Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 00:00

Tomasa Ortiz Real

1842-1916

 

Tomasa naquit le 12 novembre 1842 à Bocairente (Valencia, Espagne), cinquième de huit enfants de José Ortiz et Tomasa Real, et fit ses études à Valencia, chez les Sœurs de la Sainte Famille de Bordeaux. Elle se montre pieuse, douée en musique et en broderie.

Lors de la Première communion (1852), elle sentit l'appel à la vie religieuse et pensait entrer comme novice chez les mêmes Sœurs, à Valencia.

Son père s'y opposa, en raison de son jeune âge et des circonstances politiques. Une maladie l'empêcha ensuite d'entrer chez les Carmélites déchaussées de Valencia : elle pensa que le Ciel lui montrait ainsi qu'elle n'était pas faite pour le cloître. Un jour à Barcelone, elle perçut cette “certitude” que le Sacré Cœur lui montrait combien les hommes étaient ingrats envers Lui, et lui demandait de l'aider à porter cette croix. Tomasa s'offrit comme victime.

En 1884, lors des inondations dans la province de Murcie, elle s'y rendit avec trois compagnes pour assister les orphelins et les malades du choléra.

Elles commencèrent à vivre en communauté près d'Alcantarilla, mais bientôt ces compagnes allaient de leur côté former les Sœurs de la Bienheureuse Vierge Marie du Carmel, tandis que la pauvre Tomasa demeurait seule avec une autre Sœur. Sur le conseil de son évêque, elle se retira chez les Visitandines de Orihuela pour réfléchir à son projet personnel de nouvelle famille religieuse ; elle eut alors l'inspiration des Sœurs Salésiennes du Sacré-Cœur de Jésus (en abrégé SSCJ), qui devaient s'occuper des enfants orphelins, des malades et des vieillards, pour faire connaître l'amour providentiel de Dieu le Père, et sa manifestation dans le Cœur miséricordieux de Jésus sur la Croix.

Elle-même prit le nom de Pietad della Croce (Piéta de la Croix).

Elle demandait à ses Religieuses d'expliquer par leur exemple l'importance de “Notre Père”, ce Père céleste qui montre son amour au monde entier.

La nouvelle congrégation prit le jour le 8 septembre 1890 à Alcantarilla (Murcia), en la fête de la Nativité de la Vierge Marie ; elle fut approuvée par l'évêque en 1895, puis par le Vatican en 1935, et définivement en 1953.

Les Religieuses œuvrent dans diverses directions, dans le domaine de l'éducation et de l'assistance des malades à l'hôpital. 

Elles sont présentes en Espagne et en Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Chili, Paraguay).

Mère Piéta répétait : Je suis pauvre, et quand je n'ai rien à donner aux pauvres, je leur donne mon âme, mon cœur et mon amour, car l'amour a bien plus de valeur que d'offrir de l'argent.

 

Elle mourut le 26 février 1916 à Alcantarilla et fut béatifiée en 2004.

Partager cet article

Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 00:00

Robert Drury

1567-1607

 

Né en 1567 dans une bonne famille du Buckinghamshire, Robert fut reçu au Collège Anglais de Reims, le 1er avril 1588, puis envoyé au nouveau Collège de Valladolid.

Après son ordination, il retourna en Angleterre en 1593. Il travailla surtout à Londres, où sa science et ses virtus lui valurent le respect de ses Confrères.

Il fut l'un des appellants contre l'archiprêtre Blackwell, et son nom apparaît dans l'appel du 17 novembre 1600.

Le gouvernement invitait les prêtres à reconnaître la reine et son autorité. En 1603 une trentaine de prêtres signèrent une déclaration selon laquelle la reine était bien leur souveraine légitime, qu'ils refusaient l'invitation du pape à être relevés de leurs devoirs envers elle, qu'ils condamnaient les tentatives passées de restaurer le Catholicisme et promettaient de révéler toute conspiration contre le gouvernement dont ils viendraient à être à connaissance. En revanche, pour rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, les prêtres signataires demandaient que le Pape fût reconnu comme le successeur légitime de saint Pierre et le Chef légitime de l'Eglise Catholique du Christ.

La reine se contenta de cette déclaration, mais mourut bientôt après. Le roi James 1er montra dès 1606 qu'il ne pouvait se contenter d'une telle déclaration et qu'au contraire il tenait à être reconnu par le clergé comme le chef légitime de la religion en Angleterre. Cette fois-ci, l'équivoque n'était plus possible, et Robert Drury fut arrêté et condamné comme prêtre catholique.

On retrouva sur lui une déclaration d'un Jésuite qui condamnait la doctrine royale, comme contenant beaucoup de choses contre la Foi et le Salut. L'archiprêtre avait retiré cette déclaration, mais Robert ne le savait probablement pas, et n'aurait de toutes façons pas accepté la proposition du roi James 1er, de sorte qu'il fut condamné à mort et exécuté.

Le père Drury fut exécuté à Tyburn, et l'on sait que les condamnés étaient pendus, éviscérés et écartelés. C'était le 26 février 1606 ou 1607.

 

Robert Drury a été béatifié en 1987, parmi soixante-deux Martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles.

Partager cet article

Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 00:00

Paola Montal Fornés

1799-1889

 

Paola naquit le 11 octobre 1799 à Arenys de Mar (Barcelone, Espagne), aînée de cinq enfants d'artisans très chrétiens. 

Elle a dix ans à la mort de son père et elle doit travailler très jeune ; elle collaborera activement aussi à la catéchèse de la paroisse.

En 1829, à trente ans, elle fonde les Filles de Marie, Religieuses des Ecoles Pies, et ouvre une école à Figueras (Gerona) pour les petites filles. C'était une nouveauté importante, ouvrant aux petites filles, adolescentes et plus grandes, la voie à la formation, à la culture.

Elle-même adopta le nom de Paola de Saint-José-de-Calasanz (sur ce dernier, voir au 25 août) et fit sa consécration le 2 février 1847 avec trois autres Compagnes. 

De son vivant, elle ouvrit sept fondations : Figueras, Arenys de Mar, Sabadell, Igualada, Vendrell, Masnou, Olesa de Montserrat. D'autres s'ouvrirent sous son impulsion : Gerona, Blanes, Barcelona, Soller.

A Olesa de Montserrat, qui fut sa dernière étape, elle resta les trente dernières années de sa vie, répandant autour d'elle cette atmosphère de bonté, de sainteté, qui la firent aimer de toute la population. 

Elle s'éteignit, à presque quatre-vingt-dix ans, à Olesa de Montserrat (Barcelone) le 26 février 1889. A cette date, il y avait déjà plus de trois cents Religieuses dans une vingtaine de maisons fréquentées par près de quatre mille élèves.

 

Paola de Saint-José-de-Calasanz fut béatifiée en 1993, et canonisée en 2001.

Partager cet article

Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 00:00

Alexandre d’Alexandrie

250-326

 

Ce saint prélat vécut au moment de l’apparition de la grave crise christologique arienne. Naturellement doux, affable et modeste, animé d’ailleurs d’un saint zèle, il avait un grand amour de ses frères et spécialement des pauvres. Il eut l’occasion de montrer son esprit de conciliation à l’égard d’Arius, dont les tendances inquiétaient l’évêque ; déjà Arius avait montré des tendances douteuses et avait été chassé par l’évêque Pierre, mais ayant donné des démonstrations de revirement, grâce à l’intervention d’Alexandre, il avait été réhabilité et même ordonné prêtre par Achillas, le successeur de Pierre.

Or l’évêque Achillas mourut très vite après son élection, et reçut pour successeur Alexandre lui-même, ce qui provoqua dans le cœur d’Arius un vif ressentiment, car, selon Théodoret, il briguait ce siège.

Le début de l’épiscopat d’Alexandre fut déjà agité par un certain Cresconius, au sujet de la célébration de la Pâque, sujet récurrent dans toute l’histoire de l’Eglise des premiers siècles ; en outre les mélétiens se manifestèrent contre le nouvel évêque jusqu’à porter leur différend à la cour de l’empereur Constantin. Précisons ici que Mélèce d’Antioche, était un évêque “orthodoxe”, mais élu à ce siège sur instigation des partisans d’Arius, qui le croyaient acquis à leurs thèses. S’apercevant de leur erreur, ils s’étaient révoltés contre l’autorité. Saint Mélèce, qui connut l’exil, fut rétabli et mourut durant le concile de Constantinople, qu’il présidait, en 381 (voir au 12 février). 

Un autre sujet de discussion mit en cause un jeune prêtre, Athanase, qu’on accusait d’avoir abusivement baptisé des camarades lorsqu’il était encore enfant. Alexandre soutint au contraire la validité de ce baptême, pressentant certainement combien ce prêtre serait précieux pour l’orthodoxie contre l’arianisme.

Or Alexandre avait à cœur la doctrine trinitaire juste et il ne ménageait pas sa peine pour enseigner et défendre la Vérité christologique, proclamant que le Fils de Dieu est égal au Père en tout, et que l’Engendré est de même essence que Celui qui engendrait. C’est là qu’Arius se déchaîna et se révéla ouvertement : il publia que le Fils de Dieu n’était qu’une simple créature, et que le Verbe divin n’avait pas été de tout temps. Arius se chercha des partisans au sein même du clergé local. 

Alexandre veillait : d’abord, il essaya la douceur pour ramener Arius ; il l’invita à participer à des discussions, à des conférences publiques, mais en vain. En 320, cent évêques de l’Egypte et de Libye condamnèrent Arius. Ce dernier, loin de se soumettre, passa en Palestine, se faisant passer pour un persécuté. Il réussit un moment à gagner les évêques Eusèbe de Nicomédie et Eusèbe de Césarée. De son côté Alexandre s’efforçait, par ses lettres, d’expliquer la situation réelle et sa propre conduite. Il montra là à la fois une charité pleine de douceur et une fermeté courageuse.

L’empereur, voulant reporter le calme dans l’empire, exhorta les uns et les autres à la pacification. L’évêque Osius de Cordoue fut dépêché pour transmettre son appel. On comprit de part et d’autre que rien ne pourrait être conclu sans un concile général, et c’est ainsi que fut convoqué le Concile de Nicée. Nicée, l’actuelle Iznik, se trouve au nord-est de la Turquie d’Asie, tout près de la Mer de Marmara et de la Mer Noire. 

Le concile eut lieu en 325. 

Malgré son grand âge, Alexandre se rendit au Concile, accompagné d’Athanase. Ce dernier acquit une réelle célébrité par le défense qu’il fit de la sainte doctrine et l’exposé des erreurs d’Arius. Le Concile s’acheva par une condamnation unanime d’Arius, un éloge des Pères à l’égard d’Alexandre, et la reconnaissance de l’autorité du patriarche d’Alexandrie sur tous les diocèses d’Egypte, de Libye et de la Pentapole. 

Alexandre, de retour à Alexandrie, fut accueilli avec joie. Pendant les cinq mois qui lui restèrent à vivre, il s’attacha à réparer les maux causés par l’hérésie et le schisme d’Arius. A sa mort, il aurait désigné lui-même Athanase pour lui succéder (voir au 5 mai). 

 

Une incertitude plane sur la date exacte de la mort d’Alexandre : ce fut probablement le 17 avril 326, jour où les Coptes et les Abyssins célèbrent sa fête, en supposant toutefois que le 17 avril réponde bien au 22 du mois qu’ils appellent Bermude. Cependant on indique aussi comme date de sa mort les derniers jours de janvier, ou de février. On inscrivit finalement Alexandre au 26 février, date retenue par le Martyrologe Romain.

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:00

Antonina De Angelis

1880-1962

 

Née le 24 octobre 1880 à San Gregorio (L’Aquila, Italie centrale), Antonina était l’aînée des huit enfants de Ludovico De Angelis et Santa Colaianni, d’humbles paysans chrétiens dans l’âme, qui la firent baptiser le jour même de sa naissance.

Ce fut une femme forte, qui aidait sa mère dans toutes les besognes quotidiennes, mais aussi son père dans le travail des champs et la vente des produits. Tout ce travail fit qu’elle ne put aller à l’école, mais elle apprit à lire et à écrire en prenant des leçons auprès d’une maîtresse privée.

Sa mère aurait bien voulu, par le mariage de sa fille aînée, avoir des petits-enfants, mais Antonina voulait se consacrer à Dieu.

Grâce à son curé qui lui offrit sa dot, elle entra en 1904 chez les Sœurs de Notre-Dame de la Miséricorde à Savona, où elle prit le nom de Maria Ludovica et fit sa profession religieuse.

En novembre 1907, elle partait pour l’Argentine. Elle s’arrêta à Buenos Aires pour passer Noël avec les Consœurs et joignit La Plata, où on l’attendait dans l’hôpital des enfants. «Hôpital» était un bien grand mot : il consistait alors en deux grandes salles, entourées d’une haie de barbelés.

Son manque de culture fit qu’on la mit d’emblée à la cuisine et la lingerie, mais elle fut tellement diligente dans l’administration, que le docteur la proposa pour administrer l’établissement dans son intégralité : elle conservera cette charge jusqu’à la mort, pendant cinquante-quatre ans !

On aura noté son parler espagnol pas trop académique, fourré d’expressions italiennes et, à l’occasion, de termes de son terroir ; mais elle comprend tout, et réussit très bien à se faire comprendre, tant elle est gentille et patiente.

Ludovica fit de l’hôpital son couvent, elle chercha la sainteté dans l’accomplissement parfait de toutes les «petites choses» ; fournitures, gestion, contacts, nourriture, entretien, tout lui était occasion de rechercher la perfection pour la gloire de Dieu et le bien de tous. Elle fit doter l’hôpital de blocs opératoires. Elle réussit tellement bien que le Ministère de la Santé donna plus tard à cet hôpital le nom de Sœur Supérieure Maria Ludovica.

Sœur Ludovica n’avait pas que cet hôpital dans sa tête : elle fonda un sanatorium à Punta Magotes (Mar del Plata) pour les enfants affectés de tuberculose et de maladies respiratoires, ainsi qu’une grande ferme pour la production de denrées fraîches (lait, légumes, fruits) pour ces petits malades. Et pour que tout fût complet, il y eut un centre de spiritualité, avec église, catéchèse, enseignement, missions populaires, de sorte que tous ces malheureux gamins orphelins, abandonnés, malades, reçurent là, outre des soins cliniques, également une formation scolaire et spirituelle. Pour une femme si peu instruite, Sœur Ludovica se montrait vraiment à la hauteur de sa mission.

Mais comme cela se produit fréquemment, le succès de Ludovica provoqua des jalousies, des critiques, des calomnies même, autant d’épreuves qui s’ajoutèrent douloureusement à ses problèmes de santé : on dut lui retirer un rein en 1935, elle souffrit d’hypertension et d’œdème pulmonaire, le tout «couronné» d’insomnies, qu’elle occupait en cousant des ornements liturgiques ou en surveillant si les petits malades dormaient bien. Elle supportait tout cela sans se départir de son indéfectible sourire, toujours armée de son chapelet à la main.

Une de ses réparties plus caractéristiques était : Il faut faire du bien à tous, peu importe à qui.

Début 1962, on lui diagnostica une tumeur à l’abdomen. Elle répétait très paisiblement : Dieu le veut ! Lui, il sait ce qu’il fait ! Que sa volonté soit faite !

 

Elle mourut saintement le 25 février 1962, et fut béatifiée en 2004.

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:00

Callisto Caravario

1903-1930

 

Callisto était né à Cuorgnè (Turin) le 18 juin 1903, de Pietro et Rosa, de bons parents chrétiens et modestes ouvriers.

Après ses études à Turin, il entra chez les Salésiens en 1918, et quand il connut Mgr Versiglia qui était déjà parti en Chine en 1921, il lui promit de l’y rejoindre, ce qui arriva en 1923. il écrivit à sa mère : Ici, nous les missionnaires, nous apprenons le chinois. A vingt ans, j’apprends à écrire et à balbutier comme un bébé… Chère maman, prie pour ton Callisto, pour qu’il puisse apprendre un peu facilement cette langue qui est si difficile, pour que je puisse faire un peu de bien.

Les événements de Chine ne furent pas favorables aux missions : les Salésiens durent se réfugier au Timor pendant quelques années, puis revinrent en Chine en 1927, mais don Callisto n’était toujours ordonné prêtre. Il dut attendre jusqu’en 1929 pour recevoir le sacerdoce, à Shanghai. Il écrit à sa mère : Avoir un fils prêtre, c’est une grande grâce et un grand honneur. Courage ! au ciel, le Seigneur te récompensera pour tous les sacrifices que tu as faits par amour pour lui.

En 1930, il doit accompagner Mgr Versiglia dans une visite apostolique parmi les fidèles de Lin Chow, que l’évêque n’avait pas revus depuis déjà un certain temps, à cause de la difficulté des déplacements.

Ils partent donc, en train d’abord, puis en barque.

Avec eux de trouvent deux jeunes gens, leurs sœurs Maria (vingt-et-un ans) et Paola (seize ans), et une catéchiste, Clara (vingt-deux ans). S’adjoignirent aussi à eux une catéchiste âgée et un garçon de dix ans.

En chemin des brigands (certains parlent de soldats communistes) les attaquèrent et menaçaient de s’emparer des jeunes filles. L’évêque et le prêtre s’interposèrent ; les brigands les battirent jusqu’à les faire tomber à terre. Ils laissèrent partir la vieille catéchiste, les jeunes gens et le petit garçon, qui purent retourner prévenir d’autres missionnaires et avertir les autorités. 

L’évêque et le prêtre se donnèrent réciproquement l’absolution et exhortèrent les jeunes filles à rester fortes dans la foi. Les brigands firent marcher l’évêque et le prêtre jusque vers Li Thau Tseui. L’évêque les supplia : Moi, je suis vieux, abattez-moi ; mais lui, il est jeune, laissez-le ! On les ligota, on leur arracha leur crucifix et ils furent massacrés sur place à coup de fusil, le 25 février 1930.

Les jeunes filles entendirent cinq coups de feu. Dix minutes après, les bourreaux s’en revinrent vers elles, et elles les entendirent : Inexplicable ! On en a vu bien d’autres, tout le monde a peur de la mort. Mais ces deux-là sont morts heureux, et ces filles ne veulent pas autre chose que mourir aussi…

Ils les emmenèrent sur la montagne, où ils les gardèrent pendant cinq jours. Des soldats retrouvèrent les bandits et les firent déguerpir après un échange de coups de feu. Libres enfin, les jeunes filles purent raconter tout ce qu’elles avaient vu et entendu.

Le père Callisto Caravario avait vingt-six ans. Son dies natalis, avec Mgr Versiglia, est au 25 février.

 

Il fut béatifié avec Mgr Versiglia en 1983, et canonisé avec ce dernier dans le groupe des cent-vingts Martyrs de Chine, en 2000.

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:00

Luigi Versiglia

1873-1930

 

Luigi naquit le 5 juin 1873 à Oliva Gessi (Pavie, Italie du nord).

On ne trouve aucune indication sur sa famille. 

Petit, il servait toujours la messe et les gens le voyaient déjà prêtre. Mais lui n’aimait pas en entendre parler, car il voulait être vétérinaire.

Il connut saint Giovanni Bosco à Turin. Peu avant de mourir, Giovanni Bosco lui dit en le rencontrant : Viens me trouver, j’ai quelque chose à te dire. Malheureusement, Luigi n’en eut pas le temps, car don Bosco mourut peu après.

Luigi changea d’avis, frappé par la cérémonie de remise du crucifix à sept missionnaires.

Entré lui-même chez les Salésiens, Luigi fait la philosophie à l’Université Grégorienne de Rome et reçoit l’ordination sacerdotale en 1885 : il n’a que vingt-deux ans.

Pendant neuf ans, il est directeur et maître des novices à Genzano di Roma.

En 1906, il part pour la Chine. C’est la première mission des pères salésiens en Extrême-Orient, que Giovanni Bosco avait prophétisée.

A Macao, l’évêque lui confie l’orphelinat de l’Immaculée Conception. Mais à cause de la politique anti-cléricale du Portugal, ils doivent quitter en 1910, et s’établissent à Heung Shan (actuelle Zhongshan).

En 1921, Luigi est consacré évêque, et nommé vicaire apostolique de Shiu Chow, où malgré une population parfois réticente, il ouvre plusieurs séminaires, ainsi qu’un orphelinat et un asile de vieillards.

En 1930, il se décide, malgré les difficultés, à aller visiter les fidèles de Lin Chow, en compagnie du père Caravario. Avec eux se trouvent deux jeunes gens, leurs sœurs Maria (vingt-et-un ans) et Paola (seize ans), et une catéchiste, Clara (vingt-deux ans). S’adjoignirent aussi à eux une catéchiste âgée et un garçon de dix ans.

En chemin des brigands (certains parlent de soldats communistes) les attaquèrent et menaçaient de s’emparer des jeunes filles. L’évêque et le prêtre s’interposèrent ; les brigands les battirent jusqu’à les faire tomber à terre. Ils laissèrent partir la vieille catéchiste, les jeunes gens et le petit garçon, qui purent retourner prévenir d’autres missionnaires et avertir les autorités. 

L’évêque et le prêtre se donnèrent réciproquement l’absolution et exhortèrent les jeunes filles à rester fortes dans la foi. Les brigands firent marcher l’évêque et le prêtre jusque vers Li Thau Tseui. L’évêque les supplia : Moi, je suis vieux, abattez-moi ; mais lui, il est jeune, laissez-le ! On les ligota, on leur arracha leur crucifix et ils furent massacrés sur place à coup de fusil, le 25 février 1930.

Les jeunes filles entendirent cinq coups de feu. Dix minutes après, les bourreaux s’en revinrent vers elles, et elles les entendirent : Inexplicable ! On en a vu bien d’autres, tout le monde a peur de la mort. Mais ces deux-là sont morts heureux, et ces filles ne veulent pas autre chose que mourir aussi…

Ils les emmenèrent sur la montagne, où ils les gardèrent pendant cinq jours. Des soldats retrouvèrent les bandits et les firent déguerpir après un échange de coups de feu. Libres enfin, les jeunes filles purent raconter tout ce qu’elles avaient vu et entendu.

Luigi Versiglia a été béatifié en 1983, et canonisé en 2000 parmi les cent-vingt Martyrs de Chine.

 

Les Salésiens célèbrent tous leurs Saints dans une fête commune, le 13 novembre, qui est le jour anniversaire de leur départ de Gênes pour l’Amérique du Sud ; mais le dies natalis de Mgr Versiglia et du père Callisto Caravario est au 25 février.

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:00

Toribio Romo González

1900-1928

 

Toribio naquit le 16 avril 1900 dans le village de Santa Ana de Guadalupe (Jalostotitlán, Jalisco, Mexique), de Patricio Romo Pérez et Juana González Romo. Dès le lendemain, il reçoit le baptême.

La famille est si pauvre, qu’elle s’oppose à ses études de séminaire, préférant qu’il reste à la maison pour travailler aux champs. Mais sa sœur aînée María (les siens l’appelaient Quica) prend sa défense, le remplace aux champs et sait mettre de côté pour payer les études de son frère.

Entré à treize ans au Petit séminaire de San Juan de los Lagos, puis au Grand séminaire de Guadalajara, il fut ordonné prêtre avec une dispense d’âge (en 1922, il avait à peine vingt-deux ans). Bientôt, son jeune frère Román sera aussi ordonné prêtre.

Sa prière constante était : Seigneur, ne me laisse pas passer une seule journée sans l’Eucharistie.

Il fut vicaire en plusieurs paroisses : Sayula, Tuxpan, Yahualica, Cuquio. 

Des lois anti-cléricales interdisaient la célébration des sacrements, la prière du chapelet, de sorte que le ministère devait se faire dans des circonstances difficiles. Turibio se montra un prêtre exemplaire, souffrant et supportant les contradictions sans se plaindre, dans la méditation, dans l’adoration du Saint-Sacrement, dans sa foi totale, dans sa compassion pour les autres (à qui il donnait même le minimum dont il avait besoin).

De ses notes, on peut lire dans quelles situations il se trouva : J’ai dû échapper dix fois aux persécuteurs ; une fois je suis resté deux semaines dehors ; une autre fois, on m’a caché pendant quatre jours dans une cuve étroite et infecte ; une autre fois je suis resté huit jours par tous les temps dans les montagnes…

En 1927, le père Turibio fut envoyé à Agua Caliente (Tequila). Son frère Román, à son tour ordonné prêtre, lui fut donné comme vicaire ; leur sœur María les rejoignit ; il fallait célébrer la messe en cachette, dans une ancienne distillerie. Turibio avait un net pressentiment de sa fin prochaine.

Le 22 février, mercredi des Cendres, Turibio se confessa à son frère et lui demanda sa bénédiction.

Le soir du vendredi 24 février 1928, il terminait la mise à jour du registre paroissial. A quatre heures du matin, il allait prendre un peu de sommeil avant de célébrer la messe.

Mais un délateur l’avait trahi. Des soldats conduits par ce dernier vinrent arrêter le jeune prêtre. Un soldat lui tira une balle, puis une seconde balle qui le fit tomber dans les bras de sa sœur. Puis ils le dépouillèrent de ses vêtements et le transportèrent dans une parodie de procession, jusqu’au village voisin, au milieu des obscénités. 

Les villageois purent s’emparer du cadavre du Martyr pour l’ensevelir dignement le lendemain, dimanche.

Turibio avait écrit dans son journal qu’il offrait son sang pour la paix de l’Eglise.

Le père Turibio est très populaire ; beaucoup de gens viennent prier sur sa tombe et implorer de son intercession les grâces les plus diverses.

 

Il a été béatifié en 1992 et canonisé en 2000 dans le groupe des Martyrs mexicains, qui sont fêtés ensemble le 21 mai, tandis que son propre dies natalis est au 25 février.

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:00

Ciriaco Sancha y Hervás

1833-1909

 

Ciriaco naquit le 18 juin 1833 à Quintana del Pidio (Burgos, Espagne), de Ambrosio Sancha Maestre et Baltasara Hervás Casas, d’humbles paysans.

La maman mourut en 1843.

Ciriaco reçut la Confirmation en 1849 et entra au Séminaire d’Osma en 1852.

Ordonné prêtre en 1858, il compléta ses études à Salamanque, puis fut le secrétaire du l’archevêque de Cuba en 1862.

Il s’occupa activement d’orphelins abandonnés, se méritant le surnom de père des pauvres, et fonda en 1869 une famille de religieuses qui devaient s’occuper des orphelins invalides et abandonnés. Plus tard cette famille prit le nom de Congrégation des Sœurs de la Charité du Cardinal Sancha.

En 1876, il fut nommé évêque de Tolède, puis en 1882 évêque à Ávila ; déjà quatre ans plus tard, il est transféré à Madrid, pour remplacer Mgr Narciso Martínez Izquierdo, qui venait d’être assassiné. De droit, il devenait aussi sénateur.

En 1888 il convoqua le premier Congrès Catholique National. 

En 1892, il fut transféré à Valencia, où il convoqua un Congrès Eucharistique en 1893. Il s’employa à soigner la préparation des prêtres et à renouveler le diocèse par différentes associations et institutions religieuses. En 1893-1894, il est de nouveau sénateur.

En 1894, il fut créé cardinal et promu au siège de Tolède en 1898, devenant du même coup Patriarche des Indes. Il développa une intense activité pastorale et sociale parmi les plus nécessiteux. Il promut les premiers efforts en vue de l’unité des chrétiens.

Suite à un catarrhe gastro-intestinal, il mourut le 25 février 1909, dans la pauvreté qu’il affectionnait, offrant sa vie pour l’Eglise. Sur sa tombe, est écrit : Pauvre il vécut, très pauvre il mourut.

 

Il a été béatifié en 2009, un siècle après sa mort. Le pape l’a défini comme infatigable témoin du Christ, père des pauvres et serviteur de l’unité de l’Eglise.

Partager cet article

Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 00:00

Luolong Bai Xiaoman

1821-1856

 

Luolong (Laurentius) était né vers 1821 à Shuicheng Co (Guizhou, Chine).

Orphelin depuis tout jeune, il travaillait comme saisonnier, dans un village du district de Xilin (Yaoshan), où il se maria et vivait chez les parents de son épouse, n’ayant pas de maison à lui. 

Guidé par le père Auguste Chapdelaine (lui-même martyr quelques jours plus tard, le 29 février), il se convertit et reçut le baptême. Dix jours plus tard il fut arrêté.

Le mandarin le menaça : 

- Si tu ne renonces pas à ta religion, je te ferai couper la tête.

- Le mandarin peut me fair couper la tête, et non seulement la mienne, mais encore celle de ma belle-mère, de ma femme et de ma fille. Renoncer à ma religion, à mon Dieu, cesser de lui adresser des prières, oh non, jamais !

Irrité, le magistrat le fit frapper de trois cent coups, avec une planchette longue de trois pieds, large de trois doigts et épaisse d’un doigt. Puis il le soumit pendant deux heures au supplice Mey-ien-tchouang : les genoux pliés et assujettis à un bâton, les coudes appuyés sur un banc, les mains liées, en dérision pour l’attitude de prière des Chrétiens.

Luolong refusa de renier sa foi et resta fidèle au Christ.

Il reçut le martyre le 25 (26 ?) février 1856, décapité à Su-Lik-Hien (Kwang-Si). Son corps fut abandonné dans les bois environnants pour y être dévoré par les bêtes sauvages.

 

Il fut béatifié dès 1900, et canonisé en 2000 parmi les cent-vingt Martyrs de Chine, qui ont leur fête liturgique le 9 juillet.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens