Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Mali Zhu Wushi

1850-1900

 

Mali (Maria) Zhu Wushi était née vers 1850 à Zhujiahe (Jingxian, Hebei) ; mariée, elle fut martyrisée dans cette même localité, le même jour que les pères jésuites Léon-Ignace Mangin et Paul Denn, le 20 juillet.

 

Elle a été béatifiée en 1946 et canonisée en 2000.

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Mali Zhao Guoshi

1840-1900

Luosa Zhao

1878-1900

Mali Zhao

1883-1900

 

Mali (Maria) Zhao Guoshi, ainsi que ses deux filles Luosa (Rosa) Zhao et Mali (Maria) Zhao, nées respectivement vers 1840, 1878 et 1883 à Zhaojia (Wuqiao, Hebei), furent martyrisées dans cette même localité un jour imprécis de la fin du mois de juillet (mentionnées le 20 juillet au Martyrologe). Luosa était en outre catéchiste.

 

Elles ont été béatifiées en 1946 et canonisées en 2000.

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Mali Zhao Guoshi

1840-1900

Luosa Zhao

1878-1900

Mali Zhao

1883-1900

 

Mali (Maria) Zhao Guoshi, ainsi que ses deux filles Luosa (Rosa) Zhao et Mali (Maria) Zhao, nées respectivement vers 1840, 1878 et 1883 à Zhaojia (Wuqiao, Hebei), furent martyrisées dans cette même localité un jour imprécis de la fin du mois de juillet (mentionnées le 20 juillet au Martyrologe). Luosa était en outre catéchiste.

 

Elles ont été béatifiées en 1946 et canonisées en 2000.


Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Mali Fu Guilin

1863-1900

 

Mali (Maria) Fu Guilin, née vers 1863 à Luopo (Shenzhou, Hebei), subit le martyre à Dailucun (Shenzhou) le 20 juillet.

 

Elle a été béatifiée en 1946 et canonisée en 2000.

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Mali Zhao Guoshi

1840-1900

Luosa Zhao

1878-1900

Mali Zhao

1883-1900

 

Mali (Maria) Zhao Guoshi, ainsi que ses deux filles Luosa (Rosa) Zhao et Mali (Maria) Zhao, nées respectivement vers 1840, 1878 et 1883 à Zhaojia (Wuqiao, Hebei), furent martyrisées dans cette même localité un jour imprécis de la fin du mois de juillet (mentionnées le 20 juillet au Martyrologe). Luosa était en outre catéchiste.

 

Elles ont été béatifiées en 1946 et canonisées en 2000.


Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Chi Zhuze

1882-1900

 

Chi Zhuze, né vers 1882 à Dezhaoin (Shenzhou, Hebei), encore catéchumène, fut martyrisé un jour non précisé de juin ou juillet 1900, à dix-huit ans (le 20 juillet dans le Martyrologe, qui orthographie Xi Guizi).

 

Il a été béatifié en 1946 et canonisé en 2000.

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Baiduo Zhu Rixin

1881-1900

 

Baiduo (Petrus) Zhu Rixin était né vers 1881 à Zhujiahe (Jingxian, Hebei) ; il avait dix-neuf ans au moment de son martyre, à Loujiazhuang (Jingxian, Hebei), le 20 juillet.

 

Il a été béatifié en 1946 et canonisé en 2000.

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Joseph Barsabbas

1er siècle

 

Joseph fils de Sabbas, ou Barsabbas, apparaît dans les Actes des Apôtres au moment où Pierre propose à l’assemblée de choisir un remplaçant à l’Apôtre déchu Judas. C’est le premier acte de Pierre après l’Ascension du Seigneur.

L’épisode est en Ac 1:15-26. Mais de ces versets, seul le verset 23 parle de Joseph, et c’est tout ce que l’Ecriture nous en dira : Joseph, dit Barsabbas, surnommé Justus.

Si le sort était tombé sur lui, nous en aurions peut-être appris un peu plus, quoique même de saint Matthias nous ne savons pas beaucoup de choses certaines.

Ce qui est sûr, c’est que comme Matthias, Joseph était parmi ceux qui ont “accompagné les disciples tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu au milieu d’eux, en commençant au baptême de Jean jusqu’au jour où il fut enlevé”. Ce sont les propres paroles de Pierre. Il est donc probable que tous deux aient été des soixante-douze disciples choisis par Jésus-Christ.

On pourrait supposer que le surnom de Juste a pu être donné à Joseph par son entourage à cause de sa particulière honnêteté, le mot latin iustus signifiant littéralement “conforme au droit”.

D’après l’historien Eusèbe, qui se réfère à saint Papias, “Justus, surnommé Barsabbas, but un poison mortel et par la grâce du Seigneur n’en éprouva aucun mal”.

On rappellera ici le commentaire de saint Jean Chrysostome, qui souligne l’humble douceur avec laquelle Joseph accepta le choix de son “concurrent” Matthias, et resta à sa place sans murmurer.

 

On ne connaît pas son dies natalis et il fut introduit tardivement dans le Martyrologe romain, au 20 juillet actuellement.

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Elie

9e siècle avant Jésus-Christ

 

Prophète de l’Ancien Testament, dont le nom signifie “mon Dieu est Yahvé”, il dut rappeler à l’ordre ses contemporains qui sombraient dans l’idolâtrie.

Pour commencer son action, il annonça : “Il n’y aura, ces années-ci, ni rosée ni pluie, si ce n’est sur ma parole.” Il y eut une grande sécheresse dans le pays et le roi voulut le faire partir : Elie se réfugia près d’un torrent dont il buvait, et Dieu lui envoyait des corbeaux pour lui apporter de la nourriture.

Un jour qu’il mourait de faim après une longue marche, il passa chez une pauvre veuve ; celle-ci lui offrit ce qui lui restait d’huile et de farine pour elle et son petit garçon : en reconnaissance, le prophète lui annonça qu’elle ne manquera jamais d’huile ni de farine jusqu’à la fin de la sécheresse. Il arriva que le petit garçon mourut : Elie se pencha sur lui et obtint de Dieu de le ressusciter.

Il vint ensuite affronter le roi qui l’avait contraint à l’exil et le soumit à un défi : on préparerait un sacrifice de deux taureaux ; les quatre-cent-cinquante “prophètes” de Baal prieraient leur dieu, et lui, Elie, prierait Dieu ; on verrait quand le sacrifice s’enflammerait. Les prophètes de Baal n’obtinrent rien, tandis qu’à la prière d’Elie, le sacrifice fut entièrement consumé par le feu du ciel, y compris l’eau avec laquelle il avait fait arroser par trois fois le sacrifice. A la suite de quoi tout le peuple crut en Dieu, et les quatre-cent-cinquante faux prophètes furent égorgés.

Le prophète disparut d’une manière vraiment extraordinaire. Il marchait avec son disciple Elisée non loin du Jourdain. Elie se trouva soudain séparé de son fils spirituel par un char de feu et des chevaux de feu. Et il monta au ciel dans un tourbillon. Elisée ne le vit bientôt plus.

On peut lire le texte intégral de ces épisodes et d’autres encore dans la Bible, au premier “Livre des Rois”, chapitres 17-21.

 

En Terre-Sainte, à l’extrémité sud-est de la chaîne du mont Carmel, on garde le souvenir du sacrifice d’Elie. Toute la contrée, juifs et chrétiens, rend un culte touchant au saint prophète, qui est fêté le 20 juillet.

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

 

Frumentius

IVe siècle

 

 

Frumentius était encore enfant à Tyr où vivait le philosophe Meropios, son précepteur et peut-être son oncle, ou un parent. Ce dernier l'emmena, lui et Ædesios, dans un voyage qu'il fit en Éthiopie. Les deux jeunes garçons étaient peut-être frères, en tout cas condisciples sous la férule de Meropios.

 

Le voyage achevé, Meropios s'embarqua pour revenir dans sa patrie. Le navire qui le portait avec ses neveux s'arrêta dans un certain port pour y faire les provisions nécessaires à l'équipage. Les barbares du pays pillèrent le navire, et passèrent au fil de l'épée tous ceux qui le montaient. 

 

Les deux jeunes garçons étaient alors assis sur le rivage, sous un arbre,  préparant leur leçon. Les barbares eurent pitié de leur innocence, de leur candeur et de leur beauté et les conduisirent à leur roi, Ella Amida. Le prince éthiopien s'intéressa à leur sort et prit un soin particulier de leur éducation ; il fit d’Ædesios son échanson, et de Frumentius son trésorier et son secrétaire d'État. Étant près de mourir, il leur donna la liberté ; mais la reine les pria de rester et de continuer à l'aider de leurs conseils jusqu'à ce que l'héritier du trône, Aïzan, fût en âge de régner. 

 

Frumentius profita de son autorité pour disposer ce peuple à recevoir la connaissance de l'Évangile, et fit bâtir une église pour les réunions des nouveaux chrétiens. Quand le prince eut atteint sa majorité, Frumentius résigna entre ses mains l'administration du royaume et demanda la permission de retourner dans sa patrie.

 

Ædesios revint à Tyr, où il devint prêtre : c’est là qu’il rencontra l’historien Rufin, dont nous tenons tant de détails.

Arrivé à Alexandrie, Frumentius alla trouver saint Athanase, lui raconta son histoire, lui parla de la chrétienté naissante de l'Éthiopie, des bonnes dispositions de ses habitants, et le supplia d'envoyer un évêque et des prêtres pour travailler à la conversion du peuple entier. Le choix d’Athanase fut facile : plein de joie et d'admiration, il l'éleva promptement au sacerdoce et à l'épiscopat et l'envoya prêcher l'Évangile. 

 

L'évêque fut accueilli avec bonté par le prince, qui se convertit et aida lui-même à éclairer la nation entière. Frumentius fit bâtir de nombreuses églises. Ses miracles ne contribuèrent pas peu au succès de sa mission. 

 

Il eut à souffrir des menées des hérétiques ariens, qui cherchèrent à nuire à son apostolat ; mais il demeura toujours invincible champion de la foi de Nicée et eut l'honneur d'être appelé par le grand Athanase : Père du salut. Le saint évêque continua d'édifier l'Église d'Éthiopie par ses discours, ses vertus et ses miracles, jusqu'à sa mort, à l'âge d'environ cent ans.

 

Le synaxaire (ou martyrologe) éthiopien le nomme à son tour “Père Pacifique”, Abba Salama, parce qu’il a prêché la paix du Christ, et “Révélateur de la Lumière”.

 

Il se trouve actuellement au 20 juillet dans le Martyrologe Romain, jour où il est également fêté par les Éthiopiens.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens