Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 07:46

Pourçain, abbé en Auvergne

† 532

 

Portianus - Pourçain, était l’esclave d’un païen assez dur, dans le Massif Central. Il gardait probablement les porcs, d’où son nom.

Plusieurs fois il chercha à s’enfuir, trouvant refuge auprès du monastère proche. 

Au bout de plusieurs de ces épisodes, Pourçain supplia l’abbé de convaincre son patron de ne plus le malmener comme avant. Ayant promis, le patron voulut prendre le chemin du retour avec son esclave, mais il devint aveugle et ses yeux le torturaient. Il supplia l’abbé, qui ordonna à Pourçain d’imposer ses mains sur les yeux malades ; Pourçain, humblement, n’osait, mais finalement le fit, et son patron fut totalement guéri.

Successivement, Pourçain put entrer dans ce monastère et sa sainteté le fit choisir pour succéder à l’abbé (481).

Il s’imposa des mortifications sans doute excessives. A force de jeûnes, il n’avait plus de salive et, pour humecter ses gencives, il y appliquait du sel en été.

En 532, déjà fort âgé, il alla trouver le roi Théodoric dont les soldats avaient envahi l’Auvergne et ravageaient tout sur leur passage, emmenant avec eux beaucoup de prisonniers. Une fois dans le camp du roi, Pourçain fut accosté par l’officier du roi qui lui offrit une coupe de vin : Pourçain bénit cette coupe, qui se rompit, laissant le vin couler par terre tandis qu’un vilain serpent s’en éloignait. La coupe était empoisonnée ! Toute l’armée alors vint vénérer le saint vieillard et le roi libéra tous les captifs qu’il avait pris.

Ce n’était pas la seule attaque du Démon. Une nuit, il fit apparaître des flammes dans la cellule de l’abbé, qui les fit disparaître d’un signe de croix.

Pourçain mourut à un âge très avancé, mais à une date inconnue ; en tout cas après 532.

Le petit monastère qu’il dirigea, s’appelait Mirandense ; on sait seulement qu’il prit par la suite le nom de Saint-Pourçain.

Saint Pourçain est commémoré le 24 novembre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 17:14

Séverin de Paris

† 540

 

Séverin fut un ermite, qui vivait en reclus sur les bords de la Seine près de Paris, au temps du roi Childebert 1er.

Sa sainte vie attira beaucoup de gens, par curiosité pour les uns, comme c’est souvent le cas, par respect pour d’autres, que ce genre de vie attirait.

S.Cloud (Clodoald, v. 7 septembre) fut de ceux qui vinrent auprès de Séverin par réel désir de se consacrer à Dieu. Séverin remit à Cloud l’habit religieux et le tonsura.

On ne dit rien d’autre sur Séverin, et c’est regrettable.

Il mourut vers 540.

L'église Saint-Séverin s'élève sur l'emplacement de son ermitage.

Saint Séverin de Paris est commémoré le 23 novembre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 00:42

Pragmatius d’Autun

† 520

 

Il fut le onzième évêque d’Autun.

Les dates de son épiscopat (500-520) demeurent approximatives.

Il est prouvé qu’il assista au concile d’Epaone (517).

Pragmatius fut un ami de deux autres saints évêques, Sidoine Apollinaire et Avit de Vienne (v. 21 août et 5 février).

Il s’efforça beaucoup de calmer les révoltes locales suscitées par les trop fortes pressions du royaume franc.

On pense que Pragmatius mourut vers 520.

Saint Pragmatius d’Autun est commémoré le 22 novembre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 21:58

Colman mac Duagh

560-632

 

Colman naquit vers 560 à Cork (Kiltartan, County Galway, Irlande), «fils de Duac» (mac Duach), roi, et de la reine Rhinagh.

Pour son éducation, il fut envoyé au monastère de s.Enda sur l’île d’Inis Mór.

Il se construisit une église (Teampuill Mor Mhic Duagh), un petit oratoire (Teampuill beg Mhic Duagh), et quelques autres aussi.

Il vécut en reclus, s’imposant de longs jeûnes et d’autres mortifications, d’abord sur l’île d’Inis Mór (Inishmore), puis , vers 590, dans une caverne du Boireann (Burren), alors couverte de forêt.

Il était parent du roi Guaire Aidne mac Colmáin, avec lequel il fonda en 610 le monastère de Kilmacduagh («église du fils de Duach»).

Colman fut abbé-évêque de ce monastère pendant plus de vingt ans.

Une très plaisante anecdote se raconte sur la sainteté de Colman. Il aimait et respectait profondément toutes les bêtes. Il réussit à apprivoiser une petite souris qui, pendant longtemps, vint se frotter contre l’oreiller de Colman pour le réveiller au moment de prier la nuit.

Il dressa aussi une mouche, en la priant de se poser sur son parchemin de prières juste à l’endroit où il se serait arrêté si on l’appelait ; c’est ainsi qu’un jour où il reçut la visite d’un pèlerin de passage, il pointa de son doigt l’endroit où il s’était arrêté de lire et la mouche y resta, pendant plus d’une heure.

Mais une mouche ne vit pas longtemps ; cette fidèle petite bête mourut à la fin de l’été ; et la souris également. Colman en était tellement attristé qu’il l’écrivit à s.Colomba (v. 9 juin), qui lui répondit : Tu étais trop riche avec ces bêtes, c’est pourquoi tu es triste maintenant. C’est ce qui arrive lorsqu’on est riche. Ne sois plus riche désormais.

Colman mourut le 29 octobre 632.

Plusieurs des oratoires qu’avait construits Colman sur l’île d’Inis Mór, furent détruits sous Cromwell.

Saint Colman mac Duagh est commémoré le 29 octobre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 21:57

Dodon de Moustier-en-Fagne

681-750

 

Dodon naquit dans la propriété de ses parents au Vaux (Lomme, Nord).

Il reçut le baptême des mains de s.Ursmer (v. 18 avril).

Il n’avait que sept ou huit ans, lorsqu’il vint à l’abbaye de Lobbes, qui était dirigée par s.Ursmer.

Peu après 697, Ursmer choisit Dodon pour être à la tête du nouveau monastère de Wallers (Moustier), mais Dodon préféra se retirer et vivre en ermite non loin de là, vivant d’eau et de racines.

Il recherchait la solitude, mais Dieu lui donna le don des miracles, et il guérit de nombreux malades qu’on lui amenait. Il guérissait particulièrement les rhumatismes et les douleurs de reins (peut-être aussi parce que le nom de «Dodon» évoquait le «dos»).

Dodon mourut vers 750, en grande odeur de sainteté. On l’enterra à l’endroit de sa cellule d’ermite.

Le prieuré, cependant, fut détruit et reconstruit en 844 ; puis il fut entièrement brûlé par les Normands et ne fut rebâti qu’un siècle plus tard.

Mais si les bâtiments matériels n’étaient plus sur pied, les miracles, eux, continuaient, rendant vraiment célèbre le nom de Dodon, au point que l’évêque, en 889, procéda au transfer du corps de Dodon à l’intérieur du monastère de Wallers.

En 891, ce monastère de Wallers fut à son tour dévasté par une nouvelle invasion barbare ; les restes de Dodon furent épargnés, mais on les oublia. Un prieur, Liutbert, stimula la générosité de tous les habitants pour relever les murs du petit prieuré de Wallers : le monastère reprenait vie en 950. Mais la Providence ne voulait pas laisser dans l’ombre les restes précieux de Dodon. Liutbert fut averti par trois fois d’en informer le doyen puis l’évêque. C’est alors que le corps de Dodon fut solennellement «élevé», transporté avec grande solennité devant le maître-autel (953).

Plus tard, ce petit monastère fut appelé Monasterium in Fania, Moustier-en-Fagne.

Le dernier prieur sera arrêté en 1793 par les révolutionnaires.

Une communauté de Bénédictines s’y est installée en 1968, et une de Bénédictins en 1981, dans un bâtiment proche.

Saint Dodon de Moustier-en-Fagne est commémoré le 29 octobre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 07:35

Mauro de Cesena

895-946

 

Il naquit dans les dernières années du 9e siècle, on n’en sait pas plus, mais on peut supposer que la famille habitait la région de Ravenne (Emilie-Romagne, Italie NE).

Il fut, dit-on, moine bénédictin.

Son oncle, Jean, archevêque de Ravenne, devint le pape Jean X en 914 et, peu après, le nomma vingt-neuvième évêque de Cesena.

Le nouvel évêque n’aimait pas la vie qu’on menait à Rome et jusqu’au Vatican, alors. Il demanda au pape, son oncle, la permission de construire sur le voisin Mont Spaziano un petit ermitage avec une église, où il pouvait s’isoler et prier. C’est là qu’il voulait être enseveli.

On ne connaît pas la date précise de sa mort, un 21 novembre, vers 946, étant donné qu’un autre évêque de Cesena, nommé Goffredo, est signalé en 955, lui-même successeur de Costanzo, le propre neveu de notre Mauro.

La tombe de Mauro, près de la petite église dont il était question plus haut, fut complètement oubliée, mais un premier miracle, puis un second, éveillèrent l’attention des fidèles et des évêques. On reporta les restes de Mauro à l’intérieur de l’église, qui fut agrandie grâce aux offrandes des fidèles. Ce rite équivalait alors à une canonisation.

L’ermitage aussi fut agrandi ; un beau monastère était florissant en 1042.

Quand la ferveur retomba, la tombe fut à nouveau oubliée. On la retrouva au 15e siècle et les reliques de Mauro furent transférées dans la nouvelle cathédrale de Cesena.

Saint Mauro de Cesena est commémoré le 21 novembre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 22:41

Faron de Meaux

† 670

 

Faro (Burgondofaro) naquit d’Agneric (ou Chagnoric), de famille burgonde ; un de ses frères Waldebert fut abbé de Luxeuil ; un autre frère, Chagnoald, fut évêque de Laon ; leur sœur Burgundofara fonda l’abbaye de Faremoutiers («Monastère de Fare»).

Faro (on l’appelle Faron) vécut à la cour de Thibert II, puis de Theodoric et Clotaire II. Il s’y distingua en secondant le roi dans des œuvres de charité en faveur des innocents, des orphelins, des veuves.

Il épousa Bildechilde. Cette sainte union cependant s’acheva dans la continence parfaite : Bildechilde se fit moniale, et Faron entra dans la cléricature.

En 625, Faron fut nommé dix-neuvième évêque de Meaux, succédant à Gondoald (et non à son frère Waldebert, qui n’a jamais été évêque).

Faron fit beaucoup pour le développement de la vie monastique. Il y a des documents montrant son attention en faveur de l’abbaye de Rebais, de Saint-Pierre-le-Vif à Sens, de Corbie, de Soissons, et de bien d’autres. Il accueillit s.Fiacre (v. 30 août) et lui donna un terrain pour s’établir.

L’épiscopat de Faron dura… quarante-sept années. Il mourut le 28 octobre 672.

L’abbaye Sainte-Croix de Meaux, fondée par Faron, prit ensuite le nom de Saint-Faron. L’église en fut détruite lors de la Révolution.

Saint Faron de Meaux est commémoré le 28 octobre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 22:40

Germain de Talloires

975-1080

 

Germain de Montfort était d’origine flamande, de Montfort ou de Tirlemont (Malines) et naquit approximativement en 975.

Il étudia la théologie à l’université de Paris, puis entra à l’abbaye de Savigny.

Un prieuré fut fondé à Talloires (Haute-Savoie) en 1018 par le roi de Bourgogne Rodolphe III et sa femme Ermengarde.

L’abbé de Savigny envoya alors quatre moines pour cette nouvelle fondation. Il s’agit de Germain et de son frère Ruph, ainsi qu’Ismius et Ismidon. Ils s’y installent vers 1018-1020.

Germain fut le premier prieur. Il aurait bientôt décidé de faire le pèlerinage de Jérusalem.

A son retour vers 1033, il se retira dans la solitude d’une grotte voisine, et rejoignait les frères pour la prière de l’Office divin.

Il aurait pratiqué des pénitences peu communes, qui ne l’empêchèrent pas de vivre plus que centenaire.

On admet traditionnellement que s.Bernard de Menthon (v. 15 juin) fut son disciple.

Il mourut le 28 octobre vers 1066 ou 1080.

Ruph, Ismius et Ismidon succédèrent à Germain comme prieurs : tous trois se retirèrent aussi dans quelque grotte.

Au 17e siècle, s.François de Sales (v. 28 décembre) procéda à un solennel transfer des reliques de Germain, qu’il aurait bien voulu imiter en se retirant à son tour dans cet ermitage.

Le culte de Germain fut approuvé en 1889.

Saint Germain de Talloires est commémoré le 28 octobre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 10:39

Odran d’Iona

 † 563

 

Odranus (Otteran, Odhran, Oran) est présenté traditionnellement comme un descendant de Conall Gulbán.

Il aurait été abbé à Tyfarnham (Meath) et aurait vécu plus de quarante années dans la région de Latterach (Tipperary), où il construisit une église en 520. En 563, il fut un des onze compagnons de Columba (v. 9 juin) qui s’installèrent sur l’île d’Iona.

Une histoire invraisemblable raconte qu’Odran s’offrit lui-même pour être enterré vivant sous les fondations d’une chapelle que Columba ne réussissait pas à construire, la retrouvant chaque matin démolie. Une «voix» (?) lui aurait annoncé que la chapelle ne resterait debout que si on l’édifiait sur un homme encore vivant.

Que la chapelle ait été édifiée juste après la mort d’Odran, et qu’elle soit alors restée debout, est acceptable, mais on ne peut croire qu’un saint moine comme Odran se soit soumis à ce genre de suicide.

Odran mourut peu après l’arrivée en Irlande, en 563 : il aurait annoncé qu’il serait le premier moine à être enterré sur l’île d’Iona.

Saint Odran d’Iona est commémoré le 27 octobre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 00:42

Silvestre de Chalon-sur-Saône

† 526

 

Le sixième évêque de Chalon-sur-Saône fut Silvestre, à partir d’environ 484. On remarquera l'absence d'y dans ce prénom (et l'absence d'dans Chalon).

S.Grégoire de Tours (v. 17 novembre) affirme que son épiscopat dura quarante-deux ans, mais comme les dates des deux évêques ayant précédé et suivi Silvestre, sont floues, on peut dire seulement que cet épiscopat commença environ en 484 et finit environ en 517-526.

Vers 488, Silvestre reçut la visite respectueuse d’un jeune homme de dix-huit ans nommé Césaire, qui demandait à recevoir la tonsure cléricale. Ce jeune homme entra ensuite à l’abbaye de Lérins et deviendra évêque : on pourra lire la notice de Césaire d’Arles (v. 27 août).

En 517, Silvestre assista au concile d’Epaone, puis à celui de Lyon vers 520.

Le même s.Grégoire de Tours raconte que l’on mettait sous le lit de Silvestre des malades souffrant de la fièvre : ils étaient guéris instantanément. Lui-même attacha au cou d’une jeune fille prise de frissons quelques fibres du vêtement de Silvestre et elle guérit.

Silvestre mourut, plein de jours et de vertus, vers 526.

Le culte de ce saint évêque fut autorisé dès 878.

Saint Silvestre de Chalon-sur-Saône est commémoré le 20 novembre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens