Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 23:00

Romulus de Fiesole

† 90

 

Il y a plusieurs légendes concernant ce Saint, martyr à Fiesole (Toscane, Italie). En essayant de trouver entre elles un dénominateur commun et un lien possible entre les divers éléments de ces textes, on pourrait arriver à l'histoire suivante.

Romulus, né évidemment à Rome, se serait converti après avoir entendu la prédication de saint Pierre.

S'étant mis à son tour à prêcher avec succès l'Evangile à Rome même, puis dans les environs, Romulus fut bientôt nommé évêque par l'apôtre saint Pierre, qui l'envoya à Fiesole avec deux compagnons.

De passage à Volterra, ils croisèrent deux autres disciples de saint Pierre qui, eux, s'en revenaient de Fiesole, découragés par leurs travaux infructueux.

Romulus n'eut pas plus de succès, de sorte qu'il bifurqua vers la Lombardie, avec ses compagnons.

Mais voilà que bientôt après, un ange vint tirer l'oreille de nos missionnaires et les invita à revenir à la mission confiée par saint Pierre.

Cette fois-ci, ils pénètrent dans Fiesole, mais en secret, et Romulus commença à convertir un à un des habitants de cette ville toute païenne.

Les miracles furent aussi au rendez-vous : l'eau qu'une femme se refusait à donner à boire à nos héros, se transforma en sang. Par ailleurs, un jeune homme possédé du démon fut délivré par Romulus.

Ces épisodes, avec les nombreuses conversions opérées par Romulus, provoquèrent la colère du gouverneur, qui fit arrêter Romulus et ses compagnons, les invita à sacrifier aux dieux romains et, sur leur refus catégorique, les fit décapiter sans autre forme de procès.

Les quatre compagnons de Romulus auraient eu nom : Carissimus, Marchitianus, Crescentius, Dolcissimus, et le possédé guéri, Celsus.

C'était l'été 90, le 6 juillet, sous l'empereur Domitien.

Légendaire ou non, ce récit fait que saint Romulus est le patron de Fiesole et que la cathédrale lui est dédiée. Elle abrite l'urne des restes de son glorieux premier évêque martyr.

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 23:00

George Nichols

1550-1589

Richard Yaxley

1560-1589

Humphrey Prichard

1564-1589

Thomas Belson

1564-1589

 

 

George Nichols (ou Nicolls) naquit en 1550 à Oxford.

Il entra au Brasenose College en 1564 ou 1565 et reçut son diplôme de bachelier à l’université en 1571. 

Huissier et professeur à l’école Saint-Paul de Londres, il fut reçu dans l’Eglise catholique et, en 1581, rejoignit avec Thomas Pichard le Collège de Reims, où l’on préparait les candidats au sacerdoce pour l’Angleterre. Il fit un voyage à Rome et revint à Reims en 1582.

Après avoir reçu le sous-diaconat et le diaconat, il fut ordonné prêtre en 1583.

Renvoyé en mission à Oxford, il y faisait un excellent travail pastoral et convertissait beaucoup de gens, entre autres un voleur de grand chemin très connu.

En 1589, il fut arrêté à Oxford, en même temps qu’un autre prêtre, Richard Yaxley, et deux laïcs, Humphrey Prichard et Thomas Belson.

 

Richard Yaxley était né vers 1560 à Boston (Lincolnshire), troisième fils de William et Rose. Venu lui aussi à Reims en 1582, il reçut le sacerdoce en 1585 (ou 1586).

 

Humphrey Pritchard était un laïc, né vers 1564 à Brill (Buckinghamshire).

 

Thomas Belson était né dans le Pays de Galles (à une date inconnue) ; c’était un candidat au sacerdoce. 

 

On les accusait tous les quatre de trahison, en vertu de l’arrêt du Parlement à la suite de la bulle papale de Pie V.

Ils furent transférés à la prison Bridewell de Londres. Là les deux prêtres George et Richard furent pendus par les mains pendant cinq heures, pour les forcer à renier leur foi, mais on n’y parvint pas.

George fut alors enfermé dans un cachot infect, plein de vermine, toujours à Bridewell ; Hymphrey y fut aussi enfermé. 

Richard, lui, fut enfermé à la Tour de Londres, où l’on croit qu’il fut mis plusieurs fois à la torture. Thomas fut envoyé à Gatehouse.

Le 30 juin, ils furent réexpédiés à Oxford pour y être jugés. Là on leur appliqua la loi selon laquelle était passible de mort tout prêtre pénétrant sur le sol anglais et toute personne qui les aiderait. Tous quatre furent donc condamnés à mort, les deux prêtres pour trahison, les deux laïcs pour complicité.

C’est George qui fut exécuté le premier, puis Richard, Thomas et Humphrey.

George Nichols et Richard Yaxley furent pendus, éviscérés et écartelés, tandis que Humphrey Prichard et Thomas Belson furent “seulement” pendus.

George n’eut pas la permission de parler à la foule, ce qui montrait bien, indirectement, qu’il n’était exécuté que pour le seul fait d’être prêtre.

Après l’exécution, les têtes des prêtres furent envoyées au château, et leurs restes accrochés aux quatre portes de la ville.

Ce martyre eut lieu le 5 juillet 1589.

La barbarie de cette exécution semble avoir produit un effet convainquant sur la population, en ce sens que pendant vingt ans aucun autre dissident catholique ne fut exécuté à Oxford.

George, Richard, Humphrey et Thomas furent béatifiés en 1987, parmi les quatre-vingt cinq Martyrs d’Angleterre et du Pays de Galles.

Ils sont mentionnés le 5 juillet au Martyrologe.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 23:00

Rosa Curcio

1877-1957

 

Née le 30 janvier 1877 à Ispica (Sicile), Rosa était la septième des dix enfants de Salvatore et Concetta Franzò, des gens de grande culture.

Vive, pieuse, attentive aux pauvres, de santé fragile (elle est diabétique), elle quitta l’école trop tôt, mais continua de s’instruire par la lecture des livres de la bibliothèque familiale.

Très tôt, comme elle l’écrivit, sainte Thérèse d’Ávila ravit son cœur. A treize ans, elle demande à son papa l’autorisation d’intégrer le Tiers-Ordre carmélite d’Ispica. Elle voulait associer la vie contemplative du Carmel et l’apostolat missionnaire.

Il lui sembla voir le Cœur du Christ, qui l’appelait.

Avec d’autres compagnes, après la mort de son père, elle commença une vie communautaire dans une maison de propriété familiale. Désormais elle s’appellerait Maria Crocifissa (Crucifiée).

Soutenue par l’Ordre carmélitain, elle vint à Modica pour s’occuper de la maison «Carmela Polara», où étaient reçues des jeunes filles pauvres ou orphelines.

En 1925, elle assista à la canonisation de sainte Thérèse de Lisieux. Depuis, toutes ses difficultés s’évanouirent. La même année elle s’établit à Santa Marinella (Rome) et sa communauté fut affiliée au Carmel.

En 1930, cette communauté reçut officiellement son appellation de Congrégation des Carmélites Missionnaires de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, vouée à conduire les âmes à Dieu, cherchant à extraire l’or de la boue, car en toute âme, même la plus éprouvée, la plus affaiblie, se trouve toujours une pépite d’or cachée, qu’il faut remettre à jour et faire briller.

En 1943, les bombardements obligèrent les Religieuses à déménager.

En 1945, Maria Crocifissa fut élue supérieure générale.

En 1947, quatre de ses Religieuses partirent pour le Brésil, avec pour mission de ne pas oublier les pauvres.

Minée par le diabète et de nombreuses souffrances, Maria Crocifissa mourut le 4 juillet 1954 à Santa Marinella.

En 1957, une maison s’ouvrit à Malte, puis viendront le Canada, la Tanzanie, les Philippines et la Roumanie.

Rosa Curcio (Maria Crocifissa) fut béatifiée en 2005.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 23:00

Baiduo Zhao Mingzhen

1839-1900

Ruohan Zhao Mingxi

1844-1900

 

De ces deux frères chinois, nés l’un vers 1839, l’autre vers 1844, à Beiwangtou (Shenzhou,  Hebei, Chine), on sait qu’ils vivaient saintement.

Baiduo et Ruohan étaient la transformation en chinois de Petrus et Ioannes (Baptista).

Lors de la persécution qui accompagna la révolte des Boxers, ils s’exposèrent courageusement pour protéger des femmes et des enfants en danger, dans leur propre village de Beiwangtou.

Ils furent sauvagement assassinés et moururent ainsi en témoins du Christ, le 3 juillet 1900.

 

Ils furent béatifiés en 1955 et canonisés en 2000.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 23:00

Baiduo Li Quanhui

1837-1900 

Rimen Li Quanzhen

1841-1900

 

Ces deux frères chrétiens et mariés étaient nés à Chentuncun (Jiaohe, Hebei, Chine), Baiduo (Pierre) vers 1837, Rimen (Raymond) vers 1841, et y reçurent la palme du martyre, le 30 juin 1900.

 

Béatifiés en 1955, ils furent canonisés en 2000, et sont fêtés comme tous les Martyrs chinois le 9 juillet.

Partager cet article
Repost0
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 23:00

Baolu Wu Anju

1838-1900

Ruohan Wu Mantang

1883-1900

Baolu Wu Wanshu

1884-1900

 

Baolu (Paul) était né vers 1838 à Xihetou (Shenzhou, Hebei, Chine).

Chrétien et marié, il avait un fils, Ruohan (Jean-Baptiste), et un neveu, Baolu lui aussi, nés au même endroit, le premier vers 1883, le second vers 1884.

Ils reçurent la palme du martyre dans leur ville, le même jour, en la fête de saint Paul, le 29 juin 1900.

 

Béatifiés en 1955, ils furent canonisés en 2000 parmi le groupe des Martyrs chinois, fêtés ensemble le 9 juillet.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 23:00

Ruose Ma Taishun

1840-1900

 

Ruose (Joseph) était né vers 1840 à Qianshenzhuang (Dongguang, Hebei, Chine).

Il était médecin et catéchiste ; toute sa famille avait apostasié devant la persécution. 

Resté fidèle, arrêté lors de la révolte des Boxers, il fut massacré à Wangla (Dongguand), le 26 juin 1900.

Il fut l’une des premières victimes de cette révolte de 1900. D’autres suivirent, particulièrement le 9 juillet, jour qui fut choisi pour leur fête commune.

 

Les Martyrs chinois ont été béatifiés le 24 novembre 1946 et canonisés en 2000. 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 23:00

Raymond Petiniaud de Jourgnac

1747-1794

 

Le Chanoine Petiniaud de Jourgnac était né le 3 janvier 1747 à Limoges (Haute-Vienne).

Docteur de la Sorbonne, il avait une immense culture. Prêtre, il était la douceur même, l’aménité, la charité, la piété et le talent personnifiés. On le disait tout semblable au saint évêque de Genève, saint François de Sales (v. 28 décembre).

Il fut vicaire général et official à Limoges (Haute-Vienne), chanoine et grand-chantre de la cathédrale. Tout le diocèse était éclairé de ses lumières, édifié par ses vertus, sanctifié par son zèle et sa bonté.

Lors de la Révolution, il dut se cacher en divers endroits du département, sachant pertinemment qu’il était menacé : on n’avait pas hésité à monter devant sa porte une potence à laquelle on voulait l’accrocher.

Il avait trouvé refuge à Riom, où il fut repéré et arrêté ; on l’emprisonna d’abord à Clermont, d’où on le reconduisit à Limoges, avec d’autres prêtres de l’Allier. On tenta de le déclarer coupable d’émigration, en raison de sa longue absence, et ainsi de le condamner à mort, mais on l’envoya «seulement» aux pontons de Rochefort.

Là, à bord du navire négrier Les Deux-Associés, il se dépensa de toutes ses forces pour manifester à ses collègues de captivité tout ce qu’il pouvait avoir de ferveur, de zèle, d’activité pour le salut des âmes, au point que même ceux qui n’avaient pas son caractère ou ses principes, l’aimaient et le vénéraient.

Il ramena aux bons principes des prêtres infidèles, avant d’être lui-même gagné par la vermine, couvert de plaies, qu’il supporta avec une patience héroïque. 

Au moment de s’éteindre, il exhortait encore ses voisins, eux aussi mourants, et expira en disant ce verset du psaume 4 : In pace, in idipsum dormiam et requiescam (En paix, je me couche et aussitôt je m’endors ; c’est un des psaumes qu’on chante à l’office des Complies).

C’est donc sur l’île d’Aix qu’il expira, le 26 juin 1794.

Il a été béatifié en 1995.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 23:00

Ruose Yuan Zaide

1766-1817

 

Ruose (Joseph) était né en 1766 à Pe-Choui-Hien (Peng, Sichuan, Chine).

Il fut conquis par la parole de Mgr Dufresse, et surtout par la beauté du message du Christ.

Devenu néophyte, il voulut recevoir le sacerdoce.

Ordonné prêtre, il fut un apôtre très actif, jusqu’à son arrestation en août 1816.

Condamné à mort, il fut étranglé le 24 juin 1817 à Sichuan.

 

Béatifié en 1900, il est un des Martyrs chinois canonisés en 2000, dont la fête commune est au 9 juillet (et parmi lesquels se trouve aussi Mgr Dufresse).


Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 23:00

Modeste Andlauer

1847-1900

Remi Isoré

1852-1900

 

 

 

Modeste Andlauer naquit le 22 mai 1847 à Rosheim, dans le diocèse de Strasbourg. Il devint Jésuite, fut ordonné prêtre en 1877 en partit en mission en Chine en 1881, dans la province du Hebei.

De prénom et de nature, il fut timide, humble, aimant le travail bien fait.

En 1870 il connut les faits du massacre de Tien-Tsin (voir notice). 

 

Remi Isoré était né le 22 janvier 1852 à Bambecque (Nord), aîné d’une famille nombreuse qui compta deux prêtres et une religieuse. Son père, instituteur et chrétien convaincu, le plaça au Petit séminaire d’Hazebrouck ; Remi sentit la vocation sacerdotale, alla au Grand séminaire de Cambrai, et décida bientôt d’entrer chez les Jésuites en 1875. Il fut envoyé en Chine en 1882, y apprit la langue, et devint prêtre en 1886. 

Comme en France, il enseigna d’abord dans un collège, puis sera curé à Tchang Kia Tchoang. A cette époque, Remi écrit : Hélas !  l'ère des martyrs n'est pas ouverte pour la Chine ; c'est peut-être ce qui retarde la conversion de cet immense empire, car la croix est un arbre qu'il faut arroser avec du sang. Ce n'est pas à dire, cependant, que toute espérance soit perdue de voir nos mandarins se mettre sérieusement à la besogne.

 

Après une période d’accalmie, survint en effet la persécution des Boxers en 1900. Modeste va rencontrer son confrère Remi Isoré, et tous deux sont surpris par les Boxers dans la mission de ce dernier, le 19 juin. Ils s’enferment dans la chapelle de leur communauté. Les chrétiens sont réunis sur la place publique. Il y a deux locaux, l'un à droite, l'autre à gauche. Les Boxers disent: Si vous allez à droite, c'est que vous êtes chrétiens. Si vous allez à gauche, vous serez sauvés. Ceux qui vont à droite sont massacrés, une trentaine, ainsi que les missionnaires.

Tous ces martyrs chinois, avec les pères Andlauer et Isoré font partie des cent-vingt Martyrs qui furent béatifiés en 1955, et canonisés en 2000.

Modeste et Remi, avec leurs Compagnons, sont morts le 19 juin 1900, et sont commémorés en ce jour dans le Martyrologe Romain.

Une fête commune célèbre ensemble ces cent-vingt martyrs chinois, le 9 juillet. On les commémore avec Agostino Zhao Rong, soldat converti devenu prêtre, et martyrisé en 1815.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens