Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

Josef Freinademetz

1852-1908

 

Josef naquit le 15 avril 1852 à Oies (Italie du Nord, alors en Autriche), un petit village de cinq maisons, à mille cinq-cents mètres d’altitude, dans une nombreuse famille pauvre et très chrétienne, qui le fit baptiser le jour-même.

C’était le quatrième de treize enfants, dont quatre moururent en bas âge. Le papa, Giovanmattia (Jean Mattias), très chrétien, avait fait un pèlerinage à la chapelle de la Sainte-Croix, à deux mille mètres d’altitude, et il emmenait ses enfants chaque jour à la Messe, à vingt minutes de chez lui. La maman s’appelait Anna Maria.

Chaque jour, la famille priait l’Angelus et le chapelet, puis travaillait aux occupations de la ferme, quelques bêtes et quelques arpents de terre.

Dans ce coin de terre perdu, on parlait le patois Ladin : Josef s’appelait Üjöp.

Il entra au séminaire de Bressanone, où il apprit d’abord l’allemand, mais on nota sa grande inclinaison pour les langues, car déjà mûrissait sa vocation missionnaire.

Ordonné prêtre en 1875, il fut vite apprécié des paroissiens de sa première cure, à Saint-Martin de Thum, non loin de son lieu de naissance.

Ayant fait la connaissance d’Arnold Janssen, fondateur du nouvel Institut du Verbe divin (v. 15 janvier), il intégra cette famille religieuse à Steyl (Hollande) en 1878 et, l’année suivante, fut envoyé en Chine, où il cherchera toujours à être un Chinois parmi les Chinois.

Après une préparation de deux ans à Hong-Kong, il arriva dans la province du Shandong, qui comptait douze millions d’habitants et cent cinquante-huit chrétiens. Il s’adressa au petit peuple, resta proche de la population, et refusa l’épiscopat qu’on lui proposait, tout en recouvrant plusieurs fois la charge d’administrateur apostolique, pour seconder l’évêque. 

Les chinois le surnommèrent Shèngfù Ruòsè (traduction de son nom en chinois) et le comparaient volontiers à Confucius, dont l’idéal moral leur paraissait ressembler beaucoup à celui de Josef : Il est toujours aimable, modeste, humble. 

Quant à lui, il écrivit à sa famille : J’aime la Chine et les Chinois. Je veux mourir parmi eux et être enterré au-milieu d’eux.

Il s’efforça de former des catéchistes autochtones pour le seconder dans la mission et rédigea pour eux un manuel catéchétique en langue chinoise.

Il travailla beaucoup à la formation des prêtres chinois et des missionnaires.

Fatigué, et atteint de tuberculose, il partit se reposer au Japon, mais revint vite lors d’une épidémie de typhus, pour soigner et soutenir ses chers Chinois malades.

Lui-même atteint par le mal, il mourut le 28 janvier 1908. A cette date il y avait environ quarante-cinq mille baptisés dans la mission, et autant de néophytes.

Une de ses expressions récurrentes était : La langue que tout le monde comprend, est celle de l’amour.

Josef a été béatifié en 1975, et canonisé en 2003 (en même temps que le fondateur, Arnold Janssen).

 

Le miracle retenu pour sa canonisation fut la guérison totale et inattendue, en 1987, d’un jeune Japonais de vingt-quatre ans, atteint de leucémie à la moelle épinière, avec complications diverses, immunodéficience malgré les diverses transfusions, complications respiratoires jusqu’à arrêt cardiaque. On l’avait mis en respiration artificielle et il était inconscient. On préparait déjà ses funérailles. Un prêtre qui l’avait connu commença une neuvaine à Josef Freinademetz : peu après, le jeune malade ne présentait plus de symptômes de leucémie, et toutes les séquelles disparurent en quelques semaines. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens