tout notre cœur, faisons un beau et large Signe de Croix : 

 

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.

 

Amen.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens