Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Marie-Anne Vaillot

1736-1794

 

Marie-Anne était née le 13 mai 1736 à Fontainebleau dans le Maine-et-Loire. 

Elle était entrée chez les Filles de la Charité.

C’est l’une des deux Religieuses d’Avrillé qui furent martyrisées.

 

 

Se reporter à la notice : Avrillé (Martyrs d’)-1er février.

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Françoise Boulanger

1735-1794

 

Françoise était née le 24 juin 1735 à La Trinité-d’Angers (Maine-et-Loire). 

Elle était célibataire.

 

 

Se reporter à la notice : Avrillé (Martyrs d’)-1er février.

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Catherine Cottanceau

1733-1794

 

Catherine était née vers 1733 à Bressuire (Deux-Sèvres). 

Elle était célibataire.

 

 

Se reporter à la notice : Avrillé (Martyrs d’)-1er février.

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Françoise Pagis

1732-1794

 

Françoise était née le 14 octobre 1732 à Gouis (Maine-et-Loire). 

Elle était épouse Railleau.

 

 

Se reporter à la notice : Avrillé (Martyrs d’)-1er février.


Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Louise-Olympe Rallier de la Tertinière

1732-1794

 

Louise-Olympe était née le 24 avril 1732 à Châteaugontier (Mayenne). 

Elle était épouse et veuve Déan de Luigné, et probablement belle-sœur de Louise Déan de Luigné, martyrisée le même jour.

 

 

Se reporter à la notice : Avrillé (Martyrs d’)-1er février.

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Marie Lenée

1729-1794

 

Marie était née le 14 juillet 1729 à Saint-Nicolas-de-Saumur (Maine-et-Loire). 

Elle était épouse Lepage de Varancé.

 

Se reporter à la notice : Avrillé (Martyrs d’)-1er février.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Simone Chauvigné

1728-1794

 

Simone était née le 12 mars 1728 à Chaudefonds (Maine-et-Loire). 

Elle était épouse et veuve Charbonneau, et probablement sœur ou cousine de Marie-Jeanne Chauvigné, épouse Rorteau, martyrisée le même jour.

 

 

Se reporter à la notice : Avrillé (Martyrs d’)-1er février.


Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Jacquine Monnier

1726-1794

 

Jacquine (ou Jacqueline) était née le 16 janvier 1726 à Saint-Melaine (Maine-et-Loire). 

Elle était célibataire.

 

 

Se reporter à la notice : Avrillé (Martyrs d’)-1er février.


Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Martyrs d’Avrillé

1794

Les fusillades du Champ des Martyrs d’Avrillé furent les horribles journées de la période de la Terreur, durant la Révolution française, où furent exécutés des hommes et des femmes laïcs, en haine de la foi.

Des rafles eurent lieu en janvier, dont la plupart des habitants de la Poitevinière. 

Voici la liste des victimes d’Avrillé reconnues. On a suivi d’abord l’ordre chronologique, puis l’ordre alphabétique des prénoms.

Le 12 janvier 1794 :

  • Antoine Fournier, né le 26 janvier 1736 à La Poitevinière (Maine-et-Loire).

Le 18 janvier 1794 :

  • Charlotte Lucas, née le 1er avril 1752 à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loir).
  • Félicité Pricet, née vers 1745 à Châtillon-sur-Sèvre (Deux-Sèvres).
  • Monique Pichery, née le 4 avril 1762 à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loir).
  • Victoire Gusteau, née vers 1745 à Châtillon-sur-Sèvre (Deux-Sèvres).

Le 1er février 1794 :

  • Anne Hamard, née vers 1742, à Saint-Clément (Maine-et-Loire).
  • Anne-Françoise de Villeneuve, née le 11 septembre 1741, à Seiches-sur-le-Loir (Maine-et-Loire).
  • Catherine Cottanceau, née vers 1733, à Bressuire (Deux-Sèvres).
  • Charlotte Davy, née le 19 octobre 1760, à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire). 
  • Françoise Bellanger, née le 24 juin 1735, à La Trinité-d’Angers (Maine-et-Loire).
  • Françoise Bonneau, née vers 1763, à Saint-Léger-en-Anjou (auj. sous-Cholet) (Maine-et-Loire).
  • Françoise Michau, née vers 1765, à ?
  • Françoise Pagis-Railleau, née le 14 octobre 1732, à Gouis (Maine-et-Loire).
  • Gabrielle Androuin, née le 6 septembre 1755 à Saint-Lambert-du-Lattay (Maine-et-Loire). 
  • Jacquine Monnier, née le 16 janvier 1726, à Saint-Melaine (Maine-et-Loire).
  • Jeanne Bourigault, née le 24 octobre 1757, à Chaudefonds (Maine-et-Loire).
  • Jeanne Fouchard-Chalonneau, née le 10 septembre 1747, à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire).
  • Jeanne Gruget-Doly, née vers 1745, à Châtillon-sur-Sèvre (Deux-Sèvres).
  • Jeanne Sailland d’Espinatz, née le 3 juillet 1769, à Saint-Nicolas-de-Saumur (Maine-et-Loire).
  • Louise Déan de Luigné, née le 17 novembre 1757, à Argeton-Notre-Dame (Mayenne).
  • Louise-Olympe Rallier de la Tertinière-Déan de Luigné, née le 24 avril 1732, à Châteaugontier (Mayenne).
  • Madeleine Blond, née vers 1763, à Angers (Maine-et-Loire).
  • Madeleine Perrotin-Rousseau, née le 30 mars 1744, à Saint-Germain-des-Prés (Maine-et-Loire).
  • Madeleine Sailland d’Espinatz, née le 9 août 1770, à Saint-Nicolas-de-Saumur (Maine-et-Loire). Avec ses vingt-trois ans, c’est la plus jeune de tout ce groupe.
  • Marguerite Rivière-Huau, née le 20 août 1756, à La Ferrière-de-Flée (Maine-et-Loire).
  • Marie Cassin-Moreau, née le 21 janvier 1750, à Chanteloup (Maine-et-Loire).
  • Marie Fausseuse-Banchereau, née vers 1740, à Boësse (Deux-Sèvres).
  • Marie Gallard-Quesson, née vers 1739, à Saint-Laurent-de-la-Plaine (Maine-et-Loire).
  • Marie Gasnier-Mercier, née le 8 novembre 1756, à Ménil (Mayenne).
  • Marie Grillard, née le 5 octobre 1753, à Saint-Pierre de Cholet (Maine-et-Loire).
  • Marie Lenée-Lepage de Varancé, née le 14 juillet 1729, à Saint-Nicolas-de-Saumur (Maine-et-Loire).
  • Marie Leroy, née le 19 mai 1771, à Montilliers (Maine-et-Loire).
  • Marie Leroy-Brevet, née vers 1755, à ? 
  • Marie Rouault-Bouju, née le 26 octobre 1744, à Vezins (Maine-et-Loire).
  • Marie-Anne Pichery-Delahaye, née le 30 juillet 1754, à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire).
  • Marie-Anne Vaillot, née le 13 mai 1736 à Fontainebleau (Maine-et-Loire), des Filles de la Charité.
  • Marie-Jeanne Chauvigné-Rorteau, née le 21 février 1755, à La Jumellière (Maine-et-Loire).
  • Odile Baumgarten, née le 15 novembre 1750 à Gondrexange (Moselle), des Filles de la Charité. 
  • Perrine Androuin, née le 31 août 1760 à Saint-Lambert-du-Lattay (Maine-et-Loire). 
  • Perrine Besson, née vers 1742, à Essarts (Vendée).
  • Perrine Grille, née le 6 février 1742, à Rochefort-sur-Loire (Maine-et-Loire).
  • Perrine Ledoyen, née le 16 septembre 1764, à Saint-Aubin-de-Luigné (Maine-et-Loire).
  • Perrine Sailland d’Espinatz, née le 24 mars 1768, à Saint-Nicolas-de-Saumur (Maine-et-Loire).
  • Perrine-Charlotte Phelippeaux-Sailland d’Epinatz, née le 13 mai 1740, à Saint-Nicolas-de-Saumur (Maine-et-Loire).
  • Renée Cailleau-Girault, née le 6 juillet 1752, à Saint-Aubin-de-Luigné (Maine-et-Loire).
  • Renée Grillard, née le 10 février 1766, à Saint-Pierre de Cholet (Maine-et-Loire).
  • Renée Martin-Martin, née vers 1752, à ?
  • Renée Valin, née le 8 mars 1760, à Chaudefonds (Maine-et-Loire).
  • Rose Quenon, née le 20 janvier 1764, à Mozé-sur-Louet (Maine-et-Loire).
  • Simone Chauvigné-Charbonneau, née le 12 mars 1728, à Chaudefonds (Maine-et-Loire).
  • Suzanne Androuin, née le 16 mars 1757 à Saint-Lambert-du-Lattay (Maine-et-Loire). 
  • Victoire Bauduceau-Révélière, née le 20 septembre 1745, à Thouars (Deux-Sèvres).

 

Le 10 février 1794 :

  • Catherine du Verdier de la Sorinière, née le 29 juin 1758 à Saint-Pierre-de-Chemillé (Maine-et-Loire).
  • Louise Bessay de la Voûte, née le 22 août 1721 à Saint-Mars-des-Prés (Vendée). A soixante-treize ans, c’est la «doyenne» de tout ce groupe, 
  • Louise Poirier-Barré, née le 22 février 1754 à Le Longeron (Maine-et-Loire).
  • Marie-Anne Hacher du Bois, née le 3 avril 1765 à Jallais (Maine-et-Loire).
  • Marie-Louise du Verdier de la Sorinière, née le 27 juin 1765 à Saint-Pierre-de-Chemillé (Maine-et-Loire).
  • Pierre Frémond, né le 16 septembre 1754 à Chaudefonds (Maine-et-Loire).

 

Le 16 avril 1794 :

  • Anne Maugrain, née le 12 avril 1760 à Rochefort-sur-Loire (Maine-et-Loire).
  • Françoise Micheneau-Gillot, née le 19 mai 1737 à Chanteloup-les-Bois (Maine-et-Loire).
  • Françoise Suhard-Ménard, née le 5 février 1731 à Saint-Gemmes-d’Andigné (Maine-et-Loire).
  • Jean Ménard, né le 16 novembre 1736 à Andigné (Maine-et-Loire).
  • Jeanne Gourdon-Moreau, née le 8 octobre 1733 à Sainte-Christine (Maine-et-Loire).
  • Jeanne Leduc-Paquier, née le 10 février 1754 à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire).
  • Jeanne Onillon-Onillon, née le 19 avril 1753 à Montjean (Maine-et-Loire).
  • Jeanne Thomas-Delaunay, née vers 1730 à ?
  • Madeleine Cady-Desvignes, née le 7 avril 1756 à Saint-Maurille de Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire).
  • Madeleine Sallé-Havard, née vers 1751 à ? 
  • Marguerite Robin, née le 22 décembre 1725 à Montjean (Maine-et-Loire).
  • Marie Forestier, née le 16 janvier 1768 à Montjean (Maine-et-Loire). 
  • Marie Gingueneau-Coiffard, née vers 1739 à ?
  • Marie Lardeux, née vers 1748 à ? 
  • Marie Piou-Supiot, née le 19 mai 1755 à Montrevault (Maine-et-Loire).
  • Marie Rechard, née le 29 avril 1763 à Montjean (Maine-et-Loire).
  • Marie Roger-Chartier, née le 14 janvier 1727 à Montjean (Maine-et-Loire).
  • Marie-Geneviève Poulain de la Forestrie, née le 3 janvier 1741 à Lion-d’Angers (Maine-et-Loire).
  • Marthe Poulain de la Forestrie, née le 2 octobre 1743 à Lion-d’Angers (Maine-et-Loire).
  • Perrine Bourigault, née le 7 août 1743 à Montjean (Maine-et-Loire).
  • Perrine Laurent, née le 2 septembre 1746 à Louvaines (Maine-et-Loire).
  • Perrine Pottier-Turpault, née le 26 avril 1750 à Cléré-sur-Layon (Maine-et-Loire).
  • Pierre Delépine, né le 24 mai 1732 à Marigné (Maine-et-Loire).
  • Renée Bourgeais-Juret, née le 12 novembre 1751 à Montjean (Maine-et-Loire).
  • Renée Rigault-Papin, née le 14 mai 1750 à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire).
  • Renée Sechet-Davy, née le 28 décembre 1753 à Montjean (Maine-et-Loire).

 

 

On remarquera dans ces groupes : deux Religieuses des Filles de la Charité, et quatre hommes ; toutes les autres sont des veuves, des épouses, des mères, des jeunes filles.

Tous ces Martyrs ont été béatifiés en 1984. Le «chef de file» de ces quatre-vingt dix-neuf Bienheureux est le prêtre Guillaume Repin, commémoré le 2 janvier.

 

La notice d'aujourd'hui concerne les seuls Martyrs d'Avrigné, qui furent fusillés en cinq jours différents entre janvier et avril 1794 : les 12 et 18 janviers, les 1er et 10 février, et le 16 avril. Pour faciliter la recherche, on a répété cette notice en ces cinq jours.

Les Bienheureux sont mentionnés au Martyrologe à leur dies natalis, parfois avec de petites altérations orthographiques.

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:00

Luigi Variara

1875-1923

 

Luigi naquit le 15 janvier 1875 à Viarigi (Asti, Piémont, Italie), de parents très chrétiens Pietro Variara et Livia Bussa.

Il fréquenta l’oratorio salésien, et en connut le fondateur lui-même, Giovanni Bosco, qu’il rencontra personnellement un mois avant la mort de ce dernier.

Il commença le noviciat en 1891, fit sa profession dans les mains du successeur de Giovanni Bosco, Michele Rua.

Ses études de philosophie se passèrent à Valsalice, où il rencontra Michele Unia, un Salésien qui était déjà apôtre des lépreux en Colombie. Luigi fut conquis par ce prêtre.

Sans attendre la fin de ses études, Luigi partit avec Michele en Colombie (1894). Il se donna passionnément à l’apostolat parmi les lépreux de Agua de Dios, partageant avec eux son amour de la musique et du théâtre.

A la mort de Michele Unia, Luigi se retrouvait avec trois autres prêtres dans cette colonie de lépreux. Pendant trois ans, jusqu’à son ordination sacerdotale (1898), Luigi mûrit en son cœur le don total de soi, côtoyant la contagion toujours possible de la lèpre au contact des malades.

Après son ordination, il demeura sur place. Il passait parfois cinq à six heures chaque jour au confessionnal, tout en continuant à former les lépreux à la musique et au théâtre, et enseignant aussi aux jeunes la sainte morale chrétienne. Pour eux il fit construire un léprosarium, où, à part les soins médicaux, ils auraient reçu un enseignement scolaire et même, si possible, une formation technique, pour les sortir de l’oisiveté et du vice. Le léprosarium, «Maison Michele Unia» ouvrit en 1905.

Luigi fonda alors la congrégation des Filles des Sacrés Cœurs de Jésus et Marie, pour s’occuper de ces jeunes. Il écrivit cette année-là qu’il ne s’était jamais senti aussi heureux d’être Salésien et qu’il remerciait le Seigneur de l’avoir envoyé dans cette colonie de lépreux pour apprendre à gagner le ciel.

L’esprit de la congrégation était en même temps de permettre à des lépreuses de se consacrer à Dieu, une initiative qui fut très critiquée par d’autres instituts religieux. Même les Salésiens ne comprenaient pas tous comment cette «branche» correspondait vraiment à l’idéal salésien. 

Luigi persévéra cependant et gravit peu à peu son calvaire personnel, au milieu de ceux-là mêmes qui auraient dû être ses plus proches collaborateurs. Il eut au moins la consolation d’être soutenu par Michele Rua.

Mais la congrégation continua à jeter le discrédit sur cette fondation. Luigi en fut éloigné pendant les dix-huit dernières années de sa vie : on l’envoya au Vénézuéla, on le transféra de ville en ville, jusqu’à Táriba (Vénézuéla) pour finalement aller finir ses jours à Cucuta (Colombie).

Il conserva cependant un contact avec la supérieure des Religieuses d’Agua de Dios, à laquelle il recommandait de ne pas avoir peur, que l’œuvre continuerait, si elle était voulue par Dieu.

Or cette congrégation est maintenant largement présente dans toute l’Amérique du Sud, au Mexique, en Guinée, en Espagne, en Italie.

 

Luigi Variara mourut le 1er février 1923 et fut béatifié en 2002. Son dies natalis est ainsi le lendemain de celui du fondateur salésien, Giovanni Bosco.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens