Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 21:50

Julián de Cuenca

1128-1208

 

Traditionnellement, Julián naquit vers 1128 à Burgos (Espagne) dans une famille de la noblesse bourgeoise ; récemment on l’a fait naître de parents de Tolède, mozarabes ; il aurait été le fils de Tauro, d’où son nom Julián ben Tauro.

Il reçut les doctorats de philosophie et de théologie à Palencia et, à vingt-quatre ans, enseignait déjà dans cette université. 

Vers 1163, après la mort de ses parents, il revint à Burgos et se retira dans une petite cabane proche du monastère Saint-Augustin et non loin de l’ermitage où avait vécu saint Dominique de Silos (v. 20 décembre). Pendant trois années, il se prépara à recevoir les ordres sacrés et fut ordonné prêtre.

Pendant une vingtaine d’années, il circula dans la région de Cordoue, prêchant avec zèle et aussi avec succès : sa sainte vie, son esprit d’oraison, sa ferveur, attiraient la bénédiction de Dieu sur toutes ses entreprises. Il devint archidiacre de Tolède.

Vers 1188, il fut appelé au siège épiscopal de Cuenca. Cette nouvelle mission ne modifia rien dans la vie personnelle de Julián : profondément humble, il vivait du travail de ses mains, distribuait aux pauvres les revenus de son évêché, recevait chaque jour plusieurs pauvres à table et les servait lui-même.

Plusieurs fois, la Providence pourvut à ses besoins pour lui permettre de faire ses aumônes. Lors d’une épidémie, tous ceux qui pouvaient toucher un de ces petits paniers fabriqués par Julián, étaient guéris (le prodige se vérifia aussi après sa mort).

Julián visita toutes les paroisses de son diocèse chaque année.

Il vécut jusqu’à un âge très avancé et une grave maladie allait le conduire à la mort. Il s’y prépara sereinement, se fit allonger sur un lit de cendres avec une pierre pour chevet.

A ce moment-là, la Sainte Vierge apparut et lui remit une lampe allumée : c’était le signe qu’il avait conservé intacte sa virginité.

Il mourut le 28 janvier 1208 à Cuenca.

De nombreux miracles attestèrent sa sainteté après sa mort, notamment lors d’une translation de ses reliques en 1518 ; un chanoine de Cuenca compta jusqu’à quatorze guérisons en un seul jour.

La canonisation fut promulguée par un Bref pontifical en 1594 et le Martyrologe Romain mentionne saint Julián au 28 janvier.

Les reliques, conservées jusqu’au vingtième siècle, furent profanées en 1936 par les miliciens révolutionnaires, qui brûlèrent le saint corps.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens