Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

 

Antonio Fernández Camacho

1892-1936


 

 

Antonio était né le 24 octobre 1892 à Lucena (Cordoue, Espagne), fils unique de parents pauvres et chrétiens.

Orphelin de père, il vint à Séville avec sa mère en 1901.

Avec l’appui d’un prêtre plein de zèle, il put entrer à l’Ecole Salésienne de la Sainte Trinité, où il voulut ensuite entrer comme novice, tandis que sa mère entra chez les Dominicaines.

Il fit la profession en 1909 et ses études de philosophie à Séville.

Il étudia ensuite deux années à Cordoue et Écija, et revint à Séville pour enseigner.

Après ses études de théologie, il fut ordonné prêtre en 1917. Il célébra sa première Messe chez les Dominicaines où se trouvait sa chère maman et dont il ne voulut jamais se séparer.

Il ne quitta pratiquement jamais Séville, sauf quelques années qu’il passa à Utrera, Ronda et Alcalá de Guadaíra, comme catéchiste, enseignant et conseiller à l’école. Lui qui était le moins porté à l’étude, sut communiquer aux élèves l’enthousiasme de l’étude. 

Don Antonio resta toujours l’enfant innocent qu’il avait été. Il animait une association de saint Louis de Gonzague, organisait des jeux et des pièces de théâtre ; comme prêtre, il était un prédicateur excellent.

Au soir du dimanche 19 juillet 1936, alors que les révolutionnaires avaient réussi à mettre le feu à la charpente de la maison, les pères salésiens sortirent pour aller se mettre à l’abri chez des amis.

Don Antonio, vêtu en paysan, sortit, accompagné d’un jeune élève. Il alla passer la nuit chez d’anciens élèves. Le lendemain, il célébra la Messe à huit heures, en la chapelle de l’Enfant-Jésus de Prague. Après le petit-déjeuner, il fit encore une visite à des amis, à sa vieille maman, et voulait revenir au collège de la Sainte-Trinité, qu’il aperçut en flammes.

Une barricade l’arrêta. On lui demanda ses papiers, qu’il avait oubliés. Un milicien alors le reconnut, et lui tira trois ou quatre coups de pistolet au côté. Don Antonio demanda : Portez-moi aux urgences, que je meurs.

Le jeune qui l’accompagnait courut prévenir les autres Religieux de la maison. On eut juste le temps de porter le blessé un peu plus loin, tout tordu de douleur. On lui écarta la chemise et, en voyant le crucifix et le scapulaire, un milicien cria à un autre : Tu te rends compte ? un fasciste ! Et ils lui tirèrent à bout portant. Don Antonio était tout en sang.

On ne retrouva pas son corps. Il se peut qu’il ait été brûlé dans les braises d’une proche église incendiée. Avant sa mort, il avait dit à ses amis : Quand je mourrai, célébrez beaucoup de messes pour mon âme, mais ne vous préoccupez pas de savoir où iront mes restes mortels.

Don Antonio Fernández Camacho reçut la palme du martyre à Séville, le 20 juillet 1936 et fut béatifié en 2007.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens