Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Jerónimo Messegué Ribera

1884-1936

 

Il naquit à Castelló de Farfanya (Balaguer, Lleida), le 27 janvier 1884.

Le garçon reçut de sa mère de profonds exemples de piété ; il disait qu’il lui devait certainement sa vocation, elle qui avait passé la moitié de sa vie à l’église du pays.

Entré chez les Frères Maristes à Vic en 1898, il prit le nom de Leonidas et fit la profession solennelle en 1905.

Ce fut un bon professeur, aussi clair que précis. Les grands élèves l’appréciaient ; les plus jeunes lui donnaient plus de mal et il fut pour cela muté en plusieurs d’endroits : Girona, Cartagena, Madrid, Pamplona, Mataró.

Au moment de la révolution de 1936, il trouva refuge chez une de ses tantes à Barcelone, mais apprenant qu’un bateau allait partir pour la France avec ses Confrères maristes, il les rejoignit, le 7 octobre. C’était en réalité un traquenard des révolutionnaires : tous ceux qui se réunirent là furent arrêtés et conduits à la prison San Elías, d’où on les fit sortir pour les exécuter au cimetière de Montcada (Barcelone).

Ainsi furent abattus quarante-six Frères maristes, le 8 octobre 1936.

Ces quarante-six Martyrs furent béatifiés en 2007.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Gregorio Faci Molins

1908-1936

 

Gregorio naquit à La Codonera (Teruel, Espagne) le 2 mars 1908.

En 1919 il entra au collège des Frères Maristes de Vic, où il reçut l’habit et prit le nom de José Carmelo.

Il professa en 1924 et fit les vœux solennels en 1929.

Il enseigna à Cartagena (1925), Alicante (1929), Valencia (1929), Girona (1931), Mataró (1933), Sabadell (1935).

José Carmelo avait reçu une éducation très chrétienne, il était d’une particulière délicatesse.

Il jouait très bien du violon, son passe-temps préféré.

En juillet 1936, on mit le feu à la maison des Frères, qui durent fuir.

José Carmelo fut ainsi du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Juan Tubau Perelló

1894-1936

 

Juan naquit à Igualada (Barcelone, Espagne) le 10 mars 1894.

En 1911 il entra au collège des Frères Maristes de Vic, où il reçut l’habit et prit le nom de Gaudencio.

Il professa en 1910 et fit les vœux solennels en 1915.

Il enseigna à Lleida (1911), Saragosse (1919), Alicante (1920), Barcelone (1923), Murcia (1926), Alicante (1930), Valencia (1931), Girona (1934), Valencia (1935).

Ce fut un Religieux au sens plein du terme, sans faille, charitable et angélique. Et intelligent : un Confrère lui demanda souvent de lui faire un résumé de la leçon, ce qu’il fit toujours sans hésiter.

Malgré un Supérieur un peu rude, Gaudencio ne se départit jamais de son sourire.

En juillet 1936, il rejoignit sa famille puis, sur l’invitation à partir pour la France, il vint s’embarquer à Barcelone.

Il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

John Lowe

1553-1586

 

John naquit à Londres en 1553, de Simon et Margaret Lowe. Il se peut que son père soit ce Simon Low (sans e) qui était tailleur et citoyen de Londres.

John devint un ministre du culte protestant.

Puis il vint à Douai, où se trouvait le Collège jésuite.

Il fut domestique (ou frère lai) à l’abbaye bénédictine d’Anchin (Nord) en 1578-1579, puis rejoignit le Collège anglais de Rome (1581). On sait qu’il fut ordonné diacre en août 1582, mais on ignore la date de son ordination sacerdotale.

Quittant Rome en 1583, il passe par Reims en décembre de la même année. Des documents attestent qu’on avait noté son absence en Angleterre.

Entretemps, son père était mort, et sa mère vivait à London Bridge. Durant une petite promenade avec elle, un soir de mai 1586, il exprima un peu trop fort son aspiration au martyre : il fut repéré, et dénoncé aux autorités.

Immédiatement arrêté, il fut emprisonné à Clink (Londres) le 11 mai.

Etant donné l’Acte prononcé par le parlement l’année précédente, le fait d’être prêtre catholique était automatiquement puni de la peine capitale.

John Lowe fut donc, selon la formule, «pendu, éviscéré et écartelé» à Tyburn, le 8 octobre 1586, en même temps que John Adams et Robert Dibdale.

D’autres membres de la famille Lowe maintinrent leur fidélité à l’Eglise catholique, ainsi que d’autres descendants des générations successives.

Les trois martyrs furent béatifiés avec d’autres en 1987. Ils sont mentionnés ensemble le 8 octobre au Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Lucio Izquierdo López

1899-1936

 

Lucio naquit à Dueñas (Palencia, Espagne) le 4 mars 1899.

En 1912 il entra au collège des Frères Maristes de Arceniega, où il reçut l’habit en 1914 et le nom de Ángel Andrés.

Ce fut un homme très cultivé, avec licence de Philosophie et de Lettres, poète, rédacteur de nombreux articles. Il fut un des plus actifs collaborateurs de la maison d’édition FTD, qui fut incendiée en 1936. L’édition du Don Quichote avec notes, commentaires et exercices, est due quasi exclusivement à lui.

Il enseigna à Burgos, Logroño et Madrid.

Chaque dimanche, il emmenait des élèves en visite chez les pauvres.

En 1936, il se trouvait à Barcelone pour travailler durant les vacances à la maison d’édition Luis Vives.

Il s’ingénia à mettre en sûreté les Frères, et fut repéré à Ordaz. Il fut arrêté au début d’octobre. 

Il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, à Barcelone, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936.

Mais lui et un autre Frère (Virgilio Lacunza Unzu) furent séparés du groupe : on les fit monter dans une voiture, et ils disparurent. 

On put seulement reconnaître le corps du Frère au cimetière de Montcada.

Il fut béatifié en 2007.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

  

José Mir Pons

1889-1936

 

Il naquit à Igualada (Barcelona), le 1er février 1889, dans une famille très musicienne, et obtint lui-même le diplôme de piano au conservatoire de Madrid.

Entré au juniorat des Frères Maristes à San Andrés de Palomar en 1904, il prit ensuite le nom de Prisciliano et fit la profession solennelle en 1911.

Déjà novice et encore plus tard quand il fut professeur, il demanda à pouvoir partir dans les pays de mission, mais il resta en Espagne : Manresa, Mataró, Sabadell, Azpeitia, Barcelone, Valencia, Tolède, Leida, Alicante, Murcia, Cartagena, Lucena (Cordoue), de nouveau Barcelone.

Au moment de la révolution de 1936, il allait partir pour la France avec ses Confrères maristes, le 7 octobre. C’était en réalité un traquenard des révolutionnaires : tous ceux qui se réunirent là furent arrêtés et conduits à la prison San Elías, d’où on les fit sortir pour les exécuter au cimetière de Montcada (Barcelone).

Ainsi furent abattus quarante-six Frères maristes, le 8 octobre 1936.

Ces quarante-six Martyrs furent béatifiés en 2007. 

José Mir Pons

1889-1936

 

Il naquit à Igualada (Barcelona), le 1er février 1889, dans une famille très musicienne, et obtint lui-même le diplôme de piano au conservatoire de Madrid.

Entré au juniorat des Frères Maristes à San Andrés de Palomar en 1904, il prit ensuite le nom de Prisciliano et fit la profession solennelle en 1911.

Déjà novice et encore plus tard quand il fut professeur, il demanda à pouvoir partir dans les pays de mission, mais il resta en Espagne : Manresa, Mataró, Sabadell, Azpeitia, Barcelone, Valencia, Tolède, Leida, Alicante, Murcia, Cartagena, Lucena (Cordoue), de nouveau Barcelone.

Au moment de la révolution de 1936, il allait partir pour la France avec ses Confrères maristes, le 7 octobre. C’était en réalité un traquenard des révolutionnaires : tous ceux qui se réunirent là furent arrêtés et conduits à la prison San Elías, d’où on les fit sortir pour les exécuter au cimetière de Montcada (Barcelone).

Ainsi furent abattus quarante-six Frères maristes, le 8 octobre 1936.

Ces quarante-six Martyrs furent béatifiés en 2007.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Segismundo Hidalgo Martínez

1913-1936

 

Segismundo naquit à Tobes y Rahedo (Burgos, Espagne) le 28 avril 1913.

En 1924 il entra au collège des Frères Maristes de Arceniega (Álava), où il reçut l’habit et prit le nom de Gabriel Eduardo.

Il professa en 1929.

Sa courte carrière d’enseignant le mena à Villafranca (1930), Saragosse (1933), Les Avellanes (1935).

Ses supérieurs apprécièrent son obéissance.

En juillet 1936, il fallut laisser la maison. Le Frère Gabriel, avec le maître des novices Felipe José, se cacha et, avec un autre Frère, ils cherchèrent à gagner la France par Puigcerdá. Mais ils furent retenus à la frontière et conduits à Barcelone.

Il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Lucio Zudaire Aramendia

1890-1936

 

Lucio naquit à Echávarri (Navarra, Espagne) le 23 avril 1890.

En 1902, il entra au collège des Frères Maristes de Sant Andrés de Palomar (Barcelone), où il reçut l’habit et prit le nom de Teodulo.

Il professa en 1907 et fit les vœux solennels en 1912.

Exceptionnellement, il fut envoyé en Allemagne pour y perfectionner la philologie.

Il fut envoyé enseigner à Cabezón de la Sal (Santander), Valencia comme directeur, Mataró et Les Avellanes, également comme directeur.

En juillet 1936, il se trouvait à Les Avellanes, où il put rester avec les jeunes jusqu’en octobre.

Le 3 octobre, sur disposition du Supérieur, il réussit à transférer tous les élèves à Puigcerdà et à leur faire passer la frontière. 

Revenu à Las Avellanes, il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France : le Frère Teodulo y arriva dans un état de fatigue extrême, la barbe longue, l’habit déchiré.

Avec tous les autres Frères, il fut assassiné le 8 octobre 1936.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Fermín Latienda Azpilicueta

1891-1936

 

Fermín naquit à Iruñela (Pamplona, Espagne) le 7 juillet 1891.

En 1903 il entra au collège des Frères Maristes de Vic, où il reçut l’habit et le nom de Felipe José.

Il professa en 1907.

Diplômé de l’université de Saragosse, il enseigna avec succès selon la méthode de Socrate : posant des questions aux élèves, il les amenait à comprendre d’eux-mêmes la bonne réponse.

En février 1936, il fut Maître des novices à Les Avellanes, en remplacement d’un Frère qui était nommé ailleurs ; comme ce dernier était très estimé, il était difficile de prendre sa place, mais Felipe José réussit.

En juillet 1936, toute la maison se transféra à Vilanova del Sal, d’où le Comité local leur donna l’ordre de se disperser. Felipe José se cacha avec d’autres Frères dans les environs, pendant août et septembre : durant cette épreuve, il lui vint une paralysie qui lui rendait difficile tout mouvement.

Il chercha à gagner la France, avec trois autres Frères, mais ils furent arrêtés à la frontière.

Il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936.

Il fut béatifié en 2007.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2014 2 07 /10 /octobre /2014 23:00

Antonio Badía Andalé

1908-1936

 

Antonio naquit à Bellcaire de Urgell (Lleida, Espagne) le 13 avril 1908.

En 1921 il entra au collège des Frères Maristes de Vic, où il reçut l’habit et prit le nom de Hermógenes.

Il professa en 1925 et fit les vœux solennels en 1930.

Il enseigna à La Garriga (1926), Badalona (1927), Vic (1929), Palafrugell (1931), Sabadell (1932), Alcazarquivir (au Maroc, 1933), finalement Torelló.

Lors d’un de ses déplacements, humblement, il confiait : Je ne laisse rien ici. Mais on lui rétorqua : Non, vous laissez un souvenir de régularité, de bon caractère, de bon sens et d’obéissance. C’était en effet un Frère très apprécié pour la diligence avec laquelle il exécutait ce qu’on lui demandait.

En juillet 1936, il quitta Torelló pour se réfugier dans un quartier de Barcelone, ensuite à Sants chez ses frères. Puis, sur l’invitation à partir pour la France, il vint s’embarquer à Barcelone.

Il fut du nombre de ces quarante-six Frères Maristes qu’on trompa, feignant de les embarquer à destination de la France, et qu’on assassina le 8 octobre 1936.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Liens