Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 06:54

Romanus d’Auxerre

† 564

 

Romanus passe pour avoir été le seizième évêque d’Auxerre, à partir de 561.

D’anciennes traditions font durer cet épiscopat bien précisément trois ans et quatre jours, et le font terminer par le martyre, ce qui a été contesté.

Saint Romanus d’Auxerre est commémoré le 6 octobre dans le Martyrologe Romain, qui ne mentionne pas de martyre.

 

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 10:08

Romanos le Mélode

493-556

 

Romanos naquit vers 493 à Emèse (act. Homs, Syrie), dans une famille juive. 

Enfant, il fut baptisé, sans qu’on sache qui, de ses parents ou de ses proches, passa au christianisme.

On retrouve plus tard Romanos à Berytos (act. Beyrouth, Liban), où il reçut le diaconat dans l’église de la Résurrection.

Il alla ensuite à Constantinople : il habitait dans le monastère de Kyros, et exerçait les fonctions de sacristain à Sainte-Sophie.

D’après un récit ancien, Romanos n’avait pas une voix particulièrement faite pour le chant, et l’on ne pouvait s’empêcher de sourire lorsqu’il commençait une lecture. Mais lors de l’office solennel de Noël, vers 518, il fut pris de léthargie juste avant de proclamer le psaume ; pendant ce sommeil, il vit la Mère de Dieu qui lui tendait un rouleau et lui ordonnait de le manger (ce qui rappelle la vision d’Ezéchiel 3:1 ou de l’Apocalypse 10:9). Aussitôt éveillé, il entonna à l’ambon un hymne extraordinaire de poésie, de théologie, et  d’une mélodie extrêmement douce, ce qui étonna tous les assistants, du patriarche aux fidèles.

Ce nouveau genre qu’inaugurait Romanos sur l’inspiration de la Sainte Vierge, s’appelle kontakion, un mot qui désigne au sens propre le support sur lequel on enroulait le manuscrit. Romanos en aurait composé un millier, dont on a conservé quelques dizaines, apparemment authentiques. Ce sont de très longs poèmes sacrés, aux vers variés groupés en strophes. 

Romanos mourut un 1er octobre, vers 556.

Le genre du kontakion fut remplacé dès le 7e siècle par celui du kanon, plus simple, illustré par s.Andreas de Crète et s.Jean Damascène (v. 4 juillet et 4 décembre).

Saint Romanos le Mélode est commémoré le 1er octobre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 02:41

Richarde impératrice

840-900

 

Richarde naquit vers 840, fille du comte Erchanger de Souabe, comte palatin de Nordgau.

Vers 862, elle devint l’épouse de Charles le Gros, troisième fils de Louis le Germanique.

Très attachée à la foi romaine, Richarde s’empressa de soutenir divers monastères tant en Allemagne du Sud qu’en Suisse et jusqu’en Italie septentrionale.

Vers 880, elle fonda l’abbaye d’Andlau, qui est au Sud du Mont Sainte-Odile. Une pieuse légende raconte que l’emplacement de la construction fut signalé par une ourse qui, avec ses petits, gratta la terre à l’endroit idéal. C’est en souvenir de cela que l’abbaye élevait fidèlement un ours dans ses murs. Romaine dans l’âme, Richarde dédia son monastère aux saints apôtres Pierre et Paul.

En 881, les deux époux furent couronnés à Rome par le pape Jean VIII.

Faible, victime de crises de folie, Charles était incapable de gouverner sagement ; Richarde prit l’administration politique en main ; Charles alla jusqu’à humilier son épouse, l’accusa d’adultère avec son chancelier et la répudia, prétendant que leur mariage n’avait jamais été consommé. La réalité fut que Charles eut un fils naturel, Bernhard, que Richarde adopta avec plein d’amour et de douceur.

A cela s’ajoute que Richarde aurait subi l’épreuve du feu ou ordalie, sans aucune souffrance apparente. Elle fut réhabilitée. Après la mort de Charles (888) et de Bernhard, elle se retira à Andlau.

Richarde s’éteignit, croit-on, vers 900, un 18 septembre.

En 1049, le pape Léon IX (v. 19 avril) bénit l’église d’Andlau et canonisa Richarde.

Sainte Richarde impératrice est commémorée le 18 septembre dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 07:46

Rodingus de Beaulieu

† 680

 

Ce personnage, qu’on appelle Rouin en français, pouvait être d’originie irlandaise et même s’appeler Chrodingus.

Il aurait d’abord été moine dans l’abbaye de Tholey, dont l’abbé, Paul, appelé au siège épiscopal de Verdun (641), confia la direction à Rodingus.

Rodingus ensuite se serait retiré dans la forêt d’Argonne. Ici intervient une «légende», selon laquelle le seigneur de l’endroit fit fouetter notre Fondateur, qui décampa rapidement et partit en pèlerinage à Rome ; là, s.Pierre lui aurait demandé de retourner à Beaulieu ; arrivé sur place, il guérit le seigneur malade (tout le reste de la famille ayant péri de mort mystérieuse) ; ce dernier manifesta sa reconnaissance en aidant Rodingus à construire un monastère, qui devint l’abbaye de Beaulieu-en-Argonne.

Devenu presque centenaire, Rodingus se serait retiré dans le voisinage, à Bonneval, qui est maintenant connu comme ermitage Saint-Rouin. Il s’y trouverait une fontaine miraculeuse.

Rodingus serait mort en 680.

L’abbaye fut détruite en 1789, on devine pourquoi, et il n’en subsiste aujourd’hui que des pans de murs et, surtout, un pressoir du 13e siècle, classé Monument Historique : les moines pouvaient y presser quelque trois tonnes de raisin.

Saint Rodingus de Beaulieu est commémoré le 17 septembre dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 23:01

Rimagilus de Stavelot

600-669

 

Rimagilus, en français Remacle, était d’une famille d’Aquitaine, où il naquit vers 600.

Il entra au monastère de Luxeuil, où l’on observait la Règle de s.Colomban (v. 23 novembre).

En 632, il reçut de s.Eloi (v. 1er décembre) la mission de fonder une abbaye à Solignac, où l’on vivrait sous les deux Règles de s.Colomban et s. Benoît. Remacle y fut abbé pendant plus de dix ans.

En 645, il fondait encore à Cugnon, dans la forêt d’Ardenne.

Après 650, Remacle fut autorisé à fonder un double monastère à Stavelot-Malmédy. Cette fondation aurait joui d’une totale immunité. L’immense terrain concédé représentait un cercle de trente kilomètres de diamètre, avec d’autres possessions en basse Loire, des moulins, etc. 

De 652 à 662, on confia aussi à l’Abbé l’administration du diocèse de Tongres, sur le territoire duquel se trouvaient Stavelot et Malmédy. Remacle fut donc le vingt-sixième évêque de Tongres.

Remacle mourut le 3 septembre, vers 669.

Stavelot dépendit plus tard de Liège, Malmedy de Cologne.

Saint Rimagilus de Stavelot est commémoré le 3 septembre dans le Martyrologe Romain.

Les deux abbayes de Stavelot-Malmedy furent pillées et supprimées en 1796. On en visite actuellement les ruines et quelques bâtiments.

Partager cet article
Repost0
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 23:00

Radegonde de Poitiers

520-587

 

Poitiers fut le témoin de la fondation de Radegonde après les vicissitudes de sa jeunesse. Elle naquit vers 520, croit-on, à Erfurt (Thuringe, Germanie), fille du roi Berthaire qui eut aussi des fils.

Berthaire et son frère Baderic furent assassinés par leur autre frère Hermanfred, qui se fit aider pour ces crimes par les rois francs, fils de Clovis et ste Clotilde (v. 3 juin), Thierry et Clotaire. Radegonde et un de ses frères furent «enlevés». Elle avait trois ans. Mais Thierry et Clotaire se retournèrent ensuite contre la Thuringe et l’envahirent (531).

Clotaire s’éprit violemment de la jeune Radegonde ; il la fit «élever» dans sa villa d’Athies ; la culture de Radegonde semble avoir connu les auteurs latins et grecs.

En 536, Clotaire devenu veuf voulut épouser sa jeune «prisonnière», qui chercha alors à s’échapper et fut rattrappée à Péronne. En 539, un somptueux mariage fut célébré à Soissons, dont on pourrait légitimement douter de la validité, au regard des vrais sentiments de Radegonde. Après cette cérémonie, Clotaire fit don à Radegonde de cette villa d’Athies. Elle y fondera bientôt un hôpital.

Radegonde n’était pas faite pour la vie conjugale ; elle se retirait pour prier, s’absentait pour fuir la mondanité. Le roi maugréait : C’est une nonne que j’ai épousée là !

En 555, la Thuringe s’étant soulevée, Clotaire fit exécuter en représailles le frère de Radegonde, qui se trouvait à la cour. Désormais, Radegonde ne désirait que fuir ce roi meurtrier et ne cherchait plus qu’à se consacrer totalement à Dieu.

C’est le très âgé s.Médard (v. 8 juin) qui lui remit le voile des «vierges», même si l’on doute que Clotaire eût respecté la virginité de son épouse. 

Radegonde ira s’établir d’abord à Saix, où elle s’adonna au soin des lépreux. Pour échapper ensuite à Clotaire qui cherchait à la retrouver, elle se réfugia à Poitiers, près du tombeau de s.Hilaire (v. 13 janvier). Elle établit là un grand monastère dédié à Notre-Dame, où elle fut suivie de nombreuses jeunes filles (552).

Clotaire ne s’avouait toujours pas vaincu, mais il reçut une sévère admonestation de s.Germain de Paris (v. 28 mai), qui le menaça d’excommunication, et mourra en 562.

Au monastère de Notre-Dame, Radegonde se mêlera aux autres Religieuses avec une humilité vraiment royale, balayant, nettoyant les ordures, obéissant comme une petite fille. Une sainte amitié la liera au poète Venance Fortunat (v. 14 décembre).

En 569, elle obtint de Constantinople d’insignes reliques de la Sainte-Croix, qui furent solennellement apportées à Poitiers ; ce fut l’occasion, pour Venance Fortunat, de composer les hymnes Vexilla Regis et Pange, lingua, gloriosi.

Radegonde alla trouver à Arles s.Césaire (v. 27 août), pour en étudier la Règle, qu’elle fit adopter à Poitiers. Le monastère, qui prit le nom de Sainte-Croix, abritera bientôt deux cents moniales.

Quand cette royale Fondatrice mourut, en 587, toutes les moniales la pleurèrent.

Sainte Radegonde est commémorée le 13 août dans le Martyrologe Romain.

En France une vingtaine de localités, et plus encore de sanctuaires, portent le nom de Sainte Radegonde.

Partager cet article
Repost0
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 23:00

Rusticula d’Arles

555-632

 

Rusticula s’appelait aussi Marcia et naquit vers 555 à Vaison (Provence), de famille noble ; le jour-même de sa naissance fut marqué par la mort de son papa, bientôt suivi par le frère aîné de la petite fille. Clementia, la maman, bien éprouvée, éleva toute seule sa petite Rusticula.

Quand celle-ci eut cinq ans, un certain Cheraonius n’eut aucun scrupule à l’enlever, espérant l’élever et l’épouser plus tard.

Là-dessus, l’abbesse de Saint-Césaire d’Arles, Liliola, intervint auprès de l’évêque Syagrius d’Autun (v. 2 septembre), qui intercéda directement auprès du roi Gontran : ce dernier obligea Cheraonius à se séparer de Rusticula, qui fut conduite au monastère d’Arles et confiée aux bons soins de Liliola.

Lors de ces déplacements, Rusticula eut l’occasion de nourrir toute l’escorte, par une pêche miraculeuse dans le Rhône.

Tout cela était bien merveilleux, mais que devenait maman Clementia pendant ce temps ? Elle aurait bien voulu revoir sa fille ! Elle supplia l’évêque Sapaudus d’Arles, lequel se trouva au grand regret de ne pouvoir contrarier la vocation de Rusticula : celle-ci était dorénavant dans le monastère Saint-Césaire, elle avait quitté le monde et n’y reviendrait pas.

La Vie de Rusticula comporte peut-être des détails qui sortent de la stricte historicité du personnage : on pourrait en effet se demander quel âge avait Rusticula et si elle avait librement choisi sa «vocation». Mais à partir de ce moment, Clementia disparaît totalement du récit : elle n’avait guère vécu avec sa fille…

Rusticula édifia l’abbessse et les moniales. Elle apprit le psautier et, ajoute-t-on, l’Ecriture entière : sans doute les évangiles et les Actes des Apôtres. 

Quand Liliola mourut, en 574, c’est Rusticula qu’on appela unanimement à lui succéder ; elle n’avait que dix-huit ans, et se voyait à la tête de quelque trois cents moniales !

Elle sut montrer l’exemple et se mortifier durement, prenant par exemple un repas en trois jours.

Son abbatiat n’allait pas être de toute tranquillité. Le pouvoir politique l’accusa de favoriser l’accession au trône d’un prétendant à la place de Clotaire II ; on voulut assassiner Rusticula, qui fut miraculeusement protégée ; on l’enleva, mais le fils du même Clotaire mourut, comme l’en avait menacé l’évêque de Vienne. Les miracles de Rusticula convainquirent Clotaire de la laisser revenir au monastère. 

Rusticula gouverna encore son monastère pendant quatorze ans, et mourut le 11 août 632.

Sainte Rusticula d’Arles est commémorée le 11 août dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2016 5 15 /07 /juillet /2016 23:00

Reinelde de Saintes (Belgique)

† 680

 

Reinelde (Reynelde, Renelde, Reine, Renelle, Ernelle, latin Reinildis) nous est présentée comme la fille de s.Witger et Amalberge de Maubeuge, et sœur de sainte Gudule (v. 8 janvier) et de s.Emebert (v. 15 janvier).

Elle aurait donné à l’abbaye de Lobbes son domaine familial. Un événement étonnant se vérifia, alors que les moines expliquèrent à Reinelde qu’il n’était pas permis à une femme d’entrer dans leur église ; Reinelde se mit en prière devant l’abbaye pendant trois jours et trois nuits ; la troisième nuit, la cloche réveilla tout le monastère et l’on trouva Reinelde en prière, les bras en croix, devant l’image du Sauveur. Elle expliqua que Dieu, dans sa miséricorde infinie, lui avait accordé ce que les moines lui avaient refusé. 

Ayant pris le voile des vierges, elle fit un pèlerinage en Terre sainte et vint s’installer à Saintes (Hal, Brabant wallon) avec ses deux serviteurs, le clerc Grimoald et Gondulphe.

Toute sa vie, elle fut l’amie, la sœur, la servante des malheureux.

Vers 680, une horde de barbares venant de la Frise s’abattit sur la région. Reinelde fut saisie, traînée par les cheveux puis décapitée, ainsi que Grimoald ; Gondulphe eut la tête transpercée de gros clous.

De nombreux miracles se produisirent sur son tombeau.

On invoque Reinelde pour les maux qui ne guérissent pas : fièvres, apoplexie, paralysie, maladies des yeux, chute des cheveux (!), ulcères, scrofules, eczéma. Il y a à Condé-sur-Escaut un puits de Reinelde, dont l’eau est dite miraculeuse.

Sainte Reinelde est commémorée le 16 juillet dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 23:00

Raymond Gayrard

1050-1118

 

Cette notice ne concerne pas Raimundo Guillermo de Barbastro (v. 21 juin), qui vivait au même moment que celui-ci.

Raymond vit le jour à Toulouse vers 1050.

Ses parents le mirent au service de l’église Saint-Sernin, où il devint chantre.

Il ne se sentait pas appelé à la cléricature. Quand il eut l’âge, il se maria.

Cette épouse fut bientôt ravie par Dieu et Raymond s’engagea à ne pas se remarier ; il voulait occuper ses ressources à faire du bien.

Discrètement, il aidait à droite et à gauche, distribuant des aumônes, des vêtements, allant trouver les plus pauvres qui avaient honte de leur pauvreté. Sa charité s’étendit spontanément aux Juifs, ce qui était très courageux à cette époque.

Finalement, il construisit un hospice pour y héberger treize pauvres, en l’honneur du Christ et de ses douze apôtres.

Il s’employa à construire deux ponts sur l’Hers, pour faciliter le franchissement de cette rivière souvent en crue.

On a dit plus haut qu’il fut au service de l’église Saint-Sernin. Or on envisagea l’érection d’une église plus grande, dont le chœur fut consacré dès 1096, mais dont l’achèvement tardait. Raymond prit les choses en main, conduisit les travaux, encouragea les ouvriers, résolvant les difficultés quotidiennes. On peut dire que le gros œuvre de cette église est le résultat de son travail.

Il demanda à être admis parmi les chanoines, qui en firent leur doyen, même s’il n’était pas prêtre. Il priait et chantait avec eux.

Quand il mourut, le 3 juillet 1118, l’église n’était pas totalement achevée ; les travaux avancèrent plus lentement et sans ce souci de la finition qu’avait montré Raymond. C’est ce qu’on peut remarquer en visitant la cathédrale Saint-Sernin de Toulouse.

On l’enterra, comme il le désirait, dans son hospice.

Beaucoup de miracles eurent lieu à son tombeau et le pape, en approuvant son culte (vers 1650), recommanda de l’invoquer contre les maladies.

Saint Raymond Gayrard est commémoré le 3 juillet dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 23:00

Rodolfo de Gubbio

1034-1064

 

Rodolfo était né en 1034 à Gubbio (Ombrie, Italie), cette ville où s.Francesco d’Assise avait «dompté» le célèbre loup.

Ils étaient trois frères : Pietro, Giovanni et Rodolfo, fils d’une certaine Ratia. 

Vers 1054, tous quatre rendirent leur liberté aux domestiques et vendirent leur château familial de Camporeggio. Pietro et Rodolfo entrèrent au monastère camaldule de Fonte Avellana ; Giovanni et la maman embrassèrent à leur tour la vie religieuse.

Le maître de Pietro et Rodolfo fut l’illustre s.Pier Damiani (v. 22 février), qui laissa un témoignage admiratif de ses deux disciples. Pietro fut autrefois mentionné au Martyrologe avec son frère.

Dans une lettre au pape, Pier Damiani parlera du grand esprit de prière et de pénitence de Rodolfo, ainsi que de sa culture théologique et biblique, au point que lui-même, Pier Damiani, lui avait confié la relecture de ses documents, lui demandant d’en corriger toute expression qui ne serait pas strictement dans la doctrine catholique.

Rodolfo s’imposa un style de vie particulièrement mortifié. Il portait cilice, ne mangeait ni graisse, ni œufs, ni fromage, dormait sur une planche sans couverture, et se soumettait à de longues séances de flagellation.

En 1059, à vingt-cinq ans, il fut élu évêque de Gubbio. Il ne modifia rien à ce régime sévère.

Rodolfo déclara littéralement la guerre à la simonie dans son clergé. En même temps, il retrancha du budget épiscopal tout ce qui concernait sa propre personne pour le distribuer aux pauvres.

On aurait pu espérer beaucoup de Rodolfo, mais il mourut prématurément à trente ans, le 26 juin 1064, sans doute des suites de ses austérités un peu excessives qu’aujourd’hui on lui déconseillerait.

Fort heureusement, ses deux successeurs poursuivirent son œuvre réformatrice.

Rodolfo fut inhumé dans la cathédrale de Gubbio, mais depuis les travaux exécutés au 17e siècle, on ne sait où est passé le corps du saint évêque.

Saint Rodolfo de Gubbio est commémoré le 26 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens