Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:43

Juan Bautista de San Francisco Cajonos

 

 

(Voir la notice Jacinto de los Ángeles)

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:15

 Giuseppe Puglisi

1937-1993

 

Il vit le jour le 15 septembre 1937 à Palerme (Sicile, Italie), d’un cordonnier et d’une couturière.

Il fréquenta le séminaire de Palerme dès 1953 et fut ordonné prêtre en 1960.

Le petit Pino Puglisi devenait ainsi le Padre Pino Puglisi, qu’on appela aussi 3P, en italien : Tre Pi.

Dans ses diverses activités paroissiales et didactiques, il s’efforça de guider les jeunes dans la droiture et de les écarter des maillons de la Mafia. Il rencontra les populations marginales des faubourgs et réussit à réconcilier des familles déchirées par la violence.

Il fut à Settecannoli (Brancaccio), Godrano (Palerme).

En 1978, il fut nommé vice-recteur du Petit séminaire de Palerme, puis chargé du service des vocations.

De 1978 à 1993, il fut professeur de religion au lycée classique de Palerme.

En 1990, curé de Brancaccio, il s’intéressa aussi à la condition des jeunes femmes et des mères en difficulté.

Il s’entoura de laïcs groupés en associations pour revendiquer les droits civils des populations méprisées, pour dénoncer la criminalité organisée.

Don Pino savait qu’il dérangeait le milieu. Devant ses jeunes, il apporta un jour un carton sur lequel il sauta, illustrant ce qu’on disait de lui en italien : il «cassait les boîtes», c’était un casse-pied.

Plusieurs fois menacé, il fut assassiné dans son propre quartier paroissial par la Mafia, qui choisit pour ce crime le jour de son anniversaire, le 15 septembre 1993, devant sa porte.

Au moment où l’assassin lui mit le revolver sur la nuque, il dit en souriant : Je m’y attendais. A l’autopsie, son visage conservait ce sourire.

Lors de l’examen de ses restes, en vue du procès de béatification, son corps fut retrouvé intact et sans traces de décomposition.

Don Giuseppe fut reconnu martyr par l’Eglise et béatifié en 2013. 

Giuseppe Puglisi

1937-1993

 

Il vit le jour le 15 septembre 1937 à Palerme (Sicile, Italie), d’un cordonnier et d’une couturière.

Il fréquenta le séminaire de Palerme dès 1953 et fut ordonné prêtre en 1960.

Le petit Pino Puglisi devenait ainsi le Padre Pino Puglisi, qu’on appela aussi 3P, en italien : Tre Pi.

Dans ses diverses activités paroissiales et didactiques, il s’efforça de guider les jeunes dans la droiture et de les écarter des maillons de la Mafia. Il rencontra les populations marginales des faubourgs et réussit à réconcilier des familles déchirées par la violence.

Il fut à Settecannoli (Brancaccio), Godrano (Palerme).

En 1978, il fut nommé vice-recteur du Petit séminaire de Palerme, puis chargé du service des vocations.

De 1978 à 1993, il fut professeur de religion au lycée classique de Palerme.

En 1990, curé de Brancaccio, il s’intéressa aussi à la condition des jeunes femmes et des mères en difficulté.

Il s’entoura de laïcs groupés en associations pour revendiquer les droits civils des populations méprisées, pour dénoncer la criminalité organisée.

Don Pino savait qu’il dérangeait le milieu. Devant ses jeunes, il apporta un jour un carton sur lequel il sauta, illustrant ce qu’on disait de lui en italien : il «cassait les boîtes», c’était un casse-pied.

Plusieurs fois menacé, il fut assassiné dans son propre quartier paroissial par la Mafia, qui choisit pour ce crime le jour de son anniversaire, le 15 septembre 1993, devant sa porte.

Au moment où l’assassin lui mit le revolver sur la nuque, il dit en souriant : Je m’y attendais. A l’autopsie, son visage conservait ce sourire.

Lors de l’examen de ses restes, en vue du procès de béatification, son corps fut retrouvé intact et sans traces de décomposition.

Don Giuseppe fut reconnu martyr par l’Eglise et béatifié en 2013.

Il faut rappeler que son assassin, arrêté en 1997, a fait un chemin de conversion, s’est profondément repenti et demande chaque soir pardon à Dieu. Il a reconnu avoir assassiné une cinquantaine de personnes : il pleure et prie pour eux.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:14

Paolo Manna

1872-1936

 

Paolo naquit le 16 janvier 1872 à Avellino (Italie).

Il étudia à Avellino et Naples et entra à quinze ans chez les Salvatoriens. 

Après la lecture de revues missionnaires, il fut littéralement captivé par le problème et la situation des Missions, trop méconnues dans notre Occident. Il écrivit immédiatement aux Missions Etrangères de Lyon.

Tandis qu’il étudiait à l’Université Grégorienne de Rome, il entra au Séminaire des Missions Etrangères de Milan en 1891.

Il avait une passion : les missions ; son mot d’ordre fut toute sa vie : Toute l’Eglise pour le monde entier.

Ordonné prêtre en 1894, il fut envoyé à Toungoo (Birmanie orientale).

En 1907, malade, il revint en Italie, où il diffusa l’idéal missionnaire par ses homélies, ses conférences, ses écrits.

Directeur de Les Missions Catholiques en 1909, il fonda en 1914 un bulletin (Propagande Missionnaire), puis en 1919 Italie Missionnaire, pour les jeunes.

Puis il ouvrit à Ducenta (Caserta) le Séminaire du Sacré-Cœur pour les Missions Etrangères, toujours dans le but de sensibiliser les fidèles de la région à l’esprit missionnaire.

En 1916, il fonda l’Union Missionnaire du Clergé, pour que les prêtres fussent des agents de diffusion de l’esprit missionnaire parmi les fidèles. En 1956, cette Union serait déclarée de droit pontifical ; elle est actuellement répandue dans le monde entier.

En 1924, le père Paolo fut élu supérieur général de l’Institut des Missions étrangères de Milan. Puis, en 1926, les deux instituts missionnaires de Milan et Rome fusionnèrent pour donner naissance au PIME (Pontificio Istituto per le Missioni Estere).

En 1936, il fut une figure de premier plan dans la fondation des religieuses Missionnaires de l’Immaculée.

De 1937 à 1941, il dirigea le secrétariat international de l’Union Missionnaire du Clergé.

En 1943, il s’établit à Ducenta, comme supérieur du PIME pour l’Italie du Sud. Il fonda alors Venga il tuo Regno (Que ton Règne vienne), un périodique missionnaire pour les familles.

Le père Manna publia aussi différents ouvrages, toujours dans cet esprit missionnaire, pour susciter des vocations, appeler à la prière, travailler à l’unité des Chrétiens.

Il mourut à Naples le 15 septembre 1952 et fut béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:11

Pascual Penadés Jornet

1894-1936

 

Il vit le jour le 3 janvier 1894 à Montaverner (Valencia, Espagne), de José et Trinidad, qui le firent baptiser le lendemain de sa naissance.

Dès l’enfance, il voulut être prêtre. Après les études au séminaire de Valencia, il fut ordonné prêtre en 1921.

Il exerça le saint ministère à La Pobla del Duc, Campos de Arenoso, Sempere, Salem, Adsubia et Bélgida.

Ce fut un prêtre zélé, soucieux de son devoir pastoral et apostolique, estimé de ses paroissiens.

Lors de la persécution de l’été 1936, on condamna l’accès à l’église, on profana le lieu saint et on persécuta les fidèles. Don Pascual tenta de continuer son apostolat, mais un jour on le convoqua pour lui demander de remettre les clefs de l’église. Il déclara qu’il ne le pouvait pas ; il demanda plutôt qu’on lui laissât le temps de retirer le Saint Sacrement, ce qu’on lui accorda après de longues discussions : il put alors consommer les Saintes Hosties, et s’en trouva très réconforté. 

S’étant mis à la disposition des miliciens, il fut expulsé de sa paroisse et alla se réfugier chez ses parents à Montaverner ; un cousin lui proposa l’hospitalité, qu’il accepta quelques jours, mais il préféra s’en retirer pour ne pas compromettre toute la famille de cet homme, et retourna chez ses parents. 

Le 15 septembre vers deux heures du matin, on vint l’arrêter, sans lui laisser le temps d’embrasser ses parents. Conduit au Comité révolutionnaire il fut immédiatement condamné à mort, sous le prétexte qu’il avait organisé une procession sans leur autorité (mais il en avait demandé et obtenu la permission de l’évêché) ; en réalité, son seul délit était d’être prêtre.

Il fut assassiné, le 15 septembre 1936, vers six heures du matin.

On lui tira deux balles dans la nuque, à Llosa de Ranes (Valencia). Le cousin du Martyr eut du mal à le reconnaître, tant il était défiguré.

Don Pascual a été béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:10

Anton Maria Schwartz

1852-1929

 

Anton fut le quatrième de treize enfants et naquit à Baden (Vienne, Autriche) le 28 février 1852.

Son père était musicien au théâtre. Après l’école primaire, Anton devint petit chanteur à Heiligenkreuz et fréquenta le collège Schotten à Vienne.

En 1869, il entra chez les Piaristes à Krems, mais à cause du Kulturkampf (la politique anticléricale de la Prusse), la congrégation fut supprimée et Anton gagna le séminaire diocésain de Vienne.

Malgré sa mauvaise santé, il fut ordonné prêtre en 1875. Mais après la mort de son père, la famille était très pauvre, et Anton dut louer le nécessaire pour célébrer sa Première Messe : il n’avait pas même son calice personnel, comme en ont tant de prêtres.

Pendant quatre années, il fut aumônier à Marchegg, où il s’inquiéta principalement de la question ouvrière, et pour cela reçut le surnom de pape de Marchegg.

En 1879, il fut nommé aumônier des Filles de la Charité à l’hôpital de Vienne-Sechshaus, où il rencontra personnellement les malades, jeunes apprentis et ouvriers. Un jour, un apprenti mourant lui dit : L’Eglise a des instituts pour s’occuper de tout le monde, pour les malades, pour les prisonniers, pour les étudiants. Mais nous, les apprentis, on nous a oubliés.

Cette vérité déclencha dans le cœur de l’abbé Anton le désir de fonder pour ces apprentis une œuvre où les prêtres se dévoueraient pour eux, ainsi naquit la Congrégation des Ouvriers Chrétiens de Saint-Joseph-Calasanz, qu’on a communément appelés les Calasantiens (Kalazantiner).

Il construisit à Vienne une église «pour les ouvriers», consacrée en 1889. Avec quelques prêtres, il donna vie à une première maison ; de là partit un apostolat en faveur des apprentis, rappelant aux dirigeants leur foi chrétienne, et donc leur obligation de payer justement et régulièrement les ouvriers, de ne pas les exploiter, de ne pas les obliger à travailler les jours de fêtes.

D’autre part, il reçut les apprentis pour leur donner une instruction, intellectuelle et sociale, pour leur trouver du travail, les occuper sainement.

En 1889, il jugea opportun d’appuyer le mouvement de grève des chauffeurs de tramways ; en 1905, celui des charpentiers et des domestiques, des tailleurs, des cordonniers, contre de grandes firmes.

En 1908, fatigué, il s’abstint désormais de toute controverse publique. Des partis de droite, et même des personnalités chrétiennes l’accusaient de socialisme.

L’abbé Anton Maria Schwartz mourut le 15 septembre 1929, et fut béatifié en 1998.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:00

  

 

 

 

Juan Bautista

Jacinto de los Ángeles

1660-1700

 

Ces deux indigènes zapatèques de la Sierra Nord de Oaxaca (Mexique) pourraient être deux jumeaux parfaits, si l’on considère la trajectoire commune de leur vie.

L’unique différence fut leur mariage : Juan Bautista épousa Josefa de la Cruz et eut une fille, Rosa. Jacinto épousa Petrona et eut deux enfants, Juan et Nicolasa.

Nés tous deux en 1660 à San Francisco Cajonos, ils étaient fidèles aux enseignements des pères Dominicains et leur rendaient mille services.

Choisis déjà pour leur honnêteté à remplir diverses charges civiles (arbitres, juges, syndics, maires), ils collaborèrent fidèlement avec les Pères, pour tenir l’église, servir la messe, entretenir la sacristie.

En outre, au vu de leur irréprochable honnêteté, ils furent chargés de signaler ce qui n’allait pas dans le village, les déviations, les irrégularités (matrimoniales ou morales), les blasphèmes, etc.

Ils avaient ainsi le titre de «Procureur» (Fiscal, en mexicain).

On arriva au 14 septembre 1700, jour où nos deux amis découvrirent un petit groupe de personnes qui pratiquaient un culte païen. Ils en parlèrent immédiatement aux Pères. On vint avec le «capitaine» du lieu pour dissoudre la réunion et confisquer les offrandes des participants.

Le jour suivant, 15 septembre 1700, la population fut excitée par les «victimes» ; les gens vinrent réclamer au couvent la remise des «offrandes» ; ils voulaient aussi rencontrer les deux Procureurs.

Le peuple menaça de mettre le feu au couvent. Finalement, le capitaine accepta de livrer les deux Procureurs, avec promesse qu’on respecterait leur vie.

Les Pères tentèrent de s’opposer à cette tractation. Mais les Procureurs eux-mêmes déposèrent leurs armes, acceptèrent l’éventualité de mourir, se confessèrent et reçurent la Communion. Juan Bautista déclara : Nous allons mourir pour la loi de Dieu ; comme j’ai reçu en moi la Divine Majesté, je ne crains rien, et je n’ai pas besoin d’armes.

Une fois aux mains de leurs «bourreaux», il ajouta : Me voilà. Si vous voulez me tuer demain, faites-le dès maintenant.

Ils furent attachés sur la place publique et reçurent les moqueries des bourreaux. Le 16 septembre, on les conduisit à San Pedro, où on les ligota de nouveau en prison. On les invita à renier leur foi pour être libérés, mais ils déclarèrent qu’ils resteraient fidèles à leur baptême.

On les mena par monts et par vaux jusqu’à la montagne Xagacía, où on les jeta à terre, presque on les égorgea et on les tua à coup de machettes ; on leur arracha le cœur, qu’on donna aux chiens, mais que les bêtes ne touchèrent pas. Deux des bourreaux burent le sang des deux martyrs, comme pour en recevoir la force, mais en réalité selon une antique coutume, en signe de haine.

Les deux Martyrs furent ensevelis sur place, et la montagne prit dès lors le nom de Montagne des Saints Procureurs (Monte Fiscal Santos).

Certains ont objecté que les deux Procureurs n’avaient fait que dénoncer leurs concitoyens, en s’opposant aux coutumes ancestrales. Mais les procès tant civil qu’ecclésiastique qui se déroulèrent peu après, firent bien apparaître que les deux hommes étaient bien morts pour leur foi en Dieu.

L’Eglise a sanctionné ces jugements et a béatifié les deux Martyrs en 2002.

Ils moururent le 16 septembre 1700, mais le Martyrologe les mentionne au 15 septembre. 

Juan Bautista

Jacinto de los Ángeles

1660-1700

 

Ces deux indigènes zapatèques de la Sierra Nord de Oaxaca (Mexique) pourraient être deux jumeaux parfaits, si l’on considère la trajectoire commune de leur vie.

L’unique différence fut leur mariage : Juan Bautista épousa Josefa de la Cruz et eut une fille, Rosa. Jacinto épousa Petrona et eut deux enfants, Juan et Nicolasa.

Nés tous deux en 1660 à San Francisco Cajonos, ils étaient fidèles aux enseignements des pères Dominicains et leur rendaient mille services.

Choisis déjà pour leur honnêteté à remplir diverses charges civiles (arbitres, juges, syndics, maires), ils collaborèrent fidèlement avec les Pères, pour tenir l’église, servir la messe, entretenir la sacristie.

En outre, au vu de leur irréprochable honnêteté, ils furent chargés de signaler ce qui n’allait pas dans le village, les déviations, les irrégularités (matrimoniales ou morales), les blasphèmes, etc.

Ils avaient ainsi le titre de «Procureur» (Fiscal, en mexicain).

On arriva au 14 septembre 1700, jour où nos deux amis découvrirent un petit groupe de personnes qui pratiquaient un culte païen. Ils en parlèrent immédiatement aux Pères. On vint avec le «capitaine» du lieu pour dissoudre la réunion et confisquer les offrandes des participants.

Le jour suivant, 15 septembre 1700, la population fut excitée par les «victimes» ; les gens vinrent réclamer au couvent la remise des «offrandes» ; ils voulaient aussi rencontrer les deux Procureurs.

Le peuple menaça de mettre le feu au couvent. Finalement, le capitaine accepta de livrer les deux Procureurs, avec promesse qu’on respecterait leur vie.

Les Pères tentèrent de s’opposer à cette tractation. Mais les Procureurs eux-mêmes déposèrent leurs armes, acceptèrent l’éventualité de mourir, se confessèrent et reçurent la Communion. Juan Bautista déclara : Nous allons mourir pour la loi de Dieu ; comme j’ai reçu en moi la Divine Majesté, je ne crains rien, et je n’ai pas besoin d’armes.

Une fois aux mains de leurs «bourreaux», il ajouta : Me voilà. Si vous voulez me tuer demain, faites-le dès maintenant.

Ils furent attachés sur la place publique et reçurent les moqueries des bourreaux. Le 16 septembre, on les conduisit à San Pedro, où on les ligota de nouveau en prison. On les invita à renier leur foi pour être libérés, mais ils déclarèrent qu’ils resteraient fidèles à leur baptême.

On les mena par monts et par vaux jusqu’à la montagne Xagacía, où on les jeta à terre, presque on les égorgea et on les tua à coup de machettes ; on leur arracha le cœur, qu’on donna aux chiens, mais que les bêtes ne touchèrent pas. Deux des bourreaux burent le sang des deux martyrs, comme pour en recevoir la force, mais en réalité selon une antique coutume, en signe de haine.

Les deux Martyrs furent ensevelis sur place, et la montagne prit dès lors le nom de Montagne des Saints Procureurs (Monte Fiscal Santos).

Certains ont objecté que les deux Procureurs n’avaient fait que dénoncer leurs concitoyens, en s’opposant aux coutumes ancestrales. Mais les procès tant civil qu’ecclésiastique qui se déroulèrent peu après, firent bien apparaître que les deux hommes étaient bien morts pour leur foi en Dieu.

L’Eglise a sanctionné ces jugements et a béatifié les deux Martyrs en 2002.

Ils moururent le 16 septembre 1700, mais le Martyrologe les mentionne au 15 septembre.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:00

Mariano Alcalá Pérez

1867-1936

 

Mariano vit le jour le 11 mai 1867 en Andorre (Espagne), douzième enfant de Tomás et Vicenta, qui le firent baptiser le lendemain.

A quatorze ans, il fit partie du premier groupe de Mercédaires qui reprit le couvent de El Olivar. Il y reçut l’habit en 1881, fit la première profession en 1883, la solennelle en 1886.

Après les études de philosophie et de théologie, il passa à Lleida (1887) et, remarqué pour ses excellentes aptitudes intellectuelles, fut envoyé à l’Université Grégorienne de Rome. C’est à Rome qu’il fut ordonné prêtre, en 1889.

En même temps, on le chargeait de cours au couvent de Pontevedra. Après deux années, il revint à Lleida, où ses prédications lui valurent les appréciations de l’évêque : il fut nommé examinateur diocésain.

Il fut ensuite à San Ramón, Lleida, Guissona, Andorre, Madrid.

En 1903, il fut nommé provincial, pour huit années, résidant à Lleida puis à Barcelone.

Le Supérieur général ayant été nommé évêque, c’est le père Mariano qui fut élu à sa place, en 1911.

Il rencontra alors beaucoup de difficultés : l’ancien général avait gardé son poste pendant plus de trente ans ; des factions s’étaient créées, des contestations sourdes, au point que le père Mariano, saintement humble, renonça à sa charge dès 1913. Sur son chemin de retour en Espagne, il s’arrêta à Loreto, où il eut une vision de la Sainte Vierge (dont furent témoins quelques amis proches).

Le père Mariano était vraiment un mystique. Il prophétisa aussi à une Religieuse qu’elle serait la Supérieure de son Institut, ce qui arriva. Il fut miraculeusement sauvé d’un accident par son Ange Gardien, envers lequel il avait une grande dévotion.

Ensuite il fut alternativement à San Ramón et à Barcelone. A partir de 1915, il s’installa à Lleida, d’où il partit prêcher à Manresa, Andorre, San Ramón, Barcelone, San Hilario, Bilbao, Borges, Monzón, Jaca, Fraga, Barbastro, Saragosse. Mais son activité préférée était le confessionnal, assiégé par une foule de pénitents avide d’entendre ses bons conseils inspirés.

Une méchante calomnie l’éprouva encore davantage, quand une religieuse ex-carmélite prétendit être enceinte de lui, alors que son complice reconnut lui-même l’innocence du Père et épousa la femme en question. Devant cette situation, le Père n’eut qu’un mot : Prions pour elle.

Désormais il vécut très effacé, se déplaçant de moins en moins, sinon pour aller aux eaux de Barcelone ou Saragosse. Il devait se soigner et prendre toujours plus de médicaments. Aux chapitres, des voix se prononçaient en sa faveur pour le nommer définisseur ; il proposa la consécration de la province au Sacré-Cœur. 

En mars 1936, son cousin le prit chez lui en Andorre pour l’aider à se reprendre. Mais ce cousin étant pharmacien, beaucoup de miliciens passaient par là, de sorte qu’une autre cousine prit le Père chez elle.

Quand se déchaîna la guerre civile, il dit : Ne parlons pas, prions. Il s’attendait au martyre.

A partir du 26 juillet, il resta à la maison, par prudence. Il fut convoqué au Comité, où l’accompagnèrent ses cousins. Les miliciens ne lui adressèrent même pas la parole, le laissant partir comme il était venu, à cause de son âge et de sa santé.

Le 15 septembre, fête de Notre-Dame des Douleurs, le Comité convoqua le Père et la cousine, mais celle-ci refusa de sortir. Peu après arriva un peloton qui emmena le Père au Comité, au milieu des coups et des menaces, lui reprochant de ne pas marcher à leur rythme.

Avant de partir, il laissa sur la table sa montre, précieux cadeau de son père pour son ordination sacerdotale, et son chapelet. 

Les miliciens obligèrent un habitant à venir avec son camion pour charger de l’orge : en réalité, c’était pour prendre des prisonniers et des miliciens armés jusqu’aux dents. Le camion eut l’ordre de prendre la route d’Alcañiz, puis de s’arrêter au cimetière d’Andorre, où les miliciens firent descendre leurs victimes. Le conducteur reconnut au passage le père Mariano, dont les lèvres prononçaient de ferventes prières.

Des coups partirent. Quelqu’un cria Vive la Vierge du Pilar ! Un autre témoin assura qu’en mourant, le père Mariano souffla encore Vive le Christ Roi !

Martyrisé le 15 septembre 1936, le père Mariano fut béatifié en 2013.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:00

Emilas et Jeremías de Cordoue

† 852

 

Ces deux jeunes gens nobles de Cordoue versèrent ensemble leur sang pour leur foi.

Ils avaient fait leurs études là, et parlaient l’arabe de façon très correcte.

Emilas fut diacre, Jeremías, non ; les détails qu’on a sur eux ne parlent pas de leur âge, de leur enfance. Jeremías était peut-être plus jeune et pas encore décidé d’entrer au service de Dieu, ou bien n’était-il simplement pas appelé par Dieu, mais les deux jeunes gens s’entendaient bien, surtout pour conserver intacte leur foi et, à l’occasion, la témoigner ouvertement.

Emilas cueillit un jour cette occasion en disant haut et fort ce qu’il savait et ce qu’il pensait sur Mahomet.

Ce fut l’arrestation immédiate, les mauvais traitements en prison, et la décapitation.

La journée de leur martyre était une belle journée autumnale, mais au moment de la décapitation un orage violent se déchaîna brusquement, on crut à un tremblement de terre, la grêle tomba drue, le soleil fut complètement masqué par d’épais nuages. On aurait pu se croire au Golgotha, quand l’obscurité se fit sur tout le pays et que la terre trembla  (Mt 27:45 et 51).

Les corps des deux Athlètes du Christ furent pendus à des chevalets, de l’autre côté du Guadalquivir, bien en vue de toute la population.

Ils n’étaient pas les premiers ni les derniers courageux témoins de la foi de cette période ; en une dizaine d’années, plus de cinquante hommes et femmes furent exécutés à Cordoue par les autorités musulmanes.

Emilas et Jeremías sont commémorés le 15 septembre au Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 23:00

Lola (Lolita)

 

Ce joli nom espagnol, ainsi que son diminutif dérivé, se rattachent à une très ancienne dévotion mariale, chère à beaucoup de chrétiens qui vénéraient particulièrement la mère du Christ sous le vocable de Notre Dame des Douleurs. Ce fut au point que, oubliant progressivement le nom de Marie, c’est celui des “Douleurs” qu’on finit par donner à mainte petite fille ; et de même qu’une “Marie-Joseph” devient vite “Marie-José” ou “Marie-Jo”, de même on est passé de Dolorès à Lola, puis Lolita, la petite Lola.

En principe, ce vocable n’évoque donc pas vraiment des joies, et l’on pourrait bien s’étonner que des parents veuillent l’imposer à leur progéniture. Pourtant, à entendre le chant d’action de grâce de Marie (le Magnificat), on se rend compte que même Marie, avec toutes les souffrances qu’elle subit pour son Fils et avec lui, s’est elle-même proclamée “bienheureuse” (Lc 1:48).

Oui,  bienheureuse parce que, à travers les douleurs on arrive toujours à une joie plus grande : après sa passion, Jésus Christ est ressuscité, suivi en cela par Marie qui, après avoir vu son Jésus mourir horriblement sur cette croix, fut élevée au ciel où elle l’a retrouvé dans la gloire.

Dans notre vie courante, on dit souvent A quelque chose, malheur est bon,  ou bien Il n’y a pas de roses sans épines, ou même encore plus simplement Après la pluie le beau temps. Après l’accouchement, la joie de la maman efface bien vite le souvenir même de ses douleurs.

Dans son épître aux Romains, Paul, évoquant ces douleurs, écrit : Je pense que les souffances de ce temps sont sans rapport avec la gloire future qui se révélera en nous (Ro 8:18). 

Dans notre vie de tous les jours, on remarque que jamais une joie n’est parfaite, il s’y ajoute toujours un bémol pour ternir un bel événement.

Revenons donc aux douleurs de Marie, qui l’ont ainsi rendue “bienheureuse”. A une certaine époque, on parlait de “Notre Dame des Sept Douleurs”, évoquant sous ce chiffre sept la plénitude des douleurs que vécut Marie aux côtés de son Fils. Certains ont même voulu comptabiliser ces sept douleurs, qui seraient les suivantes, à quelques variantes près :  

  • la prophétie de Siméon (Lc 2:25-35) 
  • la fuite en Égypte (Mt 2:13-15) 
  • la perte de Jésus au Temple (Lc 2:41-51) 
  • la rencontre de Jésus sur le chemin du Calvaire 
  •   
  • le crucifiement (Jn 19:25-27)  
  • la descente de la Croix
  • la mise au Tombeau

Reprenons-les successivement : 

1. Quarante jours après sa naissance, Jésus fut présenté au temple. Là se trouvait un vieillard, Siméon, à qui il avait été prédit qu’il ne mourrait pas avant d’avoir vu le Sauveur. On imagine la joie de cet homme âgé, prenant dans ses bras fatigués ce petit poupon, divinement informé qu’il y là le Sauveur, et chantant son fameux Nunc dimittis (Maintenant, Seigneur, laisse ton serviteur en paix, car mes yeux ont vu le Sauveur…). Grande joie, mais avec cette autre prédiction, dite par le même Siméon à Marie : Un glaive transpercera ton cœur.  Dire cela à cette jeune maman (elle pouvait avoir entre quinze et vingt ans…), pauvre Marie. Mais elle savait bien qu’elle allait au-devant de grandes douleurs, car elle connaissait les prophéties annonçant la passion de Jésus (cf. Isaïe, Jérémie).

2. Jésus a connu l’exil, avec ses parents. Tout quitter, partir vers l’inconnu, se refaire une vie à l’étranger, sans en connaître ni la langue ni les habitudes… Mais aussi, quelle solidité dans l’amour qui unit ces trois êtres, Joseph, Marie, Jésus, se soutenant l’un l’autre, partageant les soucis, les fatigues. L’épreuve consolide l’amour. Heureusement pour eux, cet exil ne dura que quelques mois, et ils purent bientôt revenir à Nazareth.

3. Jésus a douze ans, c’est encore un gamin ; il ose rester dans le Temple de Jérusalem sans prévenir ses parents, qui doivent le chercher pendant trois jours. Que d’angoisses ! Trois jours qui annoncent les trois jours de la mort à la résurrection du Christ, vingt ans plus tard. Difficile à comprendre ! En effet, “ils ne comprirent pas ce que Jésus leur répondit”, dit saint Luc (Lc 2:50).

4.5.6.7. On imagine bien quelle fut l’émotion de Marie, tout au long du calvaire et au moment de la mort de Jésus. Reine des Martyrs, elle supporta tout cela avec la même douceur que son fils, bien certaine que c’était là la voie conduisant à la résurrection. C’est aussi avec grande générosité qu’elle accepte la nouvelle mission que Jésus lui confie sur la croix : être la mère spirituelle de Jean, donc de l’Eglise et de chacun de nous.

On peut dire ainsi que Notre Dame des Sept Douleurs est la Mère de la Résurrection, de la joie retrouvée après toute tristesse, de la victoire après toute chute : pour chacun de nous, et en particulier pour toutes celles qui en portent le nom. 

Dans la liturgie catholique romaine, on fête Notre Dame des Douleurs le 15 septembre, au lendemain de la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix.

Outre cette fête mariale, il existe une dizaine de femmes espagnoles, religieuses ou laïques, récemment béatifiées ou canonisées, qui ont porté le nom de Dolorès, Maria Dolorès, Rita Dolorès, etc.

 

 

1 Ce détail, ainsi que les deux derniers, ne sont pas explicitement relatés dans l’évangile ; selon une tradition orale assez affermie, on les suppose avec une forte vraisemblance.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 23:45

 

 Teófilo Montes Calvo

1912-1936

 

Il naquit le 2 octobre 1912 à Gumiel del Mercado (Burgos) et fut baptisé le 6 octobre suivant, frère aîné de neuf garçons.

La lecture de la vie de saint Dominique suscita en lui l’appel de Dieu.

Entré à l’école dominicaine de La Mejorada (Valladolid) en 1925, il commença le noviciat à Ávila en 1929.

La maladie l’obligea à repartir un certain temps dans sa famille, puis il travailla dans une ferme de Ventosilla, mais l’appel du couvent était plus fort.

Il revint à Ávila, où il fut portier, fit en 1933 la profession de frère coopérateur, et fut envoyé à Madrid.

En 1936, le couvent fut assailli le 19 juillet et il dut l’abandonner pour aller se réfugier dans une famille charitable.

Il fut arrêté le 13 septembre 1936 ; les miliciens voulurent le forcer à blasphémer, puis le portèrent à la tchéka Saint-Bernard (un couvent réquisitionné par le Front Populaire), avant d’aller le fusiller sur la route de El Pardo (Madrid) la nuit suivante. Il allait avoir vingt-quatre ans.

Le frère Teófilo mourut donc au soir du 13 ou au matin du 14 septembre 1936, et fut béatifié en 2007. 

Teófilo Montes Calvo

1912-1936

 

Il naquit le 2 octobre 1912 à Gumiel del Mercado (Burgos) et fut baptisé le 6 octobre suivant, frère aîné de neuf garçons.

La lecture de la vie de saint Dominique suscita en lui l’appel de Dieu.

Entré à l’école dominicaine de La Mejorada (Valladolid) en 1925, il commença le noviciat à Ávila en 1929.

La maladie l’obligea à repartir un certain temps dans sa famille, puis il travailla dans une ferme de Ventosilla, mais l’appel du couvent était plus fort.

Il revint à Ávila, où il fut portier, fit en 1933 la profession de frère coopérateur, et fut envoyé à Madrid.

En 1936, le couvent fut assailli le 19 juillet et il dut l’abandonner pour aller se réfugier dans une famille charitable.

Il fut arrêté le 13 septembre 1936 ; les miliciens voulurent le forcer à blasphémer, puis le portèrent à la tchéka Saint-Bernard (un couvent réquisitionné par le Front Populaire), avant d’aller le fusiller sur la route de El Pardo (Madrid) la nuit suivante. Il allait avoir vingt-quatre ans.

Le frère Teófilo mourut donc au matin du 14 septembre 1936, et fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens