Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 23:00

Ricard Farré Masip 

1897-1936

 

Né le 20 avril 1897 aux Torms (Lleida, Espagne), il fut baptisé le jour-même, mais sa maman mourut peu après la naissance. 

En 1909, il entra au Petit séminaire des Carmes Déchaux de Badalona et au noviciat de Tarragona en 1912.

En 1913, il fit la profession, prenant le nom de Eduard de l’Enfant-Jésus.

En 1920, il fut ordonné prêtre, avec une dispense d’âge, car il n’avait que vingt-trois ans.

Il fut tout de suite envoyé à Mexico, où il resta jusqu’en 1923 seulement, à cause de la persécution qui y sévissait : il passa aux Etats-Unis et y termina sa préparation à la licence de théologie.

Il fut élu prieur de la communauté de Washington, en même temps qu’il était vicaire provincial.

En 1933, il fut présent au Chapitre général de l’Ordre en Israel, puis rejoignit Barcelone pour y enseigner la théologie.

En 1936, il fut élu prieur du couvent de Tarragona, là où il avait fait le noviciat.

Tandis qu’il était en train de prêcher pour les fêtes du Carmel (16 juillet), tous les religieux durent se réfugier dans des maisons privées à partir du 20 juillet 1936.

Le 25 juillet 1936, des miliciens vinrent «enregistrer» le couvent, où se trouvaient le père Eduardo et le père Gabriel. Ces derniers furent arrêtés et conduits immédiatement à Montcada (Barcelone), où ils furent fusillés cette nuit-là même.

 

Il fut un des nombreux Martyrs de la persécution espagnole, béatifiés en 2007.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 23:00

Robert Ludlam

1551-1588

 

Né vers 1551 dans le Derbyshire, Robert était fils d’un petit propriétaire. 

Il s’inscrivit en 1575 au Collège Saint Jean d’Oxford, qu’il quitta cependant avant le diplôme, après deux ou trois ans, avant de rejoindre le Collège anglais de Reims en 1580 et il fut ordonné prêtre en 1581.

De retour en Angleterre dès 1582, il y exerça le saint ministère pendant six ou sept ans, très estimé pour sa douceur et sa bonté.

Il fut arrêté avec un autre prêtre, Nicholas Garlick, le 12 juillet 1588 à Padley, chez les Fitzherbert, où le comte de Shrewsbury fit une descente en règle.

On arrêta ensemble le père Garlick, le père Ludlam, John Fitzherbert, son fils Anthony, trois de ses filles (Maud, Jane et Mary), et dix domestiques.

A Derby Gaol, les deux prêtres retrouvèrent le père Richard Simpson, récemment condamné à mort, mais dont l'exécution fut suspendue, parce qu’il aurait exprimé des velléités de participer à un service protestant ou peut-être parce que la reine aurait donné l’ordre de suspendre l’exécution de prêtres, pour réduire la menace d’une invasion de la part de l’Espagne. Que Simpson ait eu ou non quelque hésitation auparavant, il resta toujours fidèle après avoir rencontré Garlick et Ludlam.

Le 23 juillet 1588, les trois prêtres furent condamnés pour être entrés dans le royaume et avoir «séduit» les sujets de la reine. 

Les trois prêtres furent accusés de trahison et condamnés à la pendaison, l’éviscération et l’écartèlement, la sentence devant être exécutée le lendemain. En voici les termes : 

Chacun de vous trois sera conduit à l’endroit d’où vous êtes venus, et de là sera tiré sur une claie jusqu’au lieu de l’exécution. Vous serez pendus séparément, mais remis à terre encore en vie ; on vous coupera le pénis ; vos entrailles vous seront retirées et brûlées devant vous ; on vous coupera la tête ; vos corps seront taillés en quatre parties, qui seront à la disposition de la Reine ; et que le Seigneur ait pitié de vos âmes.

Les trois prêtres passèrent leur dernière nuit en compagnie d’une femme elle aussi condamnée à mort, pour meurtre : durant la nuit, ils la réconcilièrent dans la foi catholique et elle fut pendue avec eux le lendemain.

Le 24 juillet donc, les trois prêtres furent mis sur des claies et tirés jusqu’au pont Sainte-Marie, où eut lieu l’exécution. 

Quand ils arrivèrent au pont, le chaudron n’était pas prêt pour brûler les entrailles des victimes. C’était, paraît-il, fréquent, les gens de l’endroit n’étant pas très au courant du rituel de cette boucherie.

Le père Garlick en profita pour faire aux gens une longue homélie sur le salut de leurs âmes, ignorant les efforts des hommes pour le faire taire. 

Ludlam fut exécuté le troisième ; il souriait pendant l’exécution de Garlick, et souriait encore quand vint son tour. Ses derniers mots furent : Venite, benedicti Dei (Venez, les Bénis de Dieu).

Ce martyre eut lieu le 24 juillet 1588.

 

Les trois prêtres furent béatifiés en 1987.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 23:00

Richard Simpson

1553-1588

 

Né vers 1553 à Well (Yorkshire), Richard Simpson (ou Sympson) semble avoir été un prêtre anglican passé au catholicisme.

Ayant refusé de prêter le serment de fidélité au roi, il fut emprisonné ; relâché, il gagna le Collège anglais de Douai en 1577.

On ne sait la date exacte de son ordination sacerdotale dans le catholicisme. En effet, le Collège allait être démobilisé de Douai à Reims, et le registre eut quelques lacunes. Il est toutefois certain que Richard fut ordonné à Bruxelles, dans les quatre mois qui suivirent son admission au Collège, et que dès le 17 septembre il repartait pour son pays natal en qualité de prêtre missionnaire.

Il exerça le saint ministère dans le Lancashire et le Derbyshire.

Il aurait subi un premier exil en 1585, mais serait vite rentré au pays.

En janvier 1588, dans le Peak District, il rencontra un inconnu qui lui parlait avec une telle véhémence de sa foi catholique, que Simpson finit par parler de son sacerdoce : c’était un traquenard ; Simpson fut dénoncé et arrêté dès son arrivée à la prochaine ville. Emprisonné à Derby, il fut condamné à mort pour trahison aux assises de printemps, mais renvoyé aux assises d’été.

Plusieurs récits affirment que le père Simpson aurait exprimé des velléités de célébrer le culte anglican ou du moins d’en écouter un sermon. On ne peut le prouver de facto.

Un autre récit précise que les déclarations de Simpson ne satisfaisaient pas le juge, lequel ne voulut ni le condamner ni le libérer, mais le renvoya à un jugement ultérieur.

Un autre auteur propose une analyse politique de la situation qui expliquerait mieux ce délai : c’est que la reine, craignant une intervention de l’Espagne catholique, aurait suspendu pendant une dizaine de mois les exécutions capitales de prêtres ; c’est ainsi qu’après l’exécution de George Douglas à York en septembre 1587, il n’y eut pas d’autre exécution jusqu’en juillet 1588, quand fut alors exécuté Richard Simpson ; une trentaine d’autres furent ensuite exécutés cette année-là.

A Derby Gaol, Richard Simpson fut rejoint par les pères Nicholas Garlick et Robert Ludlam (voir les notices de ces deux prêtres). Quelle qu’eût été la cause du délai apporté à l’exécution de Simpson, il resta fidèle à sa foi catholique, avec ses deux Confrères, jusqu’au bout.

Le 23 juillet 1588, les trois prêtres furent accusés de trahison et condamnés à la pendaison, l’éviscération et l’écartèlement, la sentence devant être exécutée le lendemain. En voici les termes : 

Chacun de vous trois sera conduit à l’endroit d’où vous êtes venus, et de là sera tiré sur une claie jusqu’au lieu de l’exécution. Vous serez pendus séparément, mais remis à terre encore en vie ; on vous coupera le pénis ; vos entrailles vous seront retirées et brûlées devant vous ; on vous coupera la tête ; vos corps seront taillés en quatre parties, qui seront à la disposition de la Reine ; et que le Seigneur ait pitié de vos âmes.

Ils passèrent leur dernière nuit en compagnie d’une femme elle aussi condamnée à mort pour meurtre : durant la nuit, ils la réconcilièrent dans la foi catholique et elle fut pendue avec eux le lendemain.

Le 24 juillet donc, les trois prêtres furent mis sur des claies et tirés jusqu’au pont Sainte-Marie, où eut lieu l’exécution. 

Quand ils arrivèrent au pont, le chaudron n’était pas prêt pour brûler les entrailles des victimes. C’était, paraît-il, fréquent, les gens de l’endroit n’étant pas très au courant du rituel de cette boucherie.

Simpson devait être exécuté le premier, mais Garlick se présenta devant lui, embrassa l’échelle et passa le premier, vraisemblablement parce qu’il voyait que Simpson était un peu craintif ou même allait manquer de courage. Son exemple lui redonna courage en effet, il fut exécuté en second et souffrit avec grande constance, même s’il n’exprimait pas les mêmes signes de joie que ses Compagnons. Ludlam fut le troisième.

Quand on s’apprêta à écarteler le corps du père Simpson, on s’aperçut qu’il portait un cilice. La foule cria Un diable, un diable !, mais quelqu’un de plus intelligent expliqua qu’il le portait en signe de repentance.

 

Ce triple martyre eut lieu le 24 juillet 1588 et les trois prêtres furent béatifiés en 1987.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 23:00

 

Robert Bickerdike

?-1586

 

Ce laïc anglais était né à Low Hall (Knaresborough, Yorkshire) à une date non connue.

Il vivait à York et, d’après le Martyrologe romain, s’était réconcilié avec l’Eglise catholique.

Il fut arrêté une première fois en 1582 pour avoir donné au martyr John Boste (voir au 24 juillet), un verre de bière. Ensuite, à son procès, il fut accusé d’avoir proféré des propos de trahison. Acquitté, il fut rappelé par le juge à Castle pour un nouveau procès.

Cette fois-ci, il fut condamné. Un de ses «forfaits» était que, au moment où l’on conduisait Francis Ingleby pour être exécuté (voir au 3 juin), il avait protesté contre une femme qui accusait le condamné de voleur. C’est ce «délit» qui semble avoir été la cause de sa condamnation.

L’exécution eut lieu à York, par pendaison, éviscération et décapitation.

On ne connaît pas non plus au juste le jour de son martyre ; certains le mettent probablement au 23 juillet, d’autres au 5 août, ou peut-être aussi au 8 octobre. Au Martyrologe, il est mentionné avec John Fingley, le 8 août.

Robert a été béatifié en 1987.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 23:00

Ramona Ors Torrents

1862-1936

 

Ramona (Raymonde) était née le 28 octobre 1862 à Centelles (Barcelone, Espagne).

Elle entra à vingt-deux ans chez les Sœurs Minimes de Barcelone, et prit le nom de Marguerite Alacoque de Saint-Raymond.

Elle fit la profession solennelle en 1887.

On disait qu’elle avait toutes les vertus, obéissante, humble, serviable ; elle lisait assidûment l’Ecriture Sainte.

C’est à Sant Genís dels Agudells, Horta (Barcelone), qu’elle reçut la palme du martyre, le 23 juillet 1936.

 

Elle a été béatifiée en 2013.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 23:00

Ramón Pérez Sousa

1903-1936

 

Ramón (Raymond) était né le 1er août 1903 à Feás de Guinzo de Limia (Orense, Espagne).

Entré chez les Carmes, il était au couvent de Montoro (Cordoue), comme frère.

C’est là qu’il reçut la palme du martyre, le 22 juillet 1936.

Il a été béatifié en 2013.

 

 

Voir aussi la notice Carmes martyrs à Cordoue 1936

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 23:00

Ruose Wang Yumei

1832-1900

 

Ruose Wang Yumei (Josephus), né vers 1832 à Weixian (Hebei), martyrisé le 21 juillet à Daning (Weixian, Hebei).

 

Il a été béatifié en 1946 et canonisé en 2000.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 23:00

Rita Josefa Pujalte y Sánchez

1853-1936

 

Née le 18 février 1853 à Aspe (Alicante, Espagne) de Antonio Pujalte et Luisa Sánchez, Rita reçut une éducation bourgeoise et profondément chrétienne.

Elle s’engagea dans les œuvres de charité et dans la catéchèse. Elle fit partie des Filles de Marie, du Tiers-ordre franciscain, de la société Saint-Vincent-de-Paul.

En 1888, elle entra dans l’institut des Sœurs de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus, qui avait été fondé en 1877.

Elle fit la profession religieuse en 1890, prenant le nom de Rita Dolores (des Douleurs ou de Notre-Dame des Douleurs).

Elle eut la charge de maîtresse des novices puis, en 1900, celle de supérieure générale, succédant à la Fondatrice.

En 1928, elle se retira à Madrid, au collège Sainte Suzanne.

Elle était devenue aveugle, et devait garder le lit à cause du diabète, épreuve où elle montra toute sa patience.

Durant la persécution de 1936, elle se trouvait en compagnie d’une autre Religieuse (Francisca Aldea Araujo, voir plus bas), dans le collège de Sainte Suzanne (un quartier périphérique de Madrid) où elles recevaient de petites filles, pauvres et orphelines. A cause de celles-ci, les Religieuses avaient décidé de rester sur place.

Rita fut invitée plusieurs fois à trouver un endroit plus sûr pour se protéger, mais elle pensait qu’elle perdait plus à aller se cacher qu’à rester sur place. L’autre Religieuse préféra rester aussi pour l’assister. C’est que Rita avait alors quatre-vingt trois ans… 

On arriva ainsi au 20 juillet. Le collège fut pris d’assaut.

Les deux Religieuses n’avaient rien d’autre à faire que d’aller se recueillir à la chapelle et de se préparer au martyre. Mère Rita dit : Mettons-nous dans les bras de Dieu et que soit faite sa sainte volonté.

Les miliciens les firent sortir. Elles récitèrent alors le Credo. Les miliciens les accompagnèrent jusqu’à un appartement voisin. Vers midi, on les conduisit avec violence dans une camionette pour les emmener à la carrière de Barajas, près du cimetière de Canillejas, où on les fusilla, vers trois heures de l’après-midi. C’était vers la neuvième heure… (cf. Mt 27:46).

Des témoins furent émerveillés de la sérénité qui se lisait sur le visage des deux Martyres, et même du parfum qui émanait de ces corps désormais sans vie.

Quand on voulut exhumer la dépouille de Mère Rita, on la trouva sans corruption (en 1954).

Mère Rita Dolores (ainsi que l’autre Religieuse) furent béatifiées en 1998. 

Leur dies natalis est au 20 juillet.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 23:00

Ruohan Zhu Wurui

1883-1900

 

Ruohan (Joannes Baptista) Zhu Wurui était né vers 1883 à Zhujiahe (Jingxian, Hebei) et fut martyrisé à Lujiazhuang (Jingxian, Hebei) le  19 juillet.

 

Il a été béatifié en 1946 et canonisé en 2000.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 23:00

Robert Grissold

1575-1604

 

Robert Grissold (ou Greswold, Griswold) était né vers 1575 à Rowington, de John, un tisserand, et Isabel Grissold, de Poundley End (Rowington), qui eurent six garçons et une fille.

Il travaillait au service de M. Sheldon à Broadway (Worcestershire), et avait (comme son frère John) un grand respect pour les prêtres catholiques.

C’est pour cela aussi qu’il protégea John Sugar.

Le 8 juillet 1603, le bruit courut qu’un prêtre se trouvait à Rowington, probablement dans la maison d’un certain William Skynner, qui avait déjà eu des problèmes pour avoir hébergé un prêtre ; mais on ne trouva personne chez lui. On alla chez les oncles de Robert, bien connus pour être catholiques. Les soldats étaient guidés par le propre neveu de ces oncles, un cousin germain de Robert, mais on ne trouva personne là non plus.

Mais en sortant de là, ils rencontrèrent Robert en compagnie de John, sur la route de Baddesley ; peut-être était-ce au retour d’avoir célébré la messe chez les Clinton de Baddesley. Les deux amis furent arrêtés, et le cousin Grissold proposa à Robert de le laisser partir, mais ce dernier refusa de quitter John.

Après une année de prison à Warwick Gaol, ils furent tous les deux condamnés à mort le 14 juillet 1604, John Sugar pour le crime d’être prêtre, Robert Grissold pour celui de l’avoir aidé. 

On proposa encore à Robert de le laisser en vie, s’il acceptait d’adhérer à l’Eglise d’Angleterre, ce qu’il refusa catégoriquement : Je ne l’ai pas suivi jusqu’ici (parlant de John) pour le laisser là juste maintenant.

Ils furent pendus à Gallows Hill. 

On exécuta d’abord John. Voyant la corde qui allait servir pour lui, Robert alla la baigner dans le sang du prêtre. La montrant aux gens présents, il leur dit : Soyez témoins, braves gens, que je meurs ici non pas pour avoir volé, ni pour avoir trahi, mais pour ma conscience. 

Il pardonna aux persécuteurs et au bourreau, pria l’acte de contrition, et invoqua le Nom de Jésus. Puis il s’en remit aux mains de Dieu Tout-puissant. Lui, on le laissa expirer avant de relâcher la corde.

La tête et les restes de John, qui était plus «coupable», furent exposés aux portes de Warwick. Le corps de Robert fut «seulement» enterré non loin de là.

Ce fut le 16 juillet 1604.

 

 

Robert fut béatifié avec John Sugar en 1987.


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens