Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2024 1 22 /04 /avril /2024 23:00

José Torres Padilla

1811-1878

José naquit le 25 août 1811, un des quatre enfants de parents très croyants, Francisco de Torres Bauta et María Padilla Cabeza, qui habitaient à San Sebastián de la Gomera (Tenerife, Iles Canaries, Espagne).

Au baptême, l’enfant reçut les noms de José Francisco Luis de los Dolores (des Douleurs).

Dans les diverses notices qu’on peut trouver, il n’est pas beaucoup fait mention des trois frères et sœur aînés de José, deux garçons et une fille.

Le papa, un bon paysan, emmenait souvent son petit garçon à la ferme ; José remarqua que son papa faisait trois signes de croix sur ce qu’il semait ; il lui expliqua qu’un tiers de sa récolte servirait à l’église et à la liturgie, un autre tiers serait pour aider les pauvres, et le troisième tiers serait pour nourrir la famille.

Avec un tel papa, le petit José ressentit bien vite en son âme le désir d’être prêtre. Sa pieuse maman lui arrangea un petit autel à la maison, et José conçut le vif désir d’étudier pour devenir prêtre. Dès ses premiers pas à l’école, il montra un enthousiasme peu commun pour apprendre tout ce qu’on lui enseignait, avec un intérêt très profond et une excellente mémoire.

On raconte dans toutes les notices que, à l’âge de cinq ans, il voulut imiter des camarades plus grands, en sautant au-dessus d’un puits, mais qu’il manqua le but et tomba dans ce puits, qui était fort profond. Il fallut du temps pour alerter l’entourage, accourir et sauver l’enfant : miraculeusement, José était bien vivant ! L’enfant attribua toute sa vie à une intervention céleste le fait d’avoir échappé ainsi à la mort.

Une autre épreuve, plus douloureuse encore, marqua l’enfance de José : son papa mourut bientôt d’une grave maladie, et sa maman en mourut de douleur elle aussi le même jour. Ce fut une bonne parente qui accueillit alors les quatre orphelins pour les élever comme ses propres fils.

Mais José ressentit en lui une mystérieuse impulsion à se détacher de cette maison et vint à la ville de La Laguna, où il vécut quelques temps d’aumônes. Puis l’évêque du lieu le rencontra, s’intéressa à ce pauvre petit garçon, et l’invita à table au palais épiscopal. Des camarades qui le connaissaient l’appelaient grand-père ou le vieux, tant il était réservé et attaché à la prière.

José se mit à étudier le latin tout seul, et fut reçu à l’examen en 1829 ; en 1830, il passa l’examen des Humanités puis commença la philosophie.

Puis l’université ferma ses portes, et José étudia pendant deux années la Logique et les Mathématiques et, en 1833, devant un jury de professeurs, passa avec succès son examen.

La même année, José se rendit à Cadix mais, à cause d’une épidémie de choléra, il vint à Valencia pour la deuxième année de philosophie. Puis il se rendit à Séville, où de providentielles rencontres lui permirent de préparer la troisième année de philosophie, qu’il acheva en juin 1835.

Cette année-là, José devait commencer la théologie, mais les temps étaient difficiles et l’on craignait que l’évêque fût empêché de conférer les Ordres ; aussi l’on abrégea la préparation et José reçut les ordres mineurs, le sous-diaconat et le diaconat en cette même année 1835.

En février 1836, il fut ordonné prêtre.

Les années suivantes, José s’efforça de rattraper son retard dans les études de théologie, qu’il acheva en 1842. Mais il ne se contenta pas des matières théologiques : tout ce qu’il pouvait lire et apprendre, il le retenait, au point qu’on le considérait comme un livre ouvert pour sa science vraiment étendue.

Bien que remarquables, ce ne furent pas les dons intellectuels de José qui lui valurent la réputation dont il jouit très vite à Séville, mais ce furent ses réelles vertus de sainteté ; populairement, on l’appelait même El Santero (le Saint) ; c’est ainsi qu’il dut assumer la direction spirituelle de plusieurs âmes privilégiées, dont le procès de béatification est en cours ou est même arrivé à sa conclusion, dans le cas de María des Anges Guerrero González (Ángela de la Croix, canonisée en 2003, v. 2 mars) : c’est d’ailleurs en collaboration avec celle-ci que don José fonda l’Institut des Sœurs Servantes de la Croix.

Don José chercha toujours un style de vie très austère, dans une grande pauvreté et une admirable sobriété. Il fut apprécié pour sa grande dévotion à la Sainte Mère de Dieu et à l’Eucharistie.

Ce saint prêtre, qui préférait vivre dans une austère solitude cachée, fut chargé de plusieurs missions importantes : professeur de théologie au séminaire de Séville en 1842, puis professeur d’histoire ecclésiastique et de patrologie en 1857, chanoine à la cathédrale en 1871, … et théologien au concile de Vatican I, sur demande expresse du pape Pie IX.

Don José Torres Padilla s’éteignit à cette vie terrestre le 23 avril 1878 ; il avait 67 ans.

En 2018, la guérison totale et immédiate d’une Religieuse atteinte de thromboembolie massive avec infarctus pulmonaire, fut le miracle reconnu pour la prochaine béatification, en 2024.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2024 6 09 /03 /mars /2024 00:00

Jean de Sébaste

320

Voir la notice Sébaste 320 (Quarante Soldats Martyrs), au 9 mars.

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2022 6 03 /09 /septembre /2022 23:00

Jean-Paul Ier pape
1912-1978

Albino Luciani naquit le 17 octobre 1912 à Canale d’Agordo (Belluno, Italie N), aîné des quatre enfants (Federico, Edoardo, Nina) de Giovanni Luciani, verrier à Murano, et Bortola Tancon, une fervente chrétienne.
Ce n’est pas le papa qui encouragea son fils dans la voie cléricale, mais la maman ; l’enfant entra au Petit séminaire de Feltre, puis au Grand de Belluno. Ses excellents résultats le firent envoyer compléter sa formation à l’Université Grégorienne de Rome, où il recevra le doctorat en théologie ; sa thèse s’intitule «Origine de l’âme dans la pensée de Rosmini».
Il fut ordonné prêtre en 1935.
Il fut d’abord vicaire à Canale d’Agordo, fut nommé professeur à l’Institut Technique Minier, puis au Grand séminaire de Belluno, dont il sera aussi vice-directeur en 1937.
En 1958, il fut consacré évêque pour le diocèse de Vittorio Veneto. Dans cette ville, il s’occupa d’un scandale financier organisé par deux de ses prêtres : l’évêque refusa de couvrir ces coupables et remboursa toutes les victimes grâce à la vente de biens et trésors du diocèse.
En 1966, éclata aussi un véritable schisme dans une petite paroisse du diocèse, où les habitants voulaient un autre curé que celui nommé par leur évêque ; on en arriva à la fermeture officielle de l’église et, finalement, à l’établissement d’une réelle communauté orthodoxe de rite byzantin, parallèlement à la communauté catholique, rétablie dans cette commune.
En 1969, après la clôture du concile de Vatican II, Mgr Luciani fut nommé patriarche de Venise ; en 1972, vice-président de la Conférence Episcopale Italienne ; en 1973, cardinal.
En 1978, il succéda au pape s.Paul VI, prenant le nom de Jean Paul, en mémoire des papes Jean XXIII et Paul VI.
C’est ce deux-cent soixante-troisième pape qui inaugura les discours à la première personne du singulier (au lieu du "nous"), et renonça à porter la tiare pontificale.
Ce légendaire pape du sourire affirma aussitôt son aversion pour l’avortement et la contraception, ainsi que pour la politique communiste.
Jean Paul I
er mourut subitement au matin du 28 septembre 1978, après trente-trois jours de pontificat.
On ne reprendra pas ici les nombreux textes faisant allusion à une présumée conspiration ayant aboutit à l’assassinat de ce saint Pape.
La cause de béatification de Jean Paul I
er fut ouverte en 1990. Une guérison miraculeuse obtenue par l’intercession du Pape défunt, aboutit à sa béatification, prévue pour 2022.
Jean Paul I
er sera inscrit au Martyrologe le 28 septembre.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 00:00

Jadwiga Töpfer
1887-1945

Jadwiga Töpfer naquit le 26 août 1887 à Neiße Oberneuland (act. Nysa, Pologne).
Elle émit les vœux religieux chez les Sœurs de Sainte-Elisabeth, avec le nom de Maria Adelheidis.
Son martyre eut lieu le 24 mars 1945, à Neiße Oberneuland (act. Nysa, Pologne).
Jadwiga Töpfer sera béatifiée en 2022, et inscrite au Martyrologe le 24 mars (pour ses neuf Compagnes, voir aux 20, 23 et 25 février, 1er mars, 2 et 11 mai).

Partager cet article
Repost0
18 mars 2022 5 18 /03 /mars /2022 15:52

Jirays anā āle

1879-1917

 

Jirays anā āle naquit le 3 mai 1879 à Baabdāt (Liban), cinquième des six enfants d’un couple très croyant.

En 1885, il entra au séminaire Saint-Stéphane des pères Capucins et recevra l’habit en 1899. Lors de sa profession, il prit le nom de Thomas (en arabe : Thūmā).

En 1904, il fut ordonné prêtre.

Son activité sacerdotale et missionnaire se déroula à Mardin, Kharput et Diyarbakir.

Le 22 décembre 1914, il fut contraint de quitter ce couvent et de se réfugier dans celui d’Urfa. Jusqu’en 1916 cependant, il devra se cacher pour échapper aux recherches de la police et aux arrestations en masse.

Le 4 janvier 1917, il fut arrêté pour avoir hébergé un prêtre arménien, et condamné à mort.

Il fut traîné d’un endroit à l’autre, torturé de mille façons, il attrappa le typhus. Arrivé épuisé à Kahramanmaraş, il expira le 18 janvier 1917 (et non le 28 février, sans doute une erreur). Ses dernières paroles furent : J’ai pleine confiance en Dieu, je n’ai pas peur de la mort.

Jirays anā āle-Thūmā sera béatifié en 2022 et inscrit au Martyrologe le 18 janvier.

Partager cet article
Repost0
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 00:00

José Becerra Sánchez

1875-1936

 

José Becerra Sánchez naquit le 7 mars 1875 à Alhama (Grenade, Espagne).

Il fut ordonné prêtre en 1902, nommé vicaire à Loja et Padul. En 1922, il fut nommé dans la paroisse de sa naissance, Alhama de Grenade.

On retrouva son cadavre à Málaga, le 19 septembre 1936.

José Becerra Sánchez devrait être béatifié en 2022, et inscrit au Martyrologe le 19 septembre.

Partager cet article
Repost0
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 00:00

Juan Bazaga Palacios

1904-1936

 

Juan Bazaga Palacios naquit à Villa de Benamargosa (Grenade, Espagne) le 8 décembre 1904, en la fête de l’Immaculée Conception.

Il fut aux séminaires de Saint-Sébastien puis de Málaga, et reçut l’ordination sacerdotale en 1929.

On l’envoya exercer son ministère à Capileira et Herradura.

Arrêté, il fut fusillé le 11 août 1936, pas très loin de son pays natal, au lieu-dit Rosal de la Fuente Santa.

Juan Bazaga Palacios devrait être béatifié en 2022, et inscrit au Martyrologe le 11 août.

Partager cet article
Repost0
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 00:00

José María Polo Rejón

1890-1936

 

José María Polo Rejón naquit le 28 février 1890 à Monachil (Grenade, Espagne).

Il commença le séminaire en 1904, et fut ordonné prêtre en 1918.

D’abord vicaire à Zujaira, puis à Sainte-Catherine de Loja et Sainte-Croix de Comercio, il fut curé à Domingo Pérez et enfin à Arenas del Rey, chargé de Fornes.

C’est dans cette localité que, le 6 août 1936, il souffrit le martyre.

José María Polo Rejón devrait être béatifié en 2022, et inscrit au Martyrologe le 6 août.

Partager cet article
Repost0
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 00:00

José Antonio Rescalvo Ruiz

1880-1936

 

José Antonio Rescalvo Ruiz naquit le 20 mai 1880 à Juviles (Grenade, Espagne).

En 1894, il entra au séminaire ; ordonné prêtre, il fut curé à Castell de Ferra et Calahonda, puis à Pampaneira, et Trevelez.

Le 29 septembre 1936, il fut arrêté et conduit devant le Comité populaire, qui le condamna à mort, pour son délit d’être prêtre. Il fut fusillé à quelques mètres de la ferme où il avait trouvé refuge, à Cádiar.

José Antonio Rescalvo Ruiz devrait être béatifié en 2022, et inscrit au Martyrologe le 29 septembre.

Partager cet article
Repost0
20 février 2022 7 20 /02 /février /2022 00:00

Juliana Kubitzki
1905-1945

Juliana Kubitzki naquit le 9 février 1905 à Dąbrówka Dolna (Pokój, Namysłów, Pologne).
Elle émit les vœux religieux chez les Sœurs de Sainte-Elisabeth, avec le nom de Maria Edelburgis.
Son martyre eut lieu le 20 février 1945, à Żary (Pologne), quelques jours après son quarantième anniversaire.
Juliana Kubitzki sera béatifiée en 2022, et inscrite au Martyrologe le 20 février (pour ses neuf Compagnes, voir aux 23 et 25 février, 1er et 24 mars, 2 et 11 mai).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Liens