Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 05:21

2e dimanche de l’Avent - C

 

Après la prophétie de Jérémie de dimanche dernier, nous lisons aujourd’hui celle de Baruch. Ces deux écrits s’inscrivent dans le même contexte historique de la prise et de la destruction de Jérusalem, six siècles avant le Christ, de l’exil des Juifs à Babylone et enfin de leur retour.

Au moment de l’exil, Jérusalem est comparée à une veuve, qui a perdu tous ses enfants ; maintenant elle doit reprendre la parure de la gloire de Dieu, le manteau de la justice de Dieu. 

Jérusalem doit se redresser : Debout ! Elle doit se tenir sur la hauteur, et redevenir le point de rencontre des enfants d’Israël, de l’orient à l’occident. L’Auteur sacré reprend les expressions du prophète Isaïe, qui annonçait que toute vallée doit être comblée, toute montagne et toute colline abaissées (Is 40:4 ; cf. 2e dimanche de l’Avent-année B, et infra). Les Juifs connaissaient ces prophéties ; les leur rappeler ranimait en eux la vive attente de la promesse.

*       *       *

Ces épisodes historiques apparaissent aussi dans le psaume 125, un psaume qui est souvent repris dans la liturgie pour évoquer la souffrance des martyrs. 

Mais aussi, toute la vie humaine est un exil, dans l’attente du Royaume éternel. Dans le Salve Regina, on demande à Notre Dame, après cet exil, de nous montrer Jésus. 

Ainsi, l’exil d’Israël sert à évoquer l’exil où nous vivons dans le monde, les souffrances que nous endurons et en particulier celles de tous les martyrs, pour aboutir enfin au “retour” à la Maison de Dieu, la véritable Jérusalem, la Jérusalem céleste et éternelle.

*       *       *

Dans cette marche vers l’Eternité, l’apôtre Paul exhorte les chrétiens de Philippes, cette ville de Macédoine où il avait annoncé l’évangile en 50-52 (et aujourd’hui disparue). 

Ici encore, Paul montre toute l’affection, la tendresse, dit-il, qu’il nourrit envers ces chers frères ; il les sait fidèles, convaincus, mais il les exhorte encore - et il exhorte chacun de nous aussi - à grandir dans l’amour, à progresser dans la connaissance vraie et la parfaite clairvoyance, c’est-à-dire à s’ouvrir davantage encore à l’Esprit de Dieu qui, en leur communiquant ses Dons, les aidera à parvenir à la plénitude de la justice, à la sainteté en Dieu.

C’est le rôle du pasteur, de réchauffer sans cesse le cœur des fidèles, parce que la faiblesse humaine est toujours là, avec ses faux arguments de bien-être, de facilité, pour nous éloigner de la ferveur de la charité. Saint Paul s’efforce toujours de reconduire l’attention de tous les fidèles aux valeurs premières, essentielles. Un bon pasteur, tel un saint Curé d’Ars, doit toujours revenir à la charge - en donnant d’abord l’exemple - pour convaincre ses ouailles et les aider à s’approcher encore plus de Dieu.

Cela est d’autant plus nécessaire que, très souvent, chacun de nous peut être tenté de penser qu’il a «gagné la partie» ; en réalité, c’est souvent là le point de départ d’une tentation d’orgueil, prélude à une nouvelle chute. Et Paul veut nous épargner cette chute en nous exhortant encore : il faut toujours faire mieux.

*       *       *

La prédication de Paul a prolongé l’annonce de l’évangile par Jésus-Christ. Quelques années avant Jésus, c’est Jean-Baptiste qui prêchait dans le désert, non pas vraiment dans la solitude désertique, mais loin du bruit de la ville, de sorte que ceux qui venaient à lui n’entendaient vraiment que la parole de Jean, inspirée de Dieu. 

Jean reprend à son tour la prophétie d’Isaïe dont on parlait plus haut : Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées. En clair, tout ce qui est tortueux en nous, dévié, notre orgueil qui nous enfle inutilement, nos défauts qui nous abaissent, doivent être nivelés pour laisser une route plane aux pas de Jésus-Christ en notre cœur. Jean-Baptiste ne dit rien de nouveau : il répète le même message fondamental des Prophètes précédents.

L’évangéliste Luc y ajoute une note historique bien précise, difficile à mettre en doute, en citant tous les responsables religieux et politiques du moment. Le nord de la Palestine était une région divisée par les Romains en quatre (tetra en grec) parties, avec à leur tête un tétrarque, sorte de roitelet. Galilée, Iturée, Trachonitide, Abilène étaient ces quatre provinces autour du lac de Gennésareth.

On le verra souvent, saint Luc travaille en véritable historien, qui aime se documenter à la source, préciser les références historiques, les dates, les faits exacts. 

Ces détails historiques sont là pour nous aider à recevoir le message évangélique avec la certitude qu’il n’a pas été inventé : Jésus est bien venu sur terre, annoncé par tous les prophètes jusqu’à Jean-Baptiste, prêché ensuite par tous les apôtres. Un message unique, authentique, stable et pérenne, qui exige de nous une adhésion totale. 

Acceptons de nous interroger, de regarder en nous nos “montagnes et collines”, travaillons à raser ces défauts qui défigurent en nous l’image de la bonté de notre Créateur. Pour être de vrais Chrétiens, nous devons chaque matin recommencer notre vie avec un cœur nouveau. 

*       *       *

Prions pour obtenir de Dieu d’éveiller en nous cette intelligence du cœur (Prière du jour). 

Ouvrons-nous au Sauveur de nos âmes.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 00:05

Vicente Vilumbrales Fuente

1909-1936

 

Il vint au monde le 5 avril 1909 à Reinoso de Bureba (Burgos, Espagne), benjamin des dix enfants de Andrés et Josefa, deux maîtres d’école, qui le firent baptiser le 18 avril suivant, avec le nom du Saint qu’on fêtait le 5 avril, saint Vicente Ferrer. Des autres enfants, on connaît les noms de Concepción, l’aînée, et José.

De ces dix enfants, cinq moururent en bas âge. Mais les parents étaient remplis de foi et d’espérance en la Vie éternelle ; la maman ne laissait jamais passer un pauvre sans lui tendre la main ; les enfants grandirent dans la piété et l’amour de Dieu.

Un an exactement après la naissance de Vicente, son père fut muté à Santa Cruz del Valle Urbión, où Vicente reçut sa première formation, avant de rejoindre l’école apostolique vincentienne de Tardajos, en 1921.

Or c’est justement en 1921 que mourut sa chère maman, à laquelle il devait tant ; mais aussi il entendit cette année-là la prédication des Pères Lazaristes, qui suscitèrent dans son âme le désir de participer aussi aux missions populaires, ce qui réjouit grandement son papa.

Vicente «remplaça» sa maman terrestre par la Maman du Ciel, en laquelle il se réfugia toute sa vie, comme Mère de la Miséricorde  et Notre Espérance.

Monsieur Vilumbrales conduisit en réalité deux de ses fils au collège : José, d’un an plus âgé que Vicente, et Vicente. Le pauvre José, malade, ne put faire qu’une année de séminaire après le collège et revint à la maison en 1926.

D’après les souvenirs de Concepción, sa sœur aînée, Vicente était un garçon joyeux, un tantinet taquin, avec beaucoup de cœur. Il s’offrit à Dieu pour la guérison de son frère José, mais celui-ci mourut en 1932, sans connaître les événements douloureux qui allaient déferler sur l’Espagne.

Etant arrivé en décembre au collège, Vicente était un peu en retard, mais les Supérieurs remarquèrent qu’il était extrêmement bien préparé par son père à l’école, spécialement en arithmétique, en géographie et en espagnol. Dès 1923, Vicente passait avec ses camarades à l’école de Guadalajara.

L’appréciation des professeurs pour ses études fut : excellent. En 1926, il passa au séminaire de Hortaleza (Madrid), où l’on fêta en 1928 le centenaire de sa fondation.

Le 27 septembre 1928, fête de saint Vincent de Paul, Vicente émit les vœux de religion à Villafranca del Bierzo (León). Il y fit les études de philosophie, mais s’adonna aussi aux langues : outre le latin et le grec qu’il avait déjà étudiés au collège, il perfectionna tant qu’il put l’anglais et le français. 

Il passa à Cuenca les années de théologie. Pour l’Ecriture Sainte, il affectionnait particulièrement l’évangile de Jean et les lettres de Paul, qu’il s’efforçait de lire dans le grec.

C’est en 1934 qu’il fut ordonné diacre, puis prêtre. Il célébra la première Messe à Madrid, où se rendit son père et sa sœur Concepción.

Puis il fit un voyage à Londres pour se familiariser davantage avec l’anglais. A son retour, il fut nommé vice-directeur de la revue Reine des Missions, basée à Madrid, qui parut en 1935. Le jeune prêtre pouvait épauler efficacement le brave directeur, qui était surchargé. Dès février 1936, Vicente dut partir pour Guadalajara, où l’on manquait de professeurs, mais qui n’était pas très éloigné de Madrid.

Dans cette école, il enseigna les langues, surtout l’anglais, mais apporta aussi son concours pastoral, communiquant sa joie et sa jeunesse, qui conquirent les élèves.

(On pourra relire ici la notice Ireneo Rodríguez González, dont Vicente partagea pleinement le sort).

Le père Vicente, fusillé le 6 décembre 1936 avec ses trois autres Compagnons, fut béatifié avec eux en 2013.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 00:04

Ireneo Rodríguez González

1879-1936

 

Il vint au monde le 10 février 1879 à Los Balbases (Burgos, Espagne), unique enfant de Mamerto et Cristina, qui le firent baptiser deux jours plus tard, avec le nom du Saint qu’on fêtait alors ce jour-là, Irénée (il y avait effectivement autrefois ce jour-là un saint Irénée, martyr de Rome, mais trop inconnu et désormais effacé du Martyrologe). Ireneo fut cependant aussi placé sous la protection de la Sainte du jour, Scholastique.

Ireneo fut toujours heureux de ce double patronage ; Irénée en grec évoque la paix, que le futur prêtre chercha toujours à maintenir au milieu des tempêtes ; Scholastique plaisait beaucoup à Irénée, comme celle qui écoutait humblement les enseignements de son frère Benoît.

Selon l’habitude d’alors, il reçut la Confirmation la même année.

A douze ans, il entra au collège tenu par les pères Lazaristes (ou Vincentiens) à Arcos de la Llana et qui fut transféré à Tardajos. Les années 1891-1892 lui permirent d’étudier le latin et les humanités, et aussi de convaincre des camarades de Los Balbases à le retrouver dans ce collège.

A seize ans, il demanda à faire partie de la Congrégation et, en 1895, fut un des quarante-cinq jeunes qui entrèrent au Petit séminaire de Chamberí (Madrid), parmi lesquels plusieurs devaient mourir martyrs.

En 1897, il émit les vœux perpétuels et, après les études de philosophie et de théologie, fut ordonné diacre (le 28 octobre) et prêtre (le 1er novembre) 1903.

En décembre de la même année, il partit pour les Philippines, où il travailla assidûment dans divers séminaires, successivement : Cebú, Manille, Naga, Manille, San Pablo, Manille. Dans ces fonctions, il contribua à la plus grande marque spirituelle que les Missionnaires apportèrent aux Philippines pour la formation du clergé.

En 1921 et en 1923, il dut être hospitalisé à Madrid, victime du climat tropical qu’il supportait difficilement. Il en profitait pour redonner courage aux autres malades.

En 1926, il fut à Málaga et, après un nouveau séjour à l’hôpital, à Cuba en 1927.

Partout, sa douceur, sa simplicité, laissèrent une forte empreinte sur tous les habitants.

En 1931, il revenait à Guadalajara.

Au début de 1936, le collège de cette ville fut transféré à Murguía, pour mettre les jeunes en sûreté. Le père Ireneo restait à Guadalajara comme vice-directeur, avec les deux autres prêtres Gregorio Cermeño et Vicente Vilumbrales, ainsi que le Frère Narciso Pascual. Ce devaient justement être ces quatre Religieux qui allaient être martyrisés le même jour.

Le père Ireneo ne restait pas inactif à cause de l’absence des jeunes ; il assistait les membres de la confraternité de la Médaille Miraculeuse, les Dames de la Charité, les Conférences Saint-Vincent-de-Paul.

En avril 1936, il écrivait : Nous vivons entre deux alarmes, mais pour le moment, pas de menaces.

Dénoncés, ils furent arrêtés le 26 juillet 1936, une semaine après le déclenchement de la révolution, et mis à la prison centrale. Il y eut trois cents arrestations de personnes catholiques, prêtres, religieux et laïcs. Les prêtres et les religieux furent mis ensemble.

En octobre, on leur prit les oreillers et matelas de laine qu’ils avaient apportés avec eux ; en novembre, on leur prit leurs propres vêtements. Il grelottaient, mais ne perdaient ni la foi ni le courage. Les prêtres, Ireneo en particulier, encourageaient les autres à rester calmes et à ne pas nourrir de sentiments de vengeance. Ils se donnaient mutuellement l’absolution. Les gardiens reconnurent plus tard avoir été très édifiés par leur comportement. Un des gardiens, entrant dans la cellule des prêtres, remarqua qu’ils priaient calmement le chapelet et leur dit : Avec moi, vous pouvez prier autant que vous voulez ; faites seulement attention aux miliciens et aux communistes.

A la suite du bombardement d’Alicante, les communistes voulurent répondre par des représailles, en tuant tous les prêtres, religieux et autres Chrétiens. Le 6 décembre, ils vinrent prendre d’assaut la prison de Guadalajara à quatre heures de l’après-midi. C’était toute une foule d’hommes et de femmes qui hurlaient.

Les communistes commencèrent par fermer les dortoirs pour empêcher toute fuite ; puis ils firent descendre un à un les prisonniers sous prétexte d’aller les «juger», en réalité pour les tuer d’une balle à brûle-pourpoint ou dans le dos. Le père Irénée se proposa, avec un autre, comme victime à la place des autres, mais on lui fit la sourde oreille.

Apparemment, les trois prêtres et le frère furent les premiers abattus. Tous ceux qui, une fois tombés, avaient encore les yeux un peu ouverts, furent criblés de balles.

Le père Ireneo et ses trois autres Compagnons furent béatifiés en 2013.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 00:03

Gregorio Cermeño Barceló

1874-1936

 

Il vint au monde le 9 mai 1874 à Saragosse (Espagne), unique enfant de Mariano et Matilde, qui le firent baptiser deux jours plus tard, avec le nom du Saint qu’on fêtait alors ce jour-là, Grégoire (de Nazianze, v. 2 janvier).

En 1879, il fut orphelin de père et mère, et confié aux Filles de la Charité de Madrid, jusqu’en 1882. C’est là qu’il reçut la Confirmation, à sept ans.

Puis il fut reçu à l’internat des pères Vincentiens de Madrid, jusqu’en 1887, année où son âge pouvait lui permettre de trouver déjà un premier emploi. Il fréquentait la paroisse, où il servait volontiers la Messe, et allait travailler, tout en continuant d’étudier le latin et les humanités.

En 1890, il put intégrer le collège de Téruel.

En 1892, il entra au séminaire vincentien, où on l’aida à vaincre sa timidité et à discerner sa vocation.

En 1894, il émit les vœux perpétuels et, après les études de philosophie et de théologie, fut ordonné prêtre le 8 septembre 1899.

Peu après, il fut envoyé quelques mois à Valdemoro, comme aumônier dans des maisons de soin tenues par les Filles de la Charité, pour des malades de choléra, de tuberculose, de typhus.

De là, on le jugea tout-à-fait apte à partir pour Porto Alegre (Brésil), comme professeur des jeunes séminaristes (1900-1902). Il y enseigna l’histoire biblique, la religion et le chant. Mais il fallut abandonner cette mission et revenir en Espagne. En deux ans seulement, le jeune Père avait supporté tant de fatigues, qu’il avait les cheveux blancs. Il avait vingt-huit ans !

On lui imposa une période de repos, puis on l’envoya au sanctuaire proche de Madrid, Notre-Dame des Miracles, au Monte Medo (Orense), où se trouvait aussi un collège et le séminaire diocésain.

Il subit alors une grave épreuve de doute, sur sa présence dans la congrégation, sur son sacerdoce même. On l’envoya en 1906 à Valdemoro, qu’il connaissait bien, puis au Monte Medo au sanctuaire marial. De 1907 à 1922, le père Gregorio put oublier cette période de crise.

Mais vers 1922, la tentation se présenta à nouveau. Les Supérieurs firent passer le père Gregorio brièvement en divers endroits (Teruel, Guadalajara, Monte Medo), seulement une année chaque fois. Puis ce furent les habitants de Guadalajara qui le réclamèrent, en 1929.

Il passa alors sept années comme directeur d’âmes et comme confesseur, heureux de redonner la paix aux fidèles. C’est à Guadalajara qu’il connut si bien le père Ireneo, dont il partagea le sort.

(Voir ici la notice de Ireneo Rodríguez González).

Le père Gregorio demanda un jour aux miliciens pourquoi ils maltraitaient si férocement des gens qui ne faisaient que du bien. Pour toute réponse, il reçut un gros tas de poussière.

Le père Gregorio, fusillé le 6 décembre 1936 avec ses trois autres Compagnons, fut béatifié avec eux en 2013.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 00:02

Pedro Pascual

1227-1300

 

Pedro vint au monde vers 1227 à Valencia (Catalogne, Espagne E), de pieux parents qui, ne pouvant avoir d’enfants, se confièrent à saint Pedro Nolasco (v. 25 décembre) ; exaucés, il donnèrent le même prénom à leur fils.

Après ses premières études, le garçon s’en vint à Paris, où il fut compagnon des saints Buonaventura et Tommaso d’Aquino (v. 14 juillet et 7 mars) et reçut l’ordination sacerdotale (1249).

De retour en Espagne, il entra dans l’Ordre de la Merci.

Il régissait l’abbaye de San Miguel de Gualtar, grâce à quoi il percevait quelques revenus.

En 1294, il fut nommé évêque de Jaén, mais conserva pendant trois ans son bénéfice de San Miguel, car Jaén avait été ruinée par les incursions arabes.

Ces mêmes arabes le firent prisonnier durant une de ses visites pastorales, vers 1298, et l’emmenèrent à Grenade, exigeant une rançon que Jaén ne pouvait payer.

Pedro profita de son temps de captivité pour écrire divers ouvrages

Il fut décapité à Grenade, le 6 décembre 1300, et pour cela déclaré martyr.

Son culte fut confirmé en 1670.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 00:00

Obizio de Niardo

1150-1204

 

Obizio (ou aussi Obizzo) naquit à Niardo (Brescia, Italie N) vers 1150, peut-être un 4 février, fils du comte Graziadeo, gouverneur de la Valcamonica, qui le forma au métier des armes. 

Dans la parenté se trouvait un oncle qui avait fondé deux monastères.

Jeune, Obizio participa avec fougue aux guerres entre Brescia et Crémone. 

Il épousa la comtesse Inglissenda Porro, dont il eut quatre enfants : Iacopo, Berta, Margherita et Maffeo.

En 1191, il se trouva au milieu d’une échauffourée sur un pont qui, surchargé, s’écroula. Il resta au milieu des décombres pendant plusieurs heures, durant lesquelles il raconta qu’il avait eu une épouvantable vision de l’enfer.

Rentré chez lui, il confia à son épouse son désir de changer totalement de vie. Son épouse savait être compréhensive ; les enfants étaient assez grands : le père de famille pourrait quitter son foyer sans inquiétude pour leur avenir. Mais la séparation fut difficile. Les prières d’Obizio l’emportèrent et toute la famille accepta et même l’encouragea, au point que les deux derniers, Margherita et Maffeo devinrent religieux. Obizio, prudemment, commença par se donner aux bonnes œuvres, gardant le contact avec sa famille. Il fréquenta les sanctuaires dans tout le nord de l’Italie.

En 1197 enfin, il demanda l’hospitalité au monastère Santa Giulia de Brescia, servant les plus pauvres et accomplissant des miracles.

Il mourut six ans plus tard, le 6 décembre 1204.

En 1498 et en 1553, on remarqua qu’un liquide mystérieux jaillissait de son sépulcre, avec lequel on obtint des miracles.

Le culte de saint Obizio fut autorisé en 1600 et le Martyrologe le mentionne au 6 décembre.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 20:27

Olegario de Barcelone

1060-1137

 

Olegario naquit vers 1060 à Barcelone (Espagne) dans une famille illustre. Son père s’appelait aussi Olegario et servait à la cour du comte de Barcelone. Sa mère, Guilia, descendait d’une famille wisigothe.

A dix ans, l’enfant commença des études parmi les chanoines de la cathédrale. A trente ans, il fut ordonné prêtre et devint bientôt doyen du chapitre.

En 1094, il entra chez les Augustins de Besós, dont il devint le prieur deux ans plus tard, déjà remarqué pour sa prudence et son observance de la règle.

Recherchant plus de solitude, il entendit parler du couvent provençal de Saint-Ruf et le rejoignit. On l’y nomma abbé en 1110.

Mais Barcelone ne l’avait pas oublié et on l’appela à succéder à l’évêque défunt, en 1115. Olegario, informé à temps, se dépêcha de disparaître, mais on le retrouva ; persévérant dans son refus et répétant son indignité pour une telle charge, il reçut du pape l’ordre formel d’accepter ce choix. Olegario fut sacré évêque ; mais ce n’était pas fini.

Au siège de Barcelone s’ajouta aussi celui de Tarragona (1118), qui venait d’être reprise aux Sarrasins ; le pape, non seulement confirma ce choix, mais y ajouta encore l’évêché de Tortosa, dont une partie était encore aux mains des Sarrasins.

En 1119, Olegario participa au concile de Toulouse, puis prêcha au synode de Reims.

Olegario fit le voyage de Rome pour rencontrer le pape Gélase II. A peine revenu dans son «triple diocèse», il dut repartir pour participer à Rome au concile de Latran (1123) : on devait y traiter de questions de la Terre sainte, mais Olegario plaida en faveur de l’Espagne, qu’il fallait libérer aussi de la présence des Sarrasins. Il obtint en effet des subsides, et fut nommé légat papal en Espagne pour veiller au bon emploi de ces subsides. Il soutint ainsi les offensives de Tortosa et Lleida.

La paix étant pratiquement revenue, Olegario fit le pèlerinage en Terre sainte, passant par la Syrie et l’Egypte, puis débarquant en Provence où il visita son ancien couvent. 

Il participa au concile de Clermont, où il démontra l’illégitimité de l’antipape Anaclet : saint Bernard (v. 20 août), qui y était présent, et saint Bonaventure (v. 15 juillet) apprécièrent ses interventions. Olegario fut le seul évêque espagnol à se prononcer en faveur du pape légitime.

Rentré en Espagne, il joua le rôle de médiateur et rétablit la paix entre les rois Alfonso VII de Castille et Ramiro II d’Aragón.

Il fit reconstruire la ville de Tarragona, qui avait bien souffert des guerres ; il y fonda un hôpital. Il tint encore un synode peu avant de mourir.

Ayant prédit le jour de son décès, il mourut effectivement le 6 mars 1137 et son corps, incorrompu, se trouve dans la cathédrale de Barcelone ; Olegario est le patron de cette ville.

Les nombreux miracles qui se produisirent à son tombeau n’ont toujours pas abouti à une canonisation. Le culte en fut cependant approuvé en 1675. Le bienheureux Olegario est mentionné au 6 mars dans le Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 18:28

Cristoforo Macassoli

1415-1485

 

Cristoforo naquit vers 1415 dans la noble famille des Macassoli, à Milan.

A vingt ans, il entra dans la branche franciscaines des Observants.

On dit peu de choses sur lui. Ce fut un excellent prédicateur, un modèle de sainte vie, et un thaumaturge renommé.

Vers 1475, de concert avec l’ami Pacifico Ramati de Cerano (v. 4 juin), il fonda à Vigevano le couvent Notre-Dame des Grâces.

C’est dans ce couvent que Cristoforo mourut, le 5 mars 1485.

Témoignage du culte quasi immédiat qu’on lui rendit, est ce retable de l’église du couvent, daté 1503, où on le voit avec saint Bernard (v. 20 août), entourant la Sainte Vierge.

Le culte du bienheureux Cristoforo Macassoli de Milan fut confirmé en 1899.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 12:44

Humbert III de Savoie

1136-1189

 

Fils d’Amédée III de Savoie et de Mathilde de Vienne (ou Mahault d’Albon), Humbert naquit en 1136 au château d’Aveillane, le 1er avril ou le 1er août. C’était leur premier ou quatrième fils, selon les sources.

Amédée III participa à la croisade et mourut au retour, à Nicosie, quand Humbert n’avait que treize ans (1149). Il héritait des titres de comte de Maurienne, de seigneur du Bugey, d’Aoste et du Chablais, de marquis de Suse et d’Italie (Turin), et comte de Savoie de 1148 à  1189.

Le jeune Prince eut la sagesse de suivre les conseils du saint évêque de Lausanne, Amédée (v. 27 août), qui l’aida paternellement à gouverner autant qu’à se sanctifier.

Un de ses premiers soins fut de rendre à l’abbaye de Saint-Maurice les sommes que son père avait empruntées pour la croisade.

Il faisait une retraite dans l’abbaye de Hautecombe, lorsque le dauphin du Viennois vint assiéger la ville de Montmélian (1153). Sans perdre de temps, Humbert se mit à la tête de ses troupes, battit son agresseur, puis rentra à Hautecombe pour y remercier Dieu et terminer sa retraite spirituelle.

L’Etat avait besoin d’un successeur à Humbert. Il épousa en 1151 Faydive, sœur du comte de Toulouse, qui mourut en 1154 sans enfants ; il épousera en 1155 sa cousine Gertrude de Flandre, mais ce mariage fut déclaré nul en 1162, car l’épouse était infertile ; Humbert épousera en 1164 Clémence de Zähringen, fille du comte de Bourgogne, qui eut trois filles et mourut en 1167. La suite vaut d’être racontée avec des détails. 

Trois fois veuf, Humbert se détermina à prendre l’habit monastique à Hautecombe, pour se préparer au jugement de Dieu par les austères observances de la vie religieuse. Les barons savoisiens intervinrent à Hautecombe : Sire, que faites-vous ici ?… Mariez-vous, par Dieu !… Vous pouvez d’ailleurs aussi bien servir Dieu en étant marié et en gouvernant votre pays avec justice, qu’en chantant mille messes avec ces religieux !

Les moines soutenaient Humbert dans son refus ; les barons alors menacèrent de mettre le feu à l’abbaye. Leur crainte majeure était de tomber sous la domination de l’Angleterre. 

Humbert alors consentit à sortir du monastère. Il épousa Béatrice de Vienne, en 1177, et eut un fils, Thomas. En reconnaissance, il fit édifier un prieuré bénédictin, près du lac du Bourget.

Entre les deux dates de 1167 et 1177, Humbert eut maille à partir avec l’empereur germanique, Friedrich Barbarossa et se désolidarisa totalement de la politique de ce dernier, en se rapprochant des Plantagenêt, rois d’Angleterre, partisans eux-mêmes des guelfes, et donc ennemis des gibelins et de l’empereur. Ce dernier se vengera d’Humbert en dressant plusieurs évêques contre Humbert et en dévastant la ville de Suse (1174). De plus, Humbert ayant été momentanément excommunié par l’évêque de Belley, à cause du meurtre d’un clerc par un soldat d’Humbert, l’empereur en profita pour faire de cet évêque un prince d’Empire, maître absolu de toute la région de Belley. A partirt de 1187, le fils de Barbarossa continuera cette même politique agressive.

Dans ces circonstances, on ne voit pas comment Humbert aurait put rentrer à l’abbaye. Aussi bien, la renommée de sa sagesse, de sa probité et de ses autres vertus s’étendit bien au delà des bornes de ses états ; il reçut de nombreux témoignages de l’estime et de la confiance de ses contemporains.

Un document de 1149 révèle qu’il confirma les donations faites par son père aux Chartreux d’Arvières. Vers 1180, il fonda la chartreuse d’Aillon, enfin en 1188 l’abbaye de Ranverso, avec un hôpital.

Humbert III mourut à Chambéry, le 4 mars 1189, et fut enterré dans l’enceinte de Hautecombe.

Le culte du bienheureux Humbert III a été approuvé en 1836.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 12:43

Pietro Pappacarbone

1038-1123

 

Né en 1038 dans une illustre famille de Salerne (Italie S), Pietro était le neveu de saint Alferio (v. 12 avril), fondateur et premier abbé de la célèbre abbaye de La Cava, qui mourut en 1050.

Pietro entra à son tour dans ce monastère, et suivit l’enseignement du successeur de son oncle, saint Leone I (v. 12 juillet). 

Le jeune novice pratiqua tous les genres d’austérités des anciens pères du désert ; il y ajouta aussi de fréquents séjours dans un proche ermitage, où il passait toute la période du Carême avec seulement cinq pains qu’il emportait avec lui. Encore insatisfait, il obtint de l’abbé la permission de séjourner quelque temps à Cluny, dont il entendait dire tant de merveilles.

Il y fut reçu par saint Hugues (v. 29 avril), qui l’admit sans lui faire faire de noviciat car s’il n’avait pas une si grande ferveur, il n’aurait pas affronté les fatigues d’un long voyage pour venir jusqu’à nous, et ce seul fait constitue une excellente épreuve.

Cinq ans plus tard, entouré de l’estime de tous les moines clunisiens, il revint à La Cava où il retrouva son cher abbé.

Ces retrouvailles furent brèves, car en 1073, Pietro fut nommé évêque de Policastro, mais il démissionna de ce siège après deux années, estimant que la volonté de Dieu le rappelait au monastère. 

Enfin, l’abbé Leone jouissait à l’intérieur de l’abbaye de la présence de Pietro et, pour être sûr cette fois-ci de l’y garder longtemps, il fit valoir auprès des moines son âge et sa fatigue, et la nécessité d’élire un coadjuteur qui lui succéderait. Ainsi fut élu abbé Pietro.

Pietro n’avait pas oublié son séjour à Cluny. Il proposa aux moines de La Cava d’en adopter la règle. L’effort était plus difficile à accepter que l’abbé : beaucoup de moines se rebellèrent contre Pietro, entraînant dans leurs vues l’abbé Leone. Pietro se retira simplement avec quelques moines dans un autre monastère, mais il fut bientôt rappelé par les révoltés eux-mêmes, repentis de leur lâcheté.

Ainsi l’abbaye entra-t-elle dans la congrégation bénédictine, ce qui donna un prodigieux essor à cette branche italienne, où Pietro put donner l’habit à plus de trois mille religieux, dans de nombreuses abbayes du royaume de Naples, en Sicile et jusqu’à Rome : La Cava géra plus de trois cent cinquante monastères dans tout le sud du pays.

En 1092, il reçut le pape Urbain II (v. 29 juillet), qui lui remit, à lui et ses successeurs, les insignes épiscopaux. Pietro avait déjà été sacré évêque en 1073, mais ayant renoncé à cette charge (1075), il ne portait plus l’anneau pastoral ni la mitre et la crosse ; désormais, le pape les lui remettait, donnant à perpétuité aux abbés de La Cava le rang d’évêques.

Un jour que Pietro prolongeait sa contemplation, on le crut mort, mais il se «réveilla», et comprit qu’il devait remettre sa démission ; ainsi fut élu l’abbé Costabile (1118, v. 17 février).

Pietro mourut le 4 mars 1123 et son culte fut confirmé en 1893.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens