Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 23:13

Jeanne Véron 

1766-1794

 

Jeanne naquit le 6 août 1766 à Quelaines (Mayenne).

Entrée chez les Filles de la Charité, elle faisait la classe aux enfants et s’occupait des malades. 

En 1783, elle assista Françoise Tréhet (v. 13 mars) pour l’ouverture d’une école à Saint-Pierre-des-Landes.

En plus, au moment de la persécution causée par la Révolution, elle abrita et cacha des prêtres.

Dénoncée et découverte, elle fut arrêtée et condamnée à mort. A cause de ses infirmités, on la poussa sur son fauteuil jusqu’au lieu du supplice et elle fut guillotinée à Ernée (Laval), le 20 mars 1794, une semaine après Françoise Tréhet.

Jeanne Véron a été béatifiée en 1955, en même temps que Françoise Tréhet et que les Quatorze Martyrs de Laval (voir cette notice).

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 00:00

Jacinto García Chicote

1891-1936

 

Voir les détails connus des moines de Viaceli dans la notice de Julián Heredia Zubia

Né le 16 août 1891 à Támara de Campos (Palencia, Espagne).

Entré chez les moines Trappistes comme Convers, il prit le nom de Eustaquio.

Il fut martyrisé à Santander (Cantabria) le 4 décembre 1936 et béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 06:07

Juan Bautista Ferris Llopis

1905-1936

 

Né le 24 mars 1905 à Algemesí (Valencia, Espagne).

Entré chez les moines Trappistes, il fut ordonné prêtre.

Il fut martyrisé à Santander (Cantabria) le 3 décembre 1936 et béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2015 4 03 /12 /décembre /2015 00:07

Julián Heredia Zubia

1875-1936

 

Né le 16 février 1875 à Larrea (Álava, Espagne).

Entré chez les moines Trappistes, il prit le nom de Pio et fut ordonné prêtre.

Il fut martyrisé à Santander (Cantabria) le 3 décembre 1936 et béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 00:00

Joscio de Sithiu

† 1163

 

De l’immense et magnifique abbaye bénédictine Saint-Bertin à Sithiu (act. Saint-Omer, Pas-de-Calais), il ne subsiste qu’un clocher en partie effondré en 1947, suite aux bombardements de la guerre mondiale. L’église s’élevait à vingt-cinq mètres avec une tour de quarante-huit mètres.

Dans l’abbaye, fondée au 7e siècle,  vivait au 12e siècle notre Joscio, un frère convers.

Ce dernier, rempli d’amour pour la Sainte Vierge Marie, récitait chaque jour, dit-on, cinq hymnes ou psaumes commençant respectivement par les cinq lettres de MARIA : 

  • Magnificat (Lc 1:46-55)
  • Ad Dominum cum tribulater (Ps 119)
  • Retribue (Ps 118:17-24 ; cette strophe commence maintenant par Benefac, selon la Vulgate corrigée)
  • In convertendo (Ps 125)
  • Ad te levavi (Ps 122)

Il mourut, d’après une tradition, le 30 novembre 1163.

Après sa mort, fleurirent des roses qui sortaient de sa bouche, de ses yeux et de ses oreilles.

Joscio n’est pas mentionné au Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 13:38

Jesús Miquel Girbau

1897-1936

 

Jesús naquit le 24 mars 1897, veille de l’Annonciation, et pour cela porta le nom de Celui qui fut conçu par Marie, notre Sauveur Jésus-Christ.

Il naquit à Palafrugell (Girona, Catalogne, Espagne).

Entré en 1912 chez les Capucins à Arenys de Mar, il y reçut l’habit et le nom de Timoteu.

Après la profession solennelle en 1916, il reçut le sacerdoce en 1919.

Etant à Sarrià, il devait, par décision du chapitre, se rendre à un autre couvent, mais il put seulement sortir de Barcelone et rejoindre Olot.

Son refuge fut cependant vite découvert. On le convoqua, on le conduisit en prison, d’où on l’emmena avec onze autres prisonniers, pour les fusiller aux environs d’Olot, le 31 octobre 1936.

Le père Timoteu fut béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 12:17

Joan Vilá Colomé

1880-1936

 

Joan Vilá Colomé était né le 19 novembre 1880 à Calella de la Costa (Barcelone, Catalogne, Espagne).

Il reçut l’habit capucin en 1898 à Arenys de Mar, prit le nom de Josep, fit la profession et fut ordonné prêtre le jour de la fête de saint Joseph, 19 mars 1904.

Après divers postes en différents couvents, il se trouva dans celui de Notre-Dame-de Pompéi à Barcelone au moment de la guerre civile de 1936.

Il dut se cacher au domicile d’une famille qu’il connaissait. Quelqu’un le dénonça ; un milicien lui demanda s’il était moine et il répondit : Je suis le père José de Calella.

Le père Josep fut martyrisé à Barcelone le 9 septembre 1936, et béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 11:22

Juliá Gibrat Marcé

1880-1936

 

Juliá naquit le 24 mars 1880 à Vicenç de Besalú (Girona, Catalogne, Espagne).

Il prit l’habit capucin à Arenys de Mar en 1895, avec le nom de Vicente de Besalú.

Il fit la profession temporaire en 1896, et la solennelle en 1899.

Ses études de philosophie furent particulièrement brillantes ; après les quatre années de théologie, il reçut le sacerdoce en 1903.

Sa vie était toute eucharistique et mariale.

Quand éclata la révolution de 1936, il se trouvait à Olot et chercha à se réfugier là où c’était possible, puisque le couvent était fermé d’office par les autorités.

Il se fit valet à la campagne, et surveilla les bœufs ; cherchant à passer inaperçu, il s’habilla en mendiant, mais justement quand il demandait l’aumône, il fut arrêté par des miliciens et conduit au Comité ; sur le moment, ils ne le reconnurent que comme mendiant, mais c’est lui qui, spontanément, se déclara prêtre. On se mit alors à le maltraiter et à l’insulter.

Un bref interrogatoire, puis la condamnation à mort ; on le conduisit au lieu de l’exécution. Vicente leur demanda à être fusillé de face et non de dos. C’était le 23 août.

Le père Vicente fut béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 10:01

Josep Vilalta Saumell

1912-1936

 

Josep vit le jour le 11 juin 1912 à Miralcamp (Lleida, Espagne).

Il entra à onze ans (1923) au petit séminaire diocésain de Solsona, mais l’année suivante entra au collège séraphique (capucin).

En 1927, il reçut l’habit, avec le nom de Tarsici (sur s. Tarsicius, v. 15 août).

L’année suivante (1928), il fit la profession et commença la philosophie.

En 1932, il pouvait passer à la théologie, mais il devait faire le service militaire, de sorte qu’il ne fit la profession solennelle et put recevoir le sacerdoce qu’en 1935.

On le destina à l’enseignement au petit séminaire, en même temps qu’il étudiait la musique et se préparait à la prédication.

La révolution de 1936 éclata alors qu’il se trouvait au couvent de Borges Blanques. Il trouva refuge chez des amis. Mais comme les hommes de son année étaient réquisitionnés et que le gouvernement semblait «protéger» les soldats, il se présenta volontiers, accompagné du maire. On l’envoya dans un bureau, car il était «intellectuel», mais on le reconnut comme Religieux et il se retrouva en prison ; le 5 août, on l’envoya à la capilla (chapelle), c’est-à-dire dans la salle où l’on entassait les condamnés à mort. 

Au soir du 19, on vint en appeler soixante-douze, dont le père Tarsici, qu’on conduisit devant le mur du cimetière pour les fusiller. 

Martyrisé le 19 août 1936, le père Tarsici fut béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 09:42

Josep Alcina Casas

1907-1936

 

Josep eut l’heur de naître le jour de l’Immaculée Conception, 8 décembre 1907, à Montclar (Lleida, Espagne).

En 1924, il prit l’habit capucin à Manresa et le nom de Agustí, professa l’année suivante et reçut le sacerdoce en 1932. L’évêque qui l’ordonna, archevêque de Barcelone, était Mgr Manuel Irurita Almándoz, qui fut martyrisé le 4 décembre 1936, mais dont la cause n’a pas encore été conclue.

A peine ordonné, Agustí fut nommé secrétaire provincial, en vertu de ses dons littéraires, qu’il dissimulait derrière sa grande humilité et sa profonde piété.

Quand la guerre civile éclata (juillet 1936), il quitta son couvent comme tous les autres Religieux et trouva accueil chez des particuliers. Plusieurs fois, il échappa à des fouilles et des interrogatoires, mais «quelqu’un» le dénonça : une patrouille vint chercher le moine. Agustí se présenta spontanément : C’est moi, le Religieux. Il était trois heures de l’après-midi, l’heure où mourait Notre-Seigneur sur la croix.

On emmena Agustí. A l’endroit de l’exécution, il demanda un moment pour se préparer à la mort ; on le lui permit. Mais un des miliciens s’impatienta et lui déchargea son arme. Agustí tomba, criblé de balles, le 13 août 1936, à Pedralbes (Barcelone).

Il fut béatifié en 2015.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens