Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 00:00

Leon Nowakowski

1913-1939

 

Leon naquit le 28 juin 1913 à Byton (Pologne), fils de Władyslaw et Anna Lichmańskiej.

Il entra au séminaire de Wƚocƚaw et fut ordonné prêtre en 1937.

Il fut envoyé à Lublin, puis à Rome pour compléter sa formation théologique à l’Université Grégorienne, et obtint la licence.

De retour en Pologne pour l’été 1939, il fut empêché de repartir à Rome et prêta sa collaboration dans sa paroisse. Il remplaça le curé, quand ce dernier fut arrêté.

Le jeune prêtre, fidèle à Dieu et à son sacerdoce, fut à son tour arrêté le 24 octobre 1939 et conduit avec d’autres à Piotrków Kujawski, où il fut fusillé, le 31 octobre 1939.

Il fut béatifié en 1999.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 00:00

Alonso Rodríguez Gómez

1533-1617

 

Alonso Rodríguez, fils d'un riche marchand drapier, naquit à Ségovie, en Espagne. 

Après avoir fait ses études au collège d'Alcala, sous la direction des Pères de la Compagnie de Jésus, il retourna à Ségovie à cause du décès de son père et dut s'occuper de l'administration des biens familiaux. 

Après avoir essuyé des revers de fortune, perdu sa femme et sa fille en l'espace de quelques mois, Alonso Rodríguez abandonna le soin des affaires et se retira dans une chambre avec son fils à peine âgé de trois ans. Plein de sollicitude pour l'âme de son enfant, il pria Dieu de l'appeler à Lui s'il devait un jour L'offenser. Le Seigneur ravit ce petit ange à sa tendresse quelques jours après sa fervente prière.

Durant six ans, saint Alonso pratiqua dans le monde toutes les vertus chrétiennes. A l'âge de trente-sept ans, de plus en plus absorbé dans la pensée de la mort et de son salut éternel, il ne songea plus qu'à entrer dans un Ordre religieux. Sur le conseil d'un Père de la Compagnie de Jésus, il commença à étudier le latin, mais le succès ne répondit pas à ses efforts. Laissant ce projet de côté, il pensa à se retirer auprès d'un ermite de Valence, mais son confesseur l'en dissuada.

Agé de trente-neuf ans, Alonso entra au noviciat de la Compagnie de Jésus, au couvent de Saint-Paul de Valence où on l'admit en qualité de Frère coadjuteur. Ses premiers pas dans la vie religieuse révélèrent le haut degré de vertu où il était déjà parvenu. Son humilité que rien ne pouvait déconcerter, sa patience devant les exigences les plus indiscrètes ou les reproches les moins mérités, sa scrupuleuse obéissance, son oraison continuelle suscitaient l'admiration et l'édification de tous ses confrères.

Après six mois de noviciat, ses supérieurs l'envoyèrent sur l'île Majorque, au collège de la Sainte Vierge du Mont-Sion où il prononça ses vœux simples et solennels le même jour. 

Pendant trente ans, il se sanctifiera dans le modeste emploi de portier, accueillant toutes les personnes qui se présentaient, avec le même empressement que si c'eût été Notre-Seigneur. Le matin, au son de la cloche, il demandait à Dieu de le garder sans péché durant le jour, ensuite il se mettait sous la protection de la Très Sainte Vierge en récitant ses Litanies.

A sa prière incessante, il joignait une mortification extraordinaire. "En toutes choses, témoigna son supérieur, Alonso cherchait ce qui répugnait le plus à la nature." Ainsi, il ne voulait porter que des vêtements usés. Un crucifix et une image de la Très Sainte Vierge sans nulle valeur artistique ornaient la cellule de ce pauvre de Jésus-Christ. Il couchait sur la dure et jeûnait souvent. Regardant le réfectoire comme un lieu de mortification, il offrait tous les sacrifices qu'il s'y imposait pour le soulagement et la délivrance des saintes âmes du purgatoire. Avant de sortir de la maison, Alonso demandait à Notre-Seigneur de le faire mourir plutôt que de le voir consentir à aucun péché mortel. Pendant ses visites, il observait une modestie si exemplaire, parlait si peu et rarement, que cet empire acquis sur ses sens l'avait fait surnommer le frère mort.

L'obéissance de saint Alonso Rodríquez était aussi aveugle que parfaite, car il était convaincu qu'en accomplissant les ordres de son supérieur, il exécutait ceux du ciel même. Pour savoir jusqu'où sa sublime dépendance pouvait aller, le recteur du collège de Majorque lui commanda un jour de s'embarquer. Alonso partit aussitôt sans poser de question. Chemin faisant, un religieux vint lui dire que le supérieur le redemandait. "Où alliez-vous, lui demanda le recteur, puisque vous ignoriez le but du voyage et quel vaisseau vous deviez prendre? - J'allais faire l'obéissance, répondit le saint portier."

Alonso reçut de Dieu le don de prophétie et celui des miracles. 

Après quarante-cinq années passées dans la pratique des plus admirables vertus, affligé depuis longtemps d'une douloureuse maladie, le saint religieux reçut le sacrement des infirmes. Ayant communié avec ferveur, l'agonisant ferma les yeux et entra dans un ravissement qui dura trois jours. Durant ce temps, son visage demeura tout rayonnant d'une céleste clarté. 

Le 31 octobre 1617, il revint à lui, prononça distinctement le nom adorable de Jésus et Lui rendit son âme, à l'âge de quatre-vingt-six ans. 

Il fut canonisé en 1888 et se trouve inscrit au Martyrologe le 31 octobre, veille de Tous les Saints.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 00:00

  

Quentin

3e siècle

 

Quentin, en latin Quinctinus («le petit cinquième»), était le fils d’un sénateur romain. 

Chrétien, il fut envoyé en Gaule de concert avec saint Lucien pour évangéliser le nord du pays. Tandis que Lucien restait à Beauvais (où il recevra le martyre

), Quentin se dirigea sur Amiens.

C’est là que Quentin sera dénoncé à un tristement célèbre préfet militaire, persécuteur infatigable, Rictiovarus de son nom. Voici le dialogue qu’on en a rapporté :

 

« Comment t'appelles-tu ? lui demande Rictiovarus. 

- Je m'appelle Chrétien. Mon père est sénateur de Rome ; j'ai reçu le nom de Quentin. 

- Quoi ! un homme de pareille noblesse est descendu à de si misérables superstitions ! 

- La vraie noblesse, c'est de servir Dieu ; la religion chrétienne n'est pas une superstition, elle nous élève au bonheur parfait par la connaissance de Dieu le Père tout-puissant et de son Fils, engendré avant tous les siècles.

- Quitte ces folies et sacrifie aux dieux. 

- Jamais. Tes dieux sont des démons ; la vraie folie, c'est de les adorer. 

- Sacrifie, ou je te tourmenterai jusqu'à la mort. 

- Je ne crains rien ; tu as tout pouvoir sur mon corps, mais le Christ sauvera mon âme. »

 

Quentin fut torturé, puis décapité. 

D’après saint Grégoire de Tours

, le corps de saint Quentin fut jeté dans la rivière, et retrouvé par une pieuse aveugle, qui depuis lors fut guérie de sa cécité.

Saint Eloi

, l’évêque de Noyon, affirma avoir retrouvé les reliques du Martyr, au 7e siècle.

Saint Quentin fut donc martyrisé à Augusta Veromandorum, devenue par la suite Vermand, capitale du Vermandois, et maintenant la belle ville de Saint-Quentin.

Sa fête est au 31 octobre.

 

 

 

1 Saint Lucien est fêté le 8 janvier.

2 Saint Grégoire de Tours est fêté le 17 novembre.  

3 Saint Eloi est fêté le 1er décembre. 

Quentin

3e siècle

 

Quentin, en latin Quinctinus («le petit cinquième»), était le fils d’un sénateur romain. 

Chrétien, il fut envoyé en Gaule de concert avec saint Lucien pour évangéliser le nord du pays. Tandis que Lucien restait à Beauvais (où il recevra le martyre, voir au 8 janvier), Quentin se dirigea sur Amiens.

C’est là que Quentin sera dénoncé à un tristement célèbre préfet militaire, persécuteur infatigable, Rictiovarus de son nom. Voici le dialogue qu’on en a rapporté :

 

« Comment t'appelles-tu ? lui demande Rictiovarus. 

- Je m'appelle Chrétien. Mon père est sénateur de Rome ; j'ai reçu le nom de Quentin. 

- Quoi ! un homme de pareille noblesse est descendu à de si misérables superstitions ! 

- La vraie noblesse, c'est de servir Dieu ; la religion chrétienne n'est pas une superstition, elle nous élève au bonheur parfait par la connaissance de Dieu le Père tout-puissant et de son Fils, engendré avant tous les siècles.

- Quitte ces folies et sacrifie aux dieux. 

- Jamais. Tes dieux sont des démons ; la vraie folie, c'est de les adorer. 

- Sacrifie, ou je te tourmenterai jusqu'à la mort. 

- Je ne crains rien ; tu as tout pouvoir sur mon corps, mais le Christ sauvera mon âme. »

 

Quentin fut torturé, puis décapité. 

D’après saint Grégoire de Tours (voir au 17 novembre), le corps de saint Quentin fut jeté dans la rivière, et retrouvé par une pieuse aveugle, qui depuis lors fut guérie de sa cécité.

Saint Eloi (voir au 1er décembre), l’évêque de Noyon, affirma avoir retrouvé les reliques du Martyr, au 7e siècle.

Saint Quentin fut donc martyrisé à Augusta Veromandorum, devenue par la suite Vermand, capitale du Vermandois, et maintenant la belle ville de Saint-Quentin.

Sa fête est au 31 octobre.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 00:00

Benvenuta Boiani

1255-1292

 

Les parents de Benvenuta désiraient ardemment, après six filles, obtenir de Dieu un garçon ; ce fut une septième fille. Quand on l’annonça au papa, il s’écria : Benvenuta ! Elle est la bienvenue !

Benvenuta naquit donc à Cividale dans le Frioul (Italie du nord-est), le 4 mai 1255.

Toute jeune elle montra une grande dévotion à la Sainte Vierge, mais en plus elle aimait se mortifier : dans le jardin, derrière la maison, il y avait un coin où ne poussait plus l’herbe, parce qu’elle s’y agenouillait des heures entières.

Elle se noua à la taille une corde douloureuse, qui finit même par entrer dans les chairs ; la perspective d’une opération et de se faire approcher par un chirurgien lui étant insupportable, elle pria beaucoup : au sortir d’une extase, la corde se trouvait brisée, à ses pieds.

Pendant plus de dix ans, elle se priva habilement de vin, à l’insu de son entourage.

Les nuits de fête, pour ne pas dormir, elle se mettait un goutte de vinaigre au coin de l’œil, et au lieu de festivités bruyantes, elle se donnait la discipline avec des chaînes de fer, ce que son confesseur eut la sage idée de lui faire quelque peu modérer.

Devenue membre du tiers-ordre dominicain, elle eut plusieurs apparitions de saint Dominique, qui lui enjoignait la discrétion dans ses mortifications, et lui suggérait de s’en remettre à tel père dominicain qu’il lui indiquait, à qui elle devrait obéir en tout, ce qu’elle fit désormais.

Par la suite, elle ne s’imposait «que» les rigueurs des moniales dominicaines.

Mais elle subissait aussi de violentes attaques démoniaques, comme l’apparition d’un vilain serpent glacial qui se coulait contre elle : elle l’empoigna à pleines mains et l’envoya s’écraser contre le mur.

Malade, elle recevait une nourriture spéciale que lui apportait l’archange Gabriel. Elle fit le vœu d’aller prier à la tombe de saint Dominique, à Bologne : elle guérit.

Elle eut des extases, des visions de la très Sainte Vierge.

Il y eut des miracles : une religieuse dominicaine ne pouvait supporter l’odeur même du fromage, encore moins le manger ; Benvenuta fit un signe de croix dessus et lui dit : Mange tranquillement. L’autre était guérie.

Elle guérit aussi de la cécité une jeune sœur de douze ans, qu’elle blottit contre sa poitrine pendant quelque temps.

Benvenuta mourut le 30 octobre 1292 ; son corps fut enterré dans la proche église des Dominicains, mais il paraît qu’on ne l’a jamais retrouvé.

Elle fut proclamée bienheureuse en 1765.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 00:00

Oleksa Zaryts’kyi

1912-1963

 

Oleksa (Alexis, plutôt qu’Alexandre, comme on le lit parfois) naquit le 17 octobre 1912 à Biche (Bilchek ?, près de Lviv, Ukraine).

En 1931, il entra au séminaire de Lviv et reçut l’ordination sacerdotale en 1936, dans le clergé gréco-catholique.

Il fit partie de l’archiéparchie de Lviv des Ukrainiens et fut curé à Strutyn et Zarvanytsia.

En 1948 il fut arrêté et mis en prison à Riasna Ruska, où il s’était déplacé durant la guerre mondiale ; condamné à dix ans de travaux forcés, il fut envoyé au Kazakhstan, un déracinement total à plusieurs milliers de kilomètres de Lviv…

Suite à une amnistie générale, il fut libéré en 1956. 

Il alla à Halychyna puis fut nommé Administrateur Apostolique pour le Kazakhstan et la Sibérie. Il s’efforça d’organiser les communautés catholiques clandestines.

Mais peu après, en 1962, il fut de nouveau arrêté et condamné comme «vagabond» à trois années supplémentaires de prison.

Il mourut comme témoin de la Foi à l’hôpital du camp de concentration de Dolynka, près de Karaganda le 30 octobre 1963.

Il a été béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 00:00

 

Jean-Michel Langevin

1731-1793

 

Jean-Michel naquit à Ingrandes (Maine-et-Loire) le 28 septembre 1731, et reçut en deuxième prénom celui de l’Archange Michel, qui se fêtait le 29, jour où il fut probablement baptisé (mais on trouve parfois la date du 19 avril pour sa naissance…)

Ordonné prêtre, il appartenait au clergé d’Angers.

Lors de la furie révolutionnaire, il fut arrêté comme prêtre insermenté et guillotiné sur la place d’Angers, une des premières victimes de cette persécution.

C’était le 30 octobre 1793.

L’abbé Langevin fut béatifié en 1984.

 
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 00:00

Luca Antonio Falcone
1669-1739

Né le 16 octobre 1669 à Acri (Calabre) de parents pauvres, il reçut au baptême, deux jours plus tard, le nom du Saint du jour, Luca, ainsi que Antonio. 
Il eut le bonheur d'avoir pour maître, dans son enfance, un pieux capucin qui lui apprit à méditer chaque jour la Passion de Jésus-Christ et à s'approcher souvent du sacrement de Pénitence et de la Table Sainte. Quelle édification pour tous de voir cet enfant passer deux ou trois heures de suite dans la contemplation des souffrances du Sauveur !
À dix-huit ans, il entra chez les Capucins ; mais il en sortit plusieurs fois par inconstance. La troisième fois il se mortifia si bien, il se mit à l'œuvre avec tant de courage, qu'il obtint la grâce de la persévérance et même dépassa de beaucoup la mesure commune de la perfection des religieux. Au jour de sa première Messe, il tomba en extase après la consécration, ce qui lui arriva souvent dans la suite.
Son désir était de passer sa vie dans le silence du couvent, tout occupé de Dieu et de son âme ; mais le Ciel le destinait à de grandes œuvres. Ses premières prédications furent laborieuses, car la mémoire lui fit défaut, et il lui fut impossible de prêcher ses sermons comme il les avait écrits. Craignant de ne pas être appelé à la vie de missionnaire, il pria Dieu avec ferveur de lui manifester sa Volonté. Il entendit un jour, pendant sa prière, une voix qui lui dit : Ne crains rien, je te donnerai le don de la prédication, et désormais toutes tes fatigues seront bénies. Tu prêcheras à l'avenir dans un style familier, afin que tous puissent comprendre tes discours.
Désormais il abandonna ses écrits et ses livres, pour se borner à l'étude de l'Écriture Sainte et du grand livre du Crucifix. Son éloquence, puisée à ces sources, devint si chaude et si profonde, que les plus savants eux-mêmes en étaient ravis d'admiration. Pendant trente-huit années d'apostolat, malgré les efforts de l'enfer, il opéra un bien immense dans la Calabre. Sa grande force, son argument invincible, était surtout le souvenir de la Passion ; il n'en parlait jamais sans faire pleurer son auditoire.
Invité par le cardinal Pignatelli, il prêcha à Naples, devant le haut clergé et toute la bourgeoisie de la ville. L’église, pleine le premier jour, se vida ensuite ; le curé interdit au père Angelo de célébrer dans l’église. Le cardinal rappela Angelo, et l’on vint écouter ce qu’il aurait bien à dire à présent ; Angelo acheva son homélie en invitant l’assemblée à prier pour celui qui allait être frappé ; on reprenait à se moquer du prédicateur, quand alors s’écroula un de ses détracteurs, frappé d’apoplexie. Alors, la foule commença à changer d’attitude.
Angelo était gardien (supérieur) du couvent d’Acri ; il fut élu provincial. 
En 1711, il fut présent dans la cellule d’un autre Religieux à Terranova, et le guérit ; mais à Acri, les Confrères attestèrent qu’il n’avait pas quitté le couvent.
En 1729, il se trouva avec un autre Confrère devant une rivière trop grossie pour être traversée : Angelo ordonna à l’autre de passer devant lui, et l’autre s’aperçut de l’autre côté qu’Angelo y était déjà…
Angelo eut d’autres grâces extraordinaires : il franchissait de grandes distances en un éclair, pour assister des mourants. Les miracles ne se comptaient plus. L’un des derniers fut que, devenu aveugle, Angelo recouvrait la vue pour célébrer la Messe ou prier le Bréviaire.
Il mourut paisiblement le 30 octobre 1739. 
Il fut béatifié en 1825, canonisé en 2017 et inscrit au 30 octobre dans le Martyrologe Romain.

 
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 00:44

Victoria Arregui Guinea

1894-1936

 

Victoria vit le jour le 19 décembre 1894 à Begoña (Biscaye, Espagne), de Venancio et Liboria.

Elle fut éduquée chez les Filles de la Charité, dont elle reçut avec plaisir les habitudes et les exemples ; elle fit partie des Enfants de Marie, commença à servir les nécessiteux et entra au noviciat en 1921 à Pamplona puis Madrid, avant de gagner Valencia.

Elle faisait partie des quarante-six Religieuses qui géraient la Maison de Bienfaisance à Valencia, une œuvre dédiée à l’éducation, la promotion culturelle, l’orientation professionnelle et l’évangélisation.

Victoria était une artiste de l’aiguille, et elle enseigna aux petites filles à broder des ornements d’église, qui furent très appréciés dans toute l’Espagne.

Le 26 juillet 1936, les Religieuses furent expulsées de l’établissement.

Victoria et sa consœur Joaquina se réfugièrent quelque temps à Foyos, où elles furent finalement arrêtées en octobre, condamnées à mort, et fusillées contre le mur du cimetière à Gilet (Valencia) le 29 octobre 1936.

Victoria fut béatifiée en 2013, avec ses Compagnes assassinées en d’autres lieux en 1936.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 00:41

Joaquina Rey Aguirre

1895-1936

 

Joaquina vit le jour le 23 décembre 1895 à Bilbao (Biscaye, Espagne), de Francisco et Jerónima, qui tenaient un petit commerce et eurent beaucoup d’enfants, dont un footballeur.

Eduquée chez les Filles de la Charité, elle en reçut l’exemple, fit partie des Enfants de Marie, et finit par entrer en 1926 au noviciat des Filles de la Charité à Madrid, non sans avoir dû lutter contre certaines réticences familiales.

Elle faisait partie des quarante-six Religieuses qui géraient la Maison de Bienfaisance à Valencia, une œuvre dédiée à l’éducation, la promotion culturelle, l’orientation professionnelle et l’évangélisation. Elle fut chargée d’en surveiller le bon fonctionnement.

Avec les enfants, elle était très à l’aise ; elle leur enseignait les règles du football, jouait avec eux à la pelote. Sous l’aspect de «garçon manqué», elle conservait un grand cœur, plein de bonté et d’attentions pour les autres.

Pour comprendre le caractère fort de cette Religieuse, il faut rappeler cet épisode : dans une maison où les communistes s’étaient emparés de tous les vêtements recueillis par les Sœurs, ils avaient aussi jeté à terre un crucifix. La Sœur Joaquina le ramassa pieusement et le mit au bout de la table. Ils lui dirent : Laissez-le donc où il était. Et elle : Faut voir le désastre qu’ils ont fait ici… Et alors, qu’est-ce qu’ils y ont gagné ?

En juillet 1936, les révolutionnaires s’installèrent dans la maison, tenant prisonnières les Religieuses, qui ne pouvaient ni aller à la chapelle, ni sortir, ni entrer. Tous les jours, Joaquina leur apportait à manger. Même le directeur de la maison demanda aux miliciens de les respecter tant qu’elles étaient là.

Le 26 juillet 1936, elles furent expulsées de l’établissement, remettant tout aux miliciens, et laissant derrière elles les chers petits enfants.

Joaquina se réfugia dans la famille de Sœur Victoria Arregui à Foyos.

Elles furent bientôt convoquées, arrêtées, condamnées à mort, avec deux autres prêtres, qui avaient commis le crime d’avoir célébré la Messe chez elles.

Juste avant d’être fusillée, Joaquina arracha des mains du bourreau l’arme qu’il tenait, car celui-ci voulait d’abord la violer. Un des prêtre lui suggéra de ne pas perdre cette occasion d’entrer au ciel : Joaquina alors demanda pardon au bourreau, lui rendit l’arme, demanda l’absolution au prêtre, et offrit son pardon aux persécuteurs. Elle tomba en criant : Vive le Christ Roi !

Les quatre victimes furent fusillées contre le mur du cimetière à Gilet (Valencia) le 29 octobre 1936.

Joaquina fut béatifiée en 2013, avec ses Compagnes assassinées en d’autres lieux en 1936.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 00:00

Narcisse de Jérusalem

† 212 env.

 

Saint Narcisse fut le trentième évêque de Jérusalem, probablement d'origine grecque. 

Quand il fut élu évêque vers 195, il devait avoir environ cent ans ; l’usage de Jérusalem devait être de choisir des candidats très âgés, si l’on en juge par la brièveté des épiscopats. 

Narcisse présida avec Théophile de Césarée un concile réuni en Palestine pour traiter de la question de la date de Pâques : ils étaient d’accord avec l’Eglise de Rome pour la fixer au dimanche suivant le 14 nisan. Cet attachement à la liturgie romaine valut à Narcisse un exil temporaire de son siège, mais les fidèles eux-mêmes exigèrent son rappel.

C’est justement pendant la grande veillée de Pâques que Narcisse fit un miracle dont Eusèbe nous a transmis le souvenir. L’huile vint à manquer aux diacres et tout le peuple en conçut une vive inquiétude ; Narcisse ordonna de puiser de l’eau et de l’apporter près de lui, pria sur elle et commanda de la verser dans les lampes. On lui obéit : l’eau se transforma en huile. Beaucoup de fidèles voulurent en garder un peu comme souvenir.

La sainteté de Narcisse lui attira la haine d’individus dépravés qui, pour échapper à sa sévérité, prirent les devants en lançant contre lui une terrible calomnie, dont on ignore la nature ; ils osèrent la confirmer par de faux serments, se déclarant prêts à mourir par le feu, à être dévorés de lèpre ou à perdre la vue s’ils mentaient. Bien que le peuple n’ait rien cru de ces allégations, Narcisse qui désirait la vie solitaire s’en alla. Mais les imprécations de ses ennemis portèrent leurs fruits. Le premier périt dans l’incendie de sa maison, le corps du second ne fut plus qu’une plaie. Terrorisé, le dernier avoua leur mensonge et pleura tant qu’il en perdit la vue.

Cependant les évêques voisins, ne pouvant savoir ce qu’était devenu Narcisse, imposèrent les mains à Dios, qui siégea peu de temps et fut remplacé par Germanion, puis par Gordios. Narcisse alors reparut à Jérusalem, fut reçu triomphalement et rentra dans sa charge, peut-être pendant un certain temps conjointement avec Gordios qui s’en alla ou mourut avant lui. 

Narcisse se déclara bientôt incapable de continuer à remplir les fonctions épiscopales à cause de son âge. En 212 saint Alexandre, évêque en Cappadoce (fêté le 18 mars), récemment sorti de prison, vint en pèlerinage à Jérusalem où les fidèles le contraignirent à rester comme coadjuteur de Narcisse, d’accord avec les évêques du voisinage ; c’est le premier exemple qu’on connaisse dans l’Eglise d’un transfert de siège et d’établissement d’un coadjuteur.

Une lettre d’Alexandre aux habitants d’Antinoë (Egypte), se termine par ces mots : Narcisse vous salue. Il a gouverné avant moi l’Eglise de ce pays et maintenant il exerce encore l’épiscopat conjointement avec moi par ses prières. Il achève ses cent seize années et vous exhorte comme moi à être dans la concorde. 

On ne sait pas la date exacte de la mort de Narcisse, que le témoignage plutôt suspect de saint Epiphane repousse jusqu’en 222.

Saint Narcisse est commémoré le 29 octobre au Martyrologe.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens