Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:00

Giuditta Vannini

1859-1911

 

Giuditta naquit le 7 août 1859 à Rome, de Angelo Vannini et Annunziata Papi.

La famille comptait trois enfants, Giulia, Giuditta et Augusto, mais cette famille fut durement éprouvée par la mort prématurée du papa (1863), qui travaillait à Ariccia au service d’un noble propriétaire, et de la maman (1865), qui s’était remariée.

Les deux petites sœurs furent alors placées dans deux instituts différents, tandis qu’Augusto fut accueilli par son oncle maternel.

Giuditta se trouvait donc chez les Filles de la Charité de saint Vincent de Paul, originaires de France, dans leur maison Torlonia de Rome, où on apprenait l’italien, le français, le chant, l’économie domestique, la broderie, outre toutes les matières de l’école primaire. En été, on partait dans la maison Torlonia de Castelgandolfo.

Giuditta reçut la Confirmation et la Première communion en 1873. A partir de ce moment, son idée fixe fut de se consacrer à Dieu, même si son frère Augusto pensait gentiment la faire venir dans la famille pour la sortir de la solitude.

En 1883, Giuditta entra chez les Filles de la Charité à Sienne comme postulante, et reçut l’habit. Mais sa mauvaise santé motiva sa sortie de l’Institut ; en plus, elle était mal «notée» : Elle  n’a rien d’une sainte, elle a mauvais esprit et n’est pas sincère du tout. Mais on lui reconnaît tout de même des qualités : Une piété solide, appuyée sur une forte volonté.

Elle fut recueillie chez les Sœurs Sacramentines à Rome, où son comportement fut exemplaire, sans jamais un mot de plainte ; une nouvelle expérience chez les Filles de la Charité, à Portici, fut à son tour négative. Cette situation fit grandir en Giuditta la vocation à comprendre et servir ceux qui souffrent.

De retour à Rome, la rencontre avec le père Luigi Tezza, des Camiliens, l’aida à concrétiser son idéal. Le bon Père comprit que, ne trouvant aucune congrégation à son goût, Giuditta n’avait plus qu’à en fonder une. Il lui proposa de fonder une communauté féminine dans l’orbite des Pères Camiliens, pour s’occuper spécifiquement des malades.

Giuditta sentit en elle une grande paix à cette idée des Filles de Saint Camille. Avec deux autres compagnes, elles furent les trois premières postulantes en janvier 1892, vêtirent l’habit des tertiaires camiliennes avec la croix rouge et Giuditta prit le nom de Maria Giuseppina.

La nouvelle famille comptait déjà une quinzaine de religieuses dans l’année.

En 1893, Giuditta-Giuseppina fit sa profession religieuse, avec le vœu camilien de service aux malades même au péril de la vie, et fut nommée supérieure. Une maison s’ouvrait aussi à Cremona tandis qu’on imprimait les Règles et les Constitutions.

En 1894, l’Œuvre prend le nom officiel de Pio Conservatorio.

Sans y avoir jamais pensé et sans l’avoir voulu, Giuseppina se retrouvait supérieure, et fut confirmée dans cette position en 1908.

En 1909, le Pio Conservatorio, déjà bien connu et florissant, devenait une congrégation de droit diocésain, comptant cent-vingt-quatre membres dans seize maisons en Italie, en France, en Belgique, en Argentine.

En août 1910, Giuseppina devait s’embarquer à Gênes pour aller visiter les maisons d’Amérique, quand elle ressentit une profonde fatigue qui l’obligea à retourner à Rome. Le repos s’imposait, mais le mal mystérieux empirait.

Giuditta-Giuseppina mourut le 23 février 1911.

Son corps repose dans l’église des Filles de Saint Camille à Grottaferrata.

Giuditta-Maria Giuseppina Vannini a été béatifiée en 1994, canonisée en 2019.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens