Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 07:46

Villana de’ Botti

1332-1360

 

Villana (ce prénom ne doit pas nous faire penser à notre adjectif français, mais à «une personne habitant une villa, une maison de campagne») - Villana, donc, naquit en 1332 à Florence (Italie C), fille d’Andrea, un riche marchand et magistrat.

A treize ans, entraînée par ses pieuses lectures, elle tenta de quitter la maison et d’aller frapper à la porte d’un couvent, mais on la ramena bien vite au domicile familial.

Après la cruelle épidémie de peste noire (1348), quand la vie reprit son cours de plaisirs et de fêtes, Andrea s’employa à marier sa fille avec Rosso di Piero Benintendi. Villana adopta alors un style de vie très mondain, cultivant le soin des parures élégantes et coûteuses.

Un jour qu’elle se regardait dans son miroir, elle y vit un monstre épouvantable, moitié femme, moitié démon, couronné de serpents. Affolée, elle changea de miroir, mais contempla la même chose. Complètement désemparée, elle se mit les habits les plus simples qu’elle put trouver et se précipita à l’église des Dominicains, où elle fit une confession de toute sa vie mondaine. Ayant reçu l’absolution, elle ne désira rien d’autre que racheter le temps qu’elle avait perdu et même aller au-devant des humiliations et réparer ainsi les mauvais exemples qu’elle avait donnés.

Elle désira se faire ermite. Mais son mari s’y opposa fermement. Son confesseur lui conseilla de demeurer à la maison et de se sanctifier par la pratique héroïque de ses devoirs d’état. Ce qu’elle fit.

Elle reçut l’habit du Tiers-Ordre dominicain, mais le porta en-dessous de ses vêtements. Elle s’habitua à lire les épîtres de saint Paul, à veiller, à jeûner, à soulager les pauvres, tentant même d’aller humblement mendier pour eux dans les rues.

Dieu la favorisa de grâces particulières. Elle eut des extases, surtout pendant la Messe. On remarqua souvent une extraordinaire lumière dans sa chambre : elle recevait la visite de Notre-Dame ou de quelque autre Saint. Elle fut célestement informée des malheurs qui s’abattraient sur son père, qui perdit sa fortune et devint malade : elle l’assista avec amour et l’aida à se préparer à la mort. Elle-même eut beaucoup à souffrir, ce qu’elle supportait patiemment en esprit d’expiation.

On la méprisa et on la calomnia : elle laissa dire, supportant aussi ces humiliations en esprit de pénitence.

A ses derniers moments, elle dut encore lutter contre le Démon, qui se présentait à elle sous la forme d’un religieux vénérable, et elle le mit en fuite. Ayant ensuite reçu le Sacrement des Malades et le Viatique, elle se fit lire le récit de la Passion et, aux mots Il inclina la tête et rendit l’esprit, elle s’endormit doucement. Son corps exhala alors un indicible parfum, et cela dura plus d’un mois.

Son mari reçut des grâces lui aussi. Il racontait volontiers que, lorsqu’il se sentait découragé, il allait dans la chambre de son épouse et y retrouvait des forces.

La date exacte de la mort de Villana a été l’objet de recherches. Le Martyrologe a finalement opté pour le 29 janvier de 1360.

Le culte immémorial de la bienheureuse Villana a été confirmé en 1824.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens