Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 08:37

Ramón Gros Ballbé

1871-1936

 

Ramón était né le 23 janvier 1871 à Terrassa (Catalogne, Espagne), et reçut au Baptême le nom du Saint du jour, Raymond (qu’on fête aujourd’hui le 7 janvier).

Après ses études, il travailla un peu dans un magasin de Barcelone.

Il entra chez les Capucins et prit l’habit en 1893.

Il fit le noviciat et prit à la profession le nom de Cebrià (Cyprien), comme frère convers.

Il passa au couvent de Pampelune, puis à ceux de Arenys de Mar et d’Igualada ; c’est dans ce dernier qu’il fit la profession solennelle.

On l’envoya aux Philippines, puis en Amérique Centrale.

Revenu au pays, il fut chargé de la quête, de l’accueil, de la sacristie et de la couture.

Jovial, il se montra un modèle de la joie franciscaine, qui cachait (mal) une profonde religiosité doublée d’une grande humilité.

Il se trouvait au couvent de Barcelone, quand il dut le quitter en juillet 1936 et se réfugier avec d’autres dans une maison proche, où cependant on les découvrit. On les arrêta et on leur fit subir de mauvais traitements avant de les conduire au supplice.

Cebrià reçut la palme du martyre avec ses Confrères à  Barcelone, le 28 juillet 1936.

Il a été béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 08:36

Manuel Collellmir Sentíes

1917-1936

 

Manuel était né le 7 juin 1917 à Santa Pau (Catalogne, Espagne).

Il entra au séminaire franciscain (ou séraphique) d’Igualada en 1930.

Il reçut l’habit en 1934 et prit à la profession le nom de Jorge (ou Jordi, Georges).

C’était un jeune Religieux qui aimait le silence, profondément convaincu de sa foi et de sa vocation.

A Sarrià il commença les études de philosophie, qu’il ne put achever à cause des pénibles mouvements politico-sociaux qui commencèrent le 19 juillet 1936.

Justement, la nuit du 19 au 20 juillet, il se trouvait avec des Confrères dans une maison proche du couvent. A un moment donné, il fit part à la famille qui les avait accueillis, de son intention de gagner Olot avec les Confrères Eloy et Miquel.

Ils tentèrent de prendre le train à la gare du Nord de Barcelone. On les suspecta : ils n’avaient pas leurs papiers d’identité, et l’un d’eux portait avec lui le bréviaire, des chapelets et quelques livres de piété ; ils reconnurent être des Religieux. 

Aussitôt ligotés et conduits dans un coin de la gare, ils furent longuement interrogés ; moins de trois heures après, ils avaient tous été fusillés.

Jorge reçut la palme du martyre avec ses Confrères à Barcelone, le 28 juillet 1936. Il avait dix-neuf ans.

Il a été béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 08:36

Pelagi Ayats Vergés

1915-1936

 

Pelagi était né le 23 août 1915 à San Salvador de Bianya (Girona, Catalogne, Espagne), neveu de Joan Ayats Plantalech, qui fait partie de la même cause de béatification.

Il entra au séminaire franciscain (ou séraphique) en 1924

Il entra chez les Capucins et prit l’habit en 1930.

Il fit le noviciat à Manresa et prit à la profession le nom de Miguel.

Il fit les études de philosophie à Olot et commença à Sarrià celles de théologie, qu’il ne put achever à cause des pénibles mouvements politico-sociaux qui commencèrent le 19 juillet 1936.

Avec deux autres Frères, dont son oncle Joan, il tenta de prendre le train à la gare du Nord. On les suspecta : ils n’avaient pas leurs papiers d’identité, et l’un d’eux portait avec lui le bréviaire, des chapelets et quelques livres de piété ; ils reconnurent être des Religieux. 

Aussitôt ligotés et conduits dans un coin de la gare, ils furent longuement interrogés. Eloy fut, comme on dit pudiquement, cruellement torturé ; moins de trois heures après, ils avaient tous été fusillés.

Miguel reçut la palme du martyre avec ses Confrères à Barcelone, le 28 juillet 1936. Il n’avait pas vingt-et-un ans.

Il a été béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 08:35

Joan Bover Teixidor

1876-1936

 

Joan était né le 8 juin 1876 à Mieres (Girona, Catalogne, Espagne).

Il fit ses études secondaires, de philosophie et de théologie au séminaire diocésain de Girona.

Avant d’être ordonné, il prit en 1899 l’habit des Capucins. Il fit le noviciat et prit à la profession le nom de Modesto.

Il fit encore deux années de théologie morale et, en 1902, reçut le sacerdoce.

Sa vie fut dédiée à l’enseignement de la théologie. Il écrivit aussi de nombreux articles.

Il fut définiteur et provincial. C’était un homme à la piété profonde, bon et compréhensif avec les jeunes novices.

Quand il dut quitter le couvent de Sarrià en juillet 1936, il se réfugia avec le frère Ángel (v. Josep Martí) dans une maison proche, où cependant on le découvrit. Interrogé, il reconnut sans hésiter sa condition sacerdotale.

Il reçut la palme du martyre avec son Confrère à Sarrià (Barcelone), le 28 juillet 1936.

Il a été béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 06:43

Martí Tarrés Puigpelat

1877-1937

 

Martí était né le 8 octobre 1877 à Berga (Barcelone, Catalogne, Espagne).

Entré en 1886 chez les Capucins, il fit le noviciat à Arenys de Mar et prit à la profession le nom de Frederic.

En 1901 il reçut le sacerdoce.

Il fut connu comme un des meilleurs prédicateurs de son temps.

Provincial, gardien (c’est-à-dire supérieur) des couvents d’Igualada et d’Arenys de Mar, il fut aussi visiteur en Amérique Centrale.

Lors de la Révolution communiste, il était gardien à Arenys de Mar ; arrêté à Barcelone, le 16 février 1937, il reconnut sur place sa condition de prêtre et reçut la nuit suivante la palme du martyre à Barcelone, le 17 février 1937.

Il a été béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 00:01

Elisabeth Achler

1386-1420

 

Née le 25 novembre 1386 à Waldsee (Allemagne S), Elisabeth était la fille de Hans et Anna, des tisserands ; elle eut deux frères.

 Elle vécut chez elle et aida ses parents dans leur artisanat.

A quatorze ans, elle devint Tertiaire franciscaine, guidée par son confesseur Conrad Kügelin, chanoine de Saint-Augustin.

Après quelque temps de vie partagée avec une autre béguine à Waldsee, elle fit partie d’une équipe de cinq jeunes femmes qui s’établirent à Reute dans une nouvelle fondation, sous l’impulsion de Jakob von Metsch. Cette maison devint  en 1406 un véritable couvent, qui adopta la règle du Tiers-Ordre franciscain.

Elisabeth y assuma la cuisine, recevait les pauvres et vécut fort pénitente, quasi recluse. Elle fut surnommée «la Bonne» : Gute Beth.

Elle était comme obsédée par la Passion du Christ, et son corps en porta les stigmates. Son confesseur rédigea une Vita, dans laquelle il relate les visions, les extases dont fut favorisée Elisabeth. Il raconte aussi comment elle vécut trois années sans manger et que donc elle n’avait rien à évacuer, comme y fait allusion le Christ dans l’évangile (cf. Mt 15:17) ; mais le Démon vint déposer dans la chambre des déchets humains, à l’odeur repoussante, mélangée à une odeur de soufre, pour faire croire qu’en réalité Elisabeth mangeait en secret.

Elle mourut le 25 novembre 1420 à Reute, le jour de son trente-quatrième anniversaire, et son culte fut reconnu en 1766.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 22:12

Jordi Sampé Tarragó

1908-1936

 

Jordi (ou Jorge, Georges) était né le 14 janvier 1908 à Villalba dels Arcs, Tarragona, Catalogne, Espagne).

Entré au collège séraphique à treize ans, il prit l’habit des Capucins et le nom de Doroteu en 1924. Après les études de philosophie, il fut envoyé à Rome pour la théologie et y reçut le doctorat. 

Toujours à Rome, en 1929, il fit la profession et reçut l’ordination sacerdotale en 1932.

Revenu en Espagne, il fut sous-directeur des étudiants et professeur de théologie. Puis il fut directeur des élèves de philosophie.

On ne l’entendait jamais murmurer contre personne. Il aimait rencontrer les pauvres.

Lors de la Révolution communiste, alors que les neuf couvents de Capucins furent réquisitionnés, saccagés et détruits, il alla se réfugier chez quelque ami, où on le voyait lire l’Evangile tranquillement.

La nuit du 19 décembre 1936, il fut arrêté avec le père Jaume Boguñá (Martí) et tous deux reçurent la palme du martyre à Montcada i Reixac (Barcelone).

Doroteu a été béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 22:12

Jaume Boguñá Casanovas

1895-1936

 

Jaume (Jacques) était né le 4 octobre 1895 à Sant Andreu de Palomar (Barcelone, Catalogne, Espagne), en la fête de saint Francesco d’Assise.

Il fit ses humanités au séminaire de Barcelone, puis entra au noviciat des pères Capucins à Arenys de Mar ; à la vêture (1910), il prit le nom de Martí et fit la profession en 1915 ; il reçut le sacerdoce en 1918.

Puis on l’envoya compléter sa formation à Louvain, où il fut diplômé en histoire.

Revenu au pays, il se plongea dans la recherche historique, en particulier dans l’histoire médiévale ; il publia divers articles, qui reçurent les louanges des experts.

Il se trouvait au couvent de Notre-Dame de l’Ajuda quand se déchaîna la Révolution communiste, et les neuf couvents de Capucins de la région furent réquisitionnés, saccagés et détruits ; Martí supposait que, vêtu en civil, il pouvait continuer ses recherches habituelles dans les archives, dans les bibliothèques, comme par le passé.  En réalité, il ne se doutait pas que les miliciens espionnaient ses allées et venues. Ils l’arrêtèrent le 19 décembre 1936 avec le père Doroteo. 

On les conduisit à la tchéka, puis au cimetière de Montcada i Reixac, où ils reçurent la palme du martyre, le 19 décembre 1936.

Martí a été béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 21:46

Jaime Nàjera Gherna

1910-1936

 

Jaime (on trouve aussi Jaume, Jacques) naquit le 25 juillet 1910 à Barcelone, en la fête de l’apôtre Jacques le Majeur, dont il reçut le nom au Baptême.

Entré chez les Capucins en 1925, il prit à la profession le nom d’Alejandro et fut ordonné prêtre en 1933.

Excellent prédicateur, on le demandait de tous côtés ; il avait une prédilection pour la catéchèse aux enfants, particulièrement pour ceux de familles pauvres.

Son couvent ayant été réquisitionné, saccagé et détruit, il trouva refuge en divers endroits. En dernier lieu, il se trouvait dans une pension, où il fut probablement dénoncé par une employée. Une patrouillel vint «perquisitionner» et l’arrêtèrent avec un autre prêtre. Il ne manifesta aucune résistance.

Emmené à la tcheka, il fut condamné à mort.

Il reçut la grâce du martyre à Montcada le 23 novembre 1936 et fut béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 00:06

Balsamus de La Cava

? - 1232

 

Balsamus illustra son époque par sa douceur, sa sagesse et sa science.

On sait qu’il fut le dixième abbé du monastère bénédictin de La Cava (Naples, Italie SO), charge qu’il recouvra pendant vingt-quatre ans, de 1208 à 1232.

Même Frédéric II l’avait en estime, au point de le nommer justicier pour son territoire : au besoin, Balsamus aurait donc eu pouvoir de vie et de mort, mais n’en fit pas usage. Grâce aussi à la protection impériale, le monastère fut protégé des incursions (tandis que le Mont Cassin fut fortement endomamgé). 

Il profita plutôt de son crédit pour récupérer des biens ou des territoires injustement ravis au monastère.

L’abbaye put recevoir des hérétiques qui devaient y purger leur peine dans le silence et, si possible, dans la prière.

Cette abbaye connut une prospérité réelle ; elle possédait des ports, et le commerce lui apportait des bénéfices non négligeables.

Balsamus développa la bibliothèque. 

Il fut en bons rapports avec la noblesse et les donations affluèrent.

Le bienheureux Balsamus mourut le 24 novembre 1232 et son culte fut confirmé en 1928.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens