Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 00:00

John Larke

? -1544

 

On ne connaît presque rien de sa jeunesse. Il passe pour avoir été docteur de l’université, mais on ne sait pas laquelle.

Il fut curé à St.Ethelburga (Londres) de 1504 à 1542, momentanément curé à Woodford (Essex) en 1526-1527, puis transféré à l’église de Chelsea par le chancelier Thomas More, avec qui il était très ami (v. 6 juillet).

D’ailleurs, le martyre de Thomas More le fit profondément réfléchir : alors qu’il avait d’abord signé l’Acte de Suprématie, il le renia par la suite et suivit les traces de Thomas More.

Il fut traduit en justice en février 1543 ou 1544, avec le prêtre John Ireland, et le laïc German Gardiner. Tous trois furent condamnés à mort et exécutés le 7 mars suivant. Un autre laïc renia sa foi et ne fut pas exécuté. Un autre prêtre, Robert (ou John) Singleton, fut exécuté le même jour, mais n’apparaît pas dans les causes de béatification.

John Larke et German Gardiner eurent leur culte confirmé en 1886, avec valeur de béatification, tandis que John Ireland fut béatifié en 1929.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 21:23

John Farmer

†1584

 

Voir la notice John Finch

Partager cet article
Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 09:31

 

John Pibush

?-1601

 

John naquit à Thirsk (Yorkshire N, Angleterre), de Thomas Pibush et Jane.

En 1580, il vint au Collège anglais de Reims où il fut ordonné prêtre en 1587.

On connaît peu de détails sur ses activités, mais c’est sa captivité qui fut particulièrement mouvementée.

Retourné en Angleterre en janvier 1588, il fut arrêté en 1593 à Morton-in-Marsh (Gloucestershire) et conduit à Londres. De là, on l’envoya à la prison de Westminster, pendant un an. Un premier jugement le chargea du crime d’être prêtre, mais ne le condamna pas tout de suite.

Remis en prison à Gloucester, il s’échappa en février 1594, mais fut repris vingt-quatre heures après à Matson et ramené à Gloucester, d’où on l’expédia à Marshalsea (Londres).

A nouveau jugé à Westminster en juillet 1595, on le condamna pour haute trahison. Il dut cependant rester en prison à Marshalsea ; en fin d’année, il se trouvait à la Queen’s Bench Prison, où il demeura encore plus de cinq années.

John Pibush mourut en martyr à Southwork (Londres) ou à Camberwell, le 18 février 1601.

Il fut béatifié en 1929 parmi cent-sept Compagnons, d’Angleterre et du Pays de Galles.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 06:45

John Speed

?-1594

 

John Speed (ou Spence) naquit à Durham (Angleterre).

Il fut accusé d’avoir prêté assistance à John Boste (v. 24 juillet) : en effet, il l’accompagnait d’une maison à l’autre durant ses déplacements parmi les Catholiques.

Il fut arrêté avec John Boste chez Madame Grace Claxton qui, elle, échappa à la mort parce qu’elle avait un petit enfant.

John Speed mourut en martyr à Durham, le 4 février 1594.

Il fut béatifié en 1929 parmi cent-sept Compagnons, d’Angleterre et du Pays de Galles, et canonisé en 1970 parmi les Quarante Martyrs anglais et gallois.

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 00:00

Jacques Salès

1556-1593

 

Il naquit le 21 mars 1556 à Lezoux (Puy-de-Dôme), d’un père attaché au service de l’évêque, ce qui valut au garçon une bourse pour étudier au collège jésuite de Billom.

Jacques, unique fils de ses parents, hésita un peu avant de parler de sa vocation, car il savait que ses parents comptaient sur lui. Mais l’appel de Dieu fut plus fort.

Ayant postulé son admission, Jacques fut envoyé suivre le cours de rhétorique au Collège de Clermont de Paris, puis fit le noviciat à Verdun.

Il fit la profession en 1575 ; on l’envoya faire la philosophie à Pont-à-Mousson et il repartit au Collège de Clermont d’où il sortit maître ès arts ; en même temps qu’il faisait la théologie au même Collège, il enseignait à Pont-à-Mousson.

Ordonné prêtre en 1585, son enseignement philosophique provoqua une réelle admiration ; il reçut aussi, en 1587, le doctorat en théologie.

Cette célébrité ne l’aveuglait pas ; sa dévotion allait à l’Eucharistie ; son désir, aux missions des Indes ; son aspiration suprême, au martyre.

Fin 1589, il fut envoyé se reposer à Dole (Jura), d’où il partit prêcher à Ornex, répandant la dévotion eucharistique.

En 1590, il fut nommé théologien à Tournon, d’où il «missionna» jusqu’à Valence, et Aubenas.

C’est en partant pour cette dernière localité qu’il eut un pressentiment, et se sépara d’un Confrère avec ces mots : Adieu, mon frère, priez pour nous, nous allons à la mort !

Accompagné du Frère Guillaume Saultemouche, il prêcha à l’assistance d’Aubenas, ainsi qu’aux localités voisines de Largentière, Chassiers, Ruoms. 

Un débat devait avoir lieu avec un représentant de la religion calviniste, mais il n’osa se présenter ; les protestants voulurent se venger et reprendre Aubenas.

Jacques le comprit, revint vite à Aubenas et adjura les habitants de rester fidèles. Il se réfugia chez une pieuse dame protestante, qui se convertit.

Au matin du samedi 6 février 1593, des soldats les arrêtèrent, leur demandèrent leur argent (ils n’avaient que trente sous), et les entraînèrent devant le juge.

Ils furent enfermés, on leur proposa un potage gras, qu’ils ne prirent pas car, à l’époque, on faisait maigre le samedi. Des discussions eurent lieu sur le jeûne et l’abstinence, sur l’Eucharistie, et reprirent le lendemain dimanche. 

D’après le ministre protestant, il fallait exécuter les deux Jésuites, mais les soldats s’y refusaient. On entraîna les deux prisonniers dans la rue : un coup d’arquebuse tiré à bout portant tua le père Jacques Salès, avec un coup de dague ; le Frère Saultemouche, qui professait son attachement à la doctrine du père Salès, reçut dix-huit coups de poignard.

On s’acharna sur les cadavres, qui furent traînés à travers les rues et jetés parmi les immondices. Des catholiques les inhumèrent. Une pieuse femme de Ruoms, Madame de Chaussy, les fit enlever dans la chapelle de son château : elle put en conserver une partie, tandis que les Jésuites remirent les restes dans leur collège d’Avignon. Plus tard, Madame de Chaussy remit ses reliques aux collèges d’Aubenas et de Tournon.

Le dossier des deux Martyrs ne tarda pas à être préparé, mais la cause traîna. 

Jacques Salès et Guillaume Saultemouche, martyrisés le 7 février 1593, furent béatifiés en 1926.

Un des miracles retenus pour cette cause, fut la conversion totale et la persévérance dans la foi catholique de toute la ville d’Aubenas.

Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 00:00

John Nelson

1535-1578

 

John était né vers 1535 à Skelton (York) et avait quatre frères.

En 1573, il passa à Douai pour se préparer au sacerdoce et reçut l’ordination à Binche (Hainaut) de l’archevêque de Cambrai, en 1576. 

On croit qu’il entra dans l’ordre des Jésuites peu après.

Deux de ses frères allèrent aussi se préparer au sacerdoce à Douai.

John partit en mission en Angleterre en novembre 1576, à Londres. Vers la fin du mois, après avoir pratiqué un exorcisme, le démon chassé «prophétisa» qu’il allait être arrêté et condamné.

Dès le 1er décembre, il fut arrêté le soir, tandis qu’il priait le bréviaire (il en était au Nocturne de Matines, qu’on appelle maintenant la Lecture, et qui se lisait habituellement la veille au soir du jour concerné).

On l’enferma à Newgate, suspecté d’être papiste.

Après une semaine, il fut interrogé et refusa de reconnaître l’autorité de la Reine sur l’Eglise. Considérant ainsi la Reine comme schismatique, il était passible de mort : il y fut condamné le 1er février 1578.

On le relégua au fond d’un profond souterrain de la Tour de Londres où, nourri au pain et à l’eau, il put célébrer la Messe.

Le jour de son exécution, il put revoir quelques membres de sa famille, mais refusa de rencontrer des ministres protestants. Au moment de son exécution, il refusa de demander pardon à la Reine qu’il n’avait jamais offensée. Puis il pria en latin, avec quelques catholiques présents. Au moment d’être pendu, à Tyburn, il déclara : Je pardonne à la Reine et aux auteurs de ma mort.

C’était le 3 février 1578. 

Le culte rendu à John Nelson fut reconnu en 1886, ce qui équivalait à la béatification.

Partager cet article
Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 00:00

Jeanne de Lestonnac

1556-1640

 

Jeanne fut la fille de Richard de Lestonnac, un catholique convaincu, et de Jeanne Eyquem de Montaigne, une fervente protestante qui était la sœur de Michel de Montaigne. Jeanne était donc la nièce du célèbre philosophe sceptique, auteur du fameux Que sais-je ?

Michel de Montaigne la décrivit ainsi : Très pieuse, d’humeur joyeuse, intelligente et belle, la nature en avait fait un chef d’œuvre, alliant une si belle âme à un si beau corps et logeant une princesse en un magnifique palais.

L’Esprit-Saint lui parla intérieurement : Ne laisse pas s’éteindre l’appel que j’ai allumé dans ton cœur.

En 1572, Jeanne épousa la baron Gaston de Montferrand-Landiras, dont elle eut sept enfants, quatre seulement parvenant à l’âge adulte.

Veuve en 1576, Jeanne essaya la vie religieuse, à laquelle elle avait déjà songé dans sa jeunesse ; elle fit un essai de six mois chez les Cisterciennes Feuillantines de Toulouse, avec le nom de Jeanne de Saint-Bernard ; mais la règle était trop austère et elle dut renoncer.

Priant et cherchant, elle eut une vision : une multitude de jeunes filles en danger l’appelaient au secours, avec la Vierge Marie qui attendait sa réponse. Jeanne comprit : elle fondera avec quatre compagnes la Compagnie de Marie-Notre-Dame, une congrégation qui devait allier action et contemplation, sous le modèle et la protection de la Mère du Christ, Marie, et se vouer surtout à l’éducation des jeunes filles. Ce serait la première œuvre d’éducation féminine approuvée par l’Eglise.

Avant la reconnaissance officielle, Jeanne vint courageusement au secours des victimes de la peste à Bordeaux (1605), où elle se rendit compte de la misère des pauvres, et sentit là la présence de Jésus-Christ. Son cœur s’ouvrit encore plus à la jeunesse ; elle donnera à sa nouvelle famille des constitutions très apparentées à celles de l’ordre des Jésuites.

Fondée en 1607 sous l’appellation de Ordre de Notre-Dame, cette congrégation compta jusqu’à trente maisons, seulement en France, au moment de la mort de Jeanne (1640). Puis il y eut une implantation en Espagne, d’où les Religieuses irradièrent dans toute l’Amérique Latine.

Jeanne mourut le 2 février 1640, à quatre-vingt-quatre ans.

Elle fut béatifiée en 1900 et canonisée en 1949.

Le premier immeuble de la congrégation, rue du Hâ à Bordeaux, subsiste encore ; l’intérieur a été modifié en appartements. La chapelle, en revanche, fut affectée au culte protestant en 1805. 

L’Ordre de Notre-Dame s’est implanté dans le monde entier et, depuis 1956, s’appelle désormais Compagnie de Marie Notre-Dame, comptant un peu plus de quinze cents Religieuses.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 22:02

Josefa Teresa Albiñana y Gomar

1625-1696

 

En catalan, on écrit son nom ainsi: Albiniana i Gomar.

Elle naquit le 9 février 1625 à Benigánim (Valencia, Espagne), de Luís et Vicenta, un couple pauvre d’origine noble. Son frère jumeau, puis son père, moururent bientôt. Elle alla travailler chez un oncle, un homme assez dur qui eut tôt fait de la brutaliser pour un rien.

Elle n’étudia pas, et ne sut guère parler que dans son dialecte de Valencia. Elle fut confirmée à huit ans. Son confesseur la mettait à l’épreuve, pour l’humilier, la faisant passer pour une folle, lui ordonnant de mâchonner toujours un quignon de pain.

Or voilà que vers 1638, elle eut une vision du Christ qui lui demandait si elle voulait être son épouse ; elle accepta avec enthousiasme. Dès lors, sa vie continua en visions et révélations, qui la firent passer pour une épileptique. Quand on voulait la faire parler de ses expériences, elle parlait du O, la seule lettre de l’alphabet qu’elle connût et qui termine le terme Nazareno (Celui de Nazareth).

Inès voulut entrer dans le plus proche monastère : chez les Augustines déchaussées de Beniganim. On temporisa, à cause de sa grande simplicité d’esprit. Sur son insistance, on finit par l’accepter comme converse, en 1643 : elle prit le nom de Josefa-María de Sainte-Agnès, reçut l’habit en 1644 et fit la profession en 1645. 

Elle se vit donner toutes les corvées du couvent, pendant que les Révérendes Sœurs, qui savaient lire, chantaient l’office au chœur. Elle sut se faire la dernière de toutes, au service de chacune, même des plus jeunes. Aux récréations, les Sœurs se payaient un peu sa tête, en lui demandant par exemple quel âge elle avait, sachant d’avance qu’elle répondrait en montrant ses dix doigts, ne sachant compter davantage. Elle demanda innocemment un jour ce qu’était un scrupule, et une Sœur lui répondit que c’était du thon avec de l’oignon, ce qu’elle crut jusqu’à la fin de sa vie.

Elle s’imposait de dures mortifications et passait de longues heures en adoration devant le Saint-Sacrement.

Elle conut aussi une assez longue période de sécheresse spirituelle, durant laquelle elle dut affronter de pénibles tentations diaboliques.

Dieu la favorisa du don de prophétie, de discernement des esprits, de présence auprès de personnes en danger. Elle conseilla les rois, les théologiens.

Elle fut mourante dès 1693, mais continua de se déplacer appuyée sur son bâton. A la fin de 1695, connaissant le jour de sa mort prochaine, elle envoya des avis de décès à ses proches. Elle s’éteignit dans son couvent de Benigánim, le jour de la fête de sainte Agnès, 21 janvier 1696.

On l’appelait et on l’appelle toujours habituellement Inès de Benigánim: Josefa María de Sainte-Agnès fut béatifiée en 1888.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 00:00

Joseph Vaz

1651-1711

 

Joseph naquit le 21 avril 1651 à Benaulim (Goa, Inde), troisième des six enfants d’une famille brahmane de langue Konkanie.

Il étudia le portugais à Sancoale, le village de son père, et le latin à Baulim, le village de sa mère. Puis il fréquenta le collège des Jésuites à Goa, et étudia philosophie et théologie en vue du sacerdoce et fut ordonné prêtre en 1676.

En 1658, l’île de Ceylan fut prise par les Hollandais, qui en expulsèrent les Portugais et imposèrent le protestantisme. Joseph se porta immédiatement volontaire pour aller vivre sur l’île et assister les Catholiques.

Mais on l’envoya d’abord dans le sud de l’Inde, comme supérieur de la mission de Kannara. Il obéit.

Quand il revint à Goa, en 1684, il s’associa à l’Oratoire Saint-Filippo-Neri (v. 26 mai), récemment fondé, et dont il devint même supérieur.

Ayant (enfin) obtenu la permission de partir pour Ceylan, il s’y introduisit clandestinement, déguisé en mendiant, et aborda au port de Jaffna, en 1687.

Dans des conditions qu’on peut imaginer très difficiles et dangereuses, il visita les communautés catholiques. En 1689, il s’établit même quelque temps à Sillalai (Jaffna), où se trouvait une communauté catholique assez importante : il y exerça le ministère sacerdotal, confessa, célébra, releva le courage des fidèles, mais dut tout de même se retirer.

On sait qu’il fut pendant un an à Puttalam (1690).

En 1692, il s’installera à Kandy, capitale d’un petit royaume indépendant du centre de l’île. Il y résida sans trop de difficultés, tout en se déplaçant pour continuer ses visites pastorales. On le soupçonna bien d’être un espion au service des Portugais et fut pour cela mis en prison, mais comme il s’efforçait d’apprendre et de parler la langue locale, le Sinhala, il fut plutôt bien considéré ; mieux : lors d’une période de sécheresse, il demanda à Dieu d’accorder de la pluie et sa prière fut exaucée, alors que les moines bouddhistes n’avaient rien obtenu ! De ce fait, le roi lui accorda toute sa faveur, le libéra et l’autorisa à prêcher la religion du Christ. Nous sommes en 1696.

Grâce à la protection royale, l’abbé Joseph put alors circuler beaucoup plus tranquillement, même en territoire «hollandais» : la nouvelle de son activité parvint à l’évêque du Kerala, et même à Rome. Le légat papal voulut ériger Ceylan en diocèse et consacrer le père Vaz évêque, mais ce dernier refusa.

Il alla recevoir à Colombo trois confrères qu’on lui envoyait pour l’épauler, lesquels lui apportèrent en même temps une nouvelle à laquelle il ne s’attendait vraiment pas : l’évêque de Cochin (Kerala) le nommait Vicaire Général pour Ceylan, lui donnant ainsi de larges pouvoirs pour organiser la vie ecclésiastique dans l’île. 

Le roi fut encore plus touché par le père Joseph et ses Confrères, lors d’une épidémie de petite vérole qui dévasta son royaume : les prêtres en effet allèrent au chevet des malades sans compter leur fatigue, ni craindre la contagion.

Le nouveau Vicaire Général eut désormais les coudées franches pour organiser l’Eglise dans ce petit royaume de Kandy, mais aussi pour organiser la vie clandestine de l’Eglise dans les régions sous domination hollandaise. Mgr Vaz traduisit des livres du portugais en sinhala. Il y eut des conversions parmi les notables. La notoriété de Mgr Vaz lui valut un prestige dont il se servit pour aller parler franchement aux autorités hollandaises.

A la mort du roi, son successeur maintint la même attitude vis-à-vis de Mgr Vaz. D’autres missionnaires arrivèrent en 1708.

Mais Mgr Vaz s’était épuisé. Il entreprit encore une tournée en 1710, dont il revint malade à Kandy : il s’éteignit le 16 janvier 1711, en odeur de sainteté.

Dès 1737 commença le procès de béatification. En attendant, à Ceylan comme en Inde, on parla toujours du Vénérable Joseph Vaz, l’apôtre de Ceylan, qui s’appelle maintenant Sri Lanka.

 

Joseph Vaz a été béatifié en 1995. Il devait être canonisé en 2015.

 
Partager cet article
Repost0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 00:00

Józef Pawłowski

1890-1942

 

Józef était un des nombreux enfants de Franciszek et Jadwiga Kubackich et naquit à Dwikozy (Proszowice, Pologne) le 12 août 1890.

Après l’école primaire, il fréquenta dès 1901 le gymnasium de Pińczow et, en 1906, entra au séminaire de Kielce.

Entre 1911 et 1915, il étudia à l’université d’Innsbruck, où il fut reçu docteur en théologie.

Il fut ordonné prêtre en 1913.

Après quelques activités pastorales, il fut nommé en 1916 professeur d’archéologie biblique et d’exégèse au séminaire de Kielce, dont il devint sous-recteur en 1918, et recteur en 1936-1939. 

Il écrivit une grande quantité d’articles sur des thèmes bibliques, sur les missions, la formation pastorale et le ministère sacerdotal.

En 1924, on lui décerna le titre honorifique de camérier secret du pape, en 1926 celui de chanoine honoraire, et de doyen du chapitre de la cathédrale en 1933.

Il manifesta sa grande charité de diverses façons : en obtenant des bourses d’études pour des séminaristes pauvres, en procurant des médicaments pour des malades, en soutenant les missions ; il donnait tout ce qu’il avait.

On lui devait le développement de l’Association Missionnaire du clergé, qui regroupait 95% des prêtres du diocèse, et bien d’autres associations : l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi, de l’Enfance de Jésus, de la Croisade missionnaire ; l’Association missionnaire féminine…

En 1939, il fut nommé curé de la cathédrale de Kielce, une charge devenue difficile quand les nazis occupèrent la place. L’abbé Pawłowski obtint d’être nommé aumônier pour la Croix-Rouge, et de s’infiltrer ainsi dans les camps de prisonniers, leur apportant des vêtements, faisant passer du courrier, de l’argent, les aidant même à s’évader, qu’ils fussent polonais ou allemands ou Juifs. Il célébra même une Messe dans la prison.

Dans le cadre de la paroisse, il organisa une soupe populaire : de cent-trente repas à l’automne 1931, on passa à trois-cent cinquante repas par jour en 1940.

Son activité finit par susciter la méfiance des autorités allemande. Il fut arrêté le 10 février 1941 et mis en prison. Le 15 avril, il fut emmené au camp d’Auschwitz, où il eut le numéro 13155.  Un témoin raconta que (presque) chaque jour, il pria avec les co-détenus le chapelet et les litanies de Lorette. Le 4 mai 1941, il fut transféré au camp de Dachau, avec le numéro 25286.

Il y avait là jusqu’à trois cents prêtres, qui pouvaient prier, se retrouver pour célébrer la Messe. Leur travail était de porter la nourriture et de nettoyer le camp.

Peu avant de mourir, il confia cette pensée à un autre prêtre : Dieu est bon. Dans la situation la plus désespérée, il nous procurera une issue joyeuse de façon très inattendue. Vous verrez qu’il ne nous permettra pas d’attendre longtemps pour la libération.

Le 9 janvier 1942 à l’appel du matin, on lui remit un mystérieux papier, lui enjoignant d’emballer ses effets pour rejoindre un autre camp. Il attendit toute la journée au poste de garde jusqu’à l’appel du soir : c’était une situation qui précédait soit la mise en liberté, soit la mort. D’un mouvement ascendant des yeux, il fit signe à un co-détenu qu’il allait partir au Ciel.

Ensuite, on ne sait pas s’il fut abattu ou pendu. Mais il mourut certainement ce 9 janvier 1942.

A titre posthume, l’abbé Pawłowski reçut la Croix de Commandeur de l’Ordre de la Renaissance de Pologne.

Il fut un des cent-huit Martyrs polonais du régime nazi, béatifiés en 1999. 

Le Martyrologe le commémore le 9 janvier en même temps que le père Kazimierz Grelewski.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens