Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 23:00

Józefa Chrobot

1896-1943

 

Józefa était née le 22 mai 1896 à Raczyn (Wieluń, Łódzkie, Pologne).

Elle était fiancée, et les bans étaient publiés, lorsqu’elle entendit une voix intérieure qui lui disait que son fiancé était à Grodno et qu’elle allait recevoir une belle robe rouge.

Elle annula alors son mariage et entra en 1921 dans la congrégation des Sœurs de la Sainte Famille de Nazareth

Elle fit la profession solennelle, avec le nom de Maria Kanuta de Jésus aux Oliviers.

Dix ans après, elle fut appelée à Nowogrodku. Malgré une mauvaise santé, dont elle ne se plaignit jamais, elle travailla fidèlement à la cuisine.

A partir du déclanchement de la guerre, tous les jours à minuit elle alla à la chapelle se prosterner à terre, les bras en croix, implorant la miséricorde de Dieu sur le monde.

Il lui manquait quelque chose : cette robe rouge que la Voix lui avait promise naguère. L’infirmière lui suggéra de patienter…

Au moment de son martyre, elle vit son habit rougi par le sang.

 

Concernant les événements liés au couvent et au martyre des onze Religieuses, se reporter à la notice Adela Mardosewicz

Les onze Religieuses furent béatifiées en 2000.

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 23:00

José Mulet Velilla

1917-1936

 

José vit le jour le 28 juin 1917 à Mazaleón (Saragosse, Espagne), de Miguel et Benita, de bons chrétiens, cultivateurs céréaliers, qui donnèrent naissance ensuite à Melchor.

José fut baptisé le 1er juillet.

Il obéissait sans retard, c’était un travailleur.

En 1928, il entra au séminaire des Frères maristes de Vic (Barcelone).

En 1932, il passa au noviciat de Las Avellanas et reçut l’habit l’année suivante, avec le nom de José Teófilo.

En 1934, il émit les premiers vœux, avant de passer au scholasticat de Las Avellanas.

En 1935, le voilà professeur au séminaire de Vic (Barcelone), où il connut le Frère Severino, préfet depuis peu.

Fidèle et toujours joyeux, il fut apprécié de tous, maîtres et élèves.

Le 1er août 1936, il fut arrêté avec le Frère Severino Ruiz Alarcón. Conduits à Palma de Cervelló (Barcelone), ils furent abattus, tandis qu’ils criaient Vive le Christ Roi. Frère José Teófilo venait d’avoir dix-neuf ans.

Ces deux Frères maristes furent béatifiés en 2013.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 23:00

Jaume Buch Canals

1889-1936

 

Jaume (ou Jaime, ou Santiago, Jacques) vit le jour le 9 avril 1889 à Bescanó (Gerona, Catalogne).

A quatorze ans, il fut pensionnaire à la Ferme-école de Sant Isidro à Gerona-Pont Major.

Il entra chez les Salésiens en 1908 à Sarriá.

En 1914, après son noviciat et sa profession, on l’envoya parmi les fondateurs de la nouvelle maison d’Alicante.

Là il s’occupa de la catéchèse et de l’administration.

En 1931, la maison d’Alicante fut détruite par un incendie, et Jaume passa à Valencia.

Arrêté en même temps que tous les Religieux de la maison, il fut remis en liberté le 29 juillet 1936.

Mais il ne trouva pas de famille qui pouvait le recevoir : c’est que tous se savaient menacés. Aussi se réfugia-t-il avec un prêtre… dans la clinique d’un ancien élève : l’un dormit sur la table d’opération, l’autre sur un fauteuil métallique.

Le 30 juillet, il sortit pour aller manger, avec la carte d’identité du prêtre. C’était peut-être une imprudence, mais son intention était, si c’était possible, de faire établir une nouvelle carte d’identité sans mentionner l’état sacerdotal du prêtre. L’opération ne réussit pas : on l’arrêta.

On retrouva son corps au cimetière de Valencia, toujours en possession de cette carte d’identité.

Il fut martyrisé à El Saler (Valencia), le 31 juillet 1936, et béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 23:00

 

Jean-François Jarrige de la Morelie de Breuil

1752-1794

 

Il naquit le 11 janvier 1752 à saint-Yrieix (Haute-Vienne).

Il devint prêtre dans le diocèse de Limoges

Arrêté comme prêtre réfractaire, pour son refus de prêter le serment constitutionnel, il fut conduit avec quelques centaines d'autres prêtres et religieux à bord du navire négrier Deux Associés, qui devait partir pour la Guyane, mais qui resta dans le port de la Rochelle, où la plupart des prisonniers moururent d'épuisement, de mauvais traitements, de maladies.

L'abbé Jean-François Jarrige de la Morelie de Breuil mourut le 31 juillet 1794, et fut béatifié en 1995.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 23:00

 

José Luis Collado Oliver

1912-1936

 

Voir la notice : Carmes espagnols martyrs

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 23:00

 

José Grijalvo Medel

1896-1936

 

Voir la notice : Carmes espagnols martyrs

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 23:00

Juan Sanz y Palanca

1880-1936

Né le 11 août 1880 à Pamplona (Espagne), il entra en 1897 chez les Frères des Ecoles Chrétiennes (Lasalliens) à Bujedo, passa au noviciat en 1898, reçut l’habit et fit la profession avec le nom de Crisólogo. Il fit la profession perpétuelle en 1910 à Bujedo.

Après beaucoup d’étapes en diverses régions d’Espagne, il fut nommé par deux fois directeur d’une des maisons de Madrid et aussi de celle de Viloria de la Rioja.

Le Frère Crisólogo fut un excellent professeur, dynamique, jeune d’esprit, qui suscita beaucoup de belles vocations.

En 1931, il déposa la charge de directeur et fit la classe à Santa Susana de Madrid.

Le 30 juillet 1936, il était de passage à la Procure (on a dit aussi qu’il s’y était réfugié car il se trouvait en danger à Santa Susana). Des miliciens s’introduisirent dans la maison, forcèrent les sept Frères présents à se rassembler à l’accueil, les soumirent à un pénible interrogatoire, concernant leurs hypothétiques armes (?), l’argent, les activités, les personnes, etc.

Ensuite, ils les ligotèrent et les firent monter dans un autobus, direction la Casa de Campo, à l’époque en-dehors de Madrid.

Là, furent fusillés ces sept Frères Lasalliens, ce 30 juillet 1936.

On n’en sut plus rien, jusqu’au 15 septembre suivant, quand le Frère Visiteur et le Frère Directeur général se rendirent à la Préfecture pour s’enquérir : ils reconnurent six des sept Frères parmi des milliers de photographies ; impossible de reconnaître le septième, dont le corps fut sans doute davantage déformé.

Ces sept Frères, dont Crisólogo, furent béatifiés en 2013.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 23:00

José María Muro Sanmiguel

1905-1936

Il vit le jour le 26 octobre 1905 à Tarazona (Saragosse, Espagne).

Après ses études classiques au Petit séminaire, il étudia la philosophie et la théologie au Grand séminaire de Tarazona.

Ordonné prêtre en 1928, il exerça le saint ministère à Villalengua, Regente de Purojosa et Novallas.

Il sentit la vocation religieuse et entra dans l’Ordre dominicain, en 1934, à Calanda.

Ce novice était déjà un prêtre mûr et décidé ; être missionnaire et martyr, était son grand désir intérieur, que les événements allaient bien vite combler.

Quand les milices révolutionnaires entrèrent dans Calanda, le père Muro jugea opportun de rejoindre Alacañiz par Torre Mazas. Il se trouva avec un novice, Joaquín Prats Baltueña.

Le 29 juillet, en chemin, à Castelserás, ils s’informèrent de la route et on les trompa en leur indiquant une autre maison, où se trouvaient des membres du Comité.

Ils furent immédiatement arrêtés, soumis à une farce de jugement durant lequel on se moqua d’eux de façon outrageuse. Au milieu de la nuit suivante, 30 juillet 1936, ils furent exécutés, avec le curé de Castelseras, don Zósimo.

José María Muro a été béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 23:00

Joaquín Prats Baltueña

1915-1936

Il vit le jour le 5 mars 1915 à Saragosse (Espagne).

Ses premières études se firent chez les pères Piaristes, où il étudia le latin et la philosophie.

A l’avènement de la République, il interrompit ces études pour se préparer au baccalauréat universitaire.

Après deux pèlerinages à Lourdes en 1935, il se décida fermement à entrer chez les Dominicains, et fut novice à Calanda.

Quand les milices révolutionnaires entrèrent dans Calanda, un groupe de ces Religieux partit à pied pour Saragosse, mais Joaquín n’avait pas la résistance pour affronter un tel voyage, aussi chercha-t-il à rejoindre son grand-père à Mas de Las Matas (Teruel), à quelques kilomètres seulement de Calanda.

C’était le 29 juillet vers midi.

Il rencontra alors le père José María Muro, qui voulait rejoindre Alacañiz par Torre Mazas. A Castelserás, ils s’informèrent de la route et on les trompa en leur indiquant une autre maison, où se trouvaient des membres du Comité.

Ils furent immédiatement arrêtés, soumis à une farce de jugement durant lequel on se moqua d’eux de façon outrageuse. On demanda à Joaquín de crier Vive le communisme ! et lui de répliquer par trois fois Vive le Christ Roi !

Au milieu de la nuit suivante, 30 juillet 1936, ils furent exécutés, avec le curé de Castelseras, don Zósimo. Joaquín avait vingt-et-un ans.

Joaquín Prats Baltueña a été béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 23:00

 

José Mata Luis

1914-1936

 

Voir la notice : Carmes espanols martyrs

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens