Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 10:42

Ioannis II de Jérusalem

† 417

 

Jean fut choisi pour être le quarante-deuxième évêque et patriarche de Jérusalem. Il succédait à s.Cyrille (v. 18 mars), ce qui suppose qu’il en avait les qualités et la doctrine.

Mais son épiscopat fut troublé par des polémiques théologiques.

L’autorité de Jean fut contestée par rien moins que s.Jérôme (v. 30 septembre), dont on connaît la plume acerbe, lorsqu’il en éprouvait la nécessité. Quand Jean accueillit charitablement chez lui les moines égyptiens chassés par l’évêque Théophile d’Alexandrie, qui les accusait de déviation origéniste, Jérôme s’en prit violemment contre le patriarche Jean.

Jérôme y revint à propos d’un certain Pelagius, dont la doctrine, en Occident, était cette fois-ci sévèrement mise en accusation par s.Augustin d’Hippone (v. 28 août). Pelagius fut accueilli pendant un certain temps à Jérusalem, en 411, avant d’en être expulsé.

L’autorité de Jérôme a fait que les écrits de Jean furent éclipsés, parfois oubliés, ou attribués à d’autres. Il semble que Jean ait été l’auteur de Catéchèses Mystagogiques, d’homélies diverses qu’on a conservées en grec, en géorgien, en arménien.

Saint Jean II de Jérusalem est commémoré le 10 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 10:41

Petronius de Die

† 463

 

D’une famille sénatoriale d’Avignon, Petronius avait un jeune frère, Marcel.

Petronius se fit moine à l’abbaye de Lérins.

Vers 453, il fut choisi pour être le dixième évêque de Die.

Ce pasteur fut constamment occupé de l’instruction de son peuple.

Il s’appliqua aussi à former son frère Marcel et l’eut comme assistant pendant dix années, c’est-à-dire pendant toute la durée de son épiscopat.

Petronius mourut vers 463, un 10 janvier.

C’est son frère Marcel qui lui succéda (v. 17 janvier).

Le tombeau de Petronius fut témoin de miracles éclatants.

Saint Petronius de Die est commémoré le 10 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 10:40

Marcianus de Constantinople

† 471

 

Marcianus naquit et vécut à Constantinople, mais était de famille romaine apparentée à la famille impériale de Théodose.

Ses parents étaient riches, mais lui remirent surtout la richesse de leur foi : Marcianus grandit dans l’innocence des mœurs, dans la prière et les jeûnes, à l’imitation de s. Jean-Baptiste. A cette sainte vie correspondait aussi une grande largesse envers les pauvres et l’Eglise, que Marcianus pratiquait en toute discrétion, selon le précepte de Jésus : Que ta gauche ignore ce que fait ta droite (Mt 6:3).

La patriarche Anatolios († 458) voulut l’ordonner prêtre ; Marcianus n’accepta qu’après avoir longuement médité, se sentant indigne.

Il fit de l’instruction des pauvres son emploi de prédilection, et mit sa fortune à leur service ; il fit bâtir des églises, des hôpitaux.

Comme cela arrive quand la vertu vécue est une leçon vivante et un reproche pour les faibles, une cabale s’abattit sur le pauvre Marcianus, qu’on accusa de novatianisme ; sagement, patiemment, il ne répondit rien, et cette persécution ne lui fit rien d’autre que de le purifier davantage.

Le patriarche Gennadios († 471) au contraire ne l’en estima que davantage et le nomma économe, en quelque sorte vicaire général. Marcianus n’en fut que plus humble et plus désintéressé, continuant son travail de bâtisseur ou de restaurateur.

Un jour qu’il avait donné à un malheureux son propre habit de dessous, on vit sous sa tunique un habit tout brillant d’or et de diamants. Ce miracle, et d’autres, aidèrent bien des hérétiques à se convertir.

Marcianus mourut vers 471.

Saint Marcianus de Constantinople est commémoré le 10 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 16:45

Iulianus de Beauvais

† 290

 

Se reporter à la notice Lucianus, Maximianus et Iulianus de Beauvais

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 16:44

Maximianus de Beauvais

† 290

 

Se reporter à la notice  Lucianus, Maximianus et Iulianus de Beauvais

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 16:41

Lucianus, Maximianus et Iulianus de Beauvais

† 290

 

Des incohérences chronologiques ont fait abandonner les premières recensions du martyre de ces trois héros.

Lucien, prêtre de Rome, fut envoyé pour prêcher en Gaule et son territoire fut le Beauvaisis, tandis que Denys était à Lutèce et Quentin à Soissons.

L’apostolat de Lucianus fut très fructueux et nombreux furent les convertis de l’idolâtrie. 

Cet heureux travail fut (humainement) entravé par des magistrats romains, dont le tristement célèbre Rictiovarus, qui s’emparèrent de Lucianus et de ses deux compagnons, Maximianus et Iulianus.

On chercha à les faire apostasier, par de belles promesses, puis par les menaces, qui n’émurent pas nos Héros. On décapita Maximianus et Iulianus, puis Lucianus, à quatre milles de la ville de Beauvais.

Ajoutons que, parfois, on fait de Lucianus un évêque, ce qui ne semble pas assuré historiquement.

Saints Lucianus, Maximianus et Iulianus de Beauvais sont commémorés le 8 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 16:40

Helladios de Lybie

3e siècle

 

Se reporter à la notice Theophilos et Helladios de Lybie

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 16:38

Theophilos et Helladios de Lybie

† 3e siècle

 

Theophilos et Helladios vivaient en Lybie.

Le premier était diacre ; l’autre, non : peut-être un camarade de Theophilos, un parent, un néophyte gagné par la prédication du Diacre ?

La tradition des ménologes grecs affirme qu’ils furent d’abord déchirés avec des lanières de cuir, puis piqués avec des pointes très aiguës, enfin jetés dans le feu.

Leur martyre est mentionné au 8 janvier.

Saints Theophilos et Helladios de Lybie sont commémorés le 8 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 16:37

Patiens de Metz

† 4e siècle

 

Patiens (Patient), d’après une ancienne tradition, aurait été Grec d’origine et aurait connu l’apôtre s.Jean lui-même en Asie Mineure.

Il aurait été choisi par Jean, à la demande de s.Pierre, pour aller prêcher l’Evangile dans la région de Metz. Jean lui aurait remis alors une de ses dents (?) en l’assurant qu’il aurait parlé la langue des habitants de Metz et le consacra évêque avant de l’envoyer en mission.

Patiens serait ensuite mort vers 157, à Metz, où ses reliques demeurèrent jusqu’à la Révolution.

Une chronologie plus exacte aurait établi qu’il fut, certes, le quatrième évêque de cette ville, mais au quatrième siècle.

Saint Patiens de Metz est commémoré le 8 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 16:35

Lucianus, Maximianus et Iulianus de Beauvais

† 290

 

Des incohérences chronologiques ont fait abandonner les premières recensions du martyre de ces trois héros.

Lucien, prêtre de Rome, fut envoyé pour prêcher en Gaule et son territoire fut le Beauvaisis, tandis que Denys était à Lutèce et Quentin à Soissons.

L’apostolat de Lucianus fut très fructueux et nombreux furent les convertis de l’idolâtrie. 

Cet heureux travail fut (humainement) entravé par des magistrats romains, dont le tristement célèbre Rictiovarus, qui s’emparèrent de Lucianus et de ses deux compagnons, Maximianus et Iulianus.

On chercha à les faire apostasier, par de belles promesses, puis par les menaces, qui n’émurent pas nos Héros. On décapita Maximianus et Iulianus, puis Lucianus, à quatre milles de la ville de Beauvais.

Ajoutons que, parfois, on fait de Lucianus un évêque, ce qui ne semble pas assuré historiquement.

Saints Lucianus, Maximianus et Iulianus de Beauvais sont commémorés le 8 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Theophilos et Helladios de Lybie

† 3e siècle

 

Theophilos et Helladios vivaient en Lybie.

Le premier était diacre ; l’autre, non : peut-être un camarade de Theophilos, un parent, un néophyte gagné par la prédication du Diacre ?

La tradition des ménologes grecs affirme qu’ils furent d’abord déchirés avec des lanières de cuir, puis piqués avec des pointes très aiguës, enfin jetés dans le feu.

Leur martyre est mentionné au 8 janvier.

Saints Theophilos et Helladios de Lybie sont commémorés le 8 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Patiens de Metz

† 4e siècle

 

Patiens (Patient), d’après une ancienne tradition, aurait été Grec d’origine et aurait connu l’apôtre s.Jean lui-même en Asie Mineure.

Il aurait été choisi par Jean, à la demande de s.Pierre, pour aller prêcher l’Evangile dans la région de Metz. Jean lui aurait remis alors une de ses dents (?) en l’assurant qu’il aurait parlé la langue des habitants de Metz et le consacra évêque avant de l’envoyer en mission.

Patiens serait ensuite mort vers 157, à Metz, où ses reliques demeurèrent jusqu’à la Révolution.

Une chronologie plus exacte aurait établi qu’il fut, certes, le quatrième évêque de cette ville, mais au quatrième siècle.

Saint Patiens de Metz est commémoré le 8 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Severin du Norique

410-482

 

Severin provenait, croit-on, de l’Afrique du Nord, où il naquit vers 410, dans une famille distinguée. Mais Severin lui-même aurait constamment cherché, par discrétion, à cacher son origine.

Il dut fuir sa région vers 437 devant les Vandales ariens, et aurait gagné d’abord l’Asie Mineure où il aurait vécu dans un monastère. Puis il serait venu à Astura dans le Norique, l’actuelle région d’Autriche au sud du Danube.

Ce serait vers 454. Discrètement, il s’associa à la vie locale, priant, rendant service. Un jour, sortant de son habituel silence, il avertit toute la population que les Barbares approchaient. On se moqua de lui, et Severin gagna la ville proche de Commagen. Même scène, même incrédulité, mais un vieillard arriva bientôt d’Astura, annonçant qu’il fallait croire à cet individu, car justement Astura venait d’être dévastée. Les habitants de Commagen alors s’émurent et passèrent trois jours en prière et en pénitence. Un tremblement de terre alors se déchaîna de nuit et les Barbares, affolés, s’entretuèrent, libérant alors la ville.

On chercha à en savoir plus sur cet homme mystérieux, mais Séverin ne révéla jamais rien sur lui-même.

Après Commagen, il prêcha à Favianes, dans des circonstances similaires ; mais alors la population crut à sa parole, se convertit sincèrement et fut ainsi libérée de la menace de la famine et des Barbares.

Vers 455, Severin fonda un monastère non loin de Favianes. Il réunit près de lui une petite communauté de saints moines.

Personnellement, il avait une vie très mortifiée : son lit était un cilice étendu à terre ; son unique vêtement, une tunique été comme hiver ; jeûne quotidien, une nourriture discrète au coucher du soleil ; en carême, un seul repas par semaine ; toujours pieds nus.

Plein d’une charité inépuisable, Séverin rachetait les captifs. Il opéra des miracles, et même la résurrection d’un mort, mais ceci ne fut connu qu’après sa mort.

Au moment de mourir, il prophétisa à ses moines qu’ils devraient quitter la région. 

Il mourut à Mautern an der Donau, le 8 janvier 482, au lendemain de l’anniversaire de s.Valentin, l’évêque de Rhétie mort en 475.

En 488, une nouvelle invasion de Barbares obligea effectivement les moines à partir ; ils voulurent emmener le corps de leur Père, qu’ils trouvèrent intact. Le cortège descendit en Italie et de nombreux miracles se produisirent au passage du saint corps. On arriva près de Naples, à Lucullanum, où un nouveau monastère fut construit et où l’on plaça le corps de s.Severin. 

En 910, nouveau transfert du corps dans l’abbaye bénédictine de Naples.

Saint Severin du Norique est commémoré le 8 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens