Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 11:08

Baralus d’Antioche de Syrie

† 304

 

Se reporter à la petite notice Antioche de Syrie (Martyrs d’ - 304)

 

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 17:31

Bassianus d’Alexandrie

?

 

Voir la notice Alexandrie (Martyrs en

Partager cet article
Repost0
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 10:34

Benignus de Todi

† 303

 

Benignus naquit et vécut à Todi (Ombrie, Italie C).

Il fut ordonné prêtre en raison des vertus qui brillaient en  lui.

Quand la persécution éclata, les idolâtres se sentirent les mains libres et se saisirent du prêtre, certains laissent entendre que ce fut pendant qu’il prêchait.

Benignus supporta courageusement les multiples tortures qu’on lui imposa alors, et rendit à Dieu son âme pure et sacerdotale. 

Saint Benignus de Todi est commémoré le 13 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 23:28

Berectina d’Abitène

† 304

 

Voir la notice générale Abitène (Martyrs d’ - 304)

Cette Chrétienne faisait partie des quarante-neuf Martyrs de cette ville.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 19:32

Barsimée d’Edesse

2e siècle

 

Des raisons assez justifiées ont voulu faire vivre cet évêque au troisième siècle. Mais d’autres non moins fondées le maintiendront ici au deuxième siècle.

On a vu, au 29 janvier, comment Barsimée fut l’artisan de la conversion et du baptême de s.Sarbel et de sa sœur ste Bebaia, en 113.

La première question à poser est celle-ci : Barsimée était-il déjà évêque d’Edesse à ce moment-là ou pas ? D’après la notice de s.Sarbel, il semble que oui.

Mais selon certaines versions, Barsimée aurait été arrêté, flagellé, jeté en prison, et ensuite nommé évêque, troisième sur ce siège.

Un édit de tolérance de Trajan aurait valu à Barsimée la libération ; mais on affirme aussi qu’il aurait été martyrisé en 114.

Les spécialistes qui préfèrent le situer au troisième siècle, avancent que Barsimée, déjà évêque, aurait beaucoup souffert durant la persécution de Dèce (250), mais qu’ensuite il aurait gouverné son diocèse sans être inquiété - et ne serait pas mort martyr.

Le Martyrologe actuel incline plus pour la deuxième hypothèse.

On va peut-être plaider pour l’existence de deux Barsimée…

Saint Barsimée d’Edesse est commémoré le 30 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 08:28

Bebaia d'Edesse

† 113

 

Se reporter à la notice Sarbel d'Edesse et Bebaia

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 23:54

Bretannio de Tomes

† 380

 

Bretannio fut évêque de Tomes (Scythie, act. Constanția, Roumanie O), au quatrième siècle.

Sa célébrité lui vint de son attachement à la doctrine du concile de Nicée (325) et de son attitude ferme envers l’empereur Valens, qui cherchait au contraire à attirer les évêques dans le parti arianiste.

Vers 368 donc, Valens arriva à Tomes et se rendit à l’église où l’attendaient l’évêque Bretannio et la foule des fidèles. Bretannio lui répondit avec une liberté tout apostolique qu’il n’y avait qu’un seul symbole et une seule vraie foi, selon lesquels nous croyons que Jésus-Christ est vraiment Dieu et vraiment Fils de Dieu.

Valens essaya d’insister, mais Bretannio sortit de l’église, suivi de toute la foule, et gagna une autre église. Valens, furieux, fit arrêter l’évêque et l’envoya en exil.

Il fut cependant obligé de le rappeler peu après, car les Scythes protestèrent fortement et réclamèrent leur évêque avec insistance ; l’enjeu pour Valens était de taille : si la population de cette région limitrophe se soulevait, c’était la sûreté même de l’empire qui était menacée. Il céda, mais par calcul, non pour la doctrine chrétienne.

Bretannio envoya à s.Basile de Césarée (v. 1er janvier) le corps du célèbre Martyr Sabas le Goth (v. 12 avril), à quoi Basile répondit par une lettre qui nous est parvenue.

Bretannio mourut en paix, vers le début du règne de Théodose le Grand, mais avant le concile de Constantinople de 381, où se trouvait son successeur Gerontius, donc vers 380.

Saint Bretannio de Tomes est commémoré le 25 janvier dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 19:57

Babylas d’Antioche

† 250

 

La ville d’Antioche (act. Antakya, frontière syro-turque) est le siège patriarcal le plus ancien de l’Eglise ; c’est là que s.Pierre s’établit avant d’aller à Rome.

On ne connaît rien de la personne de Babylas, jusqu’à son accession au siège épiscopal d’Antioche, dont il devenait en 237 le treizième titulaire.

S.Jean Chrysostome (v. 14 septembre) rapporte un unique fait, caractéristique, dit-il, de cet évêque, car il permet de juger avec une entière assurance qu’il n’a jamais donné même une parole à la faveur ou à la haine, à la crainte ou à la flatterie.

Voici de quoi il s’agit. L’empereur Philippos avait été associé à l’empire par Gordianus III, et comme gage d’union et de paix il avait reçu un enfant de ce même Gordianus. Or, Philippos eut la cruauté de mettre à mort cet enfant. Lors de la solennité de Pâques, il vint à Antioche et se plaça parmi les fidèles. Babylas s’avança au-devant du prince, lui mit la main sur la poitrine, le regarda d’un œil divinement illuminé, et lui ordonna d’aller se mettre au rang des pénitents publics ; en même temps, il le menaçait, en cas de refus d’obéissance, de le chasser de l’Eglise.

Jean Chrysostome ajoute qu’on doit surtout admirer là la sagesse pleine de modération dont usa Babylas ; il remplit son ministère, sans violer le respect dû à l’empereur ; il lui eût été facile de reprocher à Philippos son meurtre par des paroles sévères : il se contenta de faire une incision suffisamment profonde pour guérir la plaie.

Ceci se passait en 244, quand l’empire était encore dans une paix relative et que les Chrétiens n’étaient pas inquiétés. Mais la persécution se déchaîna à nouveau sous Dèce. Babylas fut alors un des premiers à être jetés en prison, tant son rang et son intégrité l’avaient rendu célèbre.

On n’eut pas le temps de le torturer longuement, ni même de le condamner à mort : il mourut en prison, des suites des mauvais traitements qu’on lui imposa : faim, soif, froid…

Avant de mourir, Babylas demanda à être enterré avec ses chaînes, car il les regardait comme l’instrument de son triomphe.

La date retenue de sa mort est le 24 janvier 250.

Le Martyrologe ajoute qu’avec lui souffrirent également trois enfants, nommés Urbanus, Prilidanus et Epolonus.

Saint Babylas d’Antioche est commémoré le 24 janvier dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 22:24

Bassianus de Lodi

319-409

 

Bassianus était le fils du gouverneur païen de Syracuse (Italie, Sicile SE), qui l’envoya à Rome pour des études adéquates en vue de devenir son successeur.

Le jeune garçon cependant rencontra des Chrétiens à Rome, s’intéressa à l’Evangile, et reçut le baptême des mains d’un prêtre nommé Gordianus.

Bassianus eut sans doute la joie d’annoncer l’événement à son père, mais ce dernier entra dans toutes les fureurs et fit rechercher son fils.

Divinement averti, Bassianus partit pour Ravenne, où il reçut le sacerdoce.

En 374, Bassianus avait cinquante-cinq ans : il fut choisi pour être le premier évêque de Lodi et fut, peut-être, consacré le 19 janvier de cette année-là.

Désormais, soit que son père cessât de le poursuivre, soit qu’il mourût, Bassianus n’eut plus rien à craindre de la part de sa famille.

Quand le nouvel évêque entra à Lodi, des lépreux furent guéris. De plus, une voix céleste fit savoir que, désormais, personne ne serait atteint de cette maladie dans Lodi.

Bassianus fit construire à Lodi la première basilique des Douze Apôtres, consacrée par s.Ambroise en 387.

Bassianus connut très bien s.Ambroise (v. 7 décembre) : avec lui il combattit l’arianisme qui se répandait aussi en Occident et assista aux conciles d’Aquilée en 381 et de Milan en 390.

Ce fut encore Bassianus qui assista Ambroise à sa mort.

D’après l’inscription de sa pierre tombale, ce saint évêque mourut le 8 février 409.

Dans le Martyrologe Romain, saint Bassianus de Lodi est commémoré le 19 janvier, jour anniversaire de son épiscopat.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 20:11

Begga d’Andenne

 615-693

 

Begga était la fille de Pépin de Landen et de sa sainte épouse Itta, la fondatrice du monastère de Nivelles. Une autre fille de ces pieux parents, Gertrude, fut justement l’abbesse de Nivelles (v. 17 mars).

Mariée à Ansegisel, fils de s.Arnoud de Metz (v. 18 juillet), elle eut trois enfants (Pépin d’Héristal, Martin de Laon et Clotilde) ; elle fut bientôt veuve, car son mari fut assassiné par un certain Gundewin.

D’après une Vita  un peu  tardive (et non moins douteuse), l’assassin fut leur propre fils adoptif, qu’ils avaient recueilli. 

On présume que c’est à la suite de cet accident que Begga fonda le monastère d’Andenne, vers 691.

La fondation aurait été accompagnée de signes providentiels : une truie avec ses sept porcelets, une poule sauvage avec ses sept poussins, que les chiens de chasse ne pouvaient approcher, retenus par quelque force mystérieuse.

Begga mourut trente-trois ans après la mort de sa sœur Gertrude, vers 693.

Il ne faut pas dire que Begga fut à l’origine des béguines (du 13e siècle).

Sainte Begga d’Andenne est commémorée le 17 décembre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens