Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 09:20

Dionysios de Corinthe

† 180

 

Dionysios occupa le siège épiscopal de Corinthe pendant le règne de Marc-Aurèle (161-180).

On ne connaît rien de sa vie, de son origine, de son activité pastorale, ni de sa mort, mais on a conservé de lui de nombreuses missives qu’il écrivit à différentes communautés : Lacédémone, Athènes, Nicomédie, Crète, Amastris, Pont, Romains.

  • aux Lacédémoniens, il recommande la paix et l’unité ;
  • aux Athéniens, il rappelle leur foi des débuts : après le martyre de leur évêque Publius, ils avaient presque oublié les enseignements reçus, et son successeur, Quadratus, peinait à retrouver son troupeau ; cette même épître atteste que Denys l’Aréopagite fut le premier évêque en Athènes ; 
  • aux Chrétiens de Nicomédie, il attaque l’hérésie de Marcion ; 
  • aux Crétois, il déconseille de fréquenter les hérétiques et loue le zèle de l’évêque Philippe ;
  • aux Chrétiens d’Asie mineure, il donne un commentaire de l’Ecriture et donne de précieux avis sur le mariage et la virginité ; contrairement à la lettre à Nicomédie, il recommande la charité envers les hérétiques en leur réservant bon accueil s’ils se convertissent ;
  • la lettre à l’évêque de Cnossos (Crète) est intéressante pour les rapports entre Dionysios et l’évêque Pinyte lui-même, ainsi que la sainte ambition de Pinyte pour relever le niveau spirituel de tous ses fidèles ;
  • dans la lettre aux Romains, Dionysios loue leur évêque, le pape Soter (v. 22 avril) et la charité des Romains envers les autres Eglises.

Saint Dionysios de Corinthe est commémoré le 8 avril dans le Martyrologe Romain.

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 09:19

Dionysios d’Alexandrie

200-264

 

L’enfance de Dionysios n’est pas bien connue ; il naquit vers 200 dans une famille apparemment aisée, et païenne.

Il fit de bonnes études et prit l’habitude de lire beaucoup, surtout les auteurs anciens ; parmi ceux-ci, la grâce de Dieu lui fit découvrir les Epîtres de s.Paul, qui l’amenèrent à la conversion et au baptême.

Il se maria et eut un fils, Timotheos.

Il fréquenta les leçons d’Origène au Didascalée d’Alexandrie et fut lui-même directeur de l’école en 231.

En 247, il fut appelé au siège épiscopal d’Alexandrie et fut sacré évêque. Il devait alors vivre plus d’un quart de siècle au milieu d’agitations sociales et théologiques qui ne le laissèrent pas un instant en repos.

Dès 248, des émeutes éclatèrent dans la ville, à l’encontre des Chrétiens. Ce n’était pas encore une persécution à proprement parler, mais les agitations étaient sévères, les Chrétiens ou forcés à apostasier ou contraints à quitter leur maison. Aujourd’hui encore se répètent des cas semblables dans le monde, malheureusement.

La persécution se déclencha réellement en 250, sous l’empereur Dèce. Dionysios fut un des premiers à être concerné. Dans une lettre, il raconta comment la couronne du martyre lui échappa, bien contre son désir. L’histoire serait longue à raconter. Signalons-en un épisode : des paysans réussirent à mettre en fuite les soldats qui emmenaient Dionysios, mais lui, les prenant pour des brigands, leur affirma qu’il préférait être décapité, et eux, voulant absolument sauver leur évêque, l’emmenèrent, disons, manu militari, en le portant par les mains et les pieds, allèrent le mettre sur un âne, et le mirent en sûreté en Libye, où il attendit la fin de la persécution.

En 253, celle-ci reprit avec Valérien : qui refusait de sacrifier aux dieux serait frappé d’exil. Dionysios fut à nouveau déféré, interrogé, et condamné : il fut exilé à Képhro, puis Kollouthion en Libye. Ce n’était pas très éloigné d’Alexandrie, mais les habitants païens n’étaient pas très bienveillants envers ces Chrétiens qui les envahissaient ; cependant les Chrétiens finirent par créer une ambiance fraternelle qui conquit beaucoup de païens.

Même Dionysios finit par s’habituer à sa situation : des Chrétiens d’Alexandrie purent le rejoindre pour lui apporter des nouvelles de l’Eglise. Dionysios constatait que la persécution, loin d’affaiblir son troupeau, lui suscitait de nouvelles forces, malgré les confiscations et les exécutions qui ne manquèrent pas.

On ne sait pas comment Dionysios lui-même échappa au second édit de Valérien, ordonnant la mort de tout clerc qui aurait refusé de sacrifier aux dieux païens. Fut-il protégé par ses diocésains ? oublié ? Lui-même n’y a jamais répondu.

En 259 environ, il put reprendre son siège d’Alexandrie. Ce n’était pas pour se reposer.

Il y eut d’abord trois années d’agitations sociales, où la ville fut ravagée par une réelle guerre civile, puis par la peste. La paix et le calme revenus, Dionysios s’occupa de la doctrine millénariste et du débat sur la Sainte Trinité.

Dionysios était un homme de paix. Déjà lors de la première persécution, il accueillait les apostats repentis, alors qu’ailleurs les fameux lapsi étaient considérés comme séparés définitivement de l’Eglise. De même, Dionysios admettait la validité d’un baptême conféré par un hérétique, sans s’immiscer dans la controverse théologique : pourvu que la formule et le geste sacramentel fussent corrects. Ce qui lui importait, était la concorde dans l’Eglise.

Concernant le millénarisme, Dionysios eut une rencontre très fraternelle avec le chef de cette tendance, Corakion, qui finit par s’avouer convaincu et abandonna son erreur.

Concernant maintenant le dogme de la Sainte Trinité, les choses furent plus complexes. Au début, Dionysios s’opposa fermement à Sabellius, pour qui Père, Fils et Saint-Esprit n’étaient que des expressions successives de l’action de Dieu ; Dionysios en écrivit même au pape Xyste II (v. 6 août). Mais comme dans tout débat, il arrive qu’en redressant le timon, on donne un peu trop de l’autre côté : Dionysios sembla exagérer la distinction entre Père et Fils, allant presque dans le sens d’Arius qui affirmait que le Fils était une créature du Père.

Des gens s’inquiétèrent et prévinrent le pape Denys (v. 26 décembre) qui, condamnant certaines de ses expressions, invita Dionysios à s’expliquer mieux. Humblement, le vieux prélat écrivit un long ouvrage où il s’attachait fermement à la doctrine immuable sur la Sainte Trinité ; des théologiens avertis pouvaient encore lui signaler quelques imprécisions de langage, mais Dionysios ne devait jamais s’écarter de la Foi catholique.

En 264, Dionysios eut encore le temps et la force de condamner la doctrine de Paul de Samosate, mais dut renoncer à se rendre au concile qui devait se prononcer sur ce cas.

Dionysios mourut en 264 ou 265, chargé de mérites et d’années.

Saint Dionysios d’Alexandrie est commémoré le 8 avril dans le Martyrologe Romain. C’est la date où l’Eglise copte (égyptienne) le célèbre.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 11:32

Domninus de Thessalonique

† 304

 

De Domninus il est dit qu’il subit le martyre à Thessalonique.

D’abord battu, il eut les bras et les jambes brisés, et fut abandonné sans nourriture hors de la ville, pendant sept jours, au terme desquels il rendit son âme à Dieu.

Il aurait eu des Compagnons de martyre, qui ne sont pas nommés.

Ce pouvait être vers 304.

Saint Domninus de Thessalonique est commémoré le 30 mars dans le Martyrologe Romain.

 

​​​​​​​

Partager cet article
Repost0
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 22:54

Dula de Nicomédie

† 308 ?

 

De Dula, on sait ceci : qu’elle mourut le 25 mars à Nicomédie.

Elle aurait été la servante d’un soldat, ce qui fit dire que, voulant conserver sa virginité, elle résista aux avances de l’homme, qui la tua.

On en vint à dire que le soldat avait agi en haine de la foi, faisant ainsi de Dula une martyre. A-t-on pour autant le droit de la situer durant la persécution de Dioclétien ? Les probabilités sont égales d’un côté comme de l’autre.

Sainte Dula de Nicomédie est commémorée le 25 mars dans le Martyrologe Romain.

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 19:20

Dionysius à Césarée de Palestine

† 305

 

Pour les deux Martyrs de ce nom, se reporter à la notice Césarée (Huit Martyrs - 305)

Partager cet article
Repost0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 14:24

Dorotheos de Nicomédie

303

 

Se reporter à la notice Petros, Dorotheos et Gorgonios de Nicomédie

Partager cet article
Repost0
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 14:20

Domnas martyr à Nicomédie 

303

 

Se reporter à la notice Mygdon et ses six Compagnons à Nicomédie

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 17:29

Dionysios d’Alexandrie

?

 

Voir la notice Alexandrie (Martyrs en)

 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 23:25

Dacianus d’Abitène

† 304

 

Voir la notice générale Abitène (Martyrs d’ - 304)

Ce Chrétien était un des quarante-neuf Martyrs de cette ville.

Partager cet article
Repost0
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 23:25

Dativus Sanator d’Abitène

† 304

 

Voir la notice générale Abitène (Martyrs d’ - 304)

On a parfois présenté Dativus comme un Senator, alors qu’il s’appelait apparemment Dativus Sanator, celui qui «guérissait», un médecin.

En outre, il était peut-être aussi lecteur.

Dativus fut interrogé le premier.

Il déclara courageusement qu’il avait pris part à une assemblée, mais il refusa de nommer le chef de cette assemblée.

On l’étendit alors sur le chevalet, et son corps fut déchiré par les pointes de fer.

Peu après, les bourreaux revinrent à lui. Celui-ci demeurait calme au milieu des tourments ; il ne cessait de déclarer qu’il avait pris part à l’assemblée, oui, mais qu’elle n’avait été organisée par aucun des frères. C’était une façon habile d’éviter de nommer le prêtre.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens