Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 23:00

Maria Corsini

1884-1965

 

Née le jour de la Saint Jean-Baptiste, le 24 juin 1884 à Florence (Italie), Maria était fille d’un militaire, Angelo Corsini, et de Giulia Salvi.

Angelo, capitaine de grenadiers, dut changer souvent de domicile, comme cela arrive pour tous les militaires. De Florence, on passa à Pistoia, puis à Arezzo, enfin à Rome (1893).

Maria étudia avec beaucoup de passion. Douée pour les lettres, elle obtint une licence dans une école de commerce.

Comme on l’a vu pour Luigi Beltrame (voir au 9 novembre), elle épousa ce jeune avocat en 1905.

Très unie à son époux, elle partagea avec lui une vie intensément chrétienne, sagement orientée par des prêtres de valeur : le père Pellegrino Paoli, le père Matteo Crawley (l’ardent apôtre de la dévotion au Sacré-Cœur) et le père Réginald Garrigou-Lagrange, un dominicain, très célèbre professeur à l’Université Pontificale de La Sapienza.

Ce couple qu’on peut qualifier d’exemplaire, eut quatre enfants : l’aîné, Filippo, fut prêtre à Rome ; la seconde, Stefania, fut bénédictine et supérieure à Milan (elle mourut en 1993) ; le troisième, Cesare, fut bénédictin, puis trappiste ; la quatrième, Enrichetta, fut une laïque consacrée.

La naissance de cette dernière (1914) s’annonçait dramatique, et le corps médical préconisait un avortement, par crainte pour la vie et du bébé et de la maman. Les parents refusèrent, la petite fille naquit en bonne santé.

Maria faisait le catéchisme à la paroisse et participait à maints mouvements d’action catholique. Durant la Première guerre mondiale, elle s’engagea volontairement comme infirmière dans la Croix-Rouge ; durant la Guerre d’Ethiopie, elle servira là-bas, ayant acquis une particulière expérience dans les soins des maladies tropicales.

A la mort de son mari (1951), elle pouvait dire : Nous n’avons jamais connu un moment d’ennui, de satiété, de fatigue.

Elle se retira dans sa maison de Serravalle di Bibbiena, construite pour elle par son époux, et écrivit des ouvrages, le dernier en 1955.

Elle vécut encore dix années et mourut le 25 août 1965.

Cas unique dans l’histoire de l’Eglise, Luigi et son épouse Maria furent béatifiés ensemble, en 2001 : leurs trois enfants vivants assistaient à la cérémonie.

 

Le miracle retenu pour cette béatification, fut la guérison imprévue, complète, durable et inexplicable scientifiquement, d’un Italien maintenant neurochirurgien, pour la guérison duquel on avait recouru à la commune intercession des deux époux.


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens