Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2021 3 26 /05 /mai /2021 23:00

Mariantonia Samà

1875-1953

 

Mariantonia (Marie-Antoinette) Samà naquit le 2 mars 1875 à Sant’Andrea Ionio (Catanzaro, Italie S), fille unique de Bruno (qui mourut déjà en 1874) et de Marianna Vivino, de très pauvres personnes.

Mariantonia reçut le baptême le 3 mars 1875, la Première communion et la Confirmation en 1882.

La vie fut très difficile, à cause de cette extrême pauvreté. Chaque semaine, Mariantonia conduisait au moulin la mule chargée de blé et, au retour, échangeait la farine contre une miche de pain.

Dans cette pauvreté, autant la mère que la fille étaient complètement illettrées et ne parlaient que leur dialecte local. Mais elles étaient très attachées à la religion : été comme hiver, elles se rendaient pieds-nus à la Messe.

C’est en 1886 que commença la calvaire de la pauvre Mariantonia. Après avoir accompagné sa mère pour laver du linge le long de la rivière, au retour elle but de l’eau sans doute non potable et en resta très malade et paralysée pendant un mois, n’articulant que des sons incohérents, et ne prenant de la nourriture qu’après minuit. On en vint à supposer un cas de possession diabolique, qui devait durer huit années.

En 1894, une pieuse personne, baronne de son état, organisa le transport de la pauvre Mariantonia à la chartreuse proche (là où mourut s.Bruno, v. 6 octobre) ; le voyage connut bien des péripéties, car il fallut «enfermer» Mariantonia dans une sorte de caisse, à cause de ses violentes convulsions ; quatre gaillards portaient cette caisse avec son contenu vivant,  la malheureuse Mariantonia.

A leur arrivée à la chartreuse, les moines procédèrent à un exorcisme en règle, avec prières et chants, sans aucun changement. On présenta alors à Mariantonia le buste-reliquaire de saint Bruno, qu’elle saisit dans ses bras, déclarant qu’elle était guérie.

Cette accalmie dura seulement deux ans. En 1896, une pénible arthrite s’empara d’elle, la clouant au lit sur le dos, les jambes repliées. Ce devait être sa position jusqu’à la fin de sa vie, pendant cinquante-sept ans.

La brave maman de Mariantonia mourut en 1920. De braves gens du village se relayèrent pour lui apporter de la nourriture.  Mariantonia souffrait beaucoup mais, dans sa pudique modestie, ne voulait pas se faire examiner par le médecin. Ce sont les Religieuses qui vinrent l’aider à se soigner. De ce qu’on lui apportait, elle n’acceptait que le strict nécessaire pour elle, et en faisait remettre la presque totalité aux pauvres - à plus pauvre qu’elle.

Elle appréciait particulièrement la présence de l’Eucharistie que lui apportait le prêtre, se sentant ainsi plus près de Jésus. On venait prier avec elle et on lui demandait aussi des conseils : sa réponse était souvent de redonner courage et espérance.

Mariantonia reçut le voile noir des Sœurs du Sacré-Cœur, devenant ainsi tertiaire de cette congrégation. Désormais, on appela Mariantonia la petite sœur de saint Bruno. On se rappelle que déjà le papa de Mariantonia s’appelait Bruno ! Mariantonia fit en 1915 les vœux privés, avec la permission du curé de la paroisse.

Le long calvaire de Mariantonia prit fin au matin du 27 mai 1953, tandis qu’on priait près d’elle les litanies de la Sainte Vierge ; elle prononça les noms de Jésus et Marie, et entra dans l’Eternité. Contrairement à ce qu’on pouvait supposer, le corps de Mariantonia ne montrait aucune trace d’escarres, la peau apparaissant parfaitement lisse.

Une parente de Mariantonia affirma : Aucune plainte n’est jamais sortie de sa bouche.

Mariantonia Samà sera béatifiée en 2021, et inscrite au Martyrologe le 27 mai.

Le miracle reconnu pour cette béatification concerne une femme de Gênes, gravement atteinte de polyarthrite dégénérescente jusqu’aux genoux ; en décembre 2004, dans sa douleur intense, cette femme invoqua fortement Mariantonia, qu’elle avait connue autrefois.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens