Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:00

Juan Lucas Manzanares

 

Juan était né le 10 décembre 1913 à Cortiji-Lorca (Murcia, Espagne centre). 

Ils étaient deux frères, que leurs pieux parents eurent l’heureuse idée d’inscrire à l’école des Frères des Ecoles Chrétiennes de Lorca.

A la fin des premières études, en 1928, Juan demandait à être aspirant à Griñón dans cette même Congrégation et, en 1930, devenait le Frère Braulio Carlos.

Il reçut avec fruit toute sa formation, et en fit profiter tout de suite les petits enfants qu’on lui confia d’abord.

Quelquefois, l’obéissance lui coûtait - qui peut dire qu’il soit facile d’obéir ? mais il acceptait sans se plaindre.

En 1931, commencèrent les tristes événements qui mirent l’Espagne en feu. La maison de Griñón fut évacuée et les deux frères revinrent pour un temps dans leur famille. Ils pensaient se réunir à la maison de Lorca, où ils avaient rencontré les premiers Lasalliens, mais ce ne fut pas possible, car ils durent aider aux travaux des champs, en remplacement des ouvriers trop exigeants que les parents ne pouvaient plus payer.

En 1933, Juan et son frère revinrent à Griñón. En novembre, Juan fut envoyé à Puente de Vallecas (Madrid), où il se montra pédagogue extrêmement vigilant envers ses élèves. Il savait mettre près de lui les plus agités, pour mieux les aider, patiemment et doucement.

Sur sa table de professeur, il tenait toujours le livre des Douze vertus du bon Maître, qu’il avait lu maintes fois : même fermé, ce livre lui servait à se rappeler tous les enseignements qu’il avait lui-même acquis et qu’il cherchait à mettre en pratique.

En juillet 1936, il se réfugia dans l’Asile du Sacré-Cœur, bientôt transformé en hôpital. Pendant sept mois, il s’y montra si serviable et si joyeux, qu’on ne remarqua pas qu’il était Religieux. Mais on le dénonça, parce qu’il fréquentait beaucoup les anciens Religieux de la maison.

Le 13 février 1937, deux policiers vinrent l’arrêter.

Le 23 février suivant, on l’emmena à la «tcheka», où il fut fusillé. 

C’est son frère qui retrouva son cadavre, en 1940, dans le souterrain, avec d’autres victimes.

Frère Braulio Carlos avait vingt quatre ans. Son dies natalis est au 23 février.

 

Il a été béatifié en 2013, l’année où il aurait eu cent ans.

Partager cet article

Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:00

Rafaela Ybarra de Arámbarri de Villalonga

1843-1900

 

Rafaela María de la Luz Estefanía naquit le 16 janvier 1843 à Bilbao (Pays Basque, Espagne), de Gabriel María de Ybarra y Gutiérrez de Caviedes et María Rosario de Arámbarri y Mancebo, un foyer aisé qui procura à leur fille une éducation soignée et chrétienne.

En 1861 elle épousa José de Villalonga y Gipuló, un ingénieur, et mit au monde sept enfants, dont deux moururent en bas âge.

Plus tard, à la mort de sa sœur, Rafaela et José recueillirent chez eux les cinq neveux orphelins ; puis s’y ajoutèrent les six enfants de leur bru, eux aussi orphelins.

Aidée par son mari, Rafaela commença à recueillir des enfants pauvres des quartiers de Bilbao, pour leur procurer une formation, une éducation.

Elle soutint l’ouverture d’une maternité à Bilbao, celle de la maison des Sœurs de Marie Immaculée (pour aider les jeunes filles), ainsi que des Sœurs Adoratrices ; puis l’Université de Deusto,  puis une Association en faveur des jeunes filles. Elle visitait les prisons et les hôpitaux.

Elle ouvrit aussi des centres de protection pour accueillir les femmes.

Le 8 décembre 1894, avec trois autres jeunes femmes enthousiastes de cet idéal, elle donna naissance à cette famille qui s’appellerait Congrégation des Anges Gardiens.

En 1897, on posa la première pierre du Collège des Anges Gardiens à Bilbao, qui fut inauguré en 1899.

Mère Rafaela, épuisée et malade, mourut le 23 février 1900, et fut béatifiée en 1984.

 

La fondation comprend actuellement quelques dizaines de maisons en Espagne et en Amérique.


Partager cet article

Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:00

Stefan Wincenty Frelichowski

1913-1945

 

Né le 22 janvier 1913 à Chełmża (Pologne), Stefan fut le troisième des six enfants de Ludwik Frelichowski et Marta Olszewska : trois garçons (Czeslaw, Leonard, Stefan Wincenty) et trois filles (Eleonora, Stefania, Marta). Les parents tiennent une boutique de boulangerie-pâtisserie.

Stefan fut dès l’âge de neuf ans un fidèle servant de messe dans sa paroisse.

En 1927, il entre chez les Scouts, qui seront un peu sa seconde famille : bientôt chef de troupe, il continuera à participer aux randonnées des Scouts durant ses années de grand Séminaire. Il était encore aumônier des Scouts après son ordination sacerdotale, et responsable des Scouts pour toute la Poméranie à partir de 1938.

Membre actif de la congrégation mariale de Chełmża, il entra au séminaire de Pelpin en 1931 et fut ordonné prêtre en 1937. 

Il travailla énergiquement dans le Mouvement de tempérance, qui militait contre l’alcoolisme.

Il fut d’abord secrétaire personnel de l’évêque de Pelpin, puis exerça le ministère sacerdotal à Toruń, tout en continuant des études à l’université de Lwów (l’actuelle Lviv en Ukraine). Il s’occupait activement des enfants et des jeunes, tout en organisant la presse paroissiale et en visitant les malades.

Il fut activement recherché par la Gestapo, car ses activités lui donnaient une grande influence sur la jeunesse.

Arrêté par la Gestapo une première fois le 11 septembre 1939 puis libéré, de nouveau arrêté le 18 octobre avec plusieurs centaines de personnes, il fut successivement interné dans les camps de concentration de Stutthof, Grenzdorf, Sachsenhausen et Dachau : là, il se dépensa à organiser en secret la prière et la célébration de la messe, confessant et donnant la communion aux prisonniers.

C’est dans ce dernier camp qu’il mourut du typhus, le 23 février 1945, peu de temps avant la fin de la guerre, dans sa trente-troisième année.

Les autorités du camp firent brûler son corps.

Stefan Wincenty Frelichowski est le céleste Patron des Scouts de Pologne.

Il a été béatifié en 1999.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:00

Giuditta Vannini

1859-1911

 

Giuditta naquit le 7 août 1859 à Rome, de Angelo Vannini et Annunziata Papi.

La famille comptait trois enfants, Giulia, Giuditta et Augusto, mais cette famille fut durement éprouvée par la mort prématurée du papa (1863), qui travaillait à Ariccia au service d’un noble propriétaire, et de la maman (1865), qui s’était remariée.

Les deux petites sœurs furent alors placées dans deux instituts différents, tandis qu’Augusto fut accueilli par son oncle maternel.

Giuditta se trouvait donc chez les Filles de la Charité de saint Vincent de Paul, originaires de France, dans leur maison Torlonia de Rome, où on apprenait l’italien, le français, le chant, l’économie domestique, la broderie, outre toutes les matières de l’école primaire. En été, on partait dans la maison Torlonia de Castelgandolfo.

Giuditta reçut la Confirmation et la Première communion en 1873. A partir de ce moment, son idée fixe fut de se consacrer à Dieu, même si son frère Augusto pensait gentiment la faire venir dans la famille pour la sortir de la solitude.

En 1883, Giuditta entra chez les Filles de la Charité à Sienne comme postulante, et reçut l’habit. Mais sa mauvaise santé motiva sa sortie de l’Institut ; en plus, elle était mal «notée» : Elle  n’a rien d’une sainte, elle a mauvais esprit et n’est pas sincère du tout. Mais on lui reconnaît tout de même des qualités : Une piété solide, appuyée sur une forte volonté.

Elle fut recueillie chez les Sœurs Sacramentines à Rome, où son comportement fut exemplaire, sans jamais un mot de plainte ; une nouvelle expérience chez les Filles de la Charité, à Portici, fut à son tour négative. Cette situation fit grandir en Giuditta la vocation à comprendre et servir ceux qui souffrent.

De retour à Rome, la rencontre avec le père Luigi Tezza, des Camiliens, l’aida à concrétiser son idéal. Le bon Père comprit que, ne trouvant aucune congrégation à son goût, Giuditta n’avait plus qu’à en fonder une. Il lui proposa de fonder une communauté féminine dans l’orbite des Pères Camiliens, pour s’occuper spécifiquement des malades.

Giuditta sentit en elle une grande paix à cette idée des Filles de Saint Camille. Avec deux autres compagnes, elles furent les trois premières postulantes en janvier 1892, vêtirent l’habit des tertiaires camiliennes avec la croix rouge et Giuditta prit le nom de Maria Giuseppina.

La nouvelle famille comptait déjà une quinzaine de religieuses dans l’année.

En 1893, Giuditta-Giuseppina fit sa profession religieuse, avec le vœu camilien de service aux malades même au péril de la vie, et fut nommée supérieure. Une maison s’ouvrait aussi à Cremona tandis qu’on imprimait les Règles et les Constitutions.

En 1894, l’Œuvre prend le nom officiel de Pio Conservatorio.

Sans y avoir jamais pensé et sans l’avoir voulu, Giuseppina se retrouvait supérieure, et fut confirmée dans cette position en 1908.

En 1909, le Pio Conservatorio, déjà bien connu et florissant, devenait une congrégation de droit diocésain, comptant cent-vingt-quatre membres dans seize maisons en Italie, en France, en Belgique, en Argentine.

En août 1910, Giuseppina devait s’embarquer à Gênes pour aller visiter les maisons d’Amérique, quand elle ressentit une profonde fatigue qui l’obligea à retourner à Rome. Le repos s’imposait, mais le mal mystérieux empirait.

Giuditta-Giuseppina mourut le 23 février 1911.

Son corps repose dans l’église des Filles de Saint Camille à Grottaferrata.

Giuditta-Maria Giuseppina Vannini a été béatifiée en 1994, canonisée en 2019.

 

 

Partager cet article

Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:00

Nicolas Tabouillot

1745-1795

 

Nicolas naquit le 16 février 1745 à Bar-le-Duc (Meuse).

Curé de Méligny-le-Grand (Meuse), il refusa, comme beaucoup d’autres prêtres, de prêter le serment à la Constitution et fut déporté à Rochefort.

Plus de huit cents prêtres et religieux furent envoyés à Rochefort, pour être successivement déportés en Guyane, mais les déportations durent cesser grâce aux navires anglais le long des côtes françaises. Les prêtres furent alors enfermés dans des navires, où la plupart moururent de maladie, de mauvais traitements, de noyades ou de fusillades. Ceux qui étaient réduits à l’état d’agonisants furent déchargés sur l’Ile Madame.

L’abbé Nicolas Tribouillot, qui était à bord du Whashington, mourut le 23 février 1795, sur l’Ile Madame (Charente Maritime). Il avait cinquante ans depuis une semaine.

Deux siècles après, il est béatifié dans un groupe de soixante-quatre Martyrs de la Révolution française, en 1995.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 00:00

Polycarpe de Smyrne

69-155

 

Polycarpe, comme son nom l’indique, porta «beaucoup de fruits» après avoir reçu la grâce du baptême.

Il aurait été originaire du Moyen-Orient et, tout jeune, amené à Smyrne (actuelle Izmir, à l’extrême ouest de la Turquie, sur la Mer Egée) par des marchands qui le vendirent à Kallisto, une noble chrétienne qui lui confia ensuite l’administration de sa maison.

Héritier de ces biens, Polycarpe s’en servit pour grandir dans la connaissance de l’Ecriture et la pratique des vertus, s’instruisant et aidant les pauvres.

Il reçut le diaconat de Bucolus, l’évêque de Smyrne. Il rencontra également l’apôtre Jean, qui était à Ephèse. Ephèse et Smyrne sont deux villes très voisines.

Polycarpe fut le maître d’Irénée, futur évêque de Lyon, qui en parle en des termes montrant qu’il l’a connu de très près, et tenu en grande estime.

Il est possible que ce soit l’apôtre Jean qui l’ait établi évêque à Smyrne, et que ce soit de lui que parle l’auteur de l’Apocalypse, le désignant comme l’Ange de Smyrne (Ap 2:8-10).

Polycarpe put gouverner son diocèse relativement tranquillement, tandis qu’ailleurs la persécution sévissait : Ignace d’Antioche fut envoyé à Rome pour y être dévoré par les bêtes du cirque. En voyage, Ignace salua avec effusion Polycarpe, avec lequel ensuite il échangea encore des lettres.

Polycarpe vint à Rome rencontrer l’évêque de Rome, Anicet, en 154, et tous deux furent d’avis qu’il fallait laisser les Eglises d’Orient et d’Occident célébrer la Pâque selon leurs traditions respectives. La division sur ce sujet ne date donc pas d’hier !

Rentré à Smyrne, Polycarpe y fut rejoint par la persécution. Le saint évêque, avancé en âge, se protégeait pour défendre son troupeau, sans pour autant fuir le martyre, à l’heure qu’il plairait à Dieu. Un enfant cruellement battu révéla la cachette de l’évêque.

Retrouvé par les services de police, Polycarpe reçut les soldats avec civilité, leur fit servir à manger et leur demanda un peu de temps pour prier. 

En route vers l’amphithéâtre, Polycarpe fut à un moment jeté à terre du char qui le transportait, et quoique blessé à la jambe, termina le trajet à pied. Amené devant le proconsul qui l’invitait à renier le Christ, il répondit fièrement : Il y a quatre-vingt-six ans que je le sers, et il ne m’a jamais fait aucun mal ; comment pourrais-je blasphémer mon Sauveur et mon roi ?

Quand le proconsul menaça Polycarpe du feu, il répondit : Le feu dont tu menaces est un feu qui ne brûle qu’un moment ; au bout d’un instant, son ardeur s’amortit ; ce que tu sembles ignorer, c’est qu’il est un feu d’éternelle punition dont la flamme ne s’éteindra jamais pour le châtiment des impies.

Le visage de Polycarpe sembla alors resplendir d’une lumière céleste. La foule enragée prépara le bûcher. On voulait l’y attacher, mais il s’y opposa : Celui qui m’a donné la volonté de souffrir pour lui m’en donnera la force.

Quand le feu fut allumé, dit le témoin oculaire, les tourbillons de flammes se courbèrent en arc, s’étendant à droite et à gauche, et représentèrent une voile de navire enflée par le vent. Cette voûte de feu couvrit le corps du saint martyr, sans que la moindre étincelle osât pour ainsi dire en approcher ni toucher ses vêtements. Le corps avait la couleur d’un pain nouvellement cuit, ou d’un mélange d’or et d’argent en fusion. On respirait comme un agréable mélange d’encens, de myrrhe et de parfums précieux qui dissipait la mauvaise senteur du feu… On dit à (l’un des assistants) d’enfoncer son poignard dans le corps du martyr. Il le fit, et à l’heure même le sang éteignit le feu ; en même temps on vit une colombe sortir du milieu de ces flots et prendre son essor vers le ciel.

Les fidèles recueillirent les restes de Polycarpe, malgré les instances des Juifs présents pour les faire disparaître. C’est le premier exemple attesté d’un culte de saintes reliques.

Le dies natalis de saint Polycarpe est unanimement reconnu au 23 février, d’une année qui devrait être 155, bien que certains aient proposé 166.

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 00:00

Robert Southwell

1561-1595

 

Né à Horsham St. Faith (Norfolk, Angleterre) fin 1561, Robert était le dernier des huit enfants d’un père catholique qui s’était adapté à la nouvelle religion d’état.

Son grand-père, Richard, vécut à la cour de Henry VIII ; c’est lui qui fit arrêter le poète Henry Howards. La Providence fit que les petits-fils de ces deux ennemis, Robert Southwell et Philip Howards, furent deux compagnons fidèles et témoins de la Foi catholique jusqu’à la mort.

Par sa mère, Robert pourrait descendre aussi du poète Percy Bysshe Shelley.

A quinze ans, il partit à Douai, au collège anglais, et se sentit attiré par les missions orientales comme par l’idéal des Chartreux.

Il passa au Collège de Clermont à Paris. Sous la conduite d’un saint prêtre (Thomas Darbyshire) et d’un bon camarade (Jan Deckers), il se proposa d’entrer chez les Jésuites (1578). Déçu de ne pas être admis, il décida à dix-sept ans, de partir à Rome pour solliciter son admission auprès du Supérieur général lui-même.

Arrivé à Rome, il fut admis (1578) au noviciat de Saint-André du Quirinal, étudia au Collège Romain et fit les premiers vœux en 1580.

Pendant ses études, il fut aussi tuteur au Collège anglais de Rome, récemment ouvert par les Jésuites.

Il acheva son noviciat à Tournai, revint à Rome, et fut ordonné prêtre en 1584.

Finalement, sur son insistance, il rentra en Angleterre dans la clandestinité, bien conscient du danger auquel il s’exposait, car une loi punissait de mort tout prêtre rentrant sur le territoire pendant plus de quarante jours.

Il débarqua donc à Folkestone en juillet 1586, accompagné de Henry Garnet. Ce dernier venait remplacer le supérieur local, William Weston, récemment arrêté. 

Robert logea chez Lord Vaux de Harrowden, et prit le nom de Cotton (c’était le nom de l’aumônier d’Henri IV, roi de France). A Londres même, Robert exercera un apostolat fécond : il parcourut les rues de Londres, pénétra dans les prisons, se cachant sous un déguisement et passant sans cesse d’une maison à l’autre.

Il devint chapelain de la Comtesse d’Arundel, épouse de Philipp Howards, emprisonné à la Tour de Londres (voir au 19 octobre). Il lui écrivit des élégies et des méditations sur la mort et sur l’amour de Dieu. Ses poèmes furent diffusés sous le manteau. Les imprimeurs les reproduisirent : ils auront une grosse influence sur la littérature anglaise, sur Shakespeare en particulier, et la St. Peter’s Complaint, de cent trente-deux strophes de six vers, a été imitée dans les célèbres Larmes de Saint Pierre, de Luigi Tansillo, admirablement mises en musique par Roland de Lassus.

Pendant six années, le père Robert accomplit avec zèle son devoir pastoral ; sa personnalité ne pouvait plus passer inaperçue et il devint une légende vivante. On le recherchait activement.

C’est en juin 1592 qu’il fut arrêté à Uxendon Hall (Harrow), par la trahison de la fille du propriétaire de la maison où il se trouvait alors. Le chasseur de prêtres Topcliffe exultait en informant la reine de sa prise. Il soumit Southwell à d’atroces cruautés, qui n’affaiblirent pas le courage du prêtre. Treize fois, et sur ordre de la Reine, il fut soumis à interrogatoire sous torture par des membres du Conseil et passa le reste du temps dans un cachot rempli de vermine. Il fut tellement torturé que son père intervint auprès de la reine, demandant que son fils fût immédiatement jugé (et éventuellement condamné et exécuté) ou que ses conditions de vie fussent améliorées.

Jamais il ne livra les noms de ses «complices». Transféré à Newgate, il admettra être prêtre, n’avoir jamais songé à organiser un complot ni à y participer, et être revenu dans son pays pour administrer les sacrements de la religion catholique. 

Après trois années, il fut jugé au tribunal, condamné pour haute trahison à être pendu, éviscéré et écartelé.

Au pied du gibet, il fit le signe de la croix, récita un passage de l’épître de saint Paul aux Romains, confirma être prêtre et jésuite, et pria pour la Reine et son pays.

Au moment où l’on retira la charrette qui le portait, il répéta le verset du psaume 30 : In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum (Entre tes mains, Seigneur, je remets mon esprit). Il avait à peine plus de trente-trois ans : c’était le 21 février 1595.

Quand sa tête fut brandie, personne n’osa crier «Traître», comme cela se faisait d’habitude.

Robert Southwell fait partie des quarante Martyrs anglais et gallois béatifiés en 1929 et canonisés en 1970.

Le miracle retenu pour la canonisation, advint par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 00:00

Aristion

1er siècle

 

Saint Aristion est présenté par saint Papias de Hiérapolis et saint Jérôme comme un des soixante-douze disciples du Seigneur. 

Du moins est-ce ce qui ressortirait d’Actes de Barnabé, qui en font un compagnon du diacre Timon en l’île de Chypre. 

Aristion serait mort à Salamine, en Chypre (ou martyr à Alexandrie…).

Ces détails, trop minces et trop peu attestés, ont fait que l’actuel Martyrologe Romain a retiré Aristion du 22 février, où il était précédemment commémoré.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 00:00

Papias de Hiérapolis

2e siècle

 

Papias de Hiérapolis a posé quelques problèmes aux historiens, et en pose encore. 

Le Martyrologe Romain dit de lui qu’il fut évêque à Hiérapolis de Phrygie (Pamukkale, Denizli, ouest de la Turquie actuelle), qu’il fut disciple de Jean l’Ancien et ami (ou compagnon) de Polycarpe.

D’après l’historien Eusèbe, Papias serait né vers 70 en Phrygie et aurait connu l’apôtre Jean. Mais Papias lui-même écrit qu’il ne connaissait des apôtres que ce qu’on rapportait oralement d’eux, sans les avoir connus personnellement.

En outre, il semble que Papias, toujours cité par Eusèbe, fasse une distinction entre l’apôtre Jean et Jean l’Ancien, donnant à penser qu’il y eut peut-être deux personnages du même nom, auteurs l’un de l’évangile, l’autre des épîtres de «Jean».

L’œuvre de saint Papias est quasi perdue : on ne la connaît que par les citations et les témoignages des autres auteurs. Toutefois il est considéré comme un «Ancien», une référence, un Père de l’Eglise.

Papias aurait consigné dans ses écrits quelques témoignages des Anciens : la résurrection d’un mort par l’apôtre Philippe ; la mort de Judas, tellement enflé qu’il ne pouvait plus passer là où une charrette passait aisément et qui finit justement écrasé par cette charrette, en répandant ses boyaux dans la rue (voir d’ailleurs le discours de saint Pierre, Ac 1:18).

Papias aurait penché pour un millénarisme historique : Il y aura mille ans après la résurrection des morts et le règne du Christ aura lieu corporellement sur cette terre. Saint Irénée aussi, dans son chapitre final, fait allusion à un tel règne merveilleux, disant s’appuyer sur Papias. Mais on ne peut pas établir exactement la pensée de Papias, faute d’avoir sous les yeux son propre texte.

Enfin, on ne sait pas non plus comment mourut Papias. Peut-être martyr à Pergame en 163, date apparemment trop tardive…

Les opinions de Papias n’ont cependant pas empêché qu’il fût considéré comme un Saint. Son nom a été inscrit dans les martyrologes à partir du 9e siècle, et l’actuel Martyrologe Romain le mentionne comme Saint, qui a exposé les paroles du Seigneur (sermones Domini explanavit).

 

Il est commémoré le 22 février.

Partager cet article

Repost0
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 00:00

Caterina Dominici

1829-1894

 

Née le 10 octobre 1829 à Borgo Salsasio (Carmagnola, Turin), dans une famille pleine d’affection, Caterina était la petite sœur de trois garçons, dont l’un deviendra prêtre.

Par malheur, le papa abandonna les siens en 1833, de sorte que la famille se resserra autour de l’oncle prêtre.

On imagine quel choc produisit cet événement sur le cœur d’une petite fille de quatre ans, mais elle fut bien dirigée et conseillée, et apprit à se confier entièrement à son Bon Papa céleste.

Elle apprit à dominer son caractère orgueilleux et indépendant, et devint celle qu’on connut désormais comme une jeune fille humble, simple, dévouée, qui savait chaque jour dire Oui à la grâce de Dieu.

A quinze ans, elle fit partie d’une confraternité chargée d’accompagner les enterrements.

A vingt-et-un ans, elle entra chez les Sœurs de la Providence, sous le nom de Maria Enrichetta (Marie Henriette), reçue par la fondatrice elle-même et prit l’habit en 1851. L’institut s’appela ensuite Sœurs de Sainte-Anne de la Providence, et tout récemment, simplement Sœurs de Sainte Anne (en abrégé : SSA).

C’était une belle œuvre, fondée par de pieux laïcs, marquis de Barolo : Carlo Tancredi Falletti et son épouse Giulia Colbert, qui reçurent l’approbation pontificale à peine douze ans après la fondation.

Partout où on l’envoya, elle sut se soumettre fidèlement à la volonté de Dieu, accomplissant toutes les plus petites actions avec grand amour. 

A Turin, elle fait la connaissance de Silvio Pellico ; en 1854, elle est envoyée à Castelfidardo (Lorette), où elle eut l’occasion de se dépenser aux côtés des malades du choléra.

En 1857, elle a la joie d’entrevoir le pape Pie IX en visite à Lorette ; en 1858, elle revient à Turin s’occuper des novices.

En 1861, à trente-deux ans déjà, elle est élue supérieure de la maison de Turin, et le restera pendant trente-trois ans, jusqu’à la mort. Sous son impulsion l’Institut se fortifia et essaima en Inde (1871).

Il y eut de petites «frictions» entre la Supérieure et la chère Fondatrice, qui n’était pas faite pour la vie religieuse, mais continuait à vivre au milieu des Sœurs, mais sans participer aux exercices de la vie communautaire. Il fallut la délicatesse et la discrétion de Maria-Enrichetta pour surmonter ces incidents quotidiens.

Elle collabora avec saint Giovanni Bosco, lui proposant des suggestions pour sa Règle, et lui prêtera aussi des Sœurs.

Sa grande dévotion était la Sainte Trinité. Elle avait une entière confiance en la bonté de Dieu.

A la fin, elle souffrit d’un très douloureux cancer du sein, qu’elle supporta avec sérénité.

Ses dernières paroles furent : Je recommande l’humilité… et l’humilité. Elle mourut le 21 février 1894.

Elle fut béatifiée en 1978.

Le miracle retenu pour cette béatification fut la guérison instantanée et totale d’un enfant de quatre ans, malade d’une appendicite aiguë, avenue en 1947.

La congrégation compte plus de quatre-vingt maisons en Inde, et s’est aussi implantée au Cameroun, en Amérique latine (Mexique, Argentine, Brésil, Pérou), aux Etats-Unis et aux Philippines.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens