Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 23:00

  

Osée, prophète

VIIIe s. av. Jésus-Christ

 

Osée signifierait «Sauve !», racine qui se retrouve dans Josué et Jésus, ainsi que dans le mot Hosanna.

Osée fut un prophète en Israël, dans le «royaume du nord». Il fut envoyé par Dieu de manière singulière pour reprocher au peuple sa trahison, son «adultère», son infidélité envers l’unique et vrai Dieu : sur mission divine, Osée devait épouser une femme adultère, qui devait enfanter trois enfants aux noms terriblement prophétiques : Jezraël (du nom d’une localité où le roi infidèle Achaz avait laissé de bien mauvais souvenirs), puis «Sans-miséricorde», enfin «Pas-mon-peuple».

Dieu voulait ainsi montrer sa répulsion pour l’idolâtrie où était tombé Israël, mais il l’attend, et promet la miséricorde et un amour renouvelé pour sa «fiancée» qui reviendra à Lui.

Osée est le premier des «Douze petits Prophètes» de notre Bible, ceux dont les livres sont beaucoup moins étendus que les «Quatre grands Prophètes».

Le saint prophète Osée est fêté avec les Orthodoxes le 17 octobre, jour où le mentionne maintenant le Martyrologe Romain.

On remarquera que ce même jour du 17 octobre est le dies natalis de sainte Marguerite Marie Alacoque, la messagère de Cœur miséricordieux du Christ. 

Osée, prophète

VIIIe s. av. Jésus-Christ

 

Osée signifierait «Sauve !», racine qui se retrouve dans Josué et Jésus, ainsi que dans le mot Hosanna.

Osée fut un prophète en Israël, dans le «royaume du nord». Il fut envoyé par Dieu de manière singulière pour reprocher au peuple sa trahison, son «adultère», son infidélité envers l’unique et vrai Dieu : sur mission divine, Osée devait épouser une femme adultère, qui devait enfanter trois enfants aux noms terriblement prophétiques : Jezraël (du nom d’une localité où le roi infidèle Achaz avait laissé de bien mauvais souvenirs), puis «Sans-miséricorde», enfin «Pas-mon-peuple».

Dieu voulait ainsi montrer sa répulsion pour l’idolâtrie où était tombé Israël, mais il l’attend, et promet la miséricorde et un amour renouvelé pour sa «fiancée» qui reviendra à Lui.

Osée est le premier des «Douze petits Prophètes» de notre Bible, ceux dont les livres sont beaucoup moins étendus que les «Quatre grands Prophètes».

Le saint prophète Osée est fêté avec les Orthodoxes le 17 octobre, jour où le mentionne maintenant le Martyrologe Romain.

On remarquera que ce même jour du 17 octobre est le dies natalis de sainte Marguerite Marie Alacoque, la messagère de Cœur miséricordieux du Christ.

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 23:00

 

Onésiphore

Ier siècle

 

Onésiphoros est mentionné par saint Paul dans sa seconde lettre à Timothée. Vers 66, Paul est enchaîné à Rome : son martyre est proche et il écrit à Timothée qui se trouve à Éphèse : 

Que le Seigneur fasse miséricorde à la maison d’Onésiphore, car il m’a souvent réconforté et n’a pas eu honte de mes chaînes. Au contraire, dès sa venue à Rome, il n’a pas eu de repos qu’il ne m’ait découvert. Que le Seigneur Dieu lui donne de trouver miséricorde auprès du Seigneur Jésus lors de son grand jugement. Et tous les services qu’il m’a rendus à Éphèse ! tu les connais mieux que personne (2Tm 1:16-18).

Dans la salutation finale de la même épître, Paul mentionne encore cette chère famille : 

Salue Prisca et Aquilas, ainsi que la maison d’Onésiphore (2Tm 4:19).

Par là nous voyons qu’Onésiphore pouvait être un chrétien d’Éphèse, qui s’était mis corps et âme au service de l’Église, et de saint Paul. 

En Orient, Onésiphore est devenu un des soixante-dix disciples du Seigneur, et même successivement évêque à Kolophonia (Îles Ioniennes). 

Saint Onésiphore est mentionné au Martyrologe le 6 septembre.

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 23:18

Olivier Lefèvre (Lefebvre)

1728-1792

 

 (Voir la notice : Septembre (Martyrs de). 

Prêtre du diocèse de Paris, né à Grentheville (Calvados) en 1728. 

Chapelain des Dames de la Miséricorde, il était membre de la Société du Cœur de Jésus.

Il fut martyrisé au Couvent des Carmes de Paris le 2 septembre 1792, et béatifié en 1926.

 

Voir la notice : Septembre (Martyrs du 2)

Partager cet article

Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 23:06

Oh Ban-ji Paulus

1813-1866

 

Oh Ban-ji Paulus est un laïc coréen né en 1813 à Incheon (Chungcheong-do, Corée S).

Il fut pendu à Cheongju (Chungcheong-do) le 26 (27) mars 1866 et béatifié en 2014.

Partager cet article

Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 23:00

 

Martyrs d’Otranto

† 1480

 

 

1. Situation géographique

 

Otranto est une petite ville à l’extrême pointe du talon de la botte italienne, dans la province des Pouilles, canton de Lecce. L’Albanie se trouve en face du canal d’Otrante, à environ 70 km.

La position d’Otranto en fit un port important entre Orient et Occident, et la ville devint un centre byzantin autant que normand, angevin et aragonais. Témoin de ces dominances est la cathédrale, construite au 11e siècle.

 

2. Situation historique

 

Le 28 juillet 1480, une énorme armée turque, provenant de Valona et conduite par Gedik Ahmed Pacha, se présenta sous les murs d’Otrante. On ne sait pourquoi les Turcs avaient besoin d’assiéger cette ville où ne vivaient que de braves gens.

La ville résista autant qu’elle put, mais le combat était très inégal : les Turcs, avec leur ravitaillement, avaient environ dix-huit mille hommes, tandis qu’Otrante n’en abritait que quelques milliers, assiégés et donc affamés.

Le 29 juillet, sous le bombardement effréné des Turcs, les habitants laissèrent le bourg pour se réfugier dans la citadelle. Les Turcs se ruèrent sur les lieux abandonnés, pillant et volant.

Gedik Ahmed Pacha proposa aux défenseurs de se rendre, mais ils refusèrent. Les bombardements reprirent jusqu’au 11 août, où les Turcs réussirent à s’emparer du château.

Ce fut un massacre organisé. Tous les hommes de plus de quinze ans furent tués ; les femmes et les enfants furent réduits en esclavage.

D’après certains récits, sur les vingt-deux mille habitants, douze mille furent massacrés et cinq mille réduits en esclavage, mais les historiens doutent que la ville pût abriter plus de six mille âmes, ce qui augmente encore plus l’infériorité de ceux-ci en face de l’envahisseur.

Pendant ce massacre, huit cents personnes environ se réfugièrent avec l’évêque, Stefano Agricoli, dans la cathédrale. Gedik Ahmed Pacha ordonna aux chrétiens de renier leur foi et d’adhérer à l’Islam. Sur le refus catégorique des Otrantins, sans aucun respect pour le lieu saint, les Turcs entrèrent dans la cathédrale, firent prisonniers les huit cents chrétiens qui s’y trouvaient, et y installèrent leurs chevaux.

Le vénérable évêque fut décapité et dépecé à coups de cimeterres ; sa tête fut embrochée sur une pique et portée par les rues de la ville dans un simulacre de procession.

Le commandant de la garnison, Francesco Largo, fut scié vivant.

Le tailleur Antonio Pezzulla, dit Primaldi, qui avait convaincu ses compatriotes de ne pas adhérer à l’Islam, fut un des premiers exécutés.

Le 14 août, Gedik Ahmed Pacha fit attacher le reste des survivants et les fit traîner au col de la Minerva, où il en fit décapiter plusieurs centaines, au moins huit cents, sous les yeux de leurs proches.

Il paraîtrait qu’alors un certain Bersabei, de l’armée turque, impressionné par le courage des Otrantins mourant pour leur foi, aurait ouvertement renié l’Islam et, pour ce fait, aurait été empalé par ses compagnons d’armes. 

Non contents d’avoir réduit à rien la forteresse d’Otrante et massacré tant d’innocents, les Turcs complétèrent leur besogne en détruisant un monastère proche, San Nicola di Casole, qui abritait la plus vaste bibliothèque de l’époque en Occident, avec une célèbre école.

Treize mois après, en octobre 1481, les Aragonais, sous la conduite d’Alfonso d’Aragon, reprirent Otranto. Ils retrouvèrent les corps des Martyrs, miraculeusement indemnes bien qu’étant restés sans sépulture aussi longtemps.  

En 1771, les Martyrs d’Otrante furent béatifiés.

En 2013, le pape François procéda à la canonisation d’Antonio Primaldi et de ses huit-cents concitoyens.

Ces Martyrs d’Otranto sont commémorés au Martyrologe le 14 août.

 

Partager cet article

Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 22:43

Oh Jong-rye Iacobus

1821-1840

 

Oh Jong-rye Iacobus est un laïc coréen né en 1821 à Eunjin (Chungcheong-do, Corée S).

Il fut décapité à Jeonju (Jeolla-do) le 4 janvier 1840 et béatifié en 2014.

Partager cet article

Repost0
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 22:07

Oh Margarita

? -1868

 

Oh Margarita est une laïque coréenne.

Elle fut martyrisée à Juksan (Gyeonggi-do) le 28 septembre 1868, mais on ne sait de quelle façon, et fut béatifiée en 2014.

Partager cet article

Repost0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 23:00

 

 

Oswald roi

604-642

 

Le père de notre Oswald, Æthelfrith, était un chef anglo-saxon qui annexa le Deira à son royaume de Bernicie, pour former la Northumbrie. La mère, Acha, était de la famille royale du Deira : les deux époux se marièrent probablement lors de l’annexion du Deira à la Bernicie.

En 616, Æthelfrith mourut lors d’une bataille contre Raedwald, roi d’Est-Anglie. C’est alors un frère d’Acha, Edwin, qui prend le pouvoir en Northumbrie, tandis qu’Oswald fuit vers le nord, avec ses deux frères et sa sœur, dans le royaume irlandais de Dal Riata où ils grandissent.

Mais dans cette contrée irlandaise, ils rencontrent les saints moines de l’île d’Iona, où l’abbé saint Colomba avait fondé un monastère. Oswald reçoit le baptême.

Edwin est tué dans une bataille en 633 ; la Bernicie, à nouveau séparée du Deira, est gouvernée par le frère d’Oswald, Eanfrith, qui est tué à son tour l’année suivante.

C’est alors qu’Oswald se met en marche contre l’envahisseur, Cadwallon, non sans avoir d’abord érigé une croix, devant laquelle lui et toute son armée prièrent avant de partir à l’assaut de l’ennemi.

D’après Adomnan d’Iona, Oswald aurait alors eu une vision de saint Colomba qui lui aurait dit : Sois fort et courageux ; vois-tu, je serai avec toi… le Seigneur m’a promis que ton ennemi Catlon {Cadwallon} sera livré entre tes mains, qu’ensuite tu reviendras triomphalement et que ton règne sera heureux. (1) 

Oswald rapporta cette vision à son conseil et tous promirent de se faire baptiser après la bataille : Cadwallon fut en effet battu et tué, alors que son armée était bien plus forte. 

Après cette victoire d’Heavenfield (près d’Hexham), Oswald réunifia la Northumbrie et régna à partir de 634. 

Saint Bède affirme qu’Oswald mit sous sa domination toutes les nations et provinces britanniques, mais parle aussi plus tard d’une coalition anglo-saxonne contre Oswald, peut-être avec son propre frère, Oswiu, qui dominait les Écossais et les Picts. La Mercie aussi ne se soumit pas véritablement : si Oswald dominait le petit royaume de Lindsey, plus tard les moines d’un monastère local firent des difficultés à accepter les ossements d’un “roi étranger”.

Oswald épousa Kineburga, la fille du roi des Saxons de l’ouest, Cynegils. Kineburga accepta de recevoir la baptême, ainsi que son frère.

Un fils d’Oswald, Æthelwald, régna sur le Deira en 651, ce qui laisse supposer que ce fils provenait d’une union précédente, d’avant le baptême d’Oswald.

Roi chrétien convaincu, Oswald fit appel à un évêque irlandais pour accélérer la conversion de ses sujets : ce fut d’abord Coorman, bientôt remplacé par Aidan ; ce dernier ne connaissait pas l’anglais, et Oswald traduisit les prédications d’Aidan, car il avait appris l’irlandais lors de son exil. Oswald donna à Aidan toute l’île de Lindisfarne.

Un jour qu’il mangeait avec Aidan, il apprit que des pauvres demandaient l’aumône, et leur fit donner son repas. Aidan alors saisit la main droite d’Oswald en lui disant : Puisse cette main ne jamais périr. Tant il est vrai que le bras et la main d’Oswald restèrent inaltérés, toujours d’après saint Bède.

Un conflit avec la Mercie engendra une bataille à Maserfield (peut-être l’actuelle Oswestry), le 5 août 642. Oswald y fut tué, son corps démembré, sa tête et ses membres placés sur des piques. En mourant, Oswald priait pour l’âme de ses soldats.

Oswald avait trente-huit ans, il avait régné huit ans.

Saint Bède raconte qu’Oswiu, le frère d’Oswald, aurait retrouvé les restes de son frère l’année suivante. D’abord conservées à Lindsey, ces cendres furent transférées à Gloucester (909). Le chef d’Oswald est à la cathédrale de Durham, où l’on mit aussi les restes de saint Cuthbert.

Dans les Côtes d’Armor, une paroisse porte le nom de saint Oswald.

Certains ont donné Oswald comme martyr, ainsi le Martyrologe qui mentionne saint Oswald comme martyr, illustre dans l’art militaire mais plus encore ami de la paix, qui développa la foi chrétienne dans son pays et mourut au combat contre des païens ennemis du Christ.

 

 

1 “Be strong and of a good courage ; behold, I shall be with thee, (…) March out this following night from your camp to battle, for on this occasion the Lord has granted to me that your foes shall be put to flight, that your enemy Catlon shall be delivered into your hands, and that after the battle you shall return in triumph, and have a happy reign.”

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 23:00

Otilio del Amo Palomino

1913-1936

 

(Voir aussi la notice : Clarétains espagnols martyrs à Fernán Caballero

 

Il naquit à Bustillo de Chaves (Valladolid, Espagne), le 2 avril 1913.

Il partagea les événements dont il est question dans l’autre notice des Clarétains martyrs.

 

Otilio del Amo Palomino fut ainsi abattu, avec ses Compagnons le 28 juillet 1936 ; il avait vingt-trois ans.

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 23:00

Otilia Alonso González

1916-1936

 

Otilia naquit le 31 décembre 1916 à Enfistiella (Nembra, Asturies, Espagne), fut baptisée le 2 janvier suivant, et confirmée en 1925.

Orpheline de sa mère à deux ans, elle fut très bien éduquée par la seconde épouse de son père. 

Elle fréquenta l’école d’Etat, puis celle des Dominicaines de l’Annonciation, à Caborana.

En 1932, elle y entra comme novice et fit la profession en 1933.

En 1935, on l’envoya à Barcelone, pour y préparer l’habilitation à enseigner.

Lors de la révolution de juillet 1936, elle s’apprêtait à partir se réfugier aux Asturies.

Le 27 juillet 1936, les Religieuses durent quitter leur couvent pour être interrogées. Les révolutionnaires voulaient les faire apostasier, renoncer à leur consécration religieuse, et leur imposer leurs propositions malhonnêtes.

Sur leur refus, ils les firent remonter en camion pour les reconduire au couvent, en réalité pour aller vers la montagne du Tibidabo ; ils passèrent Vallvidrera et, au lieu-dit El Fero les firent descendre.

Ils les tuèrent l’une après l’autre. Deux d’entre elles, Otilia et Ramona Perramón, survécurent quelques heures et purent raconter les détails qu’on a mentionnés. 

Otilia fut recueillie par des personnes courageuses et bien intentionnées ; on la transporta à un hôpital de la Croix-Rouge, où elle manifesta sa reconnaissance envers ces bons samaritains, mais aussi à Dieu pour cette grâce du martyre. Elle pria le médecin d’avertir sa famille, et lui confia qu’elle mourait soumise, pure, totalement abandonnée à la volonté de Dieu. Elle demanda une médaille pour la baiser et prier. Son agonie dura deux heures environ.

Depuis, l’endroit du martyre a été appelé Les Monjes («les Moniales»).

Otilia mourut au soir du 27 juillet 1936 ; elle avait dix-neuf ans. 

 

Elle et ses Sœurs furent béatifiées en 2007.


Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens