Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 00:00

Mariano Revilla Rico

1887-1936

 

Il naquit le 12 décembre 1887 à Buenavista de Valdivia (Palencia, Espagne) de Segundo et Isabel, et fut baptisé le 14.

Il entra dans l’Ordre des Augustins, fit le noviciat à l’Escorial, et la profession en 1904.

Il fut ordonné prêtre en 1911.

De 1912 à 1931, il fut professeur au Monastère Royal, et reçut le titre de Maître en Théologie.

En 1927, il fut élu prieur de ce monastère, en 1930 prieur provincial et en 1931 assistant général de l’Ordre, ce qui le conduisit à résider à Rome.

Le 11 juillet 1936, il se trouvait à Madrid pour le Chapitre provincial ; le 18, il était au Monastère Royal, où le nouveau prieur devait prendre possession de sa charge.

 

 

Voir la notice Augustins martyrs Paracuellos 30/11/1936

 
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

 Mariano Adradas Gonzalo

1878-1936

 

Mariano était né le 15 août 1878 (d’où son prénom) à Conquezuela (Soria, Espagne) et fut baptisé le 18.

Aidé par son frère aîné, il entra au séminaire et fut ordonné prêtre en 1903. 

Préparant le doctorat à Saragosse, il connut l’Ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu, s’y agrégea et fit la profession en 1905, avec le nom de Juan Jesús.

Il fut aumônier à Palencia, Sant Boi de Llobregat (Barcelone), Grenade. Fondateur de la maison de Ciempozuelos, il fut maître des novices et provincial.

Il fut arrêté avec toute sa communauté le 7 août 1936. En prison, il continuait son action sacerdotale, écoutant, confessant, conseillant, encourageant.

C’est un des deux prêtres de ce groupe de quinze Religieux, martyrisés le 24 novembre 1936 et béatifiés en 1992.

 

Voir la notice : Espagnols 28 et 30/11/1936 (Martyrs). 

Mariano Adradas Gonzalo

1878-1936

 

Mariano était né le 15 août 1878 (d’où son prénom) à Conquezuela (Soria, Espagne) et fut baptisé le 18.

Aidé par son frère aîné, il entra au séminaire et fut ordonné prêtre en 1903. 

Préparant le doctorat à Saragosse, il connut l’Ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu, s’y agrégea et fit la profession en 1905, avec le nom de Juan Jesús.

Il fut aumônier à Palencia, Sant Boi de Llobregat (Barcelone), Grenade. Fondateur de la maison de Ciempozuelos, il fut maître des novices et provincial.

Il fut arrêté avec toute sa communauté le 7 août 1936. En prison, il continuait son action sacerdotale, écoutant, confessant, conseillant, encourageant.

C’est un des deux prêtres de ce groupe de quinze Religieux, martyrisés le 24 novembre 1936 et béatifiés en 1992.

 

Voir la notice : Espagnols 28 et 30/11/1936 (Martyrs)

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

 Marcos Pérez Andrés

1917-1936

 

Né le 18 juin 1917 à Villasarracino (Palencia, Espagne) de Félix et María, Marcos fut baptisé le lendemain.

On le voit, il avait dix-neuf ans en 1936. 

Il était postulant chez les Augustiniens et dut revenir quelques jours dans sa famille, mais revint dès que possible au couvent de l’Escorial ; son désir unique était de vivre et mourir en Religieux.

Le 20 juillet 1936, la maison fut prise d’assaut et Marcos arrêté le 6 août, avec les autres Confrères ; il fut incarcéré à la prison San Antón, jusqu’à fin novembre 1936.

Durant ces longs mois, Marcos montra toutes les attentions possibles à l’égard des Confrères plus anciens, de sorte que, bien qu’il ne fût pas encore profès, il fut lui aussi inclus dans la liste des condamnés à mort. 

Le 28 novembre 1936, Marcos fut conduit, avec ses onze Compagnons, à Paracuellos de Jarama, où on les fusilla.

 

Ces Martyrs furent béatifiés en 2007. 

Marcos Pérez Andrés

1917-1936

 

Né le 18 juin 1917 à Villasarracino (Palencia, Espagne) de Félix et María, Marcos fut baptisé le lendemain.

On le voit, il avait dix-neuf ans en 1936. 

Il était postulant chez les Augustins et dut revenir quelques jours dans sa famille, mais revint dès que possible au couvent de l’Escorial ; son désir unique était de vivre et mourir en Religieux.

Le 20 juillet 1936, la maison fut prise d’assaut et Marcos arrêté le 6 août, avec les autres Confrères ; il fut incarcéré à la prison San Antón, jusqu’à fin novembre 1936.

Durant ces longs mois, Marcos montra toutes les attentions possibles à l’égard des Confrères plus anciens, de sorte que, bien qu’il ne fût pas encore profès, il fut lui aussi inclus dans la liste des condamnés à mort. 

Le 28 novembre 1936, Marcos fut conduit, avec ses onze Compagnons, à Paracuellos de Jarama, où on les fusilla.

Ces Martyrs furent béatifiés en 2007.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

 Marcelino Sánchez Fernández

1910-1936

 

Nicolás et Ángela étaient de pieux parents à Santa Marina del Rey (León), et reçurent de Dieu huit enfants, dont six moururent de leur vivant. 

Marcelino était un des deux autres, avec Ángel. Il était né le 30 décembre 1910.

Très vite, il appartient au groupe des Tarsicios, du nom de saint Tarsicius, jeune clerc des premiers siècles, martyr de l’Eucharistie (v. 15 août) ; la spiritualité de ce groupe était de transmettre aux enfants la dévotion à l’Eucharistie et de les préparer à la communion fréquente.

Lui-même allait chaque matin à dos d’âne à la messe de Villamor. Il avait aussi le petit penchant d’être espiègle, farceur.

Très attaché à sa mère, devenue paralytique, il l’aida de son mieux.

Entré au Petit séminaire des Oblats de Marie Immaculée (OMI) de Urnieta (Guipúzcoa), il dut revenir quelque temps chez les siens à cause de sa mauvaise santé.

A son retour, sa santé l’empêchant de suivre les cours habituels en vue de la préparation au sacerdoce, Marcelino fut orienté vers l’état de Frère coadjuteur, ou Oblat, ce qu’il accepta humblement.

En 1927 il commence donc son novicat à Las Arenas (Biscaya) et fait sa profession le 25 mars 1928, jour de l’Annonciation. Dans cette communauté, il rend des services comme tailleur et comme portier.

Il fait partie de la nouvelle communauté qui s’installe à Pozuelo en 1930, où on le voit à la cuisine, à la garde-robe, à la ferme, à l’accueil.

Avec les deux autres Frères coadjuteurs (Ángel et Eleuterio), ils donnent à tous l’exemple de la fidélité dans la consécration, dans le travail, cherchant toujours «à servir et pas à être servis», comme dit le Christ dans l’Evangile (cf. Mt 20:28).

En 1935, il fait la profession solennelle.

Ce frère qui avait humblement accepté de renoncer au sacerdoce, se montra toujours obéissant, responsable, serviable ; il avait toujours son chapelet à la main et priait beaucoup la Sainte Vierge.

Comme on l’a vu pour les autres membres de la communauté, leur maison fut prise d’assaut le 22 juillet 1936, et tous les Religieux y furent faits prisonniers ; deux jours après, Marcelino est transféré avec d’autres à la Direction Générale de Sécurité, au centre de Madrid, et libéré le lendemain.

Dans un coup de filet suivant, il est repris et conduit à la prison Modelo de Madrid, puis transféré le 15 novembre à San Antón, le collège des Pères des Ecoles Pies, transformé à son tour en prison.

Dans la nuit du 27 au 28 novembre, Marcelino et tous les autres sont «libérés», en réalité conduits à quelques kilomètres de Madrid, Paracuellos del Jarama, où ils sont fusillés.

Avec ses Confrères martyrs, Marcelino est béatifié en 2011, et inscrit au Martyrologe le 28 novembre. 

Marcelino Sánchez Fernández

1910-1936

 

Nicolás et Ángela étaient de pieux parents à Santa Marina del Rey (León), et reçurent de Dieu huit enfants, dont six moururent de leur vivant. 

Marcelino était un des deux autres, avec Ángel. Il était né le 30 décembre 1910.

Très vite, il appartient au groupe des Tarsicios, du nom de saint Tarsicius, jeune clerc des premiers siècles, martyr de l’Eucharistie ; la spiritualité de ce groupe était de transmettre aux enfants la dévotion à l’Eucharistie et de les préparer à la communion fréquente.

Lui-même allait chaque matin à dos d’âne à la messe de Villamor. Il avait aussi le petit penchant d’être espiègle, farceur.

Très attaché à sa mère, devenue paralytique, il l’aida de son mieux.

Entré au petit séminaire des Oblats de Marie Immaculée (OMI) de Urnieta (Guipúzcoa), il dut revenir quelque temps chez les siens à cause de sa mauvaise santé.

A son retour, sa santé l’empêchant de suivre les cours habituels en vue de la préparation au sacerdoce, Marcelino fut orienté vers l’état de Frère Coadjuteur, ou Oblat, ce qu’il accepta humblement.

En 1927 il commence donc son novicat à Las Arenas (Biscaya) et fait sa profession le 25 mars 1928, jour de l’Annonciation. Dans cette communauté, il rend des services comme tailleur et comme portier.

Il fait partie de la nouvelle communauté qui s’installe à Pozuelo en 1930, où on le voit à la cuisine, à la garde-robe, à la ferme, à l’accueil.

Avec les deux autres Frères coadjuteurs (Ángel et Eleuterio), ils donnent à tous l’exemple de la fidélité dans la consécration, dans le travail, cherchant toujours «à servir et pas à être servis», comme dit le Christ dans l’Evangile (cf. Mt 20:28).

En 1935, il fait la profession solennelle.

Ce frère qui avait humblement accepté de renoncer au sacerdoce, se montra toujours obéissant, responsable, serviable ; il avait toujours son chapelet à la main et priait beaucoup la Sainte Vierge.

Comme on l’a vu pour les autres membres de la communauté, leur maison fut prise d’assaut le 22 juillet 1936, et tous les Religieux y furent faits prisonniers ; deux jours après, Marcelino est transféré avec d’autres à la Direction Générale de Sécurité, au centre de Madrid, et libéré le lendemain.

Dans un coup de filet suivant, il est repris et conduit à la prison Modelo de Madrid, puis transféré le 15 novembre à San Antón, le collège des Pères des Ecoles Pies, transformé à son tour en prison.

Dans la nuit du 27 au 28 novembre, Marcelino et tous les autres sont «libérés», en réalité conduits à quelques kilomètres de Madrid, Paracuellos del Jarama, où ils sont fusillés.

Avec ses Confrères martyrs, Marcelino est béatifié en 2011, et inscrit au Martyrologe le 28 novembre.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

 Manuel Álvarez Rego de Seves

1908-1936

 

Né le 15 septembre 1908 à Sésamo (León) de José et Antoliana, Manuel fut baptisé le 20.

Il entra dans l’Ordre des Augustiniens, fit le noviciat à Uclés (Cuenca) et la profession en 1923.

Après les études à Uclés, Leganés (Madrid) et l’Escorial, il fut ordonné prêtre en 1931.

Son enseignement se déroula à l’Escorial et à la Résidence Universitaire de Madrid.

Le 20 juillet 1936, la maison fut prise d’assaut. Le père Manuel fut arrêté le 4 août, et fut incarcéré à San Antón.

Le 28 novembre 1936, le père Manuel et onze Compagnons furent emmenés à Paracuellos de Jarama, où on les fusilla.

 

Ils furent béatifiés en 2007. 

Manuel Álvarez Rego de Seves

1908-1936

 

Né le 15 septembre 1908 à Sésamo (León) de José et Antoliana, Manuel fut baptisé le 20.

Il entra dans l’Ordre des Augustins, fit le noviciat à Uclés (Cuenca) et la profession en 1923.

Après les études à Uclés, Leganés (Madrid) et l’Escorial, il fut ordonné prêtre en 1931.

Son enseignement se déroula à l’Escorial et à la Résidence Universitaire de Madrid.

Le 20 juillet 1936, la maison fut prise d’assaut. Le père Manuel fut arrêté le 4 août, et fut incarcéré à San Antón.

Le 28 novembre 1936, le père Manuel et onze Compagnons furent emmenés à Paracuellos de Jarama, où on les fusilla.

Ils furent béatifiés en 2007.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 00:00

Marmaduke Bowes

?-1585

 

Monsieur Marmaduke Bowes était un noble gentleman catholique, né à Ingram Grange (Yorkshire, Angleterre).

Avec son épouse, il avait élevé ses enfants dans la foi catholique.

La persécution s’étant déclenchée, il hébergea des prêtres, dont le jeune abbé Hugh Taylor, qui fut la première victime de cette persécution (voir notice au même jour).

Pour éloigner les soupçons des autorités et protéger les prêtres, Marmaduke simula une soumission à l’Eglise gouvernementale.

Qui le trahit fut le précepteur des enfants. Marmaduke fut arrêté avec son épouse et le père Taylor, et jeté en prison.

Condamné à mort pour avoir commis le crime d’héberger un prêtre, Marmaduke devait être, comme dit la formule juridique anglaise, «pendu, éviscéré et écartelé».

Au moment d’être exécuté, Marmaduke confessa haut et fort sa foi catholique inébranlable.

Si l’abbé Taylor fut le premier prêtre victime de cette persécution, Marmaduke fut le premier laïc à en souffrir.

Il mourut le 26 novembre 1585, et fut béatifié, en même temps que l’abbé Taylor, en 1987.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 00:00

María Consuelo Cuñado González

1884-1936

 

Née le 2 janvier 1884 à Bilbao (Biscaye, Espagne), elle connut les Carmélites de la Charité durant un voyage. Elle entra au noviciat de Vitoria en 1901 et prit le nom de María Consuelo du Saint-Sacrement.

Après sa profession, elle fut envoyée à la Maison de la Miséricorde (Valencia) comme enseignante, charge qu’elle accepta un peu à contre-cœur au début, mais qu’elle assuma généreusement par la suite, au point de se montrer une pédagogue-née, intelligente, imaginative et pleine d’entrain. 

La Supérieure était Niceta de Sainte-Prudence (v. notice, au même jour).

A cause des événements de 1936, Mère Niceta disposa que les Sœurs de Levante et de Catalogne retournassent dans leurs familles. María Consuelo eut l’occasion de passer dans la zone nationale, mais il lui en coûtait de se séparer de ses Sœurs : elle renonça au voyage et partagea désormais le sort de toutes.

Elle fut arrêtée le 27 juillet avec ses onze Compagnes, conduite à la tchéka de la rue Grabador Esteve, puis à la prison féminine de Alacuás, d’où elles furent conduites à Picadero de Paterna (Valencia), où on les fusilla.

Ce martyre eut lieu le 24 novembre 1936.

María Consuelo et ses onze Compagnes ont été béatifiées en 2001.

 
 

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 00:00

Maria Anna Sala

1829-1891

 

Maria Anna Sala naquit à Brivio (Lecce, Italie SE), le 21 avril 1829, cinquième des huit enfants de Giovanni Maria Sala et de Giovannina Comi, parents profondément chrétiens et vivant à l’aise en de bonnes conditions économiques. Monsieur Sala avait sa place dans le commerce du bois et possédait une belle villa au centre du pays. Baptisée le jour-même de la naissance, la petite fille reçut les noms de Maria Anna Elisabetta.

Comme ses nombreux frères et sœurs, Maria Anna reçut au sein de cette grande famille une bonne éducation chrétienne et une solide formation. Très intelligente, elle fut vite remarquée par sa maîtresse, Mademoiselle Alessandrina, à l’école primaire. Elle reçut la Confirmation le 12 septembre 1839, à dix ans, et pour la première fois l’Eucharistie, comme c’était la coutume à cette époque.

Comme elle avait de bonnes dispositions pour l’étude, on la confia aux Sœurs Marcellines de Vimercate, une récente congrégation fondée près de Milan par Mgr Luigi Biraghi (v. 11 août), pour l’éducation chrétienne des jeunes filles de cette bourgeoisie qui commençait à se développer alors. En novembre 1846, à dix-sept ans, Maria Anna obtint brillamment son diplôme de l’enseignement pour les écoles primaires.

Elle rentra aussitôt dans son pays et se donna pleinement à l’assistance auprès de sa mère malade, aux soins de ses petits frères et sœurs, mais aussi autant que possible auprès des petits enfants de la paroisse, aux malades et à ceux qui étaient dans le besoin. Bientôt, elle sentit en elle cet appel divin à la consécration totale, au témoignage pour le Christ dans les écoles, et entra chez les Sœurs Marcellines.

Il y eut quelques difficultés, car alors la famille subit quelques revers économiques ; mais Dieu aidant, elle fut accueillie par le Fondateur lui-même. Là elle put s’épanouir et donner libre cours à ses deux aspirations fondamentales : nourrir une intense vie intérieure, et se donner activement à l’apostolat parmi les jeunes filles.

Son noviciat, commencé en 1849, se prolongea au-delà des temps habituels, à cause des vicissitudes politiques que l’Italie traversait alors, de sorte qu’elle ne prononça ses vœux qu’en 1852, au moment où la Congrégation obtenait enfin l’érection canonique, c’est-à-dire la reconnaissance officielle de la part de l’Eglise et du gouvernement (autrichien) d’alors.

Elle enseigna successivement la musique et le français dans les écoles primaires, en diverses écoles, jusqu’à Milan, où elle fut aussi assistante à l’Hôpital militaire, tout en préparant et obtenant brillamment le Diplôme supérieur de l’enseignement. Puis elle fut supérieure adjointe des élèves des grandes classes, envoyée ensuite à Gênes avec la même charge, et eut aussi des responsabilités importantes à Chambéry, où elle enseigna et dirigea des groupes de sœurs et de grandes élèves italiennes qui apprenaient le français.

La volonté du fondateur des Sœurs Marcellines était que les religieuses fussent en constant rapport avec les élèves, jour et nuit, à l’étude et à la récréation, à la prière et au travail, à table et au dortoir. C’était une tâche vraiment harrassante, que notre Maria Anna accomplit avec fidélité, sérénité et profond esprit de responsabilité, pendant plus de quarante années.

Rappelée à la maison-mère, elle fut Assistante Générale, sachant donner d’excellents conseils pour les affaires de la Congrégation. Maîtresse des novices, bibliothécaire, chancelière, économe : partout elle montra sagesse, prudence et exactitude, faisant tout remonter à la gloire de Dieu. Toujours disponible, son “J’arrive de suite” était proverbial.

Un des sacrifices qui lui coûta beaucoup fut son transfert de Gênes à Milan. “J’ai honte de moi-même, disait-elle,  parce que je me croyais prête à tout sacrifice, mais en pratique, la nature se manifeste encore bien vivace”.

Aux fatigues quotidiennes vint s’ajouter une tumeur à la gorge. Douleurs intenses et crises de toux lui imposaient d’interrompre son cours, mais elle se dominait, s’excusait pour le “mauvais exemple” qu’elle donnait, et achevait la leçon imperturbablement.

Elle s’éteignit enfin le 24 novembre 1891, à Milan, en odeur de sainteté. En 1920, on retrouva son corps absolument sans corruption, et elle fut béatifiée en 1980.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 00:00

 

Maria Angela Alfieri

1891-1951

 

Maria Angela Domenica était née à Borgo Vercelli (Vercelli, Italie) le 23 février 1891.

Entrée chez les Sœurs de la Charité, celles fondées par sainte Jeanne-Antide Thouret (v. 24 août) en 1911, à vingt ans, elle prit le nom de Enrichetta (Henriette).

Elle s’occupait d’un jardin d’enfants à Vercelli depuis plusieurs années, lorsqu’on lui diagnostiqua le Mal de Pott, qui l’obligea à suspendre toute activité. Cette sorte de tuberculose, incurable, affecte la colonne vertébrale.

Un pèlerinage à Lourdes ne provoqua d’abord aucun changement, mais après d’intenses prières à Marie Immaculée, la sœur Enrichetta fut totalement guérie le 25 février 1923 (deux jours après son trente-deuxième anniversaire), à tel point qu’en mai de la même année elle était chargée d’une mission particulière à la prison San Vittore de Milan. Son apostolat eut un franc succès auprès des prisonniers et lui valut l’épithète de Mère et Ange de San Vittore.

Quand la guerre éclata, la prison de Milan devint un quartier SS, où l’on enferma les Juifs destinés aux camps de concentration. Sœur Enrichetta fit tout ce qu’elle put pour soulager autant que possible ces malheureux prisonniers innocents.

On la trouva cependant en possession d’un billet écrit par une femme qui conseillait à ses proches de se cacher. Elle fut arrêtée et emprisonnée plusieurs semaines, et même condamnée à mort ; elle fut quand même relâchée sur l’intervention de l’archevêque de Milan, le cardinal Alfredo Ildefonso Schuster (v. 30 août), qui obtint la clémence de Mussolini en personne.

Sœur Enrichetta fut alors mutée à la maison provinciale de Brescia, où elle rédigea un récit de sa prison.

Après la guerre, elle reprit son activité à la prison de Milan, jusqu’à sa mort, le 23 novembre 1951.

Le miracle retenu en vue de la béatification de Sœur Enrichetta fut, en 1994, la guérison inattendue d’une jeune italienne, sportive, atteinte d’une tumeur volumineuse, inopérable et très douloureuse, dont l’issue devait être fatale en quelques jours ; une tante, religieuse de cette congrégation, a alors demandé à la communauté de prier par l’intercession de Sœur Enrichetta : la tumeur a diminué subitement de 70%, à la stupeur des médecins, puis a complètement disparu ; la jeune femme s’est mariée, est mère de famille et n’a pas souffert de récidive.

Sœur Enrichetta a été béatifiée en 2011. Son dies natalis est le 23 novembre.

Maria Angela Alfieri

1891-1951

 

Maria Angela Domenica était née à Borgo Vercelli (Vercelli, Italie) le 23 février 1891.

Entrée chez les Sœurs de la Charité, celles fondées par sainte Jeanne-Antide Thouret (voir au 24 août) en 1911, à vingt ans, elle prit le nom de Enrichetta (Henriette). 

Elle s’occupait d’un jardin d’enfants à Vercelli depuis plusieurs années, lorsqu’on lui diagnostiqua le Mal de Pott, qui l’obligea à suspendre toute activité. Cette sorte de tuberculose, incurable, affecte la colonne vertébrale. 

Un pèlerinage à Lourdes ne provoqua d’abord aucun changement, mais après d’intenses prières à Marie Immaculée, la sœur Enrichetta fut totalement guérie le 25 février 1923 (deux jours après son trente-deuxième anniversaire), à tel point qu’en mai de la même année elle était chargée d’une mission particulière à la prison San Vittore de Milan. Son apostolat eut un franc succès auprès des prisonniers et lui valut l’épithète de Mère et Ange de San Vittore.

Quand la guerre éclata, la prison de Milan devint un quartier SS, où l’on enferma les Juifs destinés aux camps de concentration. Sœur Enrichetta fit tout ce qu’elle put pour soulager autant que possible ces malheureux prisonniers innocents.

On la trouva cependant en possession d’un billet écrit par une femme qui conseillait à ses proches de se cacher. Elle fut arrêtée et emprisonnée plusieurs semaines, et même condamnée à mort ; elle fut quand même relâchée sur l’intervention de l’archevêque de Milan, le cardinal Alfredo Ildefonso Schuster (voir au 30 août), qui obtint la clémence de Mussolini en personne.

Sœur Enrichetta fut alors mutée à la maison provinciale de Brescia, où elle rédigea un récit de sa prison.

Après la guerre, elle reprit son activité à la prison de Milan, jusqu’à sa mort, le 23 novembre 1951.

Le miracle retenu en vue de la béatification de Sœur Enrichetta fut, en 1994, la guérison inattendue d’une jeune italienne, sportive, atteinte d’une tumeur volumineuse, inopérable et très douloureuse, dont l’issue devait être fatale en quelques jours ; une tante, religieuse de cette congrégation, a alors demandé à la communauté de prier par l’intercession de Sœur Enrichetta : la tumeur a diminué subitement de 70%, à la stupeur des médecins, puis a complètement disparu ; la jeune femme s’est mariée, est mère de famille et n’a pas souffert de récidive. 

Sœur Enrichetta a été béatifiée en 2011. Son dies natalis est le 23 novembre.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 00:00

 Miguel Agustín Pro Juárez

1891-1927

 

Miguel naquit le 13 janvier 1891 à Guadalupe (Zacatecas, Mexique) et reçut au baptême les noms de José Ramón Miguel Agustín. La famille compta treize enfants.

Son père était ingénieur des mines ; Miguel eut deux sœurs aînées, qui furent elles aussi religieuses.

Petit, Miguel eut l’occasion d’accompagner son père sur les chantiers, où il put se rendre compte des conditions de travail et de vie des ouvriers.

Il entra au noviciat des Jésuites en 1911 à El Llano. 

Quand la persécution sévit, la famille souffrit bien des revers économiques et les Supérieurs jésuites firent partir les novices à l’étranger : Etats-Unis, Espagne (Grenade) et Belgique :  Miguel fut ordonné prêtre en Belgique, à Enghien, en 1925.

Préoccupé par les circonstances politiques de son pays, et soucieux de sa famille, Miguel fut affecté dans sa santé et souffrit beaucoup de l’estomac. Il dut être opéré plusieurs fois ; ses proches remarquèrent que, pour masquer ses douleurs, il s’efforçait d’être encore plus joyeux.

Finalement on lui concéda le retour et, courageusement, il vint dans son pays, où sévissait en 1926 une forte persécution.

Il vécut clandestinement, déguisé tour à tour en chanteur, en homme mondain, en paysan, en mécanicien, circulant à bicyclette. Avec une bonne dose d’humour, il se déplaçait avec sa guitare, chantait… et profitait de ses rencontres pour confesser et donner la communion, parfois jusqu’à quinze cents dans une seule journée ! Il convertit même des gens qui, officiellement, adhéraient au parti socialiste ou communiste, ennemi de l’Eglise.

Parfois, lors de «réunions» chez des amis, il prévoyait toute irruption de la police en faisant jouer quelque rythme de danse, de sorte qu’à la moindre alerte, il simulait un bal domestique, dansant avec la maîtresse de maison et évitant ainsi l’arrestation.

Son «arme» était le crucifix : Voilà mon arme, disait-il, avec ça, je n’ai peur de personne.

En 1927 cependant, les soupçons s’étant accumulés sur sa tête et celle de son frère Umberto, il fut accusé d’avoir trempé dans le complot contre le général Obregón (alors qu’il n’avait jamais accepté les façons «violentes»). La réalité était qu’une des voitures utilisées pour l’attentat avait précédemment appartenu à l’un des deux frères.

Il fut arrêté, «jugé» sans tenir compte des témoignages unanimes en sa faveur, et condamné à mort. Sur le chemin, un des membres du peloton s’avança et demanda pardon à l’oreille du père Miguel, qui le lui accorda de grand cœur.

Parvenu sur place, il demanda à prier un instant, s’agenouilla, puis se releva et adressa quelques mots de pardon aux bourreaux.

Il mit les bras en croix et ses dernières paroles furent : Vive le Christ Roi ! 

Il fut fusillé, le 23 novembre 1927.

Les autorités mexicaines interdirent toute manifestation publique et toute assistance à ses funérailles, à Mexico, de sorte qu’il y eut «seulement»… vingt-mille personnes.

 

Le père Miguel fut béatifié en 1988. 

Miguel Agustín Pro Juárez

1891-1927

 

Miguel naquit le 13 janvier 1891 à Guadalupe (Zacatecas, Mexique) et reçut au baptême les noms de José Ramón Miguel Agustín. La famille compta treize enfants.

Son père était ingénieur des mines ; Miguel eut deux sœurs aînées, qui furent elles aussi religieuses.

Petit, Miguel eut l’occasion d’accompagner son père sur les chantiers, où il put se rendre compte des conditions de travail et de vie des ouvriers.

Il entra au noviciat des Jésuites en 1911 à El Llano. 

Quand la persécution sévit, la famille souffrit bien des revers économiques et les Supérieurs jésuites firent partir les novices à l’étranger : Etats-Unis, Espagne (Grenade) et Belgique :  Miguel fut ordonné prêtre en Belgique, à Enghien, en 1925.

Préoccupé par les circonstances politiques de son pays, et soucieux de sa famille, Miguel fut affecté dans sa santé et souffrit beaucoup de l’estomac. Il dut être opéré plusieurs fois ; ses proches remarquèrent que, pour masquer ses douleurs, il s’efforçait d’être encore plus joyeux.

Finalement on lui concéda le retour et, courageusement, il vint dans son pays, où sévissait en 1926 une forte persécution.

Il vécut clandestinement, déguisé tour à tour en chanteur, en homme mondain, en paysan, en mécanicien, circulant à bicyclette. Avec une bonne dose d’humour, il se déplaçait avec sa guitare, chantait… et profitait de ses rencontres pour confesser et donner la communion, parfois jusqu’à quinze cents dans une seule journée ! Il convertit même des gens qui, officiellement, adhéraient au parti socialiste ou communiste, ennemi de l’Eglise.

Parfois, lors de «réunions» chez des amis, il prévoyait toute irruption de la police en faisant jouer quelque rythme de danse, de sorte qu’à la moindre alerte, il simulait un bal domestique, dansant avec la maîtresse de maison et évitant ainsi l’arrestation.

Son «arme» était le crucifix : Voilà mon arme, disait-il, avec ça, je n’ai peur de personne.

En 1927 cependant, les soupçons s’étant accumulés sur sa tête et celle de son frère Umberto, il fut accusé d’avoir trempé dans le complot contre le général Obregón (alors qu’il n’avait jamais accepté les façons «violentes»). La réalité était qu’une des voitures utilisées pour l’attentat avait précédemment appartenu à l’un des deux frères.

Il fut arrêté, «jugé» sans tenir compte des témoignages unanimes en sa faveur, et condamné à mort. Sur le chemin, un des membres du peloton s’avança et demanda pardon à l’oreille du père Miguel, qui le lui accorda de grand cœur.

Parvenu sur place, il demanda à prier un instant, s’agenouilla, puis se releva et adressa quelques mots de pardon aux bourreaux.

Il mit les bras en croix et ses dernières paroles furent : Vive le Christ Roi ! 

Il fut fusillé, le 23 novembre 1927.

Les autorités mexicaines interdirent toute manifestation publique et toute assistance à ses funérailles, à Mexico, de sorte qu’il y eut «seulement»… vingt-mille personnes.

Le père Miguel fut béatifié en 1988.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens