Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 23:49

Martyrs de Lyon

† 177

 

L’histoire de saint Pothin et de ses quarante-sept Compagnons nous a été transmise par des contemporains et nous permet de parler d’eux avec une grande certitude. La lettre, écrite par l’Eglise de Lyon, fut adressée à celles d’Asie Mineure, signe d’une grande union entre ces régions si distantes.

En 177, une hostilité soudaine s’éleva contre les Chrétiens de l’Eglise de Lyon. L’évêque en était Pothin, sans doute le vétéran de cette sainte Troupe d’Athlètes, la plus jeune étant Blandina.

La lettre vante le désir du martyre qui animait les courageux Martyrs, sans le moindre orgueil. Pour eux, l’unique Martyr est le Christ, eux s’estimant confesseurs médiocres et pauvres. Ils pardonnaient fraternellement ceux qui étaient tombés dans l’apostasie et étaient heureux de les ramener au Christ. Ils priaient pour leurs bourreaux.

Les Chrétiens furent d’abord pourchassés dans leurs maisons, aux bains publics, sur les places, et reçurent l’interdiction de paraître en public.

Ils reçurent mille vexations : insultes, coups, violences, spoliations, grêles de pierres, emprisonnements ; ils furent traduits au forum, questionnés publiquement par les magistrats, et remis en prison en attendant l’arrivée du gouverneur.

Il y eut cependant dix apostats, qui causèrent une grande tristesse aux prisonniers fidèles. Mais aussi, d’autres rafles apportèrent de nouveaux prisonniers. Il y eut aussi de faux témoins : des serviteurs des prisonniers les accusèrent de vices honteux, ce qui fit que même des amis s’en détournèrent.

Ces apostats, en réalité, n’eurent aucun avantage dans leur situation, car on les laissa en prison et ils endurèrent, bien contre leur volonté, les mêmes supplices que les Martyrs. Et tandis que ces derniers rayonnaient de joie de rejoindre bientôt le Christ, les apostats étaient tristes, honteux, et recevaient des badauds les mêmes insultes. Toutefois la charité et la patience des Martyrs surent regagner au Christ certains renégats, qui acceptèrent généreusement de mourir pour le Christ.

Certains des Martyrs portaient des noms d’origine grecque : Pothin, Vetius Epagatus, Alexandros, Attalos, Alcibiades, Pontikos, Biblis ; d’autres, d’origine latine : Sanctus, Maturus, Blandina… Ci-dessous, quelques détails sur certains d’entre eux.

Pothin, le vieil évêque de Lyon, avait plus de quatre-vingt-dix ans, se déplaçait avec difficulté et pouvait à peine respirer. Pourtant, sans égard pour son âge et ses infirmités, on le bouscula, on le frappa des poings et des pieds. Tous pensaient qu’ils auraient gravement manqué à leur devoir civique et religieux, s’ils s’étaient montrés tièdes à l’insulter. Jeté en prison, Pothin ne respirait déjà presque plus ; il mourut deux jours plus tard.

Vetius Epagatus, sans doute d’origine grecque, débordait de charité envers Dieu et le prochain ; sa vie austère lui méritait, malgré sa jeunesse, l’éloge donné au vieillard Zacharie : ‘Il marchait sans reproche dans tous les commandements et observances du Seigneur’ (Lc 1:6). Il était diligent pour rendre service, très zélé pour Dieu, tout bouillant de l’esprit. Un pareil homme ne put tolérer la procédure extravagante instituée contre nous. Dans un sursaut d’indignation, il réclama la parole, lui aussi, pour défendre ses frères et montrer qu’il n’y avait rien d’irréligieux ni d’impie parmi nous… Le gouverneur… se contenta de lui demander s’il était chrétien. Epagathus le reconnut d’une voix vibrante, et fut admis ainsi au nombre des martyrs.

Toute la colère de la plèbe, du gouverneur et de l’armée s’abattit sur Sanctus, Maturus et Attalos.

Sanctus, qui portait vraiment bien son nom, était diacre de Vienne ; il supporta toutes les violences des tortionnaires. Il résista avec une telle fermeté qu’il ne dit ni son nom, ni son pays, ni sa ville d’origine, ni s’il était esclave ou libre, mais à toutes les interrogations, il répondait en latin : ‘Je suis chrétien’ (Christianus sum). On lui appliqua alors des lames d’airain ardentes sur les parties les plus sensibles du corps, mais lui, ferme dans sa confession, s’abreuvait et se fortifiait à la Source céleste d’eau vive. Son pauvre corps n’était que plaies et meurtrissures. Cette chair n’avait plus forme humaine. Quelques jours après, on recommença à torturer le Martyr… Mais son pauvre corps se releva, se redressa dans ces nouveaux supplices ; il reprit sa forme, l’usage de ses membres. Ainsi, ce deuxième supplice ne fut pas une torture, mais une cure.

Maturus, était autant néophyte que généreux combattant.

Attalos, originaire de Pergame, était la colonne et le soutien de l’Eglise. Après une première série de tortures, il y fut à nouveau soumis le lendemain, avec Alexandros, qu’on va rencontrer plus bas. Attalos fut assis sur une chaise de métal brûlant et il s’écria : Vous voyez  : c’est vous qui maintenant êtes des mangeurs d’hommes. Nous autres, nous ne mangeons pas d’hommes, et nous ne faisons rien de mal. On lui demanda le nom de Dieu, il répondit : Dieu n’a pas de nom comme un homme. Il fut exécuté, livré aux bêtes.

Alexandros était un médecin originaire de Phrygie. Il vivait en Gaule depuis plusieurs années et tous le connaissaient pour sa foi et sa franchise. Il se tenait près du tribunal et faisait des signes de tête aux accusés pour les encourager. Au gouverneur qui lui demandait son identité, il répondit Chrétien ! Il fut condamné aux bêtes, comme on l’a vu avec Attalos.

Biblis était une de celles qui avaient apostasié, mais tandis qu’on la menait quand même au supplice, elle pensa à la damnation éternelle ; elle se ressaisit et dit aux calomniateurs : ‘Comment des gens qui ne doivent pas même prendre du sang d’animaux, pourraient-ils manger des enfants ?’

Ponticus était un jeune adolescent d’une quinzaine d’années. Comme Blandina, il resta calme et fidèle à sa foi. On fut sans pitié pour son jeune âge, en lui faisant passer par toutes les atrocités, au terme desquelles il rendit l’âme.

Alcibiades vivait dans une grande pauvreté, se contentant de pain et d’eau, et voulut maintenir ce régime en prison. Mais une inspiration divine lui fit dire par Attalos qu’il devait manger de tout, comme les autres.

Blandina, la plus jeune de tout le groupe, étonna tout le monde par sa fermeté et son courage. Elle fatigua et découragea les bourreaux, qui se succédèrent près d’elle du matin au soir et épuisèrent l’arsenal des supplices. Ils s’avouèrent vaincus : ils n’avaient plus rien à lui faire. Ils s’étonnaient qu’il lui restât encore un souffle de vie, alors que tout son corps était déchiré et labouré. Ils certifiaient que le moindre de ces tourments était suffisant pour ôter la vie : et tout leur assortiment n’avait pas réussi. 

Après l’échec des premières tortures, Maturus, Sanctus, Blandina et Attalos furent conduits aux bêtes. Maturus et Sanctus furent à nouveau soumis aux fouets, puis aux assauts des bêtes, et aussi à la chaise de fer chauffée à blanc, avant d’être décapités. Les bêtes ne touchèrent pas à Blandina, qui fut attachée à un poteau. On la détacha pour la remettre en prison. Attalos dut faire le tour de l’amphithéâtre, précédé d’une pancarte portant l’inscription Attalos chrétien. Mais il était citoyen romain, et le gouverneur le fit remettre en prison, en attendant la décision de l’empereur. Celui-ci répondit qu’il fallait mettre à mort les persévérants, et libérer les renégats. Les porteurs du droit de cité romaine furent décapités, les autres furent envoyés aux bêtes fauves.

Celle qui semblait la plus faible, la plus chétive, la plus fragile, fut cette admirable Blandina. Torturée et mutilée sur tout son corps, elle restait joyeuse. On lui infligea encore les fouets, puis les bêtes, puis le gril, elle fut mise dans un filet et livrée à un taureau, qui la souleva plusieurs fois en l’air et la laissant retomber à terre. Mais Blandine y était insensible, elle n’était plus sur terre : son esprit était déjà avec son Epoux céleste. Elle fut enfin décapitée. Les païens reconnurent que jamais une femme n’avait enduré tant de tortures.

Mais l’histoire des Martyrs de Lyon ne s’arrêta pas là. Les ennemis du Christ s’acharnèrent encore sur leurs cadavres. Ceux qui étaient morts en prison, furent jetés aux chiens. Ce qui restait après la fureur des bêtes ou l’ardeur du bûcher, fut exposé à l’air pendant six jours, puis brûlé. Les cendres furent balayées dans le Rhône. 

Voici maintenant la liste alphabétique de ces quarante-huit Martyrs, vingt femmes et vingt-sept hommes :

  1. Æmilia 
  2. Æmilia altera
  3. Albina
  4. Alexandros
  5. Antonia
  6. Apollonius
  7. Aristeus
  8. Asclibiades
  9. Attalus
  10. Ausona
  11. Biblis
  12. Blandina
  13. Comminus
  14. Cornelius
  15. Domna
  16. Geminianus
  17. Geminus
  18. Grata
  19. Helpis
  20. Iamnica
  21. Iulia
  22. Iulia altera
  23. Iulius
  24. Iusta
  25. Iustus
  26. Macarius
  27. Materna
  28. Maturus, neophyte
  29. October
  30. Philomenus
  31. Pompeia
  32. Pompeia altera
  33. Ponticus
  34. Potamia
  35. Pothin, évêque
  36. Primus
  37. Quartia
  38. Rodana
  39. Sanctus, diacre
  40. Silvius
  41. Titus
  42. Trophima
  43. Ulpius
  44. Vetius Epagatus
  45. Vitalis
  46. Zosimus
  47. Zoticus

Les Martyrs de Lyon sont commémorés le 2 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 23:48

Erasmus de Formia

† 303

 

Originaire de Syrie, Erasmus y aurait été ordonné évêque, pour le siège d’Antioche.

Lors de la persécution de Dioclétien, il dut se réfugier pendant sept ans dans la montagne, où un corbeau lui apporta sa nourriture.

Découvert, il refusa de sacrifier aux dieux païens, fut frappé de coups, jeté dans un feu, privé de nourriture, tortures dont il fut délivré par une intervention angélique.

L’ange l’emmena en Illyrie, où il fit beaucoup de conversions, avant de subir de nouveaux supplices.

Il fut alors conduit par l’archange Michel à Formia (Campanie, Italie C), devenant ainsi le premier évêque de ce siège, où cependant il expira après sept jours.

Erasmus est représenté éventré, les intestins enroulés sur un treuil, supplice qui toutefois n’est pas mentionné dans la Passio. Il n’empêche qu’Erasmus est invoqué pour les maux de ventre. Il est aussi au nombre des quatorze Saints Auxiliateurs (v. notice Auxiliateurs).

Saint Erasmus de Formia est commémoré le 2 juin dans le Martyrologe Romain.

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 23:43

Joseph Tho Tiến

1918-1954

 

Ce martyr fait partie des 17 Martyrs du Laos, pour lesquels des notices sont en préparation.

Joseph naquit le 5 décembre 1918 à Ban Ten (Muang Xôi, Houaphan, Laos) ; son père et déjà son grand-père étaient des chrétiens exemplaires.

En 1929, Joseph entra à l’école des catéchistes à Hu L, au Vietnam, car sa province d’origine était alors rattachée à celle du Vietnam.

En 1937, il fut admis au Petit séminaire. Intelligent, bon élève, il sera le seul à passer ensuite au Grand séminaire. Il fut apprécié de tous, supérieurs et fidèles.

En 1942, il fut au Grand séminaire de Hanoï mais, à cause de l’agitation politique, il dut rentrer (à pied) au Laos en 1946, où sévissait aussi la guerre. Il ne put achever ses études qu’à Saïgon.

En 1949, il fut ordonné prêtre à Hanoï, pour le diocèse de Thanh Hóa. Son poste sera à Sam Neua. Pendant la brève accalmie de ces années-là, il réorganisa la mission, et fut un prêtre zélé au milieu de ses fidèles.

Malheureusement, en 1952, la guerilla reprit ; la mission fut évacuée, mais Joseph resta sur place prêt à donner (sa) vie pour (ses) frères laotiens.

A Pâques, il fut arrêté, jugé, mis en prison et conduit en camp de «rééducation». Il refusa constamment d’apostasier et de se marier.

Le 2 juin 1954, toujours ligoté, encadré par quatre gardiens, il fut abattu de cinq balles. il reçut la palme du martyre à Ban Talang (Houaphan, Laos).

Il a été béatifié le 11 décembre 2016.

Son dies natalis sera le 2 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 22:59

Theophilus d’Alexandrie

† 249

 

Se reporter à la notice Ammon, Zeno, Ptolemæus, Ingenis, Theophilus d’Alexandrie

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 22:58

Ingenis d’Alexandrie

† 249

 

Se reporter à la notice Ammon, Zeno, Ptolemæus, Ingenis, Theophilus d’Alexandrie

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 22:57

Ptolemæus d’Alexandrie

† 249

 

Se reporter à la notice Ammon, Zeno, Ptolemæus, Ingenis, Theophilus d’Alexandrie

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 22:54

 Zeno d’Alexandrie

† 249

 

Se reporter à la notice Ammon, Zeno, Ptolemæus, Ingenis, Theophilus d’Alexandrie

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 22:53

 

Ammon, Zeno, Ptolemæus, Ingenis, Theophilus d’Alexandrie

† 249

 

Une lettre de l’évêque Dionysios d’Alexandrie (v. 8 avril), à l’adresse de l’évêque Fabius d’Antioche relate les détails suivants : 

Toute une escouade de soldats, Ammon, Zeno, Ptolemæus, Ingenis et avec eux le vieillard Theophilus, se tenaient devant le tribunal. Alors qu’on jugeait comme chrétien quelqu’un qui inclinait déjà vers l’apostasie, ceux-ci qui étaient près de lui grinçaient des dents, faisaient des signes de tête, tendaient les mains, gesticulaient de tous le corps. Tout le monde se tourna de leur côté, mais avant qu’on n’eût saisi aucun d’eux, ils se hâtèrent de monter sur le degré, disant qu’il étaient chrétiens ; le gouverneur et ses assesseurs furent remplis de crainte, ceux qui étaient jugés parurent remplis de courage ; ils étaient décidés à être condamnés et les juges avaient peur. Ces hommes sortirent solennellement du tribunal, se réjouissant de leur témoignage : Dieu les faisait triompher glorieusement. 

Le texte ne dit pas si le pauvre Chrétien qui était sur le point d’apostasier, se ressaisit : le martyre des cinq soldats l’éclipsa. De cet unique texte concernant ces Martyrs, il ressort qu’en réalité c’étaient ces courageux soldats, avec ce vieil homme, qui étaient vainqueurs, tandis que les juges étaient totalement désemparés devant eux.

Ils furent décapités, le 1er juin 249.

Saints Ammon, Zeno, Ptolemæus, Ingenis, Theophilus d’Alexandrie sont commémorés le 1er juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 22:51

Liberianus de Rome

† 165

 

Se reporter à la notice Chariton, Charitus, Evelpistus, Ierax, Pœon et Liberianus de Rome

Partager cet article
Repost0
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 22:50

Pœon de Rome

† 165

 

Se reporter à la notice Chariton, Charitus, Evelpistus, Ierax, Pœon et Liberianus de Rome

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens