Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 23:00

Teresa de Portugal

1176-1250

 

Teresa de Portugal naquit vers 1176, à Coimbra, fille aînée du roi portugais Sancho Ier et de Dulce d’Aragon, qui eurent onze enfants. Deux autres filles, Sancha et Mafalda, sont aussi bienheureuses (v. 11 avril et 1er mai).

Teresa était une jeune fille aussi pieuse que belle, modeste et discrète.

Elle épousa (ou plutôt on lui fit épouser) Afonso IX, roi de León, qui était son cousin, ce qui fit que le pape déclara nul ce mariage. Mais les époux, n’étant pas responsables de cette situation, ne se séparèrent pas immédiatement et eurent trois enfants Sancha, Fernando et Dulce.

Même certains évêques espagnols reconnaissaient la validité du mariage au concile de Salamanque convoqué en 1192 par le pape. 

Cherchant la paix, les pieux époux se séparèrent finalement, en 1195, et Teresa revint au Portugal.

A la mort du roi Sancho Ier, il y eut une grave mésentente entre les descendants, Afonso II et ses sœurs, Teresa, Sancha et Mafalda.

Teresa obtint pour elle le monastère bénédictin de Lorvão, qui était presque abandonné ; elle y fit venir des moniales cisterciennes ; elle-même y entra en 1228, avec sa jeune sœur, Blanca, sa cadette de onze ans.

Elle fonda aussi le monastère de Cisterciennes de San Guillermo à Villabuena del Bierzo, où se retirèrent ses deux filles.

Elle alla assister sa sœur Sancha à ses derniers moments, en 1229 (v. 11 avril) et remporta sa dépouille au monastère de Lorvão.

Pour régler pacifiquement avec ses sœurs l’épineuse question de l’héritage familial, Teresa renonça à tout ce qui pourrait revenir à ses filles Sancha et Dulce (son fils était déjà mort), se contentant d’une pension.

Elle se retira ensuite à Lorvão, dans la prière et la pénitence. Dieu lui donna le don des miracles.

Elle annonça aussi le jour de sa mort, qui arriva le 17 juin 1250.

A son tombeau se produisirent beaucoup de miracles. On l’ouvrit en 1617 : on y trouva intacts et le corps et les vêtements et les fleurs.

Teresa fut béatifiée avec sa sœur Sancha en 1705, mais le Martyrologe la nomme sainte.

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 23:00

Scipione Burali

1511-1578

 

Scipione Burali naquit en 1511 à Itri (Latina, Latium, Italie C), de la noble famille Burali di Arezzo.

C’était le second fils de Paolo Burali et Vittoria Olivares ; quand celle-ci mourut, Paolo se retira de la vie diplomatique, et devint prêtre.

A quatorze ans, en 1525, Scipione fut inscrit à l’université de Salerno, puis à celle de Bologne, où il reçut très brillamment le doctorat in utroque jure, à vingt-cinq ans. Il eut comme professeur un certain Ugo Boncompagni, le futur pape Grégoire XIII.

Pendant douze ans, il fut avocat à Naples, où son intégrité lui valut le surnom de ami de la vérité et père des pauvres.

Il voulait se retirer, mais le roi le nomma conseiller royal, puis sa parfaite honnêteté lui valut des responsabilités très importantes dans l’armée, dans les rapports avec la papauté et aussi à la cour d’Espagne.

Sa vie personnelle, empreinte d’un amour d’absolu, reçut l’influence bénéfique des pères Théatins (v. 7 août, saint Gaetano de Thiene).

En 1557, il entra dans cet Ordre, prenant le nom de Paolo. Quoique se sentant à peine capable d’être le dernier des frères, il fut poussé à recevoir le sacerdoce, en 1558.

On lui confia la mission d’aller implorer à la cour d’Espagne un adoucissement dans les activités de l’Inquisition à Naples. La mission réussit totalement.

Il fut nommé supérieur des communautés de Théatins à Naples puis à Rome. Trois fois, il refusa d’être nommé évêque, et finit par se soumettre pour le diocèse de Plaisance (1568), où il eut une activité réformatrice similaire à celle de saint Carlo Borromeo (v. 3 novembre) pour appliquer les décrets du concile de Trente.

En 1568, il fut créé cardinal, et en 1576, il fut transféré au siège de Naples, par l’autorité du nouveau pape Grégoire XIII, son ancien professeur.

A Naples, insatisfait du séminaire existant, il renvoya tout le monde, professeurs et élèves, et ferma la maison, avant de rouvrir l’établissement avec d’autres normes, conciliaires celles-ci. Il fit de même avec deux monastères de femmes. Il abolit le «privilège» du vice-roi d’avoir son trône avec baldaquin à côté de l’autel. Il s’attacha à la conversion des juifs, des hérétiques et des esclaves mahométans. Il publia un Catéchisme qui fut sa dernière action, car l’âge et les maladies le portèrent bientôt à la mort, le 17 juin 1578.

Il s’était retiré à Torre del Greco pour se reposer après s’être cassé une jambe. Saint Filippo Neri dit alors que sa mort était une perte pour tout le monde chrétien.

Scipione-Paolo fut béatifié en 1772.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 23:00

Thomas Redyng

? -1537

 

Frère convers chartreux anglais, vivant à la Chartreuse de Londres et dont on ne connaît rien d’autre que les circonstances de son martyre.

Le 29 mai, on envoya les moines chartreux à la prison de Newgate, où ils furent enchaînés debout, les mains liées derrière le dos à des pitons. On voulait les laisser mourir de faim dans cette position.

Une sainte femme, Margaret Clement (ou Giggs), se faisant passer pour une crémière, réussit à toucher le gardien et à pénétrer dans la prison avec un grand bidon à lait, plein de nourriture, qu’elle distribua aux moines chartreux.

Là-dessus, le roi voulut savoir s’ils étaient déjà morts : le geôlier prit peur et n’osa plus laisser entrer Margaret, mais lui permit de passer sur le toit, de retirer des tuiles et de faire descendre la nourriture dans un panier aussi près que possible de la bouche des prisonniers. Mais ils ne purent pratiquement rien attrapper et le geôlier fit interrompre le stratagème.

William Greenwood mourut le premier, le 6 juin ; John Davy le 8 juin, Robert Salt le 9 juin, Walter Pierson et Thomas Green, le 10 juin, Thomas Scryven le 15 juin, notre Thomas Redyng le 16 juin, toujours en 1537. 

D’autres moururent plus tard : on suppose qu’on fit exprès de maintenir en vie ceux qui restaient encore, pour leur faire subir la potence, suivie de l’éviscération et de la décapitation ; ainsi, Richard Bere mourut le 9 août, Thomas Johnson le 20 septembre, toujours en 1537 ; William Horne fut exécuté le 4 août 1540.

Ce martyre eut lieu à Newgate (Londres).

En 1886, la confirmation du culte qu’on leur rendait, équivalait à la béatification.

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 23:00

Benno de Meißen

1010-1106

 

Benno (diminutif de Bernard) ayant été chanoine, puis moine au moins à partir de 1028, on l’a fait naître vers 1010, à Hildesheim (Basse-Saxe, Allemagne C).

En 1040 il fut ordonné prêtre.

S’il n’est pas sûr qu’il ait été abbé à Saint-Michel de Hildesheim, il fut sacré évêque de Meißen en 1066.

Son épiscopat fut très troublé par les événements politiques de cette époque.

Il devait sa nomination au roi Heinrich IV. Lorsque celui-ci entra en guerre contre les Saxons, Benno ne pouvait pas s’ériger contre son peuple, mais resta sagement neutre pour ne pas non plus offenser Heinrich. Mais justement à cause de cette discrète neutralité, le roi accusa Benno de ne lui avoir manifesté aucun signe de fidélité durant toute la guerre de Saxe et le fit arrêter.

Heinrich se retrouva excommunié, et déclara le pape déposé, n’acceptant pas de renoncer à l’inverstiture des évêques dans son royaume.

On n’a pas établi avec certitude si Benno fut délivré par Heinrich lui-même pour se racheter, ou s’il put s’enfuir lors d’un tumulte. Mais lors de la diète suivante en 1078, Benno réaffirma son obédience au Pape, et se prononça pour un rival de Heinrich, Rudolf de Rheinfelden, et, à la mort de ce dernier, pour Hermann de Salm.

A partir de 1085, les événements restent un peu confus. Heinrich aurait chassé Benno de son siège et mis à sa place un certain Felix, tandis qu’il nommait un antipape (Clément III) ; Benno serait alors venu en Italie mais, faisant valoir le bien de la paix, aurait retrouvé sa place légitime en 1088.

On raconte qu’en quittant le diocèse, Benno aurait confié à un chanoine la clef de la cathédrale, lui ordonnant de la jeter dans l’Elbe, si Heinrich encore excommunié faisait mine d’entrer dans le lieu saint. A son retour, Benno retrouva cette clef dans un poisson.

Lorsque Heinrich IV, couronné empereur, proclama la Pax Dei, cette fois-ci vivement appuyé et encouragé par Benno, celui-ci bénéficia de grandes possessions qui étendirent les domaines de son diocèse.

Benno, qui aimait le chant et la musique, aurait un jour ordonné aux grenouilles de cesser de coasser si bruyamment ; il lui vint alors à l’esprit un verset du Cantique des Trois Enfants : Tout ce qui bouge dans les eaux, bénissez le Seigneur (Dn 3:79), et les aurait alors priées de reprendre leur gentil coassement.

Il organisa une mission vers l’Est, chez les Wendes, jusqu’à Bautzen. On lui devrait les fondations de Bischofswerda et Bischheim, la plantation de la vigne à Elbtalkessel. Il aurait parcouru, et même à un âge fort avancé et à pied, la Via Regia ou Chemin de l’Evêque dans la région du Oberlausitz.

On croit en général qu’il mourut le 16 juin 1106, à quatre-vingt seize ans ; il fut canonisé en 1523.

Benno est invoqué pour obtenir la pluie ; il patronne les drapiers et les pêcheurs ; on le représente avec un poisson et une clef.

Lors de la Réforme, son tombeau fut saccagé, mais les reliques furent retirées à temps, et déposées depuis dans la cathédrale de Münich en 1580.

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 23:00

 

Lutgarde de Tongres

1182-1246

 

Lutgarde naquit à Tongres (Belgique) en 1182, de riches bourgeois.

Pensionnaire pendant une douzaine d’années chez les Bénédictines, elle grandit comme n’importe quelle jeune fille qui aime la vie.

Elle recevait des visites au parloir. Un jeune homme vint voir cette jeune beauté, et pendant la conversation, le Christ se montra à elle, lui présentant sa plaie au côté.

Lutgarde avait alors dix-sept ans ; elle se donna si totalement à cet Epoux céleste que, revenant à elle, elle chassa le jeune homme presque brutalement : J’ai été conquise par un autre Amant ! Le Christ fut désormais son Epoux et pour le lui montrer, elle changea radicalement son comportement, s’adonnant à la prière et à la mortification.

On dit que cette apparition du Christ est la première manifestation du Sacré-Cœur au Moyen-Age.

Par la suite, Lutgarde eut une vie remplie d’autres manifestations mystiques : visions, lévitation, apparitions du Christ, extases. Elle porta les stigmates de la Passion. Désormais, elle comprit les prières en latin. En outre, sa prière obtint des miracles : délivrance des âmes du Purgatoire, conversions de pécheurs, guérisons de malades, assistance de malheureux.

Ces grâces importunaient Lutgarde : elles l’empêchaient d’être totalement avec le Christ et Lui demanda de les lui retirer. Le Christ lui demanda : Que veux-tu alors ? - Ton Cœur. - Non, lui dit le Christ, c’est moi qui veux ton cœur.

Lutgarde pouvait se permettre une certaine familiarité avec son Epoux divin. Un jour qu’elle ressentit la faim très fort, elle pria ainsi : Seigneur Jésus, ce n’est pas le moment que je reste avec Toi ; va donc auprès d’Elisabeth, qui a tant besoin d’être nourrie chaque heure à cause de sa faiblesse. Prends son cœur, pendant que je vais un peu me restaurer. Il en advint ainsi : la sœur Elisabeth fut guérie et reprit sa vie normale dans le couvent.

Par trois fois, elle jeûna sept années de suite au pain et à l’eau, offrant cette pénitence pour la conversion des hérétiques, le salut des pécheurs, et pour l’empereur Frédéric II, qui menaçait l’Eglise ; elle en prophétisa la mort pour 1250.

En 1206, on prétendit l’élire prieure du monastère ; elle s’y refusa et, pour trouver plus d’austérité et être encore plus ignorée, passa au monastère cistercien d’Aywiers, dont elle ne parlait pas la langue flamande : elle espérait ainsi être oubliée, mais son jargon faisait toujours du bien à qui l’entendait.

Les douze dernières années de sa vie, elle devint aveugle : épreuve supplémentaire qu’elle vivait patiemment en l’offrant pour la conversion des hérétiques.

Le Seigneur lui annonça sa mort prochaine, qui advint le 16 juin 1246.

Lutgarde a été inscrite au Martyrologe en 1584.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 23:07

 

 

Ralph Grimston

?-1598

 

Ralph Grimston était né à Nidd (North Yorkshire, Angleterre).

Ce laïc fut arrêté pour s’être trouvé en compagnie du prêtre Peter Snow ; en outre, ce délit était aggravé par le fait que Ralph avait tenté d’empêcher l’arrestation de Peter.

Ralph subit le martyre avec Peter le 15 juin 1598 à York et fut béatifié en 1987.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 23:06

 

 

Peter Snow

?-1598

 

Peter Snow était né à Ripon (North Yorkshire, Angleterre).

En 1589, il vint au Collège anglais de Reims ; il reçut la Tonsure et les Ordres mineurs en 1590, le sous-diaconat à Laon en 1590, le diaconat et la prêtrise à Soissons en mars 1591.

En mai 1591, il partit pour l’Angleterre et fut arrêté sept ans plus tard, en mai 1598, en compagnie de Ralph Grimston, qui l’accompagnait à York.

Ils furent tous deux condamnés peu après : Peter, comme traître, étant prêtre ; Ralph, comme complice, ayant aidé ce prêtre et même ayant tenté d’en empêcher l’arrestation.

Le martyre eut lieu le 15 juin 1598 à York ; Peter et Ralph furent béatifiés en 1987.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 23:00

Germaine Cousin

1579-1601

 

Germaine naquit vers 1579, de Laurent, un laboureur pauvre de Frouzins (Toulouse, Haute-Garonne) et de Marie Laroche, qui mourut peu après.

Elle était malingre, scrofuleuse, sa main droite était déformée et peu vigoureuse. Son père ne l’aimait pas et se remaria.

Il n’y avait rien pour elle, elle n’avait pas sa part légitime. On ne lui faisait pas sa place au foyer. A peine lui accordait-on dans la maison de son père un asile et un abri. La marâtre, toujours irritée, la renvoyait dans quelque coin et la réduisait à prendre son repos dans l’étable ou sur un tas de sarments, au fond d’un couloir. Non contente de cette sévérité, elle interdisait à Germaine d’approcher ses frères et sœurs, que pourtant elle aimait beaucoup et cherchait à servir sans jamais montrer de jalousie.

Elle se taisait et se cachait, elle se mortifiait et ne prit jamais que du pain et de l’eau, et encore, elle donnait aux pauvres ce qu’elle pouvait conserver. Un jour, la marâtre voulut la battre pour avoir détourné quelques croûtes et, ouvrant son tablier, vit tomber de très belles roses, en plein hiver.

On lui donna à garder les moutons, que d’ailleurs elle confia souvent à la garde du Bon Dieu pour se rendre à l’église : jamais une bête ne s’égara ou ne fut victime du loup.

Un jour que le ruisseau était impossible à passer à cause des crues, les voisins virent les eaux s’écarter pour laisser passer Germaine, comme lors du passage de la Mer Rouge par Israël (Jos 3:13-17).

Illettrée, elle avait la science du cœur et parlait du Bon Dieu aux petits enfants qui venaient la voir. Elle priait le chapelet.

Un matin de juin, son père ne la vit pas sortir, il l’appela, en vain : il la trouva morte sur ses sarments.

La tradition a fixé ce jour au 15 juin 1601.

La population vint en masse à ses funérailles. On l’enterra dans l’église voisine de Pibrac, mais sans marque précise. Plus tard, le fossoyeur la retrouva, encore toute fraîche : on la reconnut aux cicatrices de sa maladie, à sa main déformée. Nouveaux miracles. On la déposa dans un cercueil à la sacristie, où l’on obtint d’elle des multiplications de pain ou de farine, des guérisons… C’est là que le vicaire général retrouva à son tour, en 1661, le cercueil de la Bergère à nouveau délaissé, et le fit ouvrir : Germaine y apparut toute fraîche.

Germaine Cousin ou de Pibrac devint universellement connue ; elle fut béatifiée en 1854 et canonisée en 1867.

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 23:00

Thomas Scryven

? -1537

 

Frère convers chartreux anglais, vivant à la Chartreuse de Londres et dont on ne connaît rien d’autre que les circonstances de son martyre.

Le 29 mai, on envoya les moines chartreux à la prison de Newgate, où ils furent enchaînés debout, les mains liées derrière le dos à des pitons. On voulait les laisser mourir de faim dans cette position.

Une sainte femme, Margaret Clement (ou Giggs), se faisant passer pour une crémière, réussit à toucher le gardien et à pénétrer dans la prison avec un grand bidon à lait, plein de nourriture, qu’elle distribua aux moines chartreux.

Là-dessus, le roi voulut savoir s’ils étaient déjà morts : le geôlier prit peur et n’osa plus laisser entrer Margaret, mais lui permit de passer sur le toit, de retirer des tuiles et de faire descendre la nourriture dans un panier aussi près que possible de la bouche des prisonniers. Mais ils ne purent pratiquement rien attrapper et le geôlier fit interrompre le stratagème.

William Greenwood mourut le premier, le 6 juin ; John Davy le 8 juin, Robert Salt le 9 juin, Walter Pierson et Thomas Green, le 10 juin, notre Thomas Scryven le 15 juin, Thomas Redyng le 16 juin, toujours en 1537. 

D’autres moururent plus tard : on suppose qu’on fit exprès de maintenir en vie ceux qui restaient encore, pour leur faire subir la potence, suivie de l’éviscération et de la décapitation ; ainsi, Richard Bere mourut le 9 août, Thomas Johnson le 20 septembre, toujours en 1537 ; William Horne fut exécuté le 4 août 1540.

Ce martyre eut lieu à Newgate (Londres).

En 1886, la confirmation du culte qu’on leur rendait, équivalait à la béatification.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 23:00

Luigi Maria Palazzolo

1827-1886

 

Luigi naquit le 10 décembre 1827 à Bergamo (Italie N), benjamin de huit enfants et seul survivant après la mort en bas âge des sept premiers.

Orphelin de père à dix ans, il reçut les meilleurs conseils de sa pieuse mère et des bons prêtres qu’il rencontra.

Ordonné prêtre en 1850, il fut tout de suite vicaire à San Alessandro, puis curé à San Bernardino (1855), toujours à Bergame.

En 1864, il fonda l’œuvre pie de Sainte-Dorothée, une association de dames destinées à s’occuper des petites filles pauvres du quartier San Bernardino : les dames leur auraient donné des leçons de catéchisme, mais aussi les auraient occupées à des activités saines et instructives.

En 1869, cette association devint une congrégation nouvelle, les Sœurs des Petites Pauvres, qui ajoutèrent à leur première activité celles de visiter les pauvres et les malades à domicile, d’assister les orphelins, et de faire l’école.

Il y eut bientôt plusieurs maisons, à Vicenza, Brescia, Breganze, et les constitutions devaient être approuvées dès 1886, année de la mort de don Luigi Maria.

Il fonda aussi en 1872 les Frères de la Sainte Famille, pour s’occuper des orphelins à Torre Boldone. L’Institut fonctionna jusqu’en 1928.

Don Luigi Palazzolo fut un pasteur infatigable, prêchant beaucoup de missions populaires, organisant de saints divertissements pour ses paroissiens, des cours du soir, un patronage de garçons dont sortirent au moins une quarantaine de prêtres. 

Il s’éteignit le 15 juin 1886, dans cette ville de Bergame qu’il n’avait pas quittée, et fut béatifié en 1963. 

En 2019, un nouveau miracle, récemment reconnu, ouvre la voie à la prochaine canonisation de Luigi Palazzolo.

Depuis 1919, l’Institut fut approuvé par le Vatican et des maisons s’ouvrirent à Rome, puis auprès des émigrés italiens en France, en Belgique, au Luxembourg. Récemment, l’Institut s’est ouvert aux missions au Brésil et au Pérou, en divers pays d’Afrique : Congo, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Kenya, Malawi. Globalement, un millier de Religieuses dans plus de cent maisons. L’Institut porte maintenant le nom de Sœurs des Petites Pauvres de l’Institut Palazzolo (SdPIP).

Au Congo éclata en 1995 une épidémie d’Ebola, dont moururent six Religieuses, frappées par la contagion après avoir secouru des malades.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens