Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 23:03

Gundaecar

† 754

 

Gundaecar (Gundecarus) était un moine, comme s.Bonifatius, qui fut peut-être son maître.

Voir la notice Eoban d’Utrecht, dont Gundaecar fut le compagnon de martyre.

Saint Gundaecar est commémoré le 5 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 23:03

Hamund

† 754

 

Hamund (Amundus) était un diacre.

Voir la notice Eoban d’Utrecht, dont Hamund fut le compagnon de martyre.

Saint Hamund est commémoré le 5 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 23:02

Eoban d’Utrecht

† 754

 

Eoban était un prêtre anglais qui avait accompagné s.Bonifatius en Germanie.

On a écrit dans la notice de s.Bonifatius que ce dernier, une fois installé en 747 à Mayence, organisa un nouveau voyage apostolique en Frise et qu’il y alla avec une solide escorte d’une cinquantaine d’hommes, parmi lesquels Eoban et Adelar, les prêtres Wintrung et Walther, les diacres Hamund, Sevibald et Bosa, les moines Wacar, Gundaecar, Illehere et Hattowulf.

Il se peut que Bonifatius ait ordonné Eoban troisième évêque d’Utrecht en 753, après Willibrord et Wera.

Eoban se trouvait avec ses dix Compagnons près de Dokkum et s’apprêtait, avec Bonifatius, à conférer le sacrement de Confirmation à des fidèles récemment baptisés. Mais une bande de païens s’abattit sur eux et les massacra.

Saint Eoban d’Utrecht est commémoré le 5 juin dans le Martyrologe Romain, le même jour que s.Bonifatius.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 23:01

Bosa

† 754

 

Bosa était un diacre.

Voir la notice Eoban d’Utrecht, dont Bosa fut le compagnon de martyre.

Saint Bosa est commémoré le 5 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 23:00

Eutichio de Côme

482-539

 

Eutichio vit le jour en 482.

C’était un homme contemplatif, fervent dans la prière, et doué de réelles qualités pastorales.

En 525, il fut élu évêque de Côme. C’était le huitième à occuper ce siège.

Cependant, il préféra la vie dans son ermitage et, tout en se préoccupant de ses diocésains, vivait hors de la ville, estimé et honoré de tous.

Il mourut à Côme le 5 juin 539.

Les grâces et les miracles se multiplièrent par son intercession.

Saint Eutichio de Côme est commémoré le 5 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 23:00

Adalar d’Erfurt

† 754

 

Adalar (Adolar, Adalher) devait être, de par son nom, de souche germanique.

Il fut gagné par la prédication de s.Bonifatius, qui, d’après une sainte tradition, le consacra premier évêque d’Erfurt vers 742. 

Adalar faisait partie de la dernière expédition apostolique de s.Bonifatius autour de 750.

Avec Eoban, il fut massacré par des Frisons païens, le 5 juin 754, près de Dokkum. 

Le diocèse d’Erfurt fut ensuite réuni à celui de Mayence.

Saint Adalar d’Erfurt est commémoré le 5 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 23:00

Gualtiero de Servigliano

8e siècle

 

Notre Gualtiero ne doit pas être confondu avec un homonyme de la même époque, mais martyr en Frise et fêté le 5 juin (v. s.Walter).

Gualtiero, le nôtre donc, vécut à Servigliano (Marches, Italie CE), mais il est très difficile de trouver des renseignements sur sa personne.

Il n’est pas sûr qu’il soit né à Servigliano, mais on sait qu’il vint s’y installer avec un autre prêtre nommé Armando (ou Armeno).

Il semble qu’après s’être d’abord fixé dans la vallée Marana, il ait fondé un monastère près de l’église Saint-Marc et qu’il y soit devenu abbé.

La communauté s’occupait des malades.

Gualtiero mourut là, chargé de mérites et rempli de vertus.

Au moment de sa mort, on vit briller sur sa tête une croix lumineuse.

Il est vraisemblable que Gualtiero fut hautement estimé et admiré pour les saintes actions qu’il effectua, car la dévotion du peuple fut unanime et durable, jusqu’à nos jours.

La date du 8e siècle n’est pas plus certaine ; des historiens retardent l’existence de l’abbé Gualtiero au 13e siècle.

Saint Gualtiero di Servigliano est commémoré le 4 juin dans le Martyrologe Romain (qui le place au 8e siècle).

Partager cet article
Repost0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 23:00

Nicoló et Trano de Sardaigne

5e siècle

 

Les deux ermites Nicoló et Trano vinrent au 5e siècle se fixer en Sardaigne, dans les montagnes de la Gallura.

Leur style de vie, leur parole, leur exemple, frappa la population qui les vénéra spontanément.

Ce qu’on a écrit d’eux ci-dessus provient d’un article spécialisé, qui situe les deux saints ermites à cette date très ancienne. C’est qu’effectivement au 5e siècle furent exilés en Sardaigne un certain nombre de Chrétiens, évêques et moines, qui ne manquèrent pas de reprendre et poursuivre l’œuvre évangélisatrice de leurs prédécesseurs.

Le Martyrologe Romain cependant les mentionne laconiquement avant le 12e siècle, ce qui a été respecté dans notre présentation du martyrologe. 

Les saints Nicoló et Trano sont commémorés le 4 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 23:00

Nicoló et Trano de Sardaigne

5e siècle

 

Les deux ermites Nicoló et Trano vinrent au 5e siècle se fixer en Sardaigne, dans les montagnes de la Gallura.

Leur style de vie, leur parole, leur exemple, frappa la population qui les vénéra spontanément.

Ce qu’on a écrit d’eux ci-dessus provient d’un article spécialisé, qui situe les deux saints ermites à cette date très ancienne. C’est qu’effectivement au 5e siècle furent exilés en Sardaigne un certain nombre de Chrétiens, évêques et moines, qui ne manquèrent pas de reprendre et poursuivre l’œuvre évangélisatrice de leurs prédécesseurs.

Le Martyrologe Romain cependant les mentionne laconiquement avant le 12e siècle, ce qui a été respecté dans notre présentation du martyrologe. 

Les saints Nicoló et Trano sont commémorés le 4 juin dans le Martyrologe Romain.

 

 

Petroc de Galles

† 564

 

Les faits qui vont être racontés s’appuient certainement sur des réalités historiques. En outre, Jésus n’a-t-il pas promis à ses apôtres : Celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes (Jn 14:12) ?

Petroc était fils d’un roi du Pays de Galles, nommé Glywys ou Glywysing. Sa sœur s’appelait Gwynllyw.

Il aurait étudié en Irlande et aurait été le professeur de s.Kevin (v. s.Coemgen, 3 juin). Quand mourut son père, Petroc prit l’habit monastique avec soixante nobles et passa en Irlande, puis en Cornouaille.

Ce fut l’occasion pour Petroc de faire surgir une source d’un rocher, comme Moïse au désert (cf. Ex 17:5-6).

Il rencontra s.Samson (v. 28 juillet) et l’évêque Wethinoc et s’établit dans son diocèse pendant trente ans. Le monastère de Padstow, qui porte son nom (Pedroc-stowe ou Petrock’s Place, fut peut-être celui-là même qu’il fonda. Il se serait ensuite retiré à Bodmin.

Puis il fit le pélerinage à Rome, à Jérusalem, et de là poussa jusqu’en Inde, d’où une mystérieuse nacelle l’enleva sur une île déserte ; nouveau s.Jean à Patmos, il y contempla sept années durant les mystères célestes.

Ramené en Cornouaille par le même moyen de transport, il retrouva ses compagnons.

Parmi les signes accomplis par Petroc, il y eut la résurrection d’un mort, la guérison de malades, l’apprivoisement d’une bête sauvage. Il sauva aussi un daim et convertit le chasseur qui le poursuivait, Constantine.

Petroc s’endormit dans le Seigneur, pense-t-on, vers 564, et devint le patron de la Cornouaille. 

La dévotion bretonne vénère saint Perreux, notre s.Petroc francisé.

Saint Petroc de Galles (ou de Cornouaille) est commémoré le 4 juin dans le Martyrologe Romain.

 

 

Gualtiero de Servigliano

8e siècle

 

Notre Gualtiero ne doit pas être confondu avec un homonyme de la même époque, mais martyr en Frise et fêté le 5 juin (v. s.Walter).

Gualtiero, le nôtre donc, vécut à Servigliano (Marches, Italie CE), mais il est très difficile de trouver des renseignements sur sa personne.

Il n’est pas sûr qu’il soit né à Servigliano, mais on sait qu’il vint s’y installer avec un autre prêtre nommé Armando (ou Armeno).

Il semble qu’après s’être d’abord fixé dans la vallée Marana, il ait fondé un monastère près de l’église Saint-Marc et qu’il y soit devenu abbé.

La communauté s’occupait des malades.

Gualtiero mourut là, chargé de mérites et rempli de vertus.

Au moment de sa mort, on vit briller sur sa tête une croix lumineuse.

Il est vraisemblable que Gualtiero fut hautement estimé et admiré pour les saintes actions qu’il effectua, car la dévotion du peuple fut unanime et durable, jusqu’à nos jours.

La date du 8e siècle n’est pas plus certaine ; des historiens retardent l’existence de l’abbé Gualtiero au 13e siècle.

Saint Gualtiero di Servigliano est commémoré le 4 juin dans le Martyrologe Romain (qui le place au 8e siècle).

Partager cet article
Repost0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 23:00

Petroc de Galles

† 564

 

Les faits qui vont être racontés s’appuient certainement sur des réalités historiques. En outre, Jésus n’a-t-il pas promis à ses apôtres : Celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes (Jn 14:12) ?

Petroc était fils d’un roi du Pays de Galles, nommé Glywys ou Glywysing. Sa sœur s’appelait Gwynllyw.

Il aurait étudié en Irlande et aurait été le professeur de s.Kevin (v. s.Coemgen, 3 juin). Quand mourut son père, Petroc prit l’habit monastique avec soixante nobles et passa en Irlande, puis en Cornouaille.

Ce fut l’occasion pour Petroc de faire surgir une source d’un rocher, comme Moïse au désert (cf. Ex 17:5-6).

Il rencontra s.Samson (v. 28 juillet) et l’évêque Wethinoc et s’établit dans son diocèse pendant trente ans. Le monastère de Padstow, qui porte son nom (Pedroc-stowe ou Petrock’s Place, fut peut-être celui-là même qu’il fonda. Il se serait ensuite retiré à Bodmin.

Puis il fit le pélerinage à Rome, à Jérusalem, et de là poussa jusqu’en Inde, d’où une mystérieuse nacelle l’enleva sur une île déserte ; nouveau s.Jean à Patmos, il y contempla sept années durant les mystères célestes.

Ramené en Cornouaille par le même moyen de transport, il retrouva ses compagnons.

Parmi les signes accomplis par Petroc, il y eut la résurrection d’un mort, la guérison de malades, l’apprivoisement d’une bête sauvage. Il sauva aussi un daim et convertit le chasseur qui le poursuivait, Constantine.

Petroc s’endormit dans le Seigneur, pense-t-on, vers 564, et devint le patron de la Cornouaille. 

La dévotion bretonne vénère saint Perreux, notre s.Petroc francisé.

Saint Petroc de Galles (ou de Cornouaille) est commémoré le 4 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens