Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 00:00

Bartolomeo Amidei

1204-1266

 

Ce pieux marchand de Florence fut un des Sept Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Il prit le nom de Amadio, car vraiment il aimait Dieu.

Toute sa vie il resta dans le couvent du Monte Senario.

Il ressuscita un enfant noyé.

Lors de sa mort, tous virent monter une flamme de feu, indiquant l’amour qu’il avait pour Dieu.

Il quitta ce monde, le 18 avril 1266. 

 

 

Sur l’ensemble de ces Fondateurs, voir la notice : Servites de Marie (Sept Fondateurs des) 


Partager cet article

Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 00:00

Bonfiglio Monaldi

1198-1262

 

Ce pieux marchand de Florence fut un des Sept Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Lors de la première installation de la petite communauté, Bonfiglio en fut nommé supérieur.

De 1250 à 1256, il fut supérieur général, car il y avait déjà plusieurs maisons.

C’est Bonfiglio qui, comme supérieur, reçut dans l’Ordre Filippo Benizi : ce dernier deviendra ensuite le cinquième supérieur général (voir au 22 août).

Il quitta ce monde, le ler janvier 1262. 

 

 

Sur l’ensemble de ces Fondateurs, voir la notice : Servites de Marie (Sept Fondateurs des)


Partager cet article

Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 00:00

Giovanni Manetti

1206-1257

 

Ce pieux marchand de Florence fut un des Sept Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Giovanni prit le nom de Bonagiunta.

Il fut favorisé de visions. En outre, comme il était exigeant pour le respect de la loi divine, quelqu’un aurait cherché à l’empoisonner, mais Dieu le protéga miraculeusement.

Il fut supérieur de son Ordre en 1256 et fut le premier à quitter ce monde, le 31 août 1257. 

 

Sur l’ensemble de ces Fondateurs, voir la notice : Servites de Marie (Sept Fondateurs des)

 
 

Partager cet article

Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 00:00

Alessio Falconieri

1200-1310

 

Qu'on ne s'étonne pas des dates de la vie de saint Alessio : il faut bien admettre qu'au 14e siècle, on pouvait vivre cent-dix ans sans avoir eu recours aux examens et aux soins cliniques si ordinaires et si fréquents de nos jours.

Alessio Falconieri naquit à Florence en 1200, où son père, Bernardo, tenait un négoce prospère. La noble famille des Falconieri comptait de riches commerçants, du parti des Guelfes (favorables à la papauté et «ennemis» de l'empire germain-germanique) et fondateurs de la république de Florence. Alessio était l'oncle paternel de sainte Giuliana Falconieri (voir au 19 juin).

Ce saint homme ne voulut jamais recevoir la consécration sacerdotale, s'en jugeant trop indigne. Il se contenta de mendier, aidant de son mieux les plus jeunes, en particulier ceux qui voulaient partir étudier à la Sorbonne de Paris.

Tout en exerçant son métier de marchand, il adhéra à la Compagnie Florentine en l'honneur de la Vierge Marie, où il connut ses futurs Confrères.

Peu avant de mourir, il vit l’Enfant-Jésus, entouré d’Anges sous forme d’oiseaux immaculés, qui posait sur sa tête une couronne de fleurs.

Alessio mourut le dernier des co-fondateurs, le 17 février 1310, jour où on les fête ensemble.

 

Sur l’ensemble de ces Fondateurs, voir la notice : Servites de Marie (Sept Fondateurs des)

 

 

Partager cet article

Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 00:00

Mariamna

1er siècle

 

Cette sainte femme est mentionnée dans les menées grecques comme une compagne d’apostolat des apôtres Philippe et Barthélemy.

Après l’Ascension du Seigneur, elle les aurait accompagnés à Hiérapolis, où Philippe fut martyrisé.

Libérée avec Barthélemy, tandis que celui-ci partait pour l’Inde, elle se retira en Lycaonie, où elle annonça l’Evangile, administra le baptême et mourut en paix.

 

Sainte Mariamna n’est pas mentionnée dans le Martyrologe romain. Les menées l’inscrivent au 17 février, sur la base d’indications provenant d’actes apocryphes et pouvant avoir un lien avec des faits historiques.


Partager cet article

Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 00:00

Antoni Leszczewicz

1890-1943

 

Antoni naquit le 30 septembre 1890 à Abramowszczyzna (Vilnius, alors en Russie, actuellement en Lituanie).

En 1902, il commence ses études secondaires au lycée catholique de la paroisse Sainte-Catherine de Saint-Petersbourg et entre en 1907 au séminaire catholique de la même ville, et enfin à l'académie impériale de théologie.

En 1914 il est ordonné prêtre. Il exerce son ministère à Irkoutsk, puis à Tchita.

Lors de la révolution d'octobre 1917, il accompagne ses fidèles qui fuient en Extrême Orient et se retrouve à Harbin (Mandchourie, Chine).

Le père Antoni est vicaire dans la paroisse Saint-Stanislas, il enseigne dans les écoles polonaises le latin, le russe et le catéchisme ; il ouvre une crèche, une école pour enfants de familles catholiques pauvres ; il construit une petite église : Saint-Josaphat, donc il est curé (1924).

C'est à Harbin qu'il rencontre les pères Marianistes, une congrégation où sont formés des missionnaires dont l'idéal correspond à ce qu'il cherche.

En 1937, Antoni demande à partir en Pologne ; en chemin, il passe par le Japon, où il entend parler du père Kolbe (voir au 14 août) ; il s'embarque pour l'Europe et arrive à Rome où il rencontre les pères Marianistes : on l'envoie faire son noviciat en Pologne : il prononce ses vœux en 1939.

Il est envoyé à Drouïa, à la frontière entre Pologne et Biélorussie, où les Marianistes ont ouvert un lycée en 1923. Peu après l'arrivée du père Antoni, les Soviétiques envahissent la région, ferment le lycée, mais curieusement (ou miraculeusement), laissent les Religieux poursuivre leur apostolat, pourvu qu'ils soient en habit civil.

En juin 1941, le père Antoni passe de l'autre côté de la frontière : là où les Soviétiques avaient fermé les paroisses depuis une vingtaine d'années, l'armée allemande s'était installée et le père Antoni voulait rouvrir ces paroisses et organiser un ministère paroissial. Il s'installe discrètement à Rossitsa, avec des Sœurs de la congrégation des Servantes de Jésus dans l'Eucharistie, ainsi qu'un jeune confrère, le père Jerzy Kaszyra. Les autorités allemandes qui ferment les yeux au début, se mettent à suspecter ces activités, craignant une reprise du nationalisme biélorusse, d'inspiration soviétique et donc anti-germanique.

Avec la complicité de miliciens ukrainiens et lettons, dressés contre les soviétiques, les Allemands lancent une opération de ratissage, l’opération Winterzauber c'est-à-dire “Nettoyage d'hiver”, ou encore “Tragédie d'Osveïa”, du nom d’une des localités d’où les autorités nazies voulaient évacuer toute la population, supprimant les hommes et envoyant femmes et enfants «capables» en camp de concentration, les autres étant éliminés sur place. 

Un millier d'otages des environs sont enfermés dans l'église de la Sainte-Trinité, dans la journée du 17 février 1943. Le père Antoni, prévenu, ne pense pas un instant à s'enfuir, mais il reste avec les otages pour les confesser et les assister au moment de la mort. Même chose quand un officier allemand lui propose la liberté.

Les otages sont extraits de l'église par petits groupes d'une dizaine, enfermés dans des granges ou écuries avoisinantes, que les miliciens font sauter à coup de grenades. Ceux qui ne sont pas brûlés, sont fusillés.

Le père Antoni brûle avec une douzaine d'otages dans une écurie, dans la nuit du 17 au 18 février 1943. Quelques heures après lui, le père Jerzy partagera le même sort, au matin du 18 février.

Le père Antoni Leszczewicz fait partie des cent-huit Martyrs de Pologne, béatifiés ensemble en 1999, et fêtés localement ensemble le 13 juin. Son dies natalis est au 17 février, celui du père Jerzy, au 18 février.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 00:00

Matthias Shobara Ichizaemon

1587-1624

 

Matthias était un laïc japonais né à Aki, vers 1587, âgé d’ “environ” trente-sept ans.

Il devint catéchiste, dans le diocèse de Funai.

Son martyre eut lieu à Hiroshima, le 17 février 1624.

 

Il a été béatifié parmi cent quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 00:00

Valens

†309

 

 

Voir la notice : Martyrs de Césarée de Palestine


Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 00:00

Theodulus

†309

 

 

Voir la notice : Martyrs de Césarée de Palestine


Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 00:00

Seleucus

†309

 

 

Voir la notice : Martyrs de Césarée de Palestine


Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens