Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 23:00

Bonizella Cacciaconti Piccolomini

1230-1300

 

On ne sait exactement où naquit Bonizella, à cause de l’incendie qui détruisit les archives d’Arezzo (Ombrie, Italie). Elle aurait pu naître à Sienne.

C’était la fille de Ildebrando Cacciaconti, seigneur et podestà de Padoue, Città di Castello, Sienne et Arezzo, propriétaire du château de Trequanda.

Bonizella vit le jour vers 1230.

Elle épousa le comte Naddo di Benuccio Piccolomini de Corsignano, et fut bientôt veuve.

Par la suite, elle mit ses ressources et ses richesses au service des pauvres ; elle alla soigner personnellement les malades, les blessés, les familles des victimes des guerres…

Elle mourut ainsi le 5 mai 1300 et fut ensevelie dans l’église de Trequanda, près du mur… Puis le temps passa.

Deux siècles plus tard, on aperçut comme un très gros essaim d’abeilles qui sortait du mur de l’église : on pensait trouver là un magnifique rayon de miel, mais on trouva le corps de Bonizella, vêtu d’une étoffe très précieuse, émanant une très bonne odeur d’encens et tenant entre ses doigts un vase sacré de cire : c’était là le travail des braves abeilles.

Un constat officiel en fut dressé et ce fait prodigieux fut le début d’une série de signes miraculeux.

Ainsi, lors d’une invasion d’Espagnols, un capitaine prétendit se saisir d’un doigt de Bonizella, mais il en devint aveugle sur le champ, et ne retrouva la vue qu’en remettant en place le doigt. Lors d’une autre agression, des soldats qui s’en prenaient aux jeunes filles de la ville, furent frappés de cécité, jusqu’à ce qu’ils cessassent de les molester, et cela juste après le recours à l’intercession de Bonizella. Guérisons, délivrances, faits miraculeux se multiplièrent.

Bonizella fait ainsi l’objet d’un culte pluriséculaire, quoiqu’elle ne soit pas inscrite au Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 23:00

Godehard de Hildesheim

960-1038

 

Godehard vit le jour en 960 à Reichersdorf (Bavière, Allemagne S), de Ratmund, qui fut établi prévôt de l’abbaye bénédictine de Niederaltaich ; c’est là que Godehard reçut donc sa formation.

On rapporte (?) qu’ayant dû un jour apporter des charbons incandescents pour l’encensoir, il les mit dans un pan de sa tunique, qui ne subit aucune brûlure.

Puis le jeune homme entra dans l’Ordre bénédictin et devint abbé, d’abord à Niederaltaich en 996, puis en même temps aussi à Tegernsee en 1001-1002 et Hersfeld en 1005-1012, ainsi aussi qu’à Kremsmünster en 1007-1013.

C’est pendant son abbatiat à Hersfeld qu’il aurait fait édifier le mur d’enceinte de la ville de Gotha ainsi que l’église Sainte-Marguerite avec les jardins.

En 1022 il fut nommé évêque pour le siège de Hildesheim, où il fit construire au moins trente nouvelles églises ; la cathédrale fut amplifiée sur sa façade occidentale. 

Moine d’esprit, il savait aussi manifester son humour, de sorte qu’il laissa sur le diocèse une profonde empreinte spirituelle et humaine.

Godehard mourut dans une de ses fondations, à Mauritiusstift, le 5 mai 1038.

Il a été canonisé en 1131.

C’est de lui qu’il s’agit quand on parle du Massif ou du Tunnel du Saint-Gothard.

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 23:00

Ange de Jérusalem

1185-1225

 

Ange était né le 2 mars 1185 à Jérusalem dans une famille juive, jumeau de Jean.

Tous deux furent baptisés, lorsque leur mère passa au christianisme. On dit que ce fut elle-même qui les baptisa.

A dix-huit ans, Ange et son frère entrèrent dans l’Ordre du Carmel.

En 1211 Ange reçut le sacerdoce. Il commença une vie apostolique, bénie par les miracles que Dieu lui permit de faire.

Il tenta de s’isoler pour se faire oublier, mais en 1218 Dieu l’appela à partir pour l’Italie : il devait présenter la règle de l’Ordre au pape et lui en demander l’approbation.

Il fut ensuite envoyé en Sicile pour y contrer l’hérésie cathare, où de nouveaux miracles eurent lieu. Il y avait à Licate un seigneur aux mœurs corrompues, qu’Ange voulut ramener dans le bon chemin, mais le seigneur en question le prit en haine et jura sa perte.

Ange le sut par révélation céleste : on sait que saint Jean-Baptiste fut décapité pour avoir reproché à Hérode sa vie corrompue (Mc 6:17-29), et c’est le même Jean-Baptiste qui annonça à Ange son prochain martyre.

Le 5 mai 1225, en sortant de l’église où il avait célébré la Messe, il fut assassiné et expira en murmurant le verset du psaume (Ps 30:6) : En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

Il fut canonisé dès 1456.

En 1656, une épidémie de peste fut enrayée par l’intercession de saint Ange.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 23:05

Alexandre de Foigny

1180-1229

 

Alexandre (Alexander) était né vers 1180 en Ecosse, de famille princière ; on le donne parfois comme fils du roi Guillaume le Lion.

Il avait une sœur aînée, Mechtilde, avec laquelle il quitta la cour ; ils vinrent à l’abbaye cisstercienne de Foigny (Aisne), où Mechtilde le fit entrer comme convers. Il resta là comme simple vacher, et se rendant utile par son talent de fromager.

Inconnu de tous, il fut invité par le prieur, au nom de l’obéissance, à révéler sa véritable identité à la fin de sa vie.

Il mourut le 4 mai 1229.

Après son décès, il apparut à l’un des moines, lui montrant une couronne princière : La couronne que tu vois en mes mains est celle que j’ai dédaignée par amour du Christ ; celle qui ceint mon front est la couronne immortelle que j’ai reçue parmi les saints.

Des miracles le firent honorer comme Bienheureux.

Le Martyrologe ne le mentionne pas actuellement.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 23:00

 

Michał Giedroyć

1420-1485

 

(On écrivait aussi : Mykolas Giedraitis).

Michał était né vers 1420 à Giedrojcie Castle (Molétai, Lituanie), fils unique de parents nobles.

Nain et très difforme, maladif, il ne pouvait envisager le métier des armes. En plus, un accident survenu dans son enfance, le priva de l’usage d’une jambe.

Sa mauvaise santé l’empêcha de faire des études suivies et il s’occupa à fabriquer des vases sacrés pour le service liturgique. Sinon, il passait son temps dans la prière, s’habituant à se mortifier, à jeûner quatre jours par semaine, à s’imposer le silence.

Il vint s’installer dans une petite cellule jouxtant l’église des Chanoines augustins de Cracovie (Pologne), et y resta toute sa vie, dans une très grande austérité, ayant à peine la place de s’étendre à terre. Il n’en sortait que pour aller à l’église. Rarement, il adressait la parole à quelqu’un.

Désormais, il s’abstint de viande, se contenta de légumes. Il ne relâcha jamais ce régime, même quand il fut malade ou âgé.

Le diable vint le tourmenter, mais Dieu le consola. Il reçut le don de la prophétie et des miracles, mais on ne nous en indique rien de plus.

Michał mourut le 4 mai 1485 et fut très longtemps considéré comme bienheureux ; son culte n’a été confirmé qu’en 2019.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 23:00

 

Emilia Bicchieri

1238-1314

 

Emilia Bicchieri vit le jour en 1238 (le 3 mai ?) à Vercelli (Italie NO), quatrième des sept filles de Pietro, patrice bien en vue parmi les gibelins, et très chrétien.

La petite Emilia se montra plus mûre que son âge, fuyant les bavardages et se retirant dans le silence de sa chambre pour prier. On l’entendait chanter les psaumes.

Tôt orpheline de mère, elle révéla à son père son désir de devenir religieuse, mais son père l’aimait trop pour consentir facilement à cette séparation. En 1255, quand Emilie eut dix-sept ans, il céda enfin et promit de faire construire le monastère qu’elle désirait, pour y introduire la règle du Tiers-Ordre dominicain.

Cette règle, moins austère que celle des moniales, permettait aux Religieuses de se donner aussi à des œuvres de charité.

La vie conventuelle commença dès 1256. Devenue prieure, Emilia conduisit les consœurs sur la voie de la sainteté, cherchant toujours à agir pour Dieu seul.

A nos yeux modernes, Emilia se montrait parfois très exigeante : par exemple, on ne devait rien boire en-dehors des repas les jours de jeûne. N’en pouvant plus, une sœur demanda à prendre un peu d’eau ; Emilia lui proposa d’offrir cette abstinence pour son propre salut ; peu après, la sœur mourut et apparut à Emilie, en la remerciant de l’avoir aidée ainsi à éviter le Purgatoire.

Elle établit que, la veille des principales fêtes, les sœurs, agenouillées les unes devant les autres, se pardonneraient leurs légers manquements et les effaceraient dans le baiser de paix.

Tombée malade à soixante-seize ans, Emilie reçut les derniers sacrements et expira, le 3 mai 1314.

Son culte fut reconnu en 1769. Elle est donc Bienheureuse.

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 23:00

Conrad de Seldenbüren

1070-1126

 

Né vers 1070, Conrad était de famille noble et appartenait à la maison royale de Seldenbüren (auj. Sellenbüren, Stallikon, Suisse).

Sur ses domaines, il fonda une abbaye en 1082 (ou 1092). Il aurait entendu des voix d’Anges, lui indiquant cet endroit pour y construire une maison consacrée à Dieu. 

L’abbaye fut consacrée en 1120. Lorsque l’abbé Adelhelm et lui se demandèrent quel nom donner à l’abbaye, ils aperçurent un chœur d’Anges qui chantaient les louanges de Dieu : l’abbaye prit le nom de Engelberg, montagne des Anges.

Il appela des moines de Saint-Blaise en Forêt-Noire, eux-mêmes fondés par son ancêtre Reginbert de Seldenbüren, selon la réforme de Hirsau. Il obtint du pape la libre élection de l’abbé, et de l’empereur l’immunité.

Conrad y prit l’habit de convers.

Envoyé à Zürich pour y défendre les droits de l’abbaye, il fut assassiné, le 2 mai 1126, et pour cela considéré comme martyr.

Il n’est pas mentionné au Martyrologe actuel.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 23:00

Wiborada

† 926

 

Wiborada (Guiborada) naquit probablement dans l’actuel canton d’Aargau (Suisse).

Dès sa jeunesse, elle sut occuper ses journées de façon très équilibrée entre l’action et la contemplation. Elle fut bénédictine à l’abbaye de Saint-Gall, où elle travaillait à coudre des vêtements et à relier des livres.

Elle fut ainsi longtemps au service de son frère Hitton, qui était ecclésiastique et qu’elle réussit à persuader de sortir du monde et de se retirer dans l’abbaye de Saint-Gall.

S’étant pendant plusieurs années retirée dans une vie toute pleine de prières et d’austérités, elle fut «dénoncée» à l’évêque, devant lequel cependant elle se justifia sans peine. 

Puis elle se fit construire une cellule de recluse près de l’église à Saint-Gall, où elle vécut dans l’ascèse pendant quarante ans. Elle vivait de peu, distribuant en aumônes ce qu’on lui apportait.

Une jeune fille nommée Rachilde, fut guérie d’un mal incurable par les prières de Wiborada, dont elle partagea ensuite la vie. Wiborada aurait prophétisé l’élévation à l’épiscopat d’Ulrich d’Augsburg (v. 4 juillet). 

Elle annonça aussi l’imminente incursion de Hongrois, permettant ainsi aux moines et aux prêtres de mettre en sûreté leur bibliothèque et de se cacher, mais elle refusa de quitter sa cellule. Quand les Hongrois arrivèrent, ils mirent le feu à l’église et sautèrent par le toit dans la cellule de Wiborada, qui priait à genoux. Irrités de ne rien trouver à voler, ils la frappèrent, ainsi que Rachilde ; cette dernière ne mourut pas, et vécut encore une vingtaine d’années, mais à nouveau malade ; Wiborada expira le lendemain, 2 mai 926.

Wiborada, considérée martyre, fut canonisée en 1047, première femme officiellement canonisée par l’Eglise

Partager cet article
Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 23:00

Nils Hermansson

1325-1391

 

Nils (Nicolas) Hermansson naquit en 1325 (ou 1326) à Skänninge (Suède) dans une famille aisée.

Après avoir fréquenté l’école-cathédrale de Linköping, il vint en France, à Paris et Orléans, pour étudier la philosophie, la théologie et le droit.

De retour en Suède, il fut quelque temps à la cathédrale d’Uppsala, puis fut nommé chanoine à la cathédrale de Linköping.

On ne précise pas l’année où il fut ordonné prêtre, mais on rapporte son zèle pour secourir les pauvres et les affligés de toutes sortes, son amour de la justice, n’hésitant pas à rappeler à l’ordre les grands, au point que sa vie fut plusieurs fois en danger.

Conseiller spirituel, il fut en contact avec la reine sainte Brigitte (v. 23 juillet), dont un des fils en reçut des leçons de latin. 

En 1374, il fut choisi pour être évêque de Linköping et confirmé par le pape l’année suivante.

Dans sa mission pastorale, il lutta pour le célibat ecclésiastique. Il continua de composer des hymnes pour le bréviaire et à soutenir l’œuvre de sainte Brigitte, avant même sa canonisation. Il inaugura le monastère brigitain de Vadstena en 1384. Quelques mots de cet hymne : 

Rose à la rosée de bonté, étoile à la pluie de lumière, Brigitte, porte-grâce ! verse-nous la charité céleste, rafraîchis-nous d’une vie pure dans ce vallon misérable.

Nils mourut en 1391 et fut béatifié en 1499, mais l’introduction de la Réforme en Suède a sans doute interrompu le chemin vers la canonisation, quoique Nils soit toujours vénéré en Suède.

Le Martyrologe l’a maintenant introduit au 2 mai.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 23:00

Antonino Pierozzi de Florence

1389-1459

 

Antonino naquit au début de 1389 à Florence, fils unique de Niccoló Pierozzi et Tomassina.

De son enfance on sait peu de choses. Son amour de l’étude lui valut le surnom de champion du sérieux ; il fut disciple du célèbre réformateur dominicain Giovanni Dominici, à Fiesole.

Quand l’adolescent se présenta à Giovanni Dominici, en 1404, ce dernier en apprit qu’il était en train de lire le recueil des Décrétales de Graziano (c’était un recueil de tous les décrets de droit ecclésiastique, compilé deux siècles plus tôt par un moine nommé Graziano) ; il lui proposa de revenir quand il le saurait par-cœur : ce qu’il fit un an plus tard !

En 1405 donc, Antonino reçut l’habit de l’Ordre dominicain et fut envoyé à Cortona pour le noviciat. C’est là qu’il rencontra un certain Guido di Pietro, mieux connu plus tard comme Fra Angelico. Il fut ordonné prêtre.

En 1406 il revint à Florence et devint un grand théologien, particulièrement spécialisé dans les «cas de conscience».

Lors du schisme d’Occident, les Religieux quittèrent Fiesole pour Foligno. En 1414, Antonino y était vicaire de son Ordre. La peste ayant sévi, on retourna à Cortone, où Antonino fut prieur en 1418 : il avait vingt-neuf ans ! Il fut aussi prieur à Naples, Gaeta et, en 1430, à Rome.

En 1435, il fut vicaire général pour l’Observance, responsable de la réforme intérieure de l’Ordre. Il commençait à être connu, consulté, parfois même de loin. 

En 1439, il fut prieur à Florence dans ce couvent Saint-Marc, décoré majestueusement par Fra Angelico. Il y fonda des associations pieuses, parmi lesquelles les Messieurs de Saint-Martin (Buonomini di San Martino), qui s’engageaient à aider les «pauvres honteux» (nobles ruinés) ; l’Hôpital des Innocents, pour les enfants et les orphelins.

En 1446, à la mort de l’archevêque de Florence, Fra Angelico suggéra lui-même au pape la nomination d’Antonino pour succéder. Ce dernier chercha à fuir, à se cacher, et n’accepta sa nomination qu’en protestant qu’il n’avait jamais songé à une telle responsabilité et qu’il ne l’acceptait que par soumission à la volonté divine.

Il avait appris à être pauvre, il le resta : sa bibliothèque personnelle comportait seulement son bréviaire ; il réduisit son personnel au minimum. De nuit, il se relevait pour prier l’Office avec ses collaborateurs clercs, et y ajoutait d’autres psaumes et litanies. Tout son temps libre était occupé à écrire.

De ses œuvres nombreuses, on retiendra surtout sa Summa theologica, premier ouvrage du genre où la théologie morale ait été envisagée sur un plan aussi étendu.

Humble et charitable, il partit auprès des victimes d’une épidémie de peste avec un âne, chargé de vivres et de remèdes, et assista les mourants avec la plus tendre attention. 

Son souci de réforme se tourna aussi vers son clergé, qu’il visita paroisse par paroisse, à l’improviste, y compris sur les territoires des deux évêchés suffragants de Fiesole et Pistoia.

Les papes le chargèrent aussi de prêcher la croisade contre les Turcs.

Ses dernières années furent une longue épreuve due à une fièvre lente qu’on appelait phlegmatique. En avril 1459, l’état empira. Il fit remarquer qu’il avait accompli les soixante-dix ans dont parle le psalmiste (Ps 89:10). Le 30 avril, il rédigea un testament, qui se réduisait à régler quelques dettes de ses neveux et quelques salaires.

Il s’éteignit non loin de Florence, à Montughi, au matin du 2 mai 1459, qui était la veille de l’Ascension.

Antonino a été béatifié par la voix populaire ; la canonisation eut lieu en 1523. Il se pourrait aussi que saint Antonino soit un jour prochain proclamé Docteur de l’Eglise.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens