Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 00:00

Bronisław Markiewicz

1842-1912

 

Bronisław Bonaventura était le sixième des onze enfants de Jan Markiewicz et de Marianna Gryziecka. Jan était le maire de Pruchnik (Pologne), où Bronisław naquit le 13 juillet 1842.

La famille était croyante, mais Bronisław perdit un moment la foi dans l’atmosphère anticléricale de son école. Envahi de tristesse, il chercha et pria ; il retrouva la foi avec joie, combattit encore généreusement et sentit bientôt l’appel au sacerdoce.

Après cette crise, il entra au séminaire de Przemyśl (1863) et fut ordonné prêtre en 1867, en la fête de Notre Dame des Douleurs (15 septembre). Ce même jour fut aussi ordonné Józef Sebastian Pelczar, qui sera bientôt son propre évêque, v. 28 mars).

Il fut en exercice à Harta et à la cathédrale de Przemyśl pendant six ans : un de ses soucis était la présence au confessionnal, ainsi qu’auprès des prisonniers, qu’il évangélisa avec amour. Il allait dans les hôpitaux, dans les casernes… Il luttait contre l’alcoolisme, s’intéressait aux paysans et à leurs techniques de culture, et fonda pour eux une coopérative agricole ainsi qu’une Mutuelle d’épargne et de crédit.

Il compléta sa formation aux universités de Lviv et de Cracovie puis retrouva l’activité paroissiale à Gać, et Błażowa (1875-1882).

Nommé professeur de théologie en 1882, il enseigna au séminaire pendant trois ans.

Conquis par l’idéal de saint Giovanni Bosco (v. 31 janvier), il le rejoignit en 1885, entra dans l’Institut salésien et y fit les vœux en 1887. C’est là qu’il fit la connaissance du successeur de saint Giovanni Bosco, Michele Rua et d’un autre Polonais salésien, August Czartoryski (v. 6 et 8 avril).

En 1889, la tuberculeuse le conduit aux portes de la mort, mais il guérit.

En 1892 il revint en Pologne où il desservit la paroisse de Miejsce Piastowe et commença une intense activité en faveur des jeunes, en même temps qu’il donna à l’imprimerie de nombreuses publications et des pièces de théâtre. Dans un de ses écrits, il prédit l’avènement d’un pape polonais.

En 1897, il fonda la Congrégation de l’Archange saint Michel, les Micaëlites, maintenant incorporés à la famille salésienne, pour l’éducation des plus pauvres. Après les difficultés des débuts, l’institut, masculin et féminin, sera approuvé après sa mort dans les années 20.

Il mit sur pied une école pour les enfants pauvres et orphelins, où il accueillit bien vite des centaines de garçons. Il fonda en 1898 une société de formation et de travail pour les jeunes, Tempérance et Travail, avec pour base la spiritualité de saint Giovanni Bosco et la publication d’un journal ; puis il ouvrit en 1903 un orphelinat à Pawlikowice où se retrouvèrent bientôt quelque quatre-cents enfants.

Bronisław dut se démarquer des Salésiens de Turin et donner une assise indépendante à l’œuvre de Tempérance et Travail. Il envoya des jeunes à l’Université Grégorienne de Rome. 

Il y eut des frottements avec l’évêque : Bronisƚaw voulait faire entrer certains de ses jeunes au séminaire diocésain, mais l’évêque s’y opposait, car les garçons n’avaient pas leur baccalauréat ; en outre, il prétendait que ces jeunes clercs quittassent leur habit et entrassent dans quelque autre congrégation. On vit alors les bienfaits d’une humble obéissance : devant l’obéissance unanime des jeunes, tous en civil, poursuivre leurs études à Cracovie, l’évêque fut ébranlé et fit lui-même parvenir des subsides financiers à l’œuvre. 

Une nouvelle alarme se déclencha quand un vice-recteur, nommé par l’évêque, tenta d’imposer «son» règlement aux jeunes : certains s’exilèrent aux Etats-Unis pour accéder au sacerdoce, d’autres restèrent pour épauler leur Fondateur. Mais parallèlement à ces épreuves, des demandes de fondations affluaient, car on voyait bien que tous les jeunes qui sortaient des mains de Bronisław, étaient des hommes d’une honnêteté et d’un professionnalisme au-dessus de tout.

Restant détaché des Salésiens, Bronisław resta en bons termes avec eux : il leur envoya les fils de familles riches, et garda les pauvres chez lui.

Il voulait recueillir des millions d’enfants abandonnés, de tous les peuples, les nourrir gratuitement et les vêtir de corps et d’âme.

En décembre 1911, il fut victime d’une attaque cérébrale. On dut l’opérer de la prostate, mais sans anesthésiant, car son cœur ne pouvait supporter le choc. Mais l’abbé Bronisław, épuisé et consommé par les suites de sa tuberculose, mourut le 29 janvier 1912.

 

Bronisław Markiewicz a été béatifié en 2005. Sa fête est donc au 29 janvier, deux jours avant celle de saint Giovanni Bosco.

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens