Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 23:08

Villano de Gubbio

† 1230

 

Villano signifie proprement de la campagne.

Que le bienheureux Villano fût originaire de campagne, nous ne le savons pas. Il devait être né à Gubbio (Ombrie, Italie C).

Selon certains, il faisait partie de la communauté des camaldules de Fonte Avellana, selon d’autres il fut abbé bénédictin de l’abbaye locale San Pietro, et fut appelé à diriger le diocèse de Gubbio en 1206.

On lui attribue la fondation d’un hospice. 

En 1213, il accueillit favorablement les premiers compagnons de François d’Assise, leur concédant le couvent de Santa Maria della Vittoria.

Villano mourut un 7 mai, vers 1230, 1237 selon certains.

Il n’est pas mentionné dans l’actuel Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 23:00

Bartolomeo Puccio Francesco

1250-1330

 

Bartolomeo Puccio Francesco était de famille noble et naquit vers la moitié du 13e siècle à Montepulciano (Toscane, Italie C).

Rien de particulier dans son enfance et son adolescence ; rien de particulier non plus dans le fait qu’il épousa Millia del Pecora, fille d’un capitaine, avec laquelle il eut quatre enfants.

Dans cette belle famille, aisée, on tenait à vivre le christianisme sans demi-mesure, et les pauvres recevaient un accueil fraternel, en particulier lors d’une période de famine qui assombrit la vie sociale de la région.

En 1290, les enfants de Bartolomeo avaient atteint l’âge de la majorité et ce papa prit alors une grave décision : il demanda à être admis au couvent des Frères Mineurs franciscains. Ce n’était pas un coup de tête, ni une décision mystérieuse qu’il prit sans en parler à personne : son épouse suivit d’ailleurs son exemple peu après et fit à son tour le vœu de chasteté.

Certains cependant le prirent pour un malade, un dérangé, et se moquèrent de lui ouvertement en le rencontrant dans la rue. Bartolomeo ne se soucia pas du qu’en-dira-t-on et vécut désormais les quarante années qui lui restaient à vivre, dans la prière et l’effacement.

Ceux qui s’étaient moqués de lui purent bientôt changer d’avis : le bruit se répandit que Bartolomeo était favorisé de visions de la Sainte Vierge et des Anges ; il y eut aussi des miracles. 

Bartolomeo mourut très âgé, sans doute octogénaire, le 6 mai 1330.

En 1880, fut confirmé son culte ab immemorabili et ce Bienheureux fut inséré dans la récente édition du Martyrologe.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 23:00

Pedro Nolasco

1180-1256

 

Pedro (Pere en catalan, Pierre en français) naquit vers 1180 au Mas-des-Saintes-Puelles (Castelnaudary, Aude, Languedoc). Certaines sources le font naître vers 1189, et à Barcelone.

Il reçut sa formation dans le domaine paternel. Son père, un riche marchand, mourut cependant quand le garçon avait quinze ans, et Pedro déclara bientôt à sa mère qu’il ne songeait pas au mariage, mais à Dieu seul.

Il s’engagea dans les troupes de Simon de Montfort dans la lutte contre les albigeois (certains disent : contre les Maures). Après la victoire, Simon confia à Pedro l’éducation du très jeune Jaume Ier d’Aragon, dont le père avait perdu la vie dans la bataille.

Cet épisode ouvrit le cœur de Pedro envers les Chrétiens tombés eux-mêmes aux mains des Maures ; il voulut les racheter et décida de sacrifier ses biens pour procurer leur délivrance. Il consulta Raymond de Peñafort (v. 6 janvier) et réunit autour de lui des amis qui, avec lui, auraient travaillé au rachat des captifs.

Tandis que les hommes critiquaient cette entreprise, Notre-Dame, elle, apparut à Pedro le 1er août 1218 pour l’encourager. Raymond de Peñafort ainsi que Jaume Ier eurent la même vision. Une première approbation arriva de l’évêque de Barcelone ; les premiers compagnons firent les trois vœux habituels, auxquels ils ajoutèrent celui d’engager leurs biens - et si nécessaire, leurs propres personnes, pour la délivrance des prisonniers. Leur habit était blanc. Il y eut très vite de nombreuses vocations.

Dans une première mission à Valencia et Grenade, Pedro put faire délivrer quatre-cents prisonniers. Bien sûr, il en profita pour enseigner aux Maures les vérités de l’Evangile. Il voyagea aussi à Alger.

L’Ordre de Notre-Dame de la Merci pour le Rachat des Captifs devint vite célèbre dans toute l’Europe. En 1235, le pape autorisa les Religieux à adopter la Règle de saint Augustin. On dit que l’Ordre a pu procurer le rachat de quelque soixante-dix mille prisonniers, dont presque trois-mille du vivant du Fondateur.

Pedro fut favorisé de visions, il vit les progrès futurs de son Ordre, et fut enseigné sur la meilleure façon de le gouverner.

Louis IX de France entendit parler de lui et le rencontra pour lui proposer de l’accompagner dans sa croisade. Pedro accepta, mais tomba malade peu après.

La veille de Noël, il se trouva transporté à sa place dans le chœur, sans savoir comment ; l’évêque de Barcelone accourut pour lui donner une dernière bénédiction et Pedro mourut dans les premières heures de Noël, 25 décembre 1256 (ou 1258).

Pedro Nolasca fut canonisé en 1628.

En raison de récentes études accomplies aux Archives Royales de Barcelone, il se trouverait que Pedro serait mort en réalité le 6 mai, ce qui explique que le Martyrologe le mentionne à cette date.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 23:00

Prudenza Casati

† 1492

 

De Prudenza Casati on ne sait pas grand-chose.

Elle était d’une famille de Milan et entra chez les Ermites de Saint-Augustin au couvent Sainte-Marthe.

Il y eut une rivalité entre ce couvent et celui de Côme, qui finirent par acquérir leur indépendance ; Prudenza contribua beaucoup à résoudre la situation. En 1454, elle fut elle-même nommée supérieure du couvent Saint-Marc à Côme.

Elle fit annexer l’église de la Visitation au monastère.

Après trente-huit années de supériorat, durant lesquelles elle sut maintenir une rigoureuse observance de la Règle, elle s’éteignit le 6 mai 1492, bientôt honorée du titre de Bienheureuse.

Cette bienheureuse Prudenza ne se trouve pas dans le Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 23:00

Elisabeth de Hongrie la Jeune

1292-1338

 

Cette Elisabeth de Hongrie, qu’il ne faut pas confondre avec celle qu’on fête le 17 novembre, a été pour cela surnommée la Jeune.

Elle était née en 1292 (ou 1297) à Bude, fille du roi hongrois Andreas III et petite-nièce d’Elisabeth de Hongrie la Grande.

On lui proposa Wenceslas, le fils du roi de Bohême (à moins que ce fût Heinrich d’Autriche), mais elle préféra un autre Epoux, Fils de Dieu, qui l’attendait au monastère dominicain de Töss (Winterthur, Suisse). 

Ce magnifique couvent déclina beaucoup à cause de l’influence du protestantisme, fut vendu après la Révolution française pour abriter les ateliers Rieter ; dernier vestige, l’église fut démolie au début du 20e siècle.

Elisabeth était la dernière descendante du roi saint Etienne (v. 16 août).

Elle mourut le 6 mai 1338, mais n’est pas inscrite au Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 23:00

Jutta de Thuringe

1220-1260

 

Jutta (ou Judith) naquit en 1220 en Thuringe.

Elle épousa encore jeune le seigneur Johannes Konopacki de Bielczna, un membre de la noble famille des Sangerhausen, qui cependant mourut après cinq années seulement d’une heureuse vie conjugale.

Jutta s’occupa de ses enfants puis leur divisa ses propriétés et se mit entièrement au service des pauvres et au soin des lépreux.

Elle vint en 1256 à Kulmsee (Chełmża), là où vivait son parent, Anno de Sangerhausen, grand maître des chevaliers teutoniques de Prusse ; elle choisit d’y vivre en recluse, dans la prière et les jeûnes. 

Elle fut en relation avec sainte Mechtilde de Magdebourg (v. 19 novembre).

Au profit des lépreux, elle y fit construire l’hôpital Saint-Georges, où elle allait aussi prodiguer ses soins.

Regrettée de tous ses protégés, elle mourut le 5 (ou le 11) mai 1260, et fut bientôt vénérée populairement comme Sainte et considérée comme la patronne de la Prusse, et particulièrement de la province de Kulmer.

Elle ne se trouve pas au Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 23:00

Bonizella Cacciaconti Piccolomini

1230-1300

 

On ne sait exactement où naquit Bonizella, à cause de l’incendie qui détruisit les archives d’Arezzo (Ombrie, Italie). Elle aurait pu naître à Sienne.

C’était la fille de Ildebrando Cacciaconti, seigneur et podestà de Padoue, Città di Castello, Sienne et Arezzo, propriétaire du château de Trequanda.

Bonizella vit le jour vers 1230.

Elle épousa le comte Naddo di Benuccio Piccolomini de Corsignano, et fut bientôt veuve.

Par la suite, elle mit ses ressources et ses richesses au service des pauvres ; elle alla soigner personnellement les malades, les blessés, les familles des victimes des guerres…

Elle mourut ainsi le 5 mai 1300 et fut ensevelie dans l’église de Trequanda, près du mur… Puis le temps passa.

Deux siècles plus tard, on aperçut comme un très gros essaim d’abeilles qui sortait du mur de l’église : on pensait trouver là un magnifique rayon de miel, mais on trouva le corps de Bonizella, vêtu d’une étoffe très précieuse, émanant une très bonne odeur d’encens et tenant entre ses doigts un vase sacré de cire : c’était là le travail des braves abeilles.

Un constat officiel en fut dressé et ce fait prodigieux fut le début d’une série de signes miraculeux.

Ainsi, lors d’une invasion d’Espagnols, un capitaine prétendit se saisir d’un doigt de Bonizella, mais il en devint aveugle sur le champ, et ne retrouva la vue qu’en remettant en place le doigt. Lors d’une autre agression, des soldats qui s’en prenaient aux jeunes filles de la ville, furent frappés de cécité, jusqu’à ce qu’ils cessassent de les molester, et cela juste après le recours à l’intercession de Bonizella. Guérisons, délivrances, faits miraculeux se multiplièrent.

Bonizella fait ainsi l’objet d’un culte pluriséculaire, quoiqu’elle ne soit pas inscrite au Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 23:00

Godehard de Hildesheim

960-1038

 

Godehard vit le jour en 960 à Reichersdorf (Bavière, Allemagne S), de Ratmund, qui fut établi prévôt de l’abbaye bénédictine de Niederaltaich ; c’est là que Godehard reçut donc sa formation.

On rapporte (?) qu’ayant dû un jour apporter des charbons incandescents pour l’encensoir, il les mit dans un pan de sa tunique, qui ne subit aucune brûlure.

Puis le jeune homme entra dans l’Ordre bénédictin et devint abbé, d’abord à Niederaltaich en 996, puis en même temps aussi à Tegernsee en 1001-1002 et Hersfeld en 1005-1012, ainsi aussi qu’à Kremsmünster en 1007-1013.

C’est pendant son abbatiat à Hersfeld qu’il aurait fait édifier le mur d’enceinte de la ville de Gotha ainsi que l’église Sainte-Marguerite avec les jardins.

En 1022 il fut nommé évêque pour le siège de Hildesheim, où il fit construire au moins trente nouvelles églises ; la cathédrale fut amplifiée sur sa façade occidentale. 

Moine d’esprit, il savait aussi manifester son humour, de sorte qu’il laissa sur le diocèse une profonde empreinte spirituelle et humaine.

Godehard mourut dans une de ses fondations, à Mauritiusstift, le 5 mai 1038.

Il a été canonisé en 1131.

C’est de lui qu’il s’agit quand on parle du Massif ou du Tunnel du Saint-Gothard.

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 23:00

Ange de Jérusalem

1185-1225

 

Ange était né le 2 mars 1185 à Jérusalem dans une famille juive, jumeau de Jean.

Tous deux furent baptisés, lorsque leur mère passa au christianisme. On dit que ce fut elle-même qui les baptisa.

A dix-huit ans, Ange et son frère entrèrent dans l’Ordre du Carmel.

En 1211 Ange reçut le sacerdoce. Il commença une vie apostolique, bénie par les miracles que Dieu lui permit de faire.

Il tenta de s’isoler pour se faire oublier, mais en 1218 Dieu l’appela à partir pour l’Italie : il devait présenter la règle de l’Ordre au pape et lui en demander l’approbation.

Il fut ensuite envoyé en Sicile pour y contrer l’hérésie cathare, où de nouveaux miracles eurent lieu. Il y avait à Licate un seigneur aux mœurs corrompues, qu’Ange voulut ramener dans le bon chemin, mais le seigneur en question le prit en haine et jura sa perte.

Ange le sut par révélation céleste : on sait que saint Jean-Baptiste fut décapité pour avoir reproché à Hérode sa vie corrompue (Mc 6:17-29), et c’est le même Jean-Baptiste qui annonça à Ange son prochain martyre.

Le 5 mai 1225, en sortant de l’église où il avait célébré la Messe, il fut assassiné et expira en murmurant le verset du psaume (Ps 30:6) : En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

Il fut canonisé dès 1456.

En 1656, une épidémie de peste fut enrayée par l’intercession de saint Ange.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 23:05

Alexandre de Foigny

1180-1229

 

Alexandre (Alexander) était né vers 1180 en Ecosse, de famille princière ; on le donne parfois comme fils du roi Guillaume le Lion.

Il avait une sœur aînée, Mechtilde, avec laquelle il quitta la cour ; ils vinrent à l’abbaye cisstercienne de Foigny (Aisne), où Mechtilde le fit entrer comme convers. Il resta là comme simple vacher, et se rendant utile par son talent de fromager.

Inconnu de tous, il fut invité par le prieur, au nom de l’obéissance, à révéler sa véritable identité à la fin de sa vie.

Il mourut le 4 mai 1229.

Après son décès, il apparut à l’un des moines, lui montrant une couronne princière : La couronne que tu vois en mes mains est celle que j’ai dédaignée par amour du Christ ; celle qui ceint mon front est la couronne immortelle que j’ai reçue parmi les saints.

Des miracles le firent honorer comme Bienheureux.

Le Martyrologe ne le mentionne pas actuellement.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Liens