Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 23:00

 

Martyrs d’Otranto

† 1480

 

 

1. Situation géographique

 

Otranto est une petite ville à l’extrême pointe du talon de la botte italienne, dans la province des Pouilles, canton de Lecce. L’Albanie se trouve en face du canal d’Otrante, à environ 70 km.

La position d’Otranto en fit un port important entre Orient et Occident, et la ville devint un centre byzantin autant que normand, angevin et aragonais. Témoin de ces dominances est la cathédrale, construite au 11e siècle.

 

2. Situation historique

 

Le 28 juillet 1480, une énorme armée turque, provenant de Valona et conduite par Gedik Ahmed Pacha, se présenta sous les murs d’Otrante. On ne sait pourquoi les Turcs avaient besoin d’assiéger cette ville où ne vivaient que de braves gens.

La ville résista autant qu’elle put, mais le combat était très inégal : les Turcs, avec leur ravitaillement, avaient environ dix-huit mille hommes, tandis qu’Otrante n’en abritait que quelques milliers, assiégés et donc affamés.

Le 29 juillet, sous le bombardement effréné des Turcs, les habitants laissèrent le bourg pour se réfugier dans la citadelle. Les Turcs se ruèrent sur les lieux abandonnés, pillant et volant.

Gedik Ahmed Pacha proposa aux défenseurs de se rendre, mais ils refusèrent. Les bombardements reprirent jusqu’au 11 août, où les Turcs réussirent à s’emparer du château.

Ce fut un massacre organisé. Tous les hommes de plus de quinze ans furent tués ; les femmes et les enfants furent réduits en esclavage.

D’après certains récits, sur les vingt-deux mille habitants, douze mille furent massacrés et cinq mille réduits en esclavage, mais les historiens doutent que la ville pût abriter plus de six mille âmes, ce qui augmente encore plus l’infériorité de ceux-ci en face de l’envahisseur.

Pendant ce massacre, huit cents personnes environ se réfugièrent avec l’évêque, Stefano Agricoli, dans la cathédrale. Gedik Ahmed Pacha ordonna aux chrétiens de renier leur foi et d’adhérer à l’Islam. Sur le refus catégorique des Otrantins, sans aucun respect pour le lieu saint, les Turcs entrèrent dans la cathédrale, firent prisonniers les huit cents chrétiens qui s’y trouvaient, et y installèrent leurs chevaux.

Le vénérable évêque fut décapité et dépecé à coups de cimeterres ; sa tête fut embrochée sur une pique et portée par les rues de la ville dans un simulacre de procession.

Le commandant de la garnison, Francesco Largo, fut scié vivant.

Le tailleur Antonio Pezzulla, dit Primaldi, qui avait convaincu ses compatriotes de ne pas adhérer à l’Islam, fut un des premiers exécutés.

Le 14 août, Gedik Ahmed Pacha fit attacher le reste des survivants et les fit traîner au col de la Minerva, où il en fit décapiter plusieurs centaines, au moins huit cents, sous les yeux de leurs proches.

Il paraîtrait qu’alors un certain Bersabei, de l’armée turque, impressionné par le courage des Otrantins mourant pour leur foi, aurait ouvertement renié l’Islam et, pour ce fait, aurait été empalé par ses compagnons d’armes. 

Non contents d’avoir réduit à rien la forteresse d’Otrante et massacré tant d’innocents, les Turcs complétèrent leur besogne en détruisant un monastère proche, San Nicola di Casole, qui abritait la plus vaste bibliothèque de l’époque en Occident, avec une célèbre école.

Treize mois après, en octobre 1481, les Aragonais, sous la conduite d’Alfonso d’Aragon, reprirent Otranto. Ils retrouvèrent les corps des Martyrs, miraculeusement indemnes bien qu’étant restés sans sépulture aussi longtemps.  

En 1771, les Martyrs d’Otrante furent béatifiés.

En 2013, le pape François procéda à la canonisation d’Antonio Primaldi et de ses huit-cents concitoyens.

Ces Martyrs d’Otranto sont commémorés au Martyrologe le 14 août.

 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens