Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 00:00

Aldegonde de Maubeuge

630-684

 

Elle naquit à Cousolre (Nord) vers 630 et était ce qu’on appelle aujourd’hui une Cousolrezienne. Ses parents s’appellaient Waldebertus (Walbert) et Bertilla (Bertille) ; Walbert était le régent de Clotaire II pour les régions de la Sambre et de la Meuse. Aldegonde avait une sœur aînée, Waudru (v. 9 avril).

Toute cette famille était très chrétienne. Walbert lui-même, qui était de sang royal, préférait grandir dans l’amour de Dieu que recevoir les honneurs de son rang.

Aldegonde manifesta dès l’enfance son désir d’appartenir à Dieu. Quand on la demanda en mariage, elle alla se cacher chez sa sœur, jusqu’à ce que le prétendant l’oubliât et qu’elle pût revenir chez les parents. Quand ceux-ci moururent, elle gagna Haumont, où se trouvaient l’évêque de Maastricht, Amand, et celui de Cambrai, Aubert (v. 6 février et 13 décembre), qui lui «imposèrent» le voile des vierges, comme on le dit traditionnellement, sans que cette imposition comporte la moindre contrainte.

Suivant le conseil de ces saints évêques, Aldegonde se retira dans la forêt de Maubeuge, où sa petite cabane devint très vite un grand monastère (659). Les vocations affluèrent, et notamment les deux filles de sa sœur, Aldetrude et Madelberte. 

La première abbesse fut Aldegonde elle-même, en 661. Elle se montra à la hauteur de sa mission, donnant la première l’exemple de la sainteté. Sa charité était inépuisable.

Elle fut favorisée de visions surnaturelles ; c’est ainsi que, la nuit de la mort de s. Amand, elle aperçut un vénérable vieillard en habits pontificaux, environné de gloire et montant au ciel suivi d’un grand nombre d’esprits bienheureux. Un ange lui expliqua que c’était Amand, dont elle avait imité les vertus. Elle s’ouvrit humblement de cette vision à un saint abbé, Ghislain (v. 9 octobre), qui eut l’inspiration de lui dire que cette vision était le présage de sa prochaine mort.

Aldegonde en fut très heureuse ; mais pour se purifier davantage avant de quitter ce monde, elle demanda à Dieu une épreuve. Elle reçut alors au sein droit un douloureux cancer, qu’elle supporta avec une patience héroïque.

C’est à ce moment qu’elle opéra plusieurs miracles, comme celui de guérir un enfant malade, en le portant au coin de l’autel.

Sa sœur Waudru vint lui rendre visite avec des amies ; elles eurent la surprise de voir monter au ciel une grande lumière au moment où Aldegonde rendait son âme, le 30 janvier 684.

Ce furent ses nièces, Aldetrude puis Madelberte, qui lui succédèrent comme abbesses (v. 25 février et 7 septembre). Jusqu’à la Révolution française, c’est l’abbesse de Maubeuge qui nommait le Mayeur (administrateur) de Cousolre.

La maladie d’Aldegonde l’a fait invoquer pour les personnes atteintes de cancer. 

Des miracles se produisirent sur le tombeau d’Aldegonde. Elle est mentionnée au 30 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 00:00

Gildas le Sage

494-570

 

Gildas s’appelle en breton Gweltaz. Il naquit vers 494 en Ecosse dans l’ancien royaume septentrional de Strathclyde, un des cinq enfants de Caunus ou Cauuus ; ses frères s’appelaient Cuillus, un homme d’armes, Mailocus, un fondateur de monastère, Egreas et Allæcus, deux moines, et sa sœur Peteona, moniale.

Il reçut sa formation auprès de saint Ildut (v. 6 novembre) à Llantwit (Pays de Galles), en compagnie des saints David, Samson de Dol et Pol de Léon (v. 26 juin, 28 juillet et 12 mars).

Puis il aurait fait un premier séjour en Irlande, où il fut en relations avec Brigit de Kildare (v. 1er février), à laquelle il envoya une clochette de sa fabrication.

Ordonné prêtre - on ne nous dit pas par qui ni où - il alla prêcher dans le nord de la Grande-Bretagne. Après quoi, il aurait fait un deuxième voyage en Irlande (à moins qu’il faille le localiser plus tard, vers la fin de sa vie), à Rome et à Ravenne.

C’est alors qu’il vint en Armorique, vers 524, dans l’île de Houat, où il goûta les consolations de l’Esprit dans la lecture de l’Ecriture sainte, la prière et la méditation. Quand il cédait au sommeil, il appuyait sa tête sur une pierre, dont on reparlera. La population vint le voir, l’écouter, l’admirer : Gildas fonda alors le monastère de Rhuys, sans oublier de céder à la grâce de Dieu, qui lui fit opérer des miracles.

Des textes hagiographiques de périodes plus tardives présentent d’autres faits, ou une autre succession des faits de la vie de Gildas, mais semblent moins dignes de confiance.

A la fin de sa vie, sachant que les moines allaient se «disputer» ses reliques, il leur demanda de laisser son cercueil avec la pierre qui lui servait d’oreiller, sur une barque qu’on abandonnerait dans l’océan. 

Gildas mourut le 29 janvier 570.

Les moines suivirent ses recommandations. Peu après, l’un d’eux eut la révélation de l’endroit où les vagues avaient conduit l’esquif : c’était une petite chapelle nommée Eroest, ou maison de la Croix. La dépouille de saint Gildas fut alors ramenée à Rhuys ; plus tard, par crainte des Normands, on la transféra à Bourg-Dieu-sur-Indre (Châteauroux).

L’abbaye de Rhuys adopta la règle bénédictine et fut prospère ; Abélard en fut abbé en 1125. Vendue en 1796, l’abbaye fut reprise en 1824 par les Sœurs de la Charité de Saint-Louis, qui s’y trouvent encore.

Saint Gildas, commémoré au Martyrologe le 29 janvier, est patron de la ville de Vannes (qui est aussi sous la protection de s.Vicente Ferrer, v. 5 avril).

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 00:00

Sulpice Sévère de Bourges

† 591

 

Une confusion existe entre deux Sulpice Sévère, qui se trouvaient au même jour dans le Martyrologe. L’actuelle édition en a supprimé un, le disciple de saint Martin (v. 11 novembre) et ami de s.Paulinus de Nole (v. 22 juin), et qui mourut au début du 5e siècle.

Le nôtre naquit au 6e siècle, d’une famille sénatoriale d’Aquitaine, et fut très versé dans la poésie et l’éloquence.

En 584, il occupait une place très importante dans sa province, quand il fut préconisé par le roi Gontran pour être évêque de Bourges. Il fut donc préféré à d’autres candidats, dûment formé et finalement consacré.

Sulpice fut en relations très amicales avec s.Grégoire de Tours (v. 17 novembre), qui fit l’éloge de sa sagesse, de sa sollicitude pastorale, de son zèle pour la discipline ecclésiastique.

Le nouvel évêque de Bourges assista au concile de Mâcon en 585, réunit celui de Clermont.

Il mourut, chargé de mérites, en 591.

L’actuel Martyrologe le mentionne au 29 janvier.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 00:02

Johannes de Réome

425-545

 

Les parents de Joannes se seraient appelés Hilarius et Quieta. Ils habitaient la région de Dijon.

Johannes naquit vers 425 et reçut les saints enseignements de ses parents pendant ses vingt premières années.

Il se construisit alors un petit ermitage au pied de la colline de Montmellian (Tonnerre), pour s’y donner tout entier au service de Dieu. Ce serait déjà à cette époque qu’il commença l’assainissement de cet endroit marécageux, dont il détruisit l’animal qui l’infectait, le basilic.

Les textes de l’Evangile narrant la sainteté de Jean-Baptiste et l’appel des premiers Apôtres (cf. Mc 1:4-20 ; Lc 1:80 ; Jn 1:19-34 ; 3:22-36), l’amenèrent à désirer un plus grand détachement. Il quitta ses parents et sa région pour chercher en Auxois un endroit encore plus retiré et sauvage, où il vécut en anachorète. Ce serait proche de l’actuelle localité de Semur-en-Auxois.

Mais de tels exemples de sainteté ne pouvaient rester sous le boisseau (cf. Mt 5:15). Les gens furent attirés par la vie de Johannes ; on voulait l’entendre, recevoir ses conseils, lui demander ses prières ; des disciples se joignirent à lui. On suivit la règle de saint Macarios (v. 19 janvier). Ainsi naquit l’abbaye de Réome (ou Réôme, ou Réomé) ; la Réome prend sa source dans l’actuelle localité de Corsaint.

Foncièment humble, Johannes se méfiait du commandement. Convaincu qu’il n’en était pas capable, il s’enfuit dans le sud, et se cacha dans le monastère de Lérins. Un pèlerin de passage le reconnut, et le «dénonça» à l’évêque de Langres, dont dépendait l’oratoire de Semur. L’évêque fit savoir à Johannes sa volonté de le voir revenir. Johannes obéit.

Pendant ces dix-huit mois d’absence, la ferveur des disciples s’était déjà attiédie. Sous la douce direction de Johannes, on se reprit.

La mère de Johannes voulut rendre visite à son cher fils. Ce désir était bien naturel, mais Johannes sentit que sa mère pouvait monter encore plus haut : il s’avança mais, sans même lui adreser la parole, il lui fit dire de se sanctifier davantage pour qu’ils eussent ensuite la joie de se revoir au ciel.

Il y eut une autre visite historique : un certain Sequanus (Seine) vint incognito prier dans l’église de Johannes, qui en fut mystérieusement averti ; il invita tous ses moines à venir saluer et recevoir ce vénérable moine (v. 19 septembre).

Johannes fut favorisé du don des miracles. Il chassa les démons et guérit les malades. Les grands reconnurent sa sainteté et firent d’importantes donations au monastère, mais Johannes enseigna toujours à ses disciples le renoncement, le combat contre l’ambition et l’avarice.

Si les dates sont vérifiées, Johannes s’éteignit à cent-vingt ans, comme Jean l’Evangéliste, en 545.

L’abbaye prit plus tard le nom de Moutiers-Saint-Jean, elle eut une grande expansion, connut le déclin, fut sauvagement détruite à partir de 1793. Des reliques de Johannes on a pu préserver le crâne.

Le Martyrologe Romain mentionne saint Johannes au 28 janvier.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 00:02

Jacques, ermite

6e siècle

 

Cette histoire est à lire dans le contexte de l’Année Jubilaire de la Miséricorde, qu’elle illustre à la perfection.

Jacques (Iacobus, Iacob ?) eut une jeunesse marquée par des chutes déplorables. Il finit par renoncer au monde et s’enfermer dans une caverne au pied du mont Carmel, en Palestine.

Pendant quinze années, il s’y exerça à la mortification la plus rigoureuse et fit de tels progrès dans les vertus que Dieu lui accorda le don des miracles. Sans sortir de sa grotte, il convertit un grand nombre de ceux qui venaient le visiter.

Le démon lui tendit un piège dans lequel ce pénitent se laissa prendre. Un jour, un homme amena à Jacques sa fille possédée de l’esprit impur. Jacques réussit à la délivrer par sa prière.

Le père, qui redoutait le retour du mal, laissa auprès de l’ermite l’enfant guérie avec un de ses frères. Mais le Tentateur, revenant à la charge, s’attaqua cette fois-ci à l’ermite, qui céda au vice : il corrompit la jeune fille et, cédant à la panique, assassina le frère et la sœur et jeta les deux cadavres dans le fleuve. Puis il s’enfuit.

L’histoire ne dit pas quelle fut la réaction ou l’attitude du pauvre père quand il crut retrouver ses enfants.

Quant à Jacques, horrifié par son triple péché, il erra et rencontra bientôt un vieil anachorète, auquel il s’ouvrit. Ce dernier lui fit comprendre que, si la malice  humaine a ses abîmes, la miséricorde divine a aussi ses profondeurs. Saint Paul ne parle-t-il pas de l’excessive charité divine, propter nimiam caritatem (Eph 2:4) ?

Aussi, sur le conseil de l’Ancien, Jacques alla s’ensevelir vivant dans un sépulcre abandonné et là, durant dix années, jour et nuit, il pleura sa faute, humblement et rempli de sincères sentiments de conversion.

Avant de rappeler à lui ce grand pécheur, devenu un grand pénitent, Dieu lui donna un nouveau gage de sa faveur ; ainsi, à la prière de Jacques, on vit cesser une grande sécheresse dont souffrait la contrée voisine.

Par ce fervent anachorète que de longues années de pénitence ne purent préserver de fautes énormes, Dieu veut, par la voix de l’Eglise, nous rappeler de craindre pour nous-mêmes de tomber dans le péché, de ne jamais désespérer dans nos chutes, même graves, et surtout nous inviter à admirer ceux qui surent profiter de la grâce divine.

La Vita de saint Jacques Ermite fut écrite par un contemporain peu après sa mort, au 6e siècle. Le Martyrologe le mentionne au 28 janvier.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 00:00

Thierry II d’Orléans

† 1023

 

Thierry était né vers 980. On ne connaîtrait pas le nom de ses parents, mais il aurait eu un frère, Alberic ; leur père descendait de ce Thierry dont le nom est resté à la ville de Château-Thierry. Le grand-oncle de notre Thierry, Seguin, avait été archevêque de Sens.

Thierry, donc, fut formé à l’abbaye Saint-Pierre-le-Vif de Sens, où son oncle, Raynard, était abbé.

Après sa profession, il fut appelé à la cour du roi Robert qui, avec son épouse Constance, désirait bénéficier de ses conseils.

Rien d’étonnant à ce que le roi appuyât l’élection de Thierry au siège d’Orléans à la mort de Foulque (vers 1012). L’archevêque de Sens, Liéry, le consacra, mais la cérémonie fut agitée par le rival de Thierry, Oury (Odolric), qui était soutenu par la maison de Blois (selon certaines généalogies, Oury et Thierry auraient même été cousins-issus-de-germains). Oury alla ensuite jusqu’à agresser Thierry, le désarçonnant de son cheval. 

L’évêque Fulbert de Chartres cependant avait lui-même refusé d’assister à la cérémonie, prétendant que l’élection de Thierry avait été imposée par l’autorité laïque. Mais devant les agitations provoquées par Oury, il adopta lui-même une attitude conciliante, invita Oury à accepter la situation et même échangea avec Thierry une correspondance amicale.

Quant à Thierry, il eut une attitude royale envers son concurrent : il le prit auprès de lui, et lui prédit même qu’il lui succéderait.

Sur la fin de sa vie, Thierry fut éprouvé par de fréquentes maladies, conséquences de ses austérités et de ses travaux apostoliques. Pour donner du repos à son âme et quelque soulagement à son corps, il se retira à Saint-Pierre-le-Vif. Cette retraite ressemble fort à une démission ; Thierry, trop souffrant, avait dû renoncer à son siège, ce qui expliquerait bien que lors d’un synode de décembre 1022, ce fût justement Oury qui fut élu. 

Une autre thèse prétend que ce dernier avait fait évincer Thierry ; pire, il fit déterrer et jeter à la rue le corps de l’ancien chantre de la cathédrale, que Thierry avait dû nommer à sa place. Cela voudrait faire supposer qu’Oury avait conservé sa rancune pendant dix années…

Dans sa retraite, Thierry pensa faire un voyage à Rome au tombeau des Apôtres. Avant son départ, tandis qu’il priait dans l’église, la nuit du 19 au 20 janvier (1023), une voix céleste lui annonça que sa demeure était préparée dans les cieux. Il fit part de cette vision à quelques-uns des moines.

Il n’arriva cependant qu’à Tonnerre, où la fièvre le prit et il mourut peu après, le 27 janvier 1023.

C’est à ce jour que le mentionne le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 00:00

Gildouin de Dol

1052-1077

 

Une variante de GildouinGuihen, semblerait s’apparenter à Guillaume ; on trouve aussi Gilduin, Gildwin, Ghéhen.

Gildouin naquit en 1052, aîné des cinq enfants du vicomte de Dol et Combourg.

Il reçut le baptême dans l’église Saint-Samson de Dol, des mains de son oncle paternel. 

Après avoir reçu sa formation, très soignée, il refusa de se marier et entra dans l’état ecclésiastique. C’est ainsi que, de par sa position sociale, il obtint, malgré son jeune âge, un canonicat dans la cathédrale de Dol.

Ordonné diacre, il vit passer sur le siège archiépiscopal un sujet coupable de simonie (Juhel, archevêque de 1040 à 1076). Révoltés, les chanoines reportèrent finalement leur choix sur Gildouin lui-même, bien qu’il n’eût pas encore l’âge canonique de trente ans pour recevoir une telle charge pastorale : il en avait vingt-trois ! (1075).

Le peuple l’acclama. Mais Gildouin protesta véhémentement, alléguant justement son âge, son incapacité, son indignité ; les chanoines et le peuple persévérant dans leur choix, Gildouin en appela au pape. Il alla trouver Grégoire VII (v. 25 mai), accompagné d’Even, abbé de Saint-Melaine, tandis que Messieurs les Chanoines envoyaient de leur côté une délégation pour supplier le pape de confirmer leur choix.

Grégoire VII recourut au jugement de Salomon (cf. 1R 3:16-28) : il accepta de nommer un autre candidat à l’archevêché de Dol, mais il demanda à Gildouin de désigner ce candidat. Il nomma Even, qui reçut l’ordination épiscopale de Grégoire VII lui-même.

On se remit en voyage pour présenter aux Bretons leur nouvel archevêque. En chemin, Gildouin voulut s’arrêter chez des parents de sa mère, en Beauce. Or, une violente fièvre le prit à Puyseaux (Loiret). Sentant sa fin prochaine, il se fit porter à Chartres pour pouvoir prier auprès de l’autel de Notre-Dame et rejoignit le monastère de Saint-Père-en-Vallée (faubourg de Chartrres), où les bons pères bénédictins le reçurent fraternellement.

Gildouin y mourut le 27 janvier 1077.

Sur son tombeau, eurent lieu de nombreux miracles. Saint Gildouin est le patron de Combourg.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 00:03

Xenophon, Maria, Ioannis et Arcadios

† 6e siècle

 

Voici l’histoire d’une petite famille vénérée dans le monde grec.

Xenophon, originaire de Constantinople, était d’une famille de sénateurs et jouissait d’un grand crédit à la cour.

Il épousa Maria, dont il eut deux fils, Ioannis et Arcadios, auxquels il voulut donner la meilleure éducation. Il les envoya pour cela à l’école de Béryte (act. Beyrouth, Liban), pour y étudier le droit.

Malade, Xenophon fit rappeler ses deux fils pour leur parler. Une fois guéri, il les laissa repartir.

C’est ici que se manifesta la mystérieuse Providence divine. Le bateau sur lequel s’étaient embarqués les deux garçons, échoua dans un endroit très isolé, d’où ils ne purent donner de leurs nouvelles. L’un et l’autre entrèrent dans deux monastères différents de Palestine.

Les parents, inquiets d’abord, attristés ensuite de la mort probable de leurs fils, se confièrent à Dieu. Ils eurent bientôt une révélation qui leur indiqua que leurs enfants étaient bien vivants, et qu’ils pouvaient partir à leur recherche.

Ils arrivèrent ainsi à Jérusalem, frappèrent à différentes portes et, finalement, rencontrèrent un vieux moine qui leur indiqua où se trouvaient les deux jeunes. On imagine l’émotion des uns et des autres.

Tellement émus, les parents vendirent leurs biens, en distribuèrent le prix aux pauvres et se consacrèrent, chacun de son côté. 

C’est ainsi que tous les quatre finirent leurs jours dans la joie de chanter la gloire de Dieu.

Les Grecs, et avec eux le Martyrologe Romain, célèbrent cette famille le 26 janvier.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 00:02

Amarinus de Doroangus

† 676

 

Ce pieux ermite, qu’on appelle aussi Marinus, se construisit une cellule près de Doroangus ou Cloroangus (act. Saint-Amarin, Haut-Rhin, Alsace).

Comme on l’a raconté dans la notice de saint Præiectus, il reçut ce dernier lors de son retour d’auprès le roi Childéric II. Amarinus était alors alité, victime d’une fièvre maligne. Præiectus le guérit d’un signe de croix.

En reconnaissance, Amarinus voulut l’accompagner jusqu’à son diocèse. 

On voudra bien se reporter ici à la notice Præiectus de Clermont.

Depuis, le village de Doroangus a pris le nom de Saint-Amarin, que les Alsaciens appellent Sankt Amàri

Saint Amarinus est commémoré avec saint Præiectus au 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 00:01

Præiectus de Clermont

625-676

 

Præiectus (qu’on a traduit de diverses façons : Priest, Prix, Project, Préjet, Prist, Prest, Preils) naquit vers 625 à Vesedone (auj. Vézézoux, Haute-Loire), de parents romains installés en Auvergne, Gundolinus et Elidia.

Elidia eut un pressentiment avant la naissance de son fils ; elle eut même peut-être une sorte de vision dans laquelle il lui sembla voir son fils couvert de sang : un prêtre lui expliqua que ce pouvait être l’annonce du martyre.

Catholiques, les parents de Præiectus le confièrent aux Bénédictins d’Issoire, où il apprit les lettres et le chant monastique.

Déjà les signes se manifestaient sur sa personne. Un jour que des chiens enragés blessèrent plusieurs de ses camarades, Præiectus n’en reçut aucun mal.

Devenu adulte, il fut envoyé à la cour et confié à l’archidiacre Genesius, futur évêque des Arvernes (c’était le titre de l’évêque avant d’être celui de Clermont). Ce Genesius le garda comme conseiller et chargé des aumônes. Præiectus continua de se former, de s’instruire, particulièrement dans la pratique du plain-chant (le chant grégorien). Lors d’une sorte de compétition, il reçut même des appréciations unanimes des auditeurs.

Vers 662 mourut Genesius (v. 3 juin) ; lui succéda peu de temps s. Felix (qui n’est pas dans le Martyrologe) : il confia à Præiectus la paroisse d’Issoire et la direction du monastère de Chantoing. Or Præiectus n’était encore que diacre. Il se consacra pleinement à toutes les œuvres dont il était capable : organiser la prière, fonder un monastère, des églises, un hôpital pour accueillir vingt malades pauvres, sans rien délaisser de sa propre vie spirituelle et ascétique : jeûnes, méditation de l’Ecriture sainte ; son humilité surtout et sa douceur frappaient les esprits.

Felix fut suivi en 665 de Garivaldus, qui fut simoniaque et ne siégea qu’un mois ; vers 666 Præiectus fut élu évêque des Arvernes, à trente-neuf ans. Il prit pour coadjuteur un religieux nommé Evodius.

Præiectus fonda encore le monastère de Chamalières pour les religieuses et un hôpital. Dieu lui permit aussi de faire des miracles. Il guérit un paralytique malade depuis quinze ans, un ermite alsacien affligé de fièvre ; ce dernier, Amarinus, voulut, par reconnaissance, l’accompagner jusque dans son diocèse.

La générosité de Præiectus engendra la situation qui aboutit à son martyre. Il avait en effet reçu un legs d’une personne avant le décès de celle-ci, et on le calomnia auprès du roi Childéric, lequel fit exécuter l’auteur de la calomnie. La famille résolut de se venger. Une équipe de vingt hommes attendit l’évêque et l’ermite Amarinus au village de Volvic. Ils assassinèrent d’abord Amarinus, l’ayant pris pour l’évêque ; Præiectus les rappela en se présentant, et un certain Radbertus, saxon d’origine, le perça de son épée : Præiectus tomba en répétant les mots de saint Etienne (Ac 7:60) et du Christ (Lc 23:34) : Seigneur, ne leur impute pas ce péché, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Un autre bandit lui assena un violent coup de matraque sur la tête. Un autre clerc, Elidus, fut également massacré.

C’était le 25 janvier 676, dies natalis retenu par le Martyrologe Romain, qui mentionne en même temps l’ermite Amarinus.

Le village de Doroangus est devenu Saint-Amarin.

e culte de saint Prix s’est répandu jusqu’en Allemagne et en Angleterre. A Volvic furent construits un monastère et une église.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens