Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:16

Martín Lozano Tello

1900-1936

 

Il vit le jour le 19 septembre 1900 à Corral de Almaguer (Tolède, Espagne), de Román et Carmen.

Martín fut le guide de son papa, qui était aveugle, mais fut orphelin de ses deux parents dès huit-dix ans.

Attiré par la vie religieuse, il entra au collège des Franciscains à Belmonte en 1913, reçut l’habit à Pastrana en 1916 et y fit la première profession en 1917 ; après la profession solennelle en 1921, il acheva la théologie à Consuegra et fut ordonné prêtre en 1925.

Il étudia l’Ecriture Sainte à Rome et Jérusalem et passa la licence en 1929, puis enseigna à Consuegra, Quincy (Illinois, USA) et Consuegra.

Il fut un moment «maître de discipline», mais son caractère timide et introverti lui fit renoncer. Il préférait l’étude, mais surtout sa vie religieuse. On lui proposa d’ouvrir une école dans son pays, et de quitter l’Ordre ; sa réponse fut claire : Je suis au service de Dieu et des supérieurs ; franciscain, je mourrai franciscain. 

Il enseigna donc principalement l’Ecriture Sainte, et rédigea une Page biblique dans la revue franciscaine.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Quelqu’un lui fit remarquer que sortir dans la rue avec son habit l’exposait à se faire tuer. Il répondit : Je garderai mon habit. Quand ça leur fera plaisir, ils pourront faire de nous ce qu’ils voudront. Il fut exaucé, lorsqu’il reçut les balles ennemies, le 16 août 1936.

Le père Martín fut béatifié en 2007.

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:15

Domingo Alonso de Frutos

1900-1936

 

Domingo vit le jour le 12 mai 1900 à Navares de Ayuso (Ségovie, Espagne), un des dix enfants de Pedro et Fernanda. Les parents étaient pauvres en moyens, mais riches de foi chrétienne.

Ce qui passionnait leur fils, n’était pas le travail des champs, mais l’étude et l’Eglise.

Domingo entra en 1912 au collège franciscain de Belmonte, prenait l’habit en 1915 et fit la première profession en 1916. Il fit la philosophie à La Puebla de Montalbán, professa à Pastrana en 1921, commença à Consuegra la théologie qu’il acheva à l’université de Manille (Philippines), où il fut reçut docteur en théologie et ordonné prêtre en 1924.

Son activité primordiale fut l’enseignement de la théologie dogmatique à Consuegra, sauf une période de deux ans à Quincy (Illinois, USA), sans oublier la rédaction d’articles pour les revues franciscaines et ses activités spirituelles.

Concernant les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains Martyrs de Castille

On y ajoutera cette anecdote : il était déjà monté dans le camion qui emmenait les Religieux à l’endroit de leur exécution ; or, le père Domingo n’était pas dans la liste prévue (peut-être sur intervention d’un de ses amis, qui appartenait à un parti de la gauche), et le milicien prétendait le faire descendre. Le père Domingo répliqua franchement : Domingo ne descendra pas ; Domingo ira là où vont ses Frères. 

Le père Domingo mourut le 16 août et fut béatifié en 2007.

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:14

Víctor Chumillas Fernández

1902-1936

 

Víctor vit le jour le 28 juillet 1902 à Olmeda del Rey (Cuenca, Espagne), un des six enfants de Alfonso et Catalina. Le papa était maçon, la maman infirmière ; elle assistait les mourants, et lui allait les enterrer gratuitement.

Le petit garçon fut bientôt orphelin de son père, et s’habitua, au retour de l’école, à aller avec sa mère vendre du plâtre sur les places ; l’été, il allait battre le grain. A la paroisse, il fut servant de messe. Pour remplacer le chapelet, il avait avec lui de petites pierres, avec lesquelles il priait quand il se déplaçait.

Sur conseil du curé, il entra au collège des Franciscains de Belmonte (Cuenca), en 1914. Il prit l’habit en 1917 à Pastrana, fit les premiers vœux en 1918 à Ávila, étudia la philosophie à Pastrana et la théologie à Consuegra. Profession solennelle en 1923 et ordination sacerdotale en 1925.

Ministre enthousiaste, il travailla et enseigna à Arenas de San Pedro, Alcázar de San Juan, La Puebla de Montalbán, de nouveau Alcázar, Madrid, un an encore à Alcázar, Pastrana, Consuegra en 1931, Madrid de 1932 à 1935, période durant laquelle il dirigea les revues franciscaines Croisade Séraphique et Foyer Antonien. Transféré encore à Almagro, il fut nommé Gardien (Supérieur) à Consuegra. 

Prêtre et professeur, il confessait et enseignait, dirigeait la chorale, composait des poèmes… Infatigable, il était vraiment l’exemple sacerdotal. Un des séminaristes écrivit alors : Il nous est arrivé le Supérieur, c’est un saint.

Un de ses mots familiers était : Tout ce qu’on fait par amour de Dieu et pour Dieu, même difficile, triomphe toujours.

Concernant les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains Martyrs de Castille

Le père Víctor mourut le 16 août et fut béatifié en 2007.

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:02

 Ángel Hernández-Ranera de Diego

1877-1936

 

Il vit le jour le 1er octobre 1877 à Pastrana (Guadalajara, Espagne).

Il eut une vie toute franciscaine : il fréquenta le collège tenu pas les Franciscains, puis entra au noviciat de son pays, où il prit l’habit en 1892 et fit la profession.

Il passa par les couvents de Pastrana, La Puebla de Montalbán, Consuegra (où il fit la profession solennelle en 1897) et Almagro où il fut ordonné prêtre en 1900.

Après cinq années d’apostolat à Almansa, il partit pour les Philippines, dans l’île de Samar, où il fut curé à Allen, Catubig et Laoang.

Il revint en Espagne en 1929, fut vicaire à Alcazár de San Juan en même temps que professeur au séminaire, vicaire ensuite à Quintanar de la Orden (1932), à Consuegra (1935).

Partout le souvenir qu’il laissa fut celui d’un prêtre saint et zélé. Ses élèves prenaient vraiment exemple sur lui pour se préparer au sacerdoce. Lui-même ne cachait pas son désir d’être martyr pour le Christ.

Il fut exaucé, lorsqu’il reçut les balles ennemies, le 16 août 1936.

Le père Ángel fut béatifié en 2007. 

Ángel Hernández-Ranera de Diego

1877-1936

 

Il vit le jour le 1er octobre 1877 à Pastrana (Guadalajara, Espagne), de Félix et Manuela, qui le firent baptiser le lendemain, fête des Anges Gardiens, ce qui explique son prénom.

Il eut une vie toute franciscaine : il fréquenta le collège tenu par les Franciscains, puis entra au noviciat de son pays, où il prit l’habit en 1892 et fit la profession.

Il passa par les couvents de Pastrana, La Puebla de Montalbán, Consuegra (où il fit la profession solennelle en 1897) et Almagro où il fut ordonné prêtre en 1900.

Après cinq années d’apostolat à Almansa, il partit en 1906 pour les Philippines, dans l’île de Samar, où il fut dix ans curé à Allen, cinq ans à Catubig et cinq autres à Laoang.

Il revint en Espagne en 1929, fut vicaire à Alcazár de San Juan en même temps que professeur au séminaire, vicaire ensuite à Quintanar de la Orden (1932), à Consuegra (1935).

Partout le souvenir qu’il laissa fut celui d’un prêtre saint et zélé. Ses élèves prenaient vraiment exemple sur lui pour se préparer au sacerdoce. Lui-même ne cachait pas son désir d’être martyr pour le Christ.

Il fut exaucé, lorsqu’il reçut les balles ennemies, le 16 août 1936.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Le père Ángel fut béatifié en 2007.

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:01

Antonio María Rodríguez Blanco

1877-1936

 

Il vit le jour le 26 mars 1877 à Pedroche (Cordoue, Espagne), de Francisco et Manuela, qui le firent baptiser dès le lendemain.

Il fit ses études classiques au collège salésien de Utrera, et restera toujours un fidèle coopérateur salésien. Puis il étudia au Grand séminaire de Cordoue, où ses résultats furent très brillants ; il passera aussi la licence de théologie à Séville et celle de droit canonique à Grenade et préparera le diplôme d’enseignement dans les écoles.

Ordonné prêtre en 1901, il fut aumônier des Petites Sœurs de Vieillards Abandonnés et professeur au séminaire.

En 1902, l’année de sa licence de théologie, il fut nommé curé de son pays natal et professeur de théodicée au séminaire.

En 1905, encore bien jeune, il fut nommé curé à Pozoblanco, où il transmit à toute la paroisse un profond esprit religieux, qui fit l’admiration d’un prêtre jésuite de passage en 1907.

Le saint curé s’appliqua à sauvegarder, entretenir et augmenter le patrimoine artistique de sa paroisse, y ajoutant une bibliothèque, un archive : c’est par là que commença son douloureux calvaire, quand il vit la quasi totalité de ce patrimoine détruit, le 15 août 1936.

Le 16 août 1936, il s’en fut chez des cousines pour les rassurer. C’est là qu’une patrouille de miliciens vint le trouver pour l’arrêter. 

Il voulut passer sa soutane, on ne lui en laissa pas le temps ; il dut partir en vêtements civils, disant à ses cousines : Du ciel, je pourrai vous aider davantage.

En route pour le cimetière de Pozoblanco, il croisa une petite fille qui vint lui baiser la main, un de ses servants de messe qui l’embrassa et auquel il dit : Sois bien gentil, Pedro !,  tandis que les miliciens l’insultaient, lui refusaient une goutte d’eau. Au cimetière, il demanda à prier un instant, à genoux, puis leur dit : Je suis à votre disposition. Que Dieu vous pardonne, comme je vous pardonne. Il voulut aller embrasser la grande croix centrale et ainsi mourir, mais ils l’abattirent avant.

Les miliciens le mirent dans une fosse commune, et récupérèrent le chapelet du prêtre, qu’ils portèrent à la famille.

Il fut béatifié en 2007.

 

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:00

Enrique García Beltrán

1913-1936

 

Il vit le jour le 16 mars 1913 à Almassora (Castellón), de Vicente et Concepción, qui le firent baptiser le jour-même.

De son enfance, on remarqua qu’il ne quittait pas l’église. S’il n’était pas à la maison ou à l’école, il était à l’église, à prier ou à rendre quelque service.

Entré dans l’Ordre des Capucins à Massamagrell, il fit la première profession en 1929, avec le nom de Enrique de Almazora, et la solennelle en 1935.

En 1936, il venait d’être ou allait être ordonné diacre, et si les événements ne lui permirent pas d’accéder au sacerdoce, il allait en réalité connaître le martyre.

Le 18 juillet 1936, il dut abandonner le couvent de Orihuela pour se réfugier chez ses parents.

Le 1er août il fut arrêté.

Dans la nuit du 15 au 16 août, il fut conduit avec d’autres prisonniers sur la route de Castellón et, au lieu-dit La Pedrera, on les fusilla. Ils tombèrent en criant Vive le Christ Roi !

Enrique fut béatifié, en 2001.

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:00

Franciscains Martyrs de Castille

† 1936

 

La communauté franciscaine de Consuegra (Tolède, Espagne) comptait trente-deux Religieux : neuf prêtres, dix-neuf étudiants (futurs prêtres), et quatre convers. Vingt-huit d’entre eux subirent le martyre en 1936.

Le 21 juillet 1936, les autorités civiles s’emparèrent des églises et interdirent toute célébration liturgique, même à portes fermées.

Du 21 au 24, les Franciscains furent «prisonniers» dans leur propre couvent, gardés par des révolutionnaires qui les empêchaient de sortir. Ils priaient en silence, se confessaient, et purent célébrer la Messe dans la petite chapelle des étudiants.

Le 24 ils furent expulsés du couvent. Le dernier à partir, le gardien (supérieur), remit les clefs aux employés municipaux. Les Religieux trouvèrent d’abord un accueil fraternel dans les familles alentour.

Entre l’après-midi du 9 août et le 10 au matin, vingt-huit d’entre eux furent mis en prison. Les quatre autres les rejoignirent le 11 août. Ils se retrouvèrent dans une salle de la prison municipale, où ils s’entretenaient sur leur prochain martyre, se demandant pardon les uns aux autres, renouvelant leur consécration à Dieu, recevant du supérieur l’absolution. Ils priaient ainsi : 

Seigneur, notre cœur est prêt. Qu’ils viennent, ceux qui veulent nous faire mourir : quant à nous, nous attendons fermement de recevoir la vie éternelle de la main de Dieu miséricordieux. 

Ensuite, on les transféra à l’église Santa María, de l’ancien couvent franciscain transformée en prison. Ils purent recevoir des visites et des repas de la part des amis et bienfaiteurs.

Le 14, on en libéra trois, à cause de leur grand âge, ainsi qu’un jeune étudiant, parce qu’il était du pays.

Ainsi passa la fête de l’Assomption. Dans la nuit du 15 au 16, les Franciscains furent fait sortir de la prison. Huit d’entre eux furent laissés : ils seraient assassinés un peu plus tard.

Les vingt appelés furent entassés dans un camion qui, escorté par plusieurs voitures, dont celle du maire et de plusieurs élus de la mairie, sortit de Consuegra, traversa Urda et rejoignit Fuente el Fresno (Ciudad Real), au lieu-dit Boca de Balondillo.

Une fois descendus, les Franciscains reçurent l’ordre de s’aligner un peu en-dehors de la route; toujours les mains liées derrière le dos. Le Gardien demanda de les délier, parce qu’ils voulaient mourir les bras en croix, mais ce fut refusé ; il demanda de les fusiller de face et non de dos, et cela fut accordé.

Le père Gardien les invita à prier un ultime Notre Père, et à pardonner aux bourreaux. Puis il dit au maire : Nous sommes prêts à mourir pour le Christ.

Le frère Saturnino s’exclama : Seigneur, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ! (cf. Lc 23:34).

Les tirs commencèrent. Plusieurs crièrent : Vive le Christ Roi ! Vive l’Ordre franciscain ! Seigneur, pardonne-leur !

Il était 4 heures du matin du 16 août 1936.

Ces Martyrs furent béatifiés en 2007.

 

Les 20 Martyrs de Consuegro furent (en ordre alphabétique) :

  • Alfonso Sánchez Hernández-Ranera
  • Anastasio González Rodríguez
  • Andrés Majadas Málaga
  • Ángel Hernández-Ranera de Diego
  • Antonio Rodrigo Antón
  • Benigno Prieto del Pozo
  • Domingo Alonso de Frutos
  • Federico Herrera Bermejo
  • Félix Maroto Moreno
  • José Alvarez Rodríguez
  • José de Vega Pedraza
  • Julian Navio Colado
  • Marcelino Ovejero Gómez
  • Martín Lozano Tello
  • Ramón Tejado Librado
  • Santiago Maté Calzada
  • Saturnino Río Rojo
  • Valentín Díez Serna
  • Vicente Majadas Málaga
  • Víctor Chumillas Fernández

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:00

Amadeu Monje Altés

1906-1936

 

Amadeu vint au monde le 10 avril 1906 à Batea (Tarragona, Espagne).

Il entra dans la Fraternité des Prêtres Ouvriers Diocésains du Sacré-Cœur de Jésus et fut ordonné prêtre.

 

Il reçut la palme du martyre à Gandesa (Tarragona) le 16 août 1936 et fut béatifié en 2013.

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:00

Jean-Baptiste Ménestrel

1748-1794

 

Jean-Baptiste était né le 5 décembre 1748 à Serécourt (Vosges).

Il était chanoine du Chapitre de Remiremont (Vosges).

Déporté des Vosges avec tant d’autres prêtres de France, il fut entassé avec eux à bord du Washington, aux pontons de Rochefort. Le bateau était normalement destiné à la Guyane, mais ne partit jamais et les prêtres vécurent dans les cales du bâtiment, dans des conditions hygiéniques inimaginables.

 

Il mourut ensuite sur l’Ile d’Aix (où l’on se débarrassait des moribonds avant de les y enterrer), le 16 août 1794, et fut béatifié en 1995.

Partager cet article

Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:00

José María Sanchís Mompó

1866-1936

 

Il vit le jour le 8 octobre 1866 à Benifayó de Espioca (Valencia, Espagne), de Gabriel et Vicenta.

Il devint menuisier-charpentier jusqu’à vingt-quatre ans.

Il entra alors au noviciat des Capucins amigoniens (branche refondée par le père Amigó) et fit la première profession en 1890 comme Frère Convers, avec le nom de Gabriel María, et la solennelle en 1896.

Son expérience mûre de la vie et du travail fit qu’en plus de ses activités de menuisier, on lui confia l’administration des couvents où il séjourna, en dernier lieu Godella et Valencia.

Ses Confrères le considéraient comme l’image du vrai frère franciscain, humble, travailleur, respectueux des prêtres.

Le 25 juillet 1936, il dut quitter son couvent et chercha à se réfugier dans son pays natal.

Le 14 août, on vint le chercher manu militari pour le conduire en prison.

Il fut exécuté au lieu-dit La Coma, au petit matin du 16 août 1936, et fut béatifié en 2001.

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens