Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Ioachim Sakakibara

1556-1597

 

Ioachim était né en 1556 à Ōsaka (Japon).

Il était médecin et fut membre du Tiers-Ordre franciscain. 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Franciscus de Kyōto

1548-1597

 

Franciscus était né en 1548 à Kyōto (Japon).

Il fut membre du Tiers-Ordre franciscain. 

 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Thomas Dangi

?-1597

 

Thomas était né à Kyōto (Japon).

Il fut membre du Tiers-Ordre franciscain et catéchiste. 

 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Ioannes Kinuya

1568-1597

 

Gabriel était né en 1568 à Kyōto (Japon).

Il fut membre du Tiers-Ordre franciscain et catéchiste. 

 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Gabriel de Ise

1577-1597

 

Gabriel était né en 1577 à Ise (Mie, Japon).

Il fut membre du Tiers-Ordre franciscain et catéchiste. 

 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Paulus Suzuki

1563-1597

 

Paulus était né à Owari (Japon).

Marié, il fut membre du Tiers-Ordre franciscain et catéchiste. 

 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Didacus Kisai

1533-1597

 

Didacus (Jacques) était né en 1533 à Haga (Okayama, Japon).

Marié et père d’un enfant, il se vit obligé de se séparer de son épouse qui, reniant sa foi, était retournée au culte païen et s’obstinait à demeurer dans son erreur.

Délié des liens du mariage, il se donna entièrement à la Compagnie de Jésus et rendit mille services aux Pères. Il vint habiter dans la communauté, y faisait mille travaux quotidiens, restait à la porterie et recevait les visiteurs, à l’occasion enseignait des rudiments de catéchisme aux candidats au baptême. 

Il aimait particulièrement les mystères douloureux du chapelet, qu’il priait chaque jour. Il s’en était même fait un petit livret qu’il avait calligraphié et décoré de sa main très habile, pour l’avoir toujours sous les yeux. C’est ainsi qu’il conçut une réelle soif de souffrir et de mourir pour le Christ. Par là aussi il acquit une profonde humilité, se disant tout-à-fait indigne du martyre et de la compagnie des Saints et même de la Compagnie de Jésus, dans laquelle il fut admis peu avant de mourir, tellement indigne qu’il refusa de remettre ne serait-ce que son mouchoir à ceux qui lui demandaient quelque chose à conserver en souvenir de son martyre. 

C’est le 5 février 1597 qu’eut lieu ce martyre.

 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Ioannes Soan de Gotō

1578-1597

 

Ioannes était né en 1578 à Fukue, croit-on (Gotō-rettō, Nagasaki, Japon), de parents chrétiens.

Il fréquenta les Jésuites et montra une telle facilité à assimiler l’enseignement, qu’il fut envoyé à Osaka pour aider là le responsable et pour former les néophytes.

Quand la maison fut attaquée par des soldats, il aurait pu s’évader et se mettre à l’abri, mais il préféra partager le sort de la Compagnie de Jésus. Il emballa rapidement et mit en sécurité tous les objets sacrés de la chapelle, dont il avait la charge.

Puis, grâce aux bons soins de Paulus Miki, comme messager et interprète, il demanda à être admis à la profession de l’Ordre. La réponse favorable lui parvint quelques jours plus tard. Pour s’en rendre plus digne, il s’efforça de supporter avec empressement et avec joie tout ce qui pouvait arriver de désagréable durant le transfert de Miyako à Nagasaki.

L’arrestation du père Martín de l’Ascension et d’autres Compagnons eut lieu le 8 décembre 1596, et Ioannes fut du nombre.

La sentence de mort fut émise un mois plus tard.

Quand Ioannes arriva devant sa croix, il sauta de joie. On vit alors arriver son père, serein, qui ne montrait ni larmes ni douleur : au contraire, heureux de la joie de son fils. Ioannes l’embrassa et l’exhorta à tout laisser pour penser à son salut éternel, comme lui-même l’avait fait jusque là ; et son père de lui répondre : Mon cher fils, reste bien courageux et constant ; tu vas mourir pour le Christ, pour la Foi ; je vais m’empresser de l’annoncer à ta mère ; sache que, s’il est possible, nous n’avons pas envie d’une autre mort pour nous deux. Ioannes l’en félicita, lui remit son chapelet ainsi qu’un autre petit souvenir pour sa mère. Le père resta sur place et ne se retira qu’après avoir recueilli le sang de son fils.

Ioannes montra la constance que souhaitait son père ; il encouragea aussi les autres Martyrs, jusqu’au moment où, devant recevoir le dernier coup de lance fatal, il répéta une dernière fois les noms de Jésus et Marie.

Le 5 février 1597 eut lieu ce martyre. Ioannes allait avoir dix-neuf ans.

 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Paulus Miki

1564-1597

 

Paulus était né en 1564 à Awa (île Shikoku, Ōsaka, Japon) et fut baptisé à cinq ans, avec ses parents. Le père était capitaine et vassal de Oda Nobunaga, un des premiers unificateurs du Japon.

Les parents envoyèrent leur fils étudier au petit séminaire dirigé par les Jésuites à Kyushu, transféré par la suite à Takatsuki.

En 1586, Paulus entra au novicat jésuite, à Arie.

Il fit la profession en 1588 et poursuivit les études à Arnakusa et Nagasaki. Si le latin lui posa assez de problèmes, il se montra excellent catéchiste et prédicateur ; il n’était pas encore prêtre, qu’il participait déjà à des débats avec des non-chrétiens.

En 1592, il fut assistant du Provincial à Ōsaka et, par sa prédication, conquit déjà des Samurai. Mais la persécution commença.

L’arrestation du père Martín de l’Ascension et d’autres Compagnons eut lieu le 8 décembre 1596. Japonais, Paulus ne fut pas arrêté, mais il insista lui-même pour partager le sort des pères Jésuites.

On les mit en prison à Miyako, puis Osaka, Sacay et Facata, avant de parvenir à Nagasaki. En chemin, Paulus profitait plutôt de ce «voyage» pour exhorter les gens à se convertir au Christ.

Le 8 janvier 1597, ils furent tous condamnés à mort. 

Le 5 février 1597, peu avant de mourir en croix, Paulus renouvela ses vœux de religieux. Une fois crucifié, il continua de prêcher la foi chrétienne et pardonnant aux bourreaux : Arrivé au terme où vous me voyez, dit-il, je ne pense pas qu'aucun de vous me croie capable de trahir la vérité. Eh bien ! Je vous le déclare, il n'y a pas d'autre moyen de salut que la religion chrétienne. Je pardonne aux auteurs de ma mort ; je les conjure de recevoir le baptême.

 Paulus avait trente-trois ans.

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597

 
Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Francisco Andrade Arco

1544-1597

 

Francisco était né vers 1544 à La Parilla (Valladolid, Espagne).

Il entra chez les Franciscains Alcantarins comme frère convers, avec le nom de Francisco de Saint-Michel et rejoignit les missions extrême-orientales du Japon.

Il fut favorisé du don des miracles et opéra des conversions.

L’arrestation des Religieux eut lieu le 8 décembre 1596.

Le 8 janvier 1597, ils furent tous condamnés à mort. 

Le martyre eut lieu le 5 février 1597.

 

 

Voir la notice : Japonais martyrs à Nagasaki 5 février 1597


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens