Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 23:02


Romacharius de Coutances
† 600

Un document non confirmé a prétendu que Romacharius (ou Rompharius, en français Romphaire) venait de Grande-Bretagne et aurait résidé à Barfleur (Manche).
Il fut le sixième évêque de Coutances, probablement de 566 à 600.
On ne connaît que peu de choses sur le temps de son épiscopat, qui dura tout de même trente-quatre années environ.
Il se trouva à Nantes aux côtés de s.Euphrone de Tours (v. 4 août) pour la dédicace d’une église.
Quand l’évêque métropolite de Rouen, Prétextat, fut assassiné sur l’ordre de la reine Frédégonde (14 avril 586), c’est Romacharius qui présida aux funérailles.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Romacharius de Coutances au 18 novembre.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 15:04

Rufus d’Avignon
? 1. siècle

Rufus a été identifié par certains comme le fils de s.Simon de Cyrène (cf. Mc 15:21), disciple de s.Paul à Rome (cf. Ro 16:13), établi par ce dernier évêque en Avignon.
Cette pieuse tradition n’est pas invraisemblable, mais il n’y a pas de documents sûrs à ce propos. Toutefois le Martyrologe distingue deux personnages : le disciple du Seigneur que nomme s.Paul en Ro 16:13 (v. 21 novembre), et le nôtre.
La liste épiscopale officielle d’Avignon ne comporte pas le nom de Rufus et les premiers évêques de cette ville sont, semble-t-il, du troisième siècle.
Dans le Martyrologe, on retient que Rufus fut le premier responsable de cette communauté avignonnaise.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Rufus d’Avignon au 14 novembre.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 22:28

Romulus de Sancerre
5. siècle

Romulus fut un prêtre à Château-Gordon, une ancienne agglomération qui donna plus tard les deux bourgs de Saint-Satur et Sancerre (Cher).
Ce prêtre aurait fondé un monastère non loin de Sancerre, à Subligny, ce qui lui vaut l’épithète d’abbé dans le Martyrologe.
L’église paroissiale de Sancerre fut mise sous le patronage de s.Romulus (Romble, localement). Elle fut détruite par les Protestants en 1569.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Romulus de Sancerre au 1. novembre.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2017 3 25 /10 /octobre /2017 19:01

Rogatianus et Felicissimus de Carthage
† 258 ?

Quand la persécution de Dèce éclata (250), saint Cyprien (v. 14 septembre) était évêque de Carthage depuis moins d’un an et crut devoir se cacher en confiant l’administration de l’Eglise au prêtre Rogatianus, assisté de l’assemblée des prêtres et des diacres. Rogatianus fut bientôt arrêté.
Dans sa prison, il fut le soutien des chrétiens qui ne tardèrent pas à le rejoindre et, comme lui, refusèrent de renier leur foi.
S.Cyprien leur écrivit. Après les avoir félicités et encouragés à persévérer, il termine ainsi : Vous suivrez en tout le prêtre Rogatianus, glorieux vieillard qui pour la gloire de notre temps vous montre la route, grâce à sa foi vaillante et à la divine bonté. Avec notre frère Felicissimus, toujours calme et sage, soutenant l’assaut d’un peuple furieux, il vous a d’abord préparé une place en prison, et maintenant encore il vous précède comme s’il était votre fourrier…
On voit par ce texte que Rogatianus était un prêtre âgé ; qu’entendait Cyprien par son frère Felicissimus ? - Certainement pas un évêque coadjuteur, mais peut-être bien un prêtre, moins âgé que Rogatianus, mais tout aussi solide dans la foi.
Felicissimus n’apparaît plus ensuite dans la correspondance de saint Cyprien. Du moins espérons-le, car il serait dommage de l’identifier avec le diacre rebelle, ami de Novat, fauteur de schisme et d’hérésie.
Rogatianus recouvra la liberté après la persécution. S.Cyprien lui envoyait de l’argent pour secourir les pauvres et lui adressait ses directives pour essayer d’apaiser les rebelles et de réconcilier prudemment les malheureux apostats.
Nous n’avons aucun moyen de suivre l’activité de Rogatianus : la seule lettre où il figure au nombre des expéditeurs n’a que cinq lignes et se contente de faire savoir à l’évêque qu’une sentence d’excommunication qu’il avait portée, avait été appliquée.
Rogatianus et Felicissimus ont-ils été martyrisés pendant la persécution de Valérien, comme leur évêque Cyprien ? Nous l’ignorons absolument.
Le Martyrologe Romain mentionne saints Rogatianus et Felicissimus de Carthage au 26 octobre.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2017 3 25 /10 /octobre /2017 18:59


Rusticus de Narbonne
380-461

Rusticus était le fils d’un certain Bonosus, qui fut évêque, et neveu d’Arator, autre évêque. On ne nous a pas dit de quels sièges ces derniers furent évêques.
C’est peut-être à lui que s’adresse une lettre de s.Jérôme (v. 30 septembre) : dans l’affirmative, Rusticus compléta ses études à Rome avant de s’engager dans la voie monastique.
Il est certain que notre Rusticus entra dans un monastère proche de Marseille, où il eut pour compagnon un certain Venerius, futur évêque de Marseille.
En 427, Rusticus fut ordonné évêque de Narbonne ; c’était le cinquième sur ce siège.
Il participa aux conciles qui eurent lieu en Arles : il y en eut neuf au cinquième siècle (435, 443, 451, 454, 462, 463, 474, 475, 476). Celui de 462 concernait particulièrement Narbonne, qui venait d’être livrée par le gouverneur aux Wisigoths.
De 442 à 445, il fit construire une nouvelle basilique, en remplacement de la cathédrale détruite par un incendie.
Une lettre du pape Léon le Grand (v. 10 novembre) adressée personnellement à Rusticus, datable en 458-459, l’exhortait à ne pas se démettre de son siège épiscopal et l’encourageait à mettre toute sa confiance dans la force du Christ. Si nos repères chronologiques sont exacts, Rusticus avait donc proposé de se démettre à soixante-dix-huit ans. Aujourd’hui, selon la formule consacrée, on aurait accepté sa démission.
La même lettre fait allusion à une situation bien regrettable : des prêtres et des diacres se faisaient passer pour évêques et ordonnaient des clercs. Etait-ce propre à Narbonne, ou à la Gaule méridionale ? De telles ordinations n’avaient évidemment aucune validité.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Rusticus de Narbonne au 26 octobre.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 21:51

Rufus et Zosimus de Philippes
† 107

S.Ignace d’Antioche n’est pas parvenu seul à Rome, où il consomma son martyre (v. ce même jour, 17 octobre). En route on lui adjoignit d’autres soldats du Christ.
C’est ainsi qu’à Philippes (Macédoine, auj. Filippoi, Grèce NE) lui furent associés Rufus et Zosimus, dont s.Polycarpe (v. 23 février) écrivit : Ils ont participé aux souffrances du Seigneur, ils n’ont pas estimé ce monde, mais lui ont préféré celui qui, pour eux et pour tous les hommes, mourut et ressuscita.
Il n’est donc pas dit que ces deux Martyrs étaient de Philippes à proprement parler.
A part cette anecdote, on ne sait rien d’eux.
Le Martyrologe Romain mentionne saints Rufus et Zosimus au 17 octobre.

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 22:57

Romulus de Gênes
5. siècle

Romulus serait né non loin de Gênes (Ligurie, Italie NW), dont il devint le quatrième évêque, vers la fin du quatrième siècle ou au début du cinquième.
On raconte de lui qu’il était animé d’une particulière bonté pour les hommes, spécialement pour apaiser les discordes.
Il se peut que Romulus, devant le danger des invasions lombardes, se réfugiât dans quelque grotte des alentours de Gênes, où il priait et faisait pénitence pour son troupeau menacé. Les gens venaient supplier Romulus de prier chaque fois qu’un danger se présentait : invasion, famine, épidémie…
La grotte où Romulus se retirait devint fameuse. Après sa mort, l’endroit prit le nom de Civitas Sancti Romuli, puis simplement San Romolo, en dialecte local San Rœmu, qui a donné l’actuel Sanremo.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Romulus de Gênes au 13 octobre.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 21:17

Reparata de Césarée
† 250

On croit savoir que cette Sainte subit le martyre à Césarée de Palestine (proche de l’act. Hadera, Haïfa, Israël), sous l’empereur Dèce.
Il n’existe aucun document à son sujet.
Le Martyrologe Romain mentionne sainte Reparata de Césarée au 8 octobre.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 18:56

Renatus de Sorrento
† 450

L’on dit que Renatus fut le premier évêque de Sorrento (Naples, Campanie, Italie SW). Il en fut peut-être le second. Certains aussi vont jusqu’à douter qu’il fût évêque.
S’il fut évêque, ce fut de 424 à 450, soit durant un quart de siècle.
Beaucoup plus tard, on l’assimila à un autre Renatus, d’Angers, dont l’histoire semble un peu rocambolesque. 
Ce Renatus serait né grâce aux prières de l’évêque d’Angers, s.Maurille (v. 13 septembre) ; Renatus tomba malade et mourut avant de recevoir le baptême. Maurille, se reprochant cette mort, chercha à disparaître et, durant la traversée de la Manche, jeta à l’eau les clefs du trésor de la cathédrale, jurant qu’il ne rentrerait que si Dieu lui faisait retrouver ces clefs. 
Bien des années plus tard, des pêcheurs prirent un gros poisson qui avait dans son ventre les fameuses clefs. Par un concours de circonstances vraiment incroyables, on retrouva Maurille en Grande-Bretagne et on lui montra les clefs. Il revint en triomphe à Angers. 
Là, il rappela à la vie le petit garçon, qu’il baptisa avec le nom de Renatus, re-né.
Ce Renatus aurait succédé à Maurille comme évêque d’Angers (mais la liste épiscopale de ce diocèse ne comporte pas ce nom).
Les Angevins, s’installant à Sorrento au treizième siècle, prétendirent que leur Renatus, devenu vieux, se retira en ermite en Campanie et, finalement, devint évêque de Sorrento. On le fêtait au 12 novembre, mais la fête a été supprimée.
De Renatus de Sorrento, on peut donc retenir seulement ce qui a été dit au début de cette notice.
Le Martyrologe Romain mentionne saint Renatus de Sorrento au 6 octobre.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 20:55

Rhipsimi et Gaiani d’Arménie
† 301

Il doit bien y avoir quelque chose d’authentique dans ce que raconte la «légende» de ces Saintes.
Rhipsimi (ou Ripsimis), avec sa nourrice Gaiani (ou Gaiana) se seraient enfuies de Rome, où l’empereur Dioclétien les convoitait, particulièrement Rhipsimi qui était d’une ravissante beauté. On pourrait supposer qu’elles habitaient déjà dans quelque province orientale. Le fait est qu’elles vinrent en Arménie, à Vagharchapat vraisemblablement.
Le roi arménien Tiridate IV, à son tour, se les fit amener et, s’étant fait éconduire par elles, les tortura : Rhipsimi eut la langue arrachée, l’estomac ouvert, les yeux crevés et fut exécutée. Gaiani subit un sort analogue.
Leurs corps furent ensuite mis en morceaux.
Cela se passa vers 301 à Etchmiadzin. 
On a associé à Rhipsimi et Gaiani des Compagnes, au nombre d’une trentaine. Elles sont les premières Martyres de l’Arménie.
Le Martyrologe Romain mentionne saintes Rhipsimi et Gaiani d’Arménie au 29 septembre.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens