Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Jaume Morella Bruguera

1898-1936

 

Jaume naquit à Osor (Sant Pere de Oosor, Girona, Espagne) le 25 novembre 1898.

En 1914 il entra au collège des Frères Maristes de Arceniega, où il reçut l’habit et prit le nom de Jaume Ramón.

Il professa en 1915 et fit les vœux solennels en 1920.

Il enseigna à Sabadell (1916), Barcelona (1919), Valencia (1920), Barcelona (1925), Sabadell (1930), avant de rejoindre Barcelona (1934) à la maison éditrice FTD.

Jaume aimait enseigner, mais il voulait toujours plus et se fatiguait à exiger davantage de ses élèves. Trop fatigué il demanda une occupation plus tranquille.

En juillet 1936, il se trouvait donc dans cette maison d’éditions, le jour où elle fut incendiée, le 19 juillet. Il tenta de se réfugier chez des parents, mais fut arrêté et mis en prison.

Jaume fut ainsi du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Ramón Mill Aran

1909-1936

 

Ramón naquit à Castellserà (Lleida, Espagne) le 3 mars 1909.

En 1920, il entra au collège des Frères Maristes de Vic, où il reçut l’habit et prit le nom de Vulfrano.

Il professa en 1925 et fit les vœux solennels en 1930.

Il fut envoyé enseigner à Centelles, Vic, Igualada, Sabadell, Mataró, Girona, Alcazarquivir  et Larache (Maroc), La Mercè (Girona).

Lors du soulèvement de juillet 1936, il reçut des Supérieurs l’invitation à venir de Girona à Barcelone.

Il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France. 

Avec tous les autres Frères, il fut assassiné le 8 octobre 1936.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Antoni Roig Alibau

1891-1936

 

Antoni naquit à Igualada (Barcelone, Espagne) le 6 février 1891.

Vers 1903 il entra au collège des Frères Maristes de Vic, où il reçut l’habit et le nom de Antolí.

Il professa en 1907.

On l’employa à la sacristie et à la confection des habits, des charges humbles qu’il assumait avec plaisir.

Il passa une épreuve forte et douloureuse en 1909 à San Andrés de Palomar. Lors de la Semaine tragique où l’église fut profanée, il réussit à prendre avec lui le ciboire rempli des saintes Hosties et à se cacher dans un confessionnal, plusieurs heures, sans qu’on eût l’idée d’aller voir dedans. Il fut ainsi sain et sauf, mais ses cheveux blanchirent d’un coup.

En 1936, il fut incarcéré pendant un mois à Gerona, puis mis en «liberté conditionnelle», avec permission de gagner son pays.

Puis on l’invita à passer en France et, pour cela, à se rendre à Barcelone pour embarquer.

Il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936.

On put reconnaître le corps du Frère au cimetière de Montcada.

Il fut béatifié en 2007.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

 

Mariano Alonso Fuente

1881-1936

 

Il naquit le 21 novembre 1881 à Castrecías (Burgos) et entra au noviciat des Frères Maristes en 1897, avec le nom de Laurentino (Laurent).

L'apostolat commence dès 1899 à Cartagena. Au début, il lui est difficile de maintenir la discipline, mais peu à peu son caractère franc et égal, sa bonté et sa science, lui gagnent l'estime générale.

En 1905, il est directeur à Cartagena, suscitant l'admiration de l'Assistant Général qui offre aux Frères une excursion à Orán (Argelia).

En 1912, il prend la direction du collège de Burgos, un des plus importants d'Espagne. Il y forme de jeunes Frères, leur communique sa dévotion au Sacré-Coeur.

Puis il est nommé Visiteur pour l'Espagne.

En 1928, il doit diriger toute cette province d'Espagne, qui compte plus de soixante maisons, et quelque huit cents Frères.

Devant les moments tragiques qui s'annoncent, le Frère Laurentino encourage les Frères, leur remonte le moral, les exhorte, leur transmet courage et audace pour affronter les dangers ; il crée même de nouvelles maisons à Séville, Cordoue, Huelva.

Arrive la révolution de juillet 1936.

Le 3 octobre, le Frère Laurentino envoie un collègue à Murcia pour secourir les Frères qui sont en prison. Il lui dit de prendre avec lui le Saint Sacrement et de rappeler aux Prisonniers qu'il les confie sans cesse à la Sainte Vierge.

Il eut la possibilité de fuir en Italie, mais il préféra rester sur place avec ses Frères. Il arriva à faire passer en France une bonne centaine de jeunes Frères, mais une centaine d'autres, y compris lui-même, furent pris au piège des révolutionnaires : au lieu de rejoindre la France sur le Cabo San Agustín, comme on le leur avait promis, ils y furent arrêtés au soir du 7 octobre 1936 : durant la nuit, quarante-six d'entre eux, dont Laurentino, furent assassinés dans des cimetières de Barcelone.

Ces quarante-six Martyrs sont commémorés au Martyrologe le 8 octobre. 

Ils ont été béatifiés en 2007.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

 

Trifón Nicasio Lacunza Unzu

1891-1936

 

Il naquit le 3 juillet 1881 à Ciriza (Navarra) et entra au juniorat des Frères Maristes en 1903, là où se trouve déjà son frère aîné, Sixto, et prit le nom de Virgilio.

Il fit des études très brillantes, et obtint la licence de Philosophie et Lettres, section Histoire et Géographie.

En 1908, il fut nommé à Burgos, où il devint directeur du collège avec plus de six-cents élèves. Quand il apprit la nouvelle, il se mit à pleurer, se qualifiant du moins méritant de la communauté.

Il avait une profonde dévotion pour la Sainte Vierge, et savait cultiver une saine allégresse qui se communiquait.

Dès 1918 il eut l'initiative de doter le collège d'une véritable salle de cinéma, où il projetait des films intéressants.

En 1932, à cause des lois anti-chrétiennes, il créa la société civile La Cultural, qui devenait responsable du collège,  lequel n'était plus officiellement régi par des Religieux, mais par des professeurs laïcs et des Frères « sécularisés ». Le collège prenait à son tour le nom de Lycée Zorrilla. On en profita pour mettre en sécurité tout le matériel précieux et la bibliothèque du collège.

En 1936, il remplaça le directeur du collège de Murcia, et devait ensuite remplacer le Frère Laurentino (voir la notice).

Lors de la révolution de juillet , il se trouvait à Barcelone.

Il reçut la mission de faire passer en France les jeunes Frères : plus de cent traversèrent ainsi la frontière, le 5 octobre 1936.

Une centaine d'autres, y compris lui-même, furent pris au piège des révolutionnaires : au lieu de rejoindre la France sur le Cabo San Agustín, comme on le leur avait promis, ils y furent arrêtés au soir du 7 octobre 1936 et conduits à la prison San Elías : durant la nuit, quarante-six d'entre eux, dont Virgilio, furent assassinés dans des cimetières de Barcelone.

Ces quarante-six Martyrs sont commémorés au Martyrologe le 8 octobre. 

Ils ont été béatifiés en 2007.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Aniceto Falgueras Casellas

1879-1936

 

Il naquit à Salt (Gerona) le 16 avril 1879.

Entré en 1893 chez les Frères Maristes à Canet de Mar, il prit le nom de Anselmo.

En 1899, il fut envoyé au Mexique pour fonder le premier collège mexicain, à Guadalajara, où il resta jusqu’en 1909.

Revenu en Espagne, il fut envoyé au collège des Frères Maristes de Vic, comme économe. Il savait récupérer les restes du réfectoire pour les donner aux gamins de la Barceloneta ou de San José de la Montaña, profitant de l’occasion pour les catéchiser.

A Vic, la communauté n’était pas très favorisée, mais l’habile gestion du Frère Anselmo fit qu’on n’y manqua jamais du nécessaire pour vivre.

Lors de la révolution, il mit à l’abri les jeunes et les Frères en différentes maisons de Pla del Vic. Le 30 juillet 1936, le collège ayant été réquisitionné par les révolutionnaires pour en faire leur tchéka, il partit pour Barcelone, mais voyant l’insécurité qui y régnait, il revint à Vic.

Apprenant qu’un bateau allait partir pour la France avec ses Confrères maristes, il les rejoignit, le 7 octobre. Mais c’était un traquenard des révolutionnaires ; en réalité, tous ceux qui se réunirent là furent arrêtés et conduits à la prison San Elías, d’où on les fit sortir pour les exécuter au cimetière de Barcelone.

Ainsi furent abattus quarante-six Frères maristes.

Ce martyre eut lieu le 8 octobre 1936.

Ces quarante-six Martyrs furent béatifiés en 2007.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Néstor Viva Valdivielso

1910-1936

 

Néstor naquit à Estépar (Burgos, Espagne) le 4 mars 1910.

Dès 1920 il entra au collège des Frères Maristes de Vic, au terme duquel il fut nommé préfet et responsable du vestiaire des jeunes à Las Avellanes. 

Lors de sa profession, il prit le nom de Alberto María.

Son entrain communicatif et son amour de l’ordre firent l’unanimité autour de lui.

Puis il fut nommé au collège de Valldemía (Mataró).

L’été 1936, il fut quelques jours dans sa famille ; aux nouvelles qui parvenaient de la Catalogne, on voulait le retenir, mais lui protesta doucement : Non, je ne reste pas ici. Mon poste est là-bas. Même si nous ne devons pas nous revoir, que la volonté de Dieu soit faite. C’est Lui qui m’aidera.

Il ne devait pas revoir son père et ses frères. Il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, à Barcelone, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936

Ils furent béatifiés en 2007.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

John Adams

1543-1586

 

John naquit autour de 1543 à Winterborne St Martin (Dorset, Angleterre).

Après avoir été d’abord ministre dans le culte protestant, il entra dans l’Eglise catholique et vint à Reims pour se préparer au sacerdoce, qu’il reçut à Soissons en 1580.

Au printemps suivant, il commence sa mission en Angleterre. On connaît peu de choses sur son activité dans le Hampshire. 

Il se peut qu’il ait été arrêté une première fois à Rye peu après son arrivée en Angleterre, et qu’il se soit échappé.

Voici une description qu’on fit de lui en 1583 : C’est un homme d’environ quarante ans, de taille moyenne, avec une barbe noire, un regard vif et des yeux noirs. C’était un très bon controversiste, franc, très pieux, et surtout un homme dur au travail. Il travailla avec beaucoup de zèle à Winchester et dans le Hampshire, où il vint en aide à beaucoup, spécialement dans les classes pauvres.

Arrêté à Winchester, il fut conduit à Londres et arriva à la prison de Ma    rshalsea le 7 mars 1584. A l’époque, la sentence était le bannissement : John fut banni avec environ soixante-douze autres prêtres.

Arrivé à Reims le 14 novembre 1585, il repartit immédiatement pour l’Angleterre.

De nouveau arrêté, cette fois-ci il fut envoyé à la prison Clink près de Londres, le 19 décembre 1585, mais comme on peut l’imaginer, le traitement qu’il y reçut ne fut pas tendre, d’autant plus qu’à partir de cette année-là, une décision parlementaire avait été prise, selon laquelle c’était un crime capital d’être prêtre catholique en Angleterre.

John fut donc condamné à être «pendu, éviscéré et écartelé», et fut exécuté à Tyburn le 8 octobre 1586.

Avec lui furent aussi exécutés deux autres prêtres, John Lowe et Robert Didbale, et peut-être aussi son propre frère, mais on n’en est pas sûr.

John Adams, John Lowe et Robert Didbale furent béatifiés en 1987 et sont nommés au Martyrologe le 8 octobre.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

 

Florentino Redondo Insausti

1885-1936

 

Il naquit à Cárcar (Pamplona), le 14 mars 1885.

Entré au collège des Frères Maristes à Canet de Mar en 1898, il prit le nom de Leopoldo José et fit la première profession en 1902.

En 1903, il part pour l’Argentine, où il restera douze années à Mar del Plata, Caseros, Luján.

En 1907, il fit la profession solennelle.

En 1915, il est envoyé en Italie : Grugliasco, Ventimiglia, Mondoví.

En 1920, il revient en Espagne, à Mataró (Valldemía), où il restera jusqu’à la fin de sa vie, comme tailleur et infirmier.

Les témoins de sa vie religieuse sont unanimes à relever en lui autant son silence que sa disponibilité toute souriante pour rendre service aux autres.

Voici un conseil qu’il donnait à sa sœur Leonora : Si je peux te donner un conseil, c’est de passer plus de temps à remercier Dieu pour les grâces que tu en as reçues, que pour lui en demander d’autres.

Au moment de la révolution de 1936, apprenant qu’un bateau allait partir pour la France avec ses Confrères maristes, il les rejoignit, le 7 octobre. C’était en réalité un traquenard des révolutionnaires : tous ceux qui se réunirent là furent arrêtés et conduits à la prison San Elías, d’où on les fit sortir pour les exécuter au cimetière de Montcada (Barcelone).

Ainsi furent abattus quarante-six Frères maristes, le 8 octobre 1936.

Ces quarante-six Martyrs furent béatifiés en 2007.

Partager cet article

Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

 

Casimiro Riba Pi

1877-1936

 

Il naquit à Rubí (Barcelone) le 14 septembre 1877, en la fête de la Sainte Croix.

Entré chez les Frères Maristes en 1893 à Canet de Mar, il prit le nom de Bernabé en 1895..

Il exerça son activité à Gerona, Lleida et Barcelone. 

Après avoir fondé le collège de Garriga (1903), il devint directeur à Girona, Igualada et Badalona.

Au moment de la révolution de 1936, il rentra dans son pays, où son frère, un sympathisant de gauche, pouvait l’héberger apparemment sans problèmes. Mais apprenant qu’un bateau allait partir pour la France avec ses Confrères maristes, il les rejoignit, le 7 octobre. Mais c’était un traquenard des révolutionnaires ; en réalité, tous ceux qui se réunirent là furent arrêtés et conduits à la prison San Elías, d’où on les fit sortir pour les exécuter au cimetière de Barcelone.

Ainsi furent abattus quarante-six Frères maristes.

Ce martyre eut lieu le 8 octobre 1936.

Ces quarante-six Martyrs furent béatifiés en 2007.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens