Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

Joaquín Vilanova Camallonga

1888-1936

Joaquín vit le jour le 6 octobre 1888 à Ontinyent (Catalogne, Espagne).

Il eut une sœur clarisse, abesse à Cocentaina, et aussi un oncle prêtre, archiprêtre à Chelva, Joaquín Anglés.

Dès l’enfance il montra son attirance pour le sacerdoce. Tôt devenu orphelin, il demanda à entrer chez les Franciscains, qui lui conseillèrent d’attendre un peu, le temps d’aider ses frères.

Grâce à l’aide que quelques prêtres généreux, il fréquenta le séminaire de Valencia et fut ordonné prêtre en 1920.

Il exerça le saint ministère à Quatretondeta puis à Ibi. Les gens aimaient ce prêtre joyeux et charitable.

Les miliciens l’arrêtèrent et l’assassinèrent à Ollería (Valencia) le 29 juillet 1936.

Il fut béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

Jaume Mir Vime

1889-1936

Jaume (ou Jaime, Jacques) vit le jour le 22 décembre 1889 à Ciutadilla (Urgell, Lleida, Catalogne, Espagne), de Jaime et Filomena, qui eurent deux garçons et quatre filles ; la dernière de celles-ci fut carmélite.

Le garçon fit deux années au séminaire de Tarragona, mais le quitta à la mort de sa mère.

Il entra ensuite chez les pères Clarétains de Barbastro, fit le noviciat à Cervera en même temps qu’il suivait les cours à l’université.

En 1907, il fit la profession et fut ordonné prêtre en 1915 à Solsona.

Ses grandes aptitudes le firent envoyer aussi aux universités de Fribourg, Paris et Rome.

Ce fut un excellent professeur, de métaphysique et de sciences exactes, dont les élèves conservèrent un souvenir exceptionnel. Son enseignement fit beaucoup monter le niveau scientifique des collèges clarétains et du séminaire de Tarragona, où il enseigna à partir de 1932.

Outre ces occupations «professionnelles», le père Jaume fut un prédicateur, confesseur et conseiller spirituel recherché et apprécié. Il s’occupa de l’Archiconfrérie du Cœur Immaculé de Marie.

En 1936, il se trouvait à Tarragona. En juillet, il devait prêcher une retraite aux Carmélites, où il ne cacha pas l’éventualité du martyre.

Cette retraite fut interrompue le 21 juillet, quand des sentinelles prirent position dans l’entrée de la maison. Après le repas, le père Mir transporta le Saint Sacrement dans une maison voisine, chez l’aumônier. Le 22, les Carmélites durent abandonner leur maison.

Du 21 au 27, le père Mir logea chez l’aumônier, priant et lisant la Vie de Jésus. Ayant appris que le Comité avait concédé un sauf-conduit à d’autres Religieux, il en sollicita un, le 28, pour aller à Tarragona. On le lui donna.

Mais à minuit, on vint le lui retirer, car il n’était valable que pour le jour de l’émission. Il en demanda un autre le 29 : on lui dit d’aller à Montblanc. Il monta dans la voiture du Comité…

Ce même 29 juillet 1936, il fut assassiné à la Oliva de Tarragona. A l’autopsie, on l’identifia par le bréviaire avec son nom, un ordo, une relique du Fondateur Antoni María Claret (v. 24 octobre), et deux linges à son nom.

Jaume Mir Vime fut béatifié en 2013.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

José Calasanz Marqués

1872-1936

 

José naquit le 23 novembre 1872 à Azanuy (Huesca, Espagne). La famille était apparentée au fondateur des Ecoles Pies, don José de Calasanz (v. 25 août).

Notre José entra à douze ans au collège salésien de Sarriá, en 1884. Deux ans plus tard, de passage à Barcelone, saint Giovanni Bosco (v. 31 janvier) visita le collège : José eut la joie d’assister à la Messe célébrée par Giovanni Bosco, de recevoir de ses mains la Communion et même de poser pour la photographie souvenir, tout près du Fondateur.

Peu après, José entra au noviciat, fit la profession et se prépara au sacerdoce. Il fut ordonné prêtre en 1895.

Son premier poste fut d’être le secrétaire du troisième successeur de saint Giovanni Bosco (le père Filippo Rinaldi, v. 5 décembre), qui le chargea de fonder et diriger le nouveau collège à Mataró.

Il fut ensuite envoyé à Cuba pour y ouvrir des maisons salésiennes, au Pérou et en Bolivie comme inspecteur de l’œuvre (en d’autres congrégations, on dirait : provincial).

En 1925, il revint à Barcelone, comme inspecteur des provinces de Catalogne et Valencia.

Il se trouvait dans cette dernière ville au moment des émeutes de juillet 1936 : les Exercices spirituels furent interrompus.

Le 21 juillet, les émeutiers en colère prirent d’assaut la maison, les Religieux furent arrêtés et conduits sous bonne escorte à la prison Modelo de Valencia, puis à celle de Mislata.

De cette prison, le père Calasanz écrivit au Supérieur qu’il demandait à Dieu de lui prendre la vie et d’épargner celle des Confrères.

Les Religieux priaient le chapelet durant leur «récréation».

La nuit du 27 juillet, les miliciens tentèrent, en vain, d’assaillir la prison.

Le 28, en pleine nuit, on les laissa repartir, par petits groupes. Le père Calasanz les bénit en leur disant : Nous sommes dans les mains de la Divine Providence. Il n’y a rien à craindre ; s’ils nous tuent, nous nous reverrons au Ciel.

Peu après, don José fut repris avec don Recaredo à la gare de Mislata. On les conduisit au Comité, où ils se retrouvèrent avec deux coadjuteurs salésiens. On fouilla la valise de don José, qui contenait une soutane : C’est des curés, il faut les tuer.

On les fit monter tous les quatre dans un camion de transport, sans sièges. Ils étaient debout, se tenant l’un l’autre comme ils pouvaient. Don José s’agrippait aux épaules de son voisin, toujours tenu en joue par un milicien.

Arrivés au pont à l’entrée de Valencia, un coup partit. Don José sanglota : Aïe ! Mon Dieu ! et tomba mort. Le père Recaredo lui donna l’absolution.

C’était le 29 juillet 1936.

Don José Calasanz fut béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

Juan Bautista Egozcuezábal Aldaz
1882-1936

Né le 13 mars 1882 à Nuin (Navarre, Espagne), Juan Bautista (Jean-Baptiste) fut porté au Baptême dès le lendemain par ses pieux parents, Juan Manuel et Juana Maria. L’enfant fut confirmé la même année.
Il grandit dans cette bonne ambiance, aidant ses parents le soir au retour de l’école primaire.
Après un essai de vie religieuse chez les Carmes, il entra plutôt dans l’Ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu à vingt-neuf ans, en 1911.
On l’envoya successivement à Saragosse, Pamplona, Sant Boi de Llobregat.
Après ces divers postes, il fut nommé à l’hôpital de Barcelone, où on lui confia particulièrement la section des enfants, dont il s’occupa paternellement.
La guerre civile éclata en 1936, et les Religieux subirent beaucoup de vexations avec des menaces.
Quand Juan Bautista dut quitter le couvent et se rendre à Esplugas de Llobregat, il fut reconnu et arrêté. Sommé de se mettre à genoux et de blasphémer, il se tut, et reçut une décharge.
Il fut assassiné en haine de la foi à Esplugas (Barcelone), le 29 juillet 1936.
Juan Bautista fut béatifié en 1992.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

Josep Solé Rovira

1919-1936

 

Voir la notice : Carmes espagnols martyrs à Cervera

 

Josep vit le jour le 23 janvier 1919 à Vendrell (Tarragona, Espagne).

Il entra chez les Carmes de l’Ancienne Observance, fit la profession avec le nom de Andreu Corsini María.

C’était un des jeunes étudiants en philosophie du monastère et n’avait que dix-sept ans.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

Joan María Puigmitjá Rubió

1919-1936

 

Voir la notice : Carmes espagnols martyrs à Cervera

 

Joan María vit le jour le 16 avril 1919 à Olot (Girona, Espagne).

Il entra chez les Carmes de l’Ancienne Observance, fit la profession.

C’était un des jeunes étudiants en philosophie du monastère et il n’avait que dix-sept ans.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

Joan Prat Colldecarrera

1919-1936

 

Voir la notice : Carmes espagnols martyrs à Cervera

 

Joan vit le jour le 4 août 1919 à Santa Margarida de Bianya (Girona, Espagne).

Il entra chez les Carmes de l’Ancienne Observance, fit la profession avec le nom de Pere Tomás María.

C’était un des jeunes étudiants en philosophie du monastère et il n’avait que dix-sept ans.

Il fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

Joseph-Louis Marcou Pecalvel

1881-1936

 

Joseph-Louis vit le jour à Peyregoux (Tarn) le 19 août 1881 et fut baptisé le lendemain.

En 1895, il entra au collège des Frères des Ecoles Chrétiennes (Lasalliens) à Fonserannes et, en 1897, prit l’habit, et le nom de Louis de Jésus, qui deviendra en espagnol Luis de Jesús.

Son premier apostolat fut à Béziers en 1899, d’où il passa à l’internat de l’Immaculée Conception.

En 1907, suite aux lois françaises, il passa en Espagne et fut cinq ans à Granollers et Ripoll.

En 1917, la France a besoin de lui pour la guerre et le rappelle : il reste un an à Montpellier.

En 1918, il repasse en Espagne, à Barcelone, puis il sera directeur à Horta, San Celoni, Granollers.

A partir de 1929, il sera professeur à Figueras, puis en France à Fonserannes et Limoux.

En 1933, il s’offrit pour remplacer un Confrère à Josepets (Barcelone), où il se trouvait au moment de la Révolution espagnole.

Le 19 juillet 1936, la communauté fut contrainte de se disperser. Le Frère Louis se réfugia chez un ami puis, le 20 juillet, revint au collège pour reprendre l’Eucharistie, qu’il confia à un prêtre. Ce dernier célébra dans la plus stricte intimité une dernière Messe, au cours de laquelle on consomma toutes les Hosties consacrées.

Se prévalant de la nationalité française, le Frère Louis fit plusieurs allées-et-venues au collège pour en retirer différentes choses importantes.

Le 29 juillet 1936, il alla toutefois au consulat français pour renouveler son passeport. Mais en chemin il risqua encore une entrée dans le collège, où «quelqu’un» l’attendait. Un peu plus tard, on vit des personnes emporter un corps sur un brancard. Ce devait sûrement être le corps du Frère, qu’on ne revit d’ailleurs jamais plus.

 

Le Frère Joseph-Louis fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 23:00

Javier Salla Saltó

1918-1938

 

Javier (certaines sources le nomment Francesc) vit le jour le 3 septembre 1918 à Omells de Nagaya (Lleida, Espagne) et fut baptisé le 8, fête de la Nativité de Marie.

Il entra au noviciat mineur des Frères des Ecoles Chrétiennes à Cambrils en 1931.

Il commença le noviciat en 1934 et en 1935 reçut l’habit avec le nom de Magín Pere.

Pour le scholasticat, il rejoignit Cambrils, qu’il dut quitter précipitamment en juillet 1936, lors des premières émeutes de la révolution.

Il vint à Terragona, où il fut arrêté et conduit dans le bateau-prison Ríu Segre en rade de Tarragona, où furent enfermés des centaines de personnes de l’Eglise.

Ses parents objectèrent qu’il était encore mineur, et obtinrent sa libération.

Il partit au service militaire. A la caserne, il fut dénoncé comme Religieux, par un camarade de son pays. Aussi Magín Pere fut mis en prison, où il retrouva deux de ses frères, eux aussi arrêtés pour leur foi profonde.

Les trois frères restèrent longtemps en détention. Deux ans après, ils furent assassinés à Juncosa (Lleida), le 29 juillet 1938, alors que Magín Pere n’avait pas encore vingt ans.

 

Il a été béatifié en 2013.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 23:00

Jesús Aníbal Gómez y Gómez

1914-1936

 

Voir aussi la notice : Clarétains espagnols martyrs à Fernán Caballero

 

Ce Jésus-là naquit le 13 juin 1914 en Colombie, à Tarso (Antioquia), benjamin des quatorze enfants de la famille.

Il entra au séminaire à onze ans, là aussi benjamin, joyeux et innocent, aimé de tous.

Il étudia à Bogotá, puis à Zipaquirá dès 1931.

En 1935, il avait vingt-et-un ans et on lui annonça qu’il préparerait son ordination sacerdotale en Espagne, une nouvelle qu’il accueillit avec grande joie.

D’Espagne, il écrivit à ses parents : Si vous voulez savoir quelque chose de moi, faites une visite à Jésus Sacrement, vous m’y rencontrerez.

Il lut avec avidité les œuvres de sainte Thérèse d’Ávila (v. 15 octobre), de Luis de León et de Luis de Granada.

Il fut d’abord à Grenade, dont le climat n’était pas bon pour sa sinusite chronique, et fut envoyé à Zafra, près du Portugal, tout au sud.

C’est ainsi qu’il partagea les événements dont il est question dans l’autre notice des Clarétains martyrs. 

Il eut la possibilité d’écrire aux siens : Nous n’avions pas de jardin et, pour nous laver, nous nous débrouillâmes… Nous ne sommes jamais allés nous promener : c’était une clôture strictement papale ; les circonstances nous y forçaient. Comme vous le voyez, ce n’était pas le pays de Cocagne : nous avions de quoi offrir quelque chose au Seigneur.

Même son passeport colombien ne put le sauver. Au contraire, un des miliciens lui demanda : Tu es venu de si loin pour te faire curé ? - Oui, Monsieur, et j’en suis fier ! - Bon, si tu es curé, tu descends avec les autres.

Jesús fut ainsi abattu, le 28 juillet 1936 ; il avait vingt-deux ans.

Il fut béatifié en 2013.

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens