Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 00:00

Racho (Ragnobert)

† 659

 

Saint Racho (ou saint Ragnobert) occupa le siège épiscopal d’Autun entre saint Ferréol et saint Léger, entre 650 et 659. Son vrai nom serait en latin Rognabertus, ou Rachonis.

Ce fut le premier évêque d’origine franque, et c’est bien certainement l’élément le plus important qu’on puisse mentionner à son sujet. Après la longue occupation romaine, les Vandales et les Wisigoths avaient envahi la Gaule ; les Huns furent repoussés ; les Francs, venus des régions de la Baltique sous la conduite de Clovis, s’installèrent dans la plus grande partie de la Gaule aux Ve-VIe siècles. Le baptême de Clovis (498) fut suivi d’une conversion progressive des Francs, pour aboutir enfin au sacre du premier évêque issu de cette race, saint Racho.

Son nom figure au bas de deux privilèges d’Emmon de Sens, pour l’abbaye de Sainte-Colombe et pour celle de Saint-Pierre-le-Vif, en 658.

Parfait modèle de la vie religieuse, Racho engagea le clergé de sa cathédrale à mener une vie régulière. C’est qu’à cette lointaine époque, beaucoup de clercs étaient rattachés à un même sanctuaire, mais le cadre de leur vie n’était pas forcément bien défini, donnant lieu à des écarts regrettables. Saint Augustin à Hippone avait donné une règle à son clergé, suivi en cela par bien d’autres évêques. Racho fut de ceux-là.

Après sa mort, il fut enseveli dans une petite église dédiée aux apôtres Simon et Jude, et qui porta dès lors son nom. A la fin du XIIIe siècle, les reliques furent transférées dans la cathédrale d’Autun. Elles furent redécouvertes le 23 février 1669 et remirent le Saint au goût du jour. Dans l'ancienne cathédrale de Saint-Nazaire et Saint Celse, derrière le maître autel, il y en avait un plus petit dont la table était en marbre. Il tomba ce jour là de grosses pierres de la voûte qui brisèrent la table de marbre. Un chanoine découvrit alors une boîte d'étain qui renfermait un parchemin, attestant que cet autel avait été consacré le 2 avril 1530, par l’évêque Jacques Hurault, lequel y avait placé le corps de Saint-Racho, que l'on découvrit enveloppé soigneusement dans un linge. On transféra alors les reliques en la cathédrale, désormais consacrée à Saint-Lazare. Cette translation solennelle eut lieu un 26 février. 

A la Révolution, on parvint à sauver le chef et la plus grande partie des ossements, qui furent reconnus en 1803.

Actuellement une petite paroisse du diocèse porte son nom. L’église Saint-Racho, aux portes d’Autun, fut ensuite le siège d’un important prieuré, dont il ne reste rien aujourd’hui.

La fête de saint Racho a eu plusieurs dates : le vrai dies natalis retenu était le 28 janvier ; les diverses translations eurent lieu un 5 décembre et un 26 février, et c’est finalement le 14 février qui fut retenu comme fête principale.

Des suppositions ou des erreurs d’interprétation de quelques textes anciens ont voulu faire de saint Racho l’évêque à la fois d’Autun et de Bâle, alors qu’en réalité on ne connaît de lui que ce qu’on a dit plus haut. Les martyrologes les plus connus et les plus anciens ne mentionnent pas notre Saint, au point que le Martyrologe Romain n’en fait pas mention non plus.


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens