Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 23:00

Ramon Llull

1232-1315

 

Ramon Llull (qu’on a francisé en Raymond Lulle, mais que Ramon a lui-même latinisé en Raymundus Lullus), naquit vers 1232 à Palma de Majorque. 

Certains avancent que son nom de famille était en réalité Amat ; son père s’appelait déjà Ramon, et appartenait à la noblesse catalane ; sa mère, Isabel d’Erill, était parente de la famille royale.

Vers 1246, Ramon entra comme page à la cour du roi Jaime Ier d’Aragon puis devint sénéchal de l’infant.

Vers 1257, il épousa Blanca Picany, dont il eut deux enfants, Domènec et Magdalena.

Jusqu’en 1263, Ramon vivait comme les troubadours en vogue, courtisant et chantant les belles dames. On raconte qu’un jour il poursuivit à cheval jusque dans une église une dame dont il était follement épris, mais qu’elle sut l’éloigner en lui montrant son sein rongé par le cancer.

Cette année 1263, Ramon eut par cinq fois la vision du Christ en croix, après quoi il comprit qu’il devait tout laisser pour se consacrer au service de Dieu, à la conversion des Musulmans et à la fondation de séminaires pour  former des missionnaires capables d’expliquer en arabe la Vérité.

Il entra alors dans le Tiers-Ordre franciscain. Nul ne nous dit ce que firent désormais son épouse et ses deux enfants, qui étaient encore bien jeunes ; on sait qu’il renonça à sa vie de cour, vendit tous ses biens et versa l’argent aux siens.

S’il pensa un moment aller étudier à Paris, il se décida plutôt à rester sur place : il acheta un esclave arabe pour étudier cette langue. Pendant neuf années, il apprit à manier parfaitement l’arabe, en même temps qu’il s’immergeait dans l’étude du latin, de la philosophie chrétienne et islamique auprès des moines cisterciens de La Real.

Désormais il allait se consacrer à l’écriture d’ouvrages en catalan, en latin et en arabe ; à voyager par l’Europe pour tenter de trouver des adeptes de ses projets. Ses voyages le portèrent en Allemagne, en France, en Italie, jusqu’en Terre Sainte et en Asie Mineure. Il voulait susciter une croisade apostolique, pour convertir par la prédication les Musulmans et les Juifs. Son enthousiasme cependant ne trouva pas l’écho qu’il espérait, même auprès des papes.

Sans renoncer à son idéal, il paya de sa personne et partit prêcher lui-même, en arabe, par exemple à Tunis, à Chypre, à Bejaïa (Algérie). Seul Jaime II de Majorque, son ancien élève, l’autorisa à prêcher dans les synagogues et dans les mosquées.

Ramon songeait à réunir tous les Ordres militaires dans une seule «armée sainte» pour reconquérir les territoires occupés par l’Islam et convertir tous les Musulmans. Dans ce but, il espérait former des missionnaires dans les langues orientales pour expliquer dans leur langue à tous les habitants la vraie doctrine du Salut. Le roi d’Aragon était favorable, mais pas le roi de France.

On finit par accepter son idée des collèges à vocation missionnaire, mais pas celle de la croisade.

Il est impossible ici d’énumérer les titres et le sujet de ses quelque trois-cents ouvrages. On retiendra ici  l’importance linguistique de ce travail : Ramon s’est exprimé aussi couramment en catalan qu’en arabe et en latin. On l’a considéré comme le fondateur de la littérature catalane, mais il a aussi énormément développé une langue néo-latine pour exprimer des notions et des faits scientifiques. On l’a appelé le Docteur illuminatus, le Docteur inspiratus, et même, à cause de son zèle envers le monde arabe, l’ Arabicus christianus.

Une de ses positions fut de soutenir l’idée de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, dont le dogme ne fut proclamé qu’en 1854.

Ramon Llull fit un dernier voyage à Tunis. Les versions ne s’accordent pas tout-à-fait sur les circonstances exactes de sa mort. Pour les uns, Ramon fut lapidé par des Musulmans à Bougie (auj. Bejaïa) ; pour d’autres, il mourut en mer durant le retour de Tunis à Majorque, des suites de ses blessures. Dans les deux cas, Ramon serait mort le 29 juin 1315, à quatre-vingt-trois ans.

Certains ouvrages de Llull furent refusés par l’Eglise au 14e siècle, à la suite d’une falsification de ses propositions de la part d’un rival. 

Mais Ramon fut considéré comme martyr ; son culte fut reconnu en Catalogne ; le Martyrologe le mentionne comme martyr au 29 juin. 

La cause de sa canonisation a été reprise récemment.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens