Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 00:00

Bruna Pellesi

1917-1972

 

Bruna Aldina Maria Pellesi était née le 11 novembre 1917 à Morano di Prignano (Modène, Italie), dernière des neuf enfants d’une famille très chrétienne.

Bruna grandit, joyeuse, élégante, pleine d’humour et de douceur. Vers dix-sept ans elle connut un amour humain qui cependant ne la satisfaisait pas.

Lors du décès de ses deux belles-sœurs, elle prit en charge les six enfants de celles-ci, âgés de moins de quatre ans.

En 1940, cependant, en pleine guerre, elle suivit l’appel de Dieu et entra à Rimini chez les Sœurs Tertiaires Franciscaines de Saint-Onuphre, qui prirent ensuite le nom de Franciscaines Missionnaires du Christ, sur sa proposition. Elle-même adopta le nom religieux de Maria Rosa di Gesù.

Il n’est pas dit qu’elle ait «abandonné» ses chers neveux et nièces adoptés quatre ans plus tôt, mais elle comprit que Dieu l’appelait à s’occuper d’enfants encore plus nombreux et, peut-être, plus nécessiteux. 

Elle s’occupa quelque temps des enfants de l’école maternelle à Sassuolo et à Ferrara, parmi lesquels des orphelins dont les papas étaient morts à la guerre. Elle se donna totalement à son travail, et quand on lui proposa de moins se dépenser, elle répondit : Je viens de la campagne, j’ai l’habitude de travailler !

Mais elle dut bientôt entrer au sanatorium de Sassuolo en 1945, victime d’une grave forme de tuberculose pulmonaire, prélude d’un long et douloureux calvaire qui devait s’achever vingt-sept années plus tard. Elle sera ensuite transportée au sanatorium de Gaiato, puis à celui de Bologne en 1948.

Pendant tout ce temps, son «monastère» fut sa chambre, avec la même fenêtre, le même paysage, la même montagne au loin, avec une santé déclinante, des poumons qui ne voulaient plus respirer, un cœur qui se fatiguait à tout propos, des douleurs paralysantes. Sans compter les traitements douloureux qui ne lui apportaient pas de soulagement réel.

Durant l’évolution de sa maladie, on devait lui retirer jusqu’à cinq fois par jour le liquide infectieux de la colonne vertébrale, ces ponctions si douloureuses que connaissent ceux qui furent frappés de méningite tuberculeuse. Maria Rosa faillit perdre la vue, elle ne pesait plus que quarante-trois kilos.

Un jour l’aiguille se cassa et l’on n’arrivait pas à la retirer ; on dut finalement se résoudre à la laisser dans la colonne vertébrale, depuis ce 28 octobre 1955 jusqu’à sa mort (dix-sept années).

Les saintes vertus de Maria Rosa se manifestèrent durant ces quasi trente années de souffrances, où elle ne ménagea pas ses efforts pour soulager, consoler, servir ceux qui se trouvaient dans la même situation qu’elle.

Garder le sourire et chercher à le communiquer, malgré l’obligation de rester dans l’inactivité extérieure et la proximité de la mort qui guette chacun de ces malades, c’est vraiment atteindre à l’héroïcité. 

Elle se consacra solennellement à Notre Dame du Carmel le 16 juillet 1946, et de nouveau à la Sainte Vierge le 8 décembre 1961 et fit trois fois le pèlerinage à Lourdes : mais Dieu ne permit pas pour elle le miracle d’une guérison. Ce sera elle qui, du Ciel, obtiendra des guérisons miraculeuses.

En 1967, pleine de joie, elle célébra ses «noces d’argent» religieuses, ainsi que celles de son «mariage avec la Croix», en 1970.

Le dernier jour de sa vie, 1er décembre 1972, désormais revenue à Sassuolo, elle prononça encore : Ce qui compte, c’est d’aimer le Seigneur. Je suis heureuse, parce que je meurs dans l’amour, je suis heureuse parce que je vous aime tous.

Maria Rosa a été béatifiée en 2007.

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens