Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 00:00

Recaredo de los Ríos Fabregat

1893-1936

 

Né le 11 janvier 1893 à Bétera (Valencia), Recaredo (ou Ricardo, Richard) entra chez les Salésiens en 1909.

Ordonné prêtre en 1917, il fut à Sarria (Barcelone), Huesca, Campello, et directeur à Villena et Alicante.

Déjà en 1931, à Alicante, il eut à souffrir des violences physiques de la part des ennemis de la Religion.

En juillet 1936, il se trouvait à Valencia pour des exercices spirituels.

Le 22 juillet 1936, la maison fut envahie, occupée, et les Religieux arrêtés, relâchés et repris quelques jours après.

Avec d’autres Confrères, le père Recaredo fut fusillé à Picadero de Paterna (Valencia), le 9 (ou le 10) décembre 1936.

Il fut béatifié en 2001.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 00:07

Richard Langley

? -1586

 

Il naquit probablement à Grimthorpe (Yorkshire, Angleterre), fils de Richard, dont il hérita de la propriété de Rathorpe, et de Joan Beaumont, de Mirfield.

Richard vécut habituellement à Ousethorpe (East Riding). Il épousa Agnes Hansby, dont il eut un fils, Christopher, et quatre filles.

Il mit toute son énergie et sa fortune au service du clergé persécuté. Sa maison était un asile pour tous les prêtres ; il construisit même un souterrain pour les cacher, sans doute près de sa maison de Grimthorpe, qu’il transforma en un véritable sanctuaire.

On le dénonça. Toute une troupe débarqua pour fouiller Ousethorpe et Grimthorpe ; à Ousethorpe, on arrêta deux prêtres ; à Grimthorpe, on arrêta Richard lui-même.

Les crimes de ce laïc furent d’avoir hébergé et assisté des prêtres, ce qui lui valut d’être condamné à mort.

Il subit son martyre le 1er décembre 1586 à York et fut béatifié en 1929.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 00:02

Ralph Sherwin

1550-1581

 

Il naquit vers 1550 à Rodesley (Longford, Derbyshire, Angleterre).

En 1568, il fut un des premiers membres du Exeter College d’Oxford, où il prit ses grades ; il était réputé pour être un philosophe perspicace, un excellent grécisant et hébraisant.

En 1575, il s’enfuit de ce monde universitaire et gagna le collège anglais de Douai, où il fut ordonné prêtre en 1577.

Parvenu à Rome, il fut près de trois ans au collège anglais, y gagnant des amis et se mettant sous la tutelle des Jésuites.

Regagnant l’Angleterre, il s’arrêta à Milan, où il prêcha devant saint Carlo Borromeo (voir au 3 novembre).

Le 9 novembre 1580, il fut mis en prison à Marshalsea, où il convertit des prisonniers, et le 4 décembre il fut conduit à la Tour de Londres. On le tortura durement le 15 décembre, puis on le laissa dans la neige ; le 16 décembre, à nouveau torturé, on le laissa cinq jours et nuits sans nourriture et sans lui parler. En rêve, il se vit en face du Sauveur sur la Croix.

Après une année de prison, il subit un simulacre de jugement. Accusé de trahison, condamné à mort le 20 novembre, et exécuté à Tyburn le 1er décembre 1581, en même temps que Alexander Briant et Edmund Campion.

Il fut béatifié en 1929, et canonisé en 1970.

Le miracle retenu pour la canonisation, advint par l’intercession de Cuthbert et de ses Compagnons en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 00:13

Rafael Touceda Fernández

1904-1936

 

Rafael naquit à Madrid, le 22 janvier 1904 et fut baptisé le 31.

Il fréquenta le collège tenu par les Sœurs de la Charité et eut pour confesseur le (futur saint) José María Rubio (voir au 4 avril).

En 1927, il entra dans l’Ordre Hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu et fit les vœux en 1929, prenant le nom de Román.

Il fut presque continuellement dans la communauté de Ciempozuelos (Madrid) où, en 1936, il était vice-recteur. 

On l’apprécia particulièrement pour son zèle auprès des moribonds. Il avait pour devise : Je serai un frère de la charité, et même mieux, une mère de la charité.

Le 7 août, les miliciens firent irruption dans la maison, arrêtèrent les Religieux et les portèrent à la prison San Antón, où ils restèrent environ quatre mois. Mais on voulait obliger Román à rester dans l’hôpital. Il refusa net : Mort, je reste ici ; vivant, je pars avec mes Frères.

En prison, il reprenait sans respect humain les blasphèmes des gardiens et, pour ce motif, supporta maintes vexations, et plusieurs fois mis en joue avec les fusils.

Le 28 et le 30 novembre, il y eut plusieurs «appels», et Román fut de ceux du 30 novembre.

C’était consolant, disait-on, de le voir partir si content à la mort.

Il fut conduit comme les autres à Paracuellos de Jarama.

C’était le 30 novembre 1936. Le père Román fut béatifié en 1992.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 00:00

Román Martín Mata

1918-1936

 

Il naquit le 22 mai 1918 à Buevanista de Valdavi (Palencia, Espagne) de Mariano et Antonia et fut baptisé le 2 juin.

Il entra chez les Religieux Augustins, fit le noviciat à Leganés (Madrid) et la profession en 1935, avant de passer à l’Escorial (Madrid) pour les études de philosophie : il ne fit qu’une année.

La journée du 6 août interrompit cette préparation au sacerdoce, en mettant ce jeune Religieux sur la voie du martyre. Il avait dix-huit ans.

 

 

Voir la notice Augustins martyrs Paracuellos 30/11/1936

 
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 00:00

Ramón Juan Costa

1888-1936

 

Ramón (Raymond) vit le jour le 23 novembre 1888 à Orihuela (Alicante, Espagne).

Enfant, il fut servant de messe à la cathédrale.

Entré chez les Capucins en 1905, il reçut l’habit et le nom de Honorio.

Il fit la profession en 1906 et fut ordonné prêtre en 1914.

Son ministère se développa à Totana (Murcie), et Castellón (Valencia) à partir de 1923, où il fut particulièrement assidu au confessional ainsi que dans l’assistance auprès des malades et des mourants.

Lors des hostilités de 1936, il se trouvait chez ses parents à Orihuela et fut arrêté le 13 novembre.

Au milieu des insultes et des humiliations, il reçut la palme du martyre au cimetière d’Elche (Alicante) le 30 novembre 1936, avec dix autres prêtres. 

Il fut béatifié en 2013.

 
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 00:00

Ricardo Marcos Reguero

1891-1936

 

Il naquit le 9 juin 1891 à Villanueva de las Manzanas (León, Espagne) de Francisco et Cándida. Il fut baptisé le 13.

Il entra chez les Religieux Augustins comme Frère, fit le noviciat à l’Escorial (Madrid) et la profession en 1912.

A partir de 1915, il fut administrateur du Collège Alfonso XII à l’Escorial (Madrid).

En juillet 1936, il s’y trouvait encore et quand le Collège fut converti en hôpital à urgences, les autorités civiles l’obligèrent même à rester sur place, avec le prétexte qu’il n’y avait que lui qui savait faire fonctionner le matériel : on peut supposer qu’en réalité, aucun des miliciens ne voulait se charger du travail. Le Frère, lui, fut très impressionné de voir tous les blessés et les cadavres qui passèrent devant lui.

Cela n’empêcha pas les miliciens de l’arrêter avec tous les autres Confrères, le 6 août.

 

 

Voir la notice Augustins martyrs Paracuellos 30/11/1936

 
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 00:00

Ramiro Alonso López

1915-1936

 

Né le 28 mars 1915 à Pozuelo de Tábara (Zamora, Espagne) et baptisé le 18 avril, de Juan et Urbana, il entra chez les Religieux Augustins.

Il fit la profession en 1932.

En 1936, il était étudiant en philosophie à l’Escorial.

 

 

Voir la notice Augustins martyrs Paracuellos 30/11/1936

 
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 00:00

Ramiro Frías García

1906-1936

 

Il vit le jour le 13 mars (ce qui explique qu’il ait porté le nom de saint Ramiro, fêté ce jour-là localement) 1906 à Villajimena (Palencia, Espagne).

Il entra au collège des Frères des Ecoles Chrétiennes de Bujedo en 1919, où ses professeurs remaquèrent tout de suite autant son intelligence que sa modestie.

En 1922, il reçut l’habit et prit le nom de Vidal Ernesto ; en 1923, il fit la première profession et passa au scholasticat ; il fera la profession solennelle en 1931.

Les lieux de son activité furent : Bujedo (1925), Griñón (1928), les deux maisons de Madrid (Maravillas et Sacré-Cœur, 1929-1933), Lorca (1933), de nouveau Griñón (1934), de nouveau Madrid (1935-1936).

Lors de son séjour à Madrid, il eut la faculté d’élargir ses compétences par de bonnes études musicales qui l’amenèrent à être, outre que professeur, organiste et maître de chapelle.

Son séjour à Lorca fut marqué par la maladie, ce qui poussa ses supérieurs à l’envoyer à Griñon, occupé à des tâches moins fatiguantes. Puis il gagna Madrid, au collège de la Castellana, qui remplaçait celui des Maravaillas, incendié durant les émeutes de 1931. C’est alors qu’il se découvrit aussi des aptitudes pour les Sciences Naturelles : il organisa une très belle exposition entomologique, qui lui valut les meilleurs compliments du directeur lui-même du Musée National. Ce Musée abrite actuellement des collections issues du travail du Frère Vidal Ernesto.

On le déchargea un peu de l’enseignement, pour lui laisser le temps de s’occuper de ces recherches en minéralogie et botanique. Il devint spécialiste dans le secteur de la cristalisation des minerais.

Ses élèves participaient à sa recherche de papilons, mais il était aussi en correspondance avec d’autres Frères d’Amérique du Sud, pour enrichir toujours plus ses collections.

Cette intense activité ne l’empêcha jamais de participer aux tâches de la communauté, auxquelles il s’associait toujours avec grande simplicité.

Le Frère Vidal Ernesto était devenu une quasi-célébrité, et en même temps une des cibles des ennemis de Dieu. Il fut arrêté dès juillet 1936 et mis en prison, avec d’autres Frères, dont Daciano (voir au 27 novembre).

On le fusilla à Vicálvaro (Madrid) le 28 novembre 1936.

Le Frère Vidal Ernesto fut béatifié en 2013.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 00:00

Rufus

1er siècle

 

L’évangéliste saint Marc rapporte que Simon le Cyrénéen, qui aida Jésus à porter sa croix, était père d’Alexandre et de Rufus (Mc 15:21) ; puis l’apôtre Paul écrit aux Romains :

Saluez Rufus, cet élu dans le Seigneur, ainsi que sa mère que je considère comme la mienne (Rm 16:13).

Seule la Tradition permet de faire coïncider les deux personnages, sans autres preuves.

Chez les apocryphes Rufus est devenu évêque à Thèbes ou à Athènes ou en Avignon, selon les cas.

La tradition la plus solide rapporte que Rufus accompagna saint Paul en Espagne, où Paul l’établit chef de l’Eglise de Tortosa. De là, Rufus vint fonder l’Eglise en Avignon, où il mourut vers 90.

Toutefois, l’actuel Martyrologe distingue deux personnages : l’un en Avignon le 14 novembre, du 3e siècle, l’autre, notre Rufus de l’Epître aux Romains, au 21 novembre, du 1er siècle (mais sans mentionner l’épiscopat).

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens