Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 23:00

Julián Pozo Ruíz de Samaniego

1903-1936

 

Il vit le jour le 7 janvier 1903 à Payueta, de Toribio et Micaela, et fut baptisé le 9. Quoique inconnu, le martyr saint Julien qui se trouve parmi les Saints du 7 janvier, fut le patron de notre Julián.

Sa mère fut veuve et se remaria.

Il reçut la confirmation en 1912.

Les détails que nous connaissons de lui, proviennent de sa propre biographie, qu’il écrivit durant le noviciat.

Il raconte qu’il eut dès l’enfance le désir d’être prêtre et missionnaire.

Il entra à dix ans au collège des Pères Rédemptoristes de El Espino (Burgos).

En 1915, il rejoignit le nouveau collège de Cuenca, où il prit l’habit en 1919 et commença le noviciat.

Il y eut un petit incident juste avant la vêture : les supérieurs jugèrent bon d’envoyer Julián se reposer un certain temps chez lui, pour reprendre des forces ; le garçon en fut tout étonné, pria ardemment la Sainte Vierge, et reçut quelques jours après l’invitation à se rendre à Nava del Rey (Valladolid), pour la vêture et commencer le noviciat (25 août 1919).

Il fit la profession en 1920 en même temps que son Confrère Miguel Goñi, et passa à Astorga pour les études sacerdotales. 

Julián fut cependant affecté d’une maladie chronique, qui limita ses possibilités et, de toutes façons, lui barra le chemin des missions. Cette maladie fut diagnostiquée comme le mal de Betcherew, dégénérant en une paralysie progressive des os de la colonne vertébrale et provoquant une insuffisance respiratoire. Il s’ensuivit une tuberculose chronique. Julián supporta cela avec un sourire imperturbable.

En 1921, il fut envoyé dans sa famille pour un temps de repos ; il put ensuite affronter les études, qu’il affronta courageusement, malgré les moments de faiblesse répétés. Il passa la fête du 15 août 1923 dans son lit, crachant le sang, mais encore plus convaincu de sa vocation parmi les Rédemptoristes.

Après un séjour à Nava del Rey pour se reprendre, il revint à Astorga et fut ordonné prêtre en 1925.

Il fut envoyé à Granada, où il put assister la Servante de Dieu Conchita Barrecheguren, elle aussi malade de tuberculose.

En 1927, il alla à Cuenca, où l’attendait le martyre. Seulement en 1933-1934, il fut confesseur des aspirants à El Espino, charge qu’il dut abandonner à cause d’un nouvel accès de sa maladie.

En 1928 déjà, il demanda à recevoir le Sacrement des Malades, qu’il reçut en pleine conscience de sa possible mort prochaine ; son Supérieur en informa la famille, parlant de lui comme d’un santito, petit saint.

La conjoncture politique lui fit peu à peu entrevoir l’éventualité du martyre, ce qui le comblait de joie.

Le 20 juillet 1936, il quitta le couvent avec un autre Frère, et ils furent reçus chez des amis. Le 25, ils allèrent loger au séminaire.

A partir du 31 juillet eurent lieu arrestations et exécutions. Le tour du père Julián arriva le 9 août ; il fut martyrisé avec un autre prêtre à quelques kilomètres de Cuenca. Au moment d’être fusillé, il demanda à conserver sa soutane. Quand il reçut la décharge, il cria encore Vive le Christ Roi !, et une seconde décharge l’acheva. On retrouva son corps, en position agenouillée, le chapelet à la main ; il avait reçu le martyre à trente-trois ans.

L’autre prêtre, Juan Crisóstomo Escribano García, prêtre diocésain, ne fait pas partie de la même cause de béatification que Julián.

 

Ce martyre eut lieu le 9 août 1936, et le père Julián fut béatifié en 2013, avec cinq autres Rédemptoristes : José Javier Gorosterratzu, Ciriaco Olarte, Miguel Goñi Áriz, Victoriano Calvo et Pedro Romero.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens