Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2021 5 19 /02 /février /2021 08:05

Stanisława Rodzińska
1899-1945

Deuxième des cinq enfants de Michał Rodziński, Stanisława naquit le 16 mars 1899 à Nawojowa (Małopolskie, Pologne).
Le papa, qui était aussi organiste à la paroisse, était très proche des religieuses du Tiers-Ordre dominicain de Wielowski, dont la mère Stanisława Leniart avait fondé le couvent du village ; et c’est d’elle qu’il donna son nom à sa fille.
Ces religieuses faisaient l’école aux enfants du secteur, y ajoutant une formation musicale de qualité.
A six ans, Stanisława devint orpheline de sa mère, et à dix ans, de son père ; elle fut recueillie avec sa petite sœur Janine dans le couvent. A dix-sept ans, Stanisława demanda à être postulante, prit le nom de Maria Julia, puis continua des études pédagogiques à Poznan.
Après la réunification de la Pologne, il y eut un conflit avec les Soviétiques et les Lituaniens, et les Sœurs fondèrent des orphelinats à Wilno et à Rava Ruska (Lviv). Stanisława-Julia enseigna à Wilno.
En 1924 Stanisława prononça ses vœux définitifs et fut nommée dans différentes écoles de la Congrégation. C’était la mère des orphelins. Armée de son chapelet, qu’elle avait en grand honneur, elle se dépensait sans mesure auprès des orphelins, des pauvres, mettant à profit ses excellentes qualités d’administratrice.
En 1927, son expérience la fit désigner comme déléguée au chapitre capitulaire général. En 1934, elle fut supérieure à Wilno.
La ville (désormais Vilnius) fut occupée par les Soviétiques en 1939, puis devint lituanienne, repassa à l’Union soviétique en 1940, fut occupée par les Allemands en 1941. Les Sœurs furent dépossédées et dispersées, mais continuèrent leurs activités dans la clandestinité, portant de la nourriture aux prêtres emprisonnés, probablement aussi aux Juifs persécutés.
Mais Maria Julia fut arrêtée en août 1943 pour activités nationalistes. Elle fut torturée et emprisonnée à Lukiszki, de sinistre mémoire, et soumise pendant une année au strict régime d’isolement : dans son petit bloc, elle ne pouvait pas bouger.
Quand le front biélorusse se rapprocha de Vilnius (1944), elle fut déportée avec d’autres Sœurs en wagon à bestiaux à Stutthof (Dantzig, actuelle Gdansk), où elles furent violées. Stanisława-Julia fut placée dans le secteur juif avec le numéro 40992. Elle organisa la prière dans le baraquement.
Chaque jour, les femmes les plus fragiles étaient sélectionnées pour mourir gazées. Au milieu d’une atmosphère emplie de terreur, de faim, de torture, de labeur, de sadisme, Stanisława-Julia sut montrer son courage, son espérance et sa générosité. Elle partageait le peu qu’elle avait ; on lui demandait d’arbitrer les petits conflits entre prisonnières.
Une survivante témoigna : Elle était noble, désireuse d’aider, bonne. Dans le camp, où toute pitié était totalement oubliée, elle servait avec miséricorde.
Autre témoignage : le mari d’une prisonnière, présent lui aussi dans une autre section du camp, voulait se suicider. Stanisława-Julia lui fit passer plusieurs lettres pour lui redonner espoir : il survécut au camp et à la guerre.
A l’automne 1944, se propagea une épidémie de typhus. Elle demanda à être placée avec les personnes contaminées. Elle réussit à tirer d’un amas de corps destinés à la crémation une femme encore en vie, qui survécut et put rendre témoignage. Elle contracta la maladie. En hiver, les nazis évacuèrent le camp, y abandonnant les mourants, dont six-mille neuf-cent vingt-deux femmes agonisantes.
Stanisława fit alors le sacrifice de sa vie, et mourut le 20 février 1945, peu de semaines avant la fin de la guerre.
Elle a été béatifiée en 1999 parmi cent-huit Martyrs polonais, qui sont localement fêtés ensemble le 12 juin.

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2021 7 31 /01 /janvier /2021 13:42

Son So-Byŏk Magdalena
(Son So-byeok Magdallena)
1802-1840

Magdalena était née en 1802 à Seoul (Corée S), dans un foyer déjà chrétien.
Son père fut exilé pour sa foi, et sa mère mourut trop vite, de sorte que la petite fille vécut chez sa grand-mère. Cette situation la rendit un peu farouche, et elle ne fréquenta pas beaucoup les autres Chrétiens.
Plus tard, elle apprit cependant les éléments de la religion et épousa à dix-sept ans Ch’oe Ch’ang-hŭb Petrus, futur martyr (v. 29 décembre).
Ils eurent onze enfants, dont neuf moururent en bas-âge.
C’était une femme douce, et une excellente artiste en matière de couture et de broderie.
Lors de la persécution, elle se cacha avec des parents. Son mari fut martyrisé le 29 décembre 1839, et elle fut arrêtée à son tour.
On lui intima l’ordre d’indiquer où étaient les autres Catholiques, et de renier Dieu. Réponse :
Je ne peux pas faire le moindre mal contre mes Compagnons catholiques en révélant où ils sont. Je ne pourrai jamais renier mon Dieu.
On lui promettait, sur un seul mot, de la laisser en liberté, avec son mari et ses enfants. Réponse :
Ma vie ne m’appartient pas. Je ne puis renier mon Dieu pour sauver ma vie.
Magdalena subit sept interrogatoires ; son corps fut trois fois soumis à des torsions ; elle reçut deux-cent soixante coups de «club». Sa chair partait en lambeaux, son sang coulait de toutes parts, tandis qu’elle remerciait Dieu de lui donner la force de supporter ces souffrances.
Elle prit avec elle sa petite fille de deux ans, mais la prison était sombre, malsaine, on mangeait mal, aussi la remit-elle à des parents, non seulement pour sauver l’enfant, mais aussi pour éviter de faiblir devant le martyre.
Condamnée à mort, Magdalena fut finalement conduite à Tangkogae (Seoul), et décapitée, le 31 janvier 1840. Ce même jour, il y eut six (ou même sept) martyrs.
Ces martyrs ont été béatifiés en 1925 et canonisés en 1984.
Leur fête liturgique commune est au 20 septembre.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 22:43

Saturnino Feliciano Cabrera Calero

1893-1936

 

Saturnino Feliciano Cabrera Calero naquit le 11 février 1893 à Pozoblanco (Cordoue, Espagne S).

Ce laïc marié sut montrer sa foi jusqu’à l’effusion de son sang.

Son martyre eut lieu le 20 septembre 1936 à Pozoblanco.

Saturnino Feliciano Cabrera Calero sera béatifié en 2021, et inscrit au Martyrologe le 20 septembre.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 15:12

Santiago Calero Redondo

1869-1936

 

Santiago Calero Redondo naquit le 27 juillet 1869 à Pedroche (Cordoue, Espagne S).

Il fut ordonné prêtre.

Son martyre eut lieu le 19 août 1936.

Santiago Calero Redondo sera béatifié en 2021, et inscrit au Martyrologe le 19 août.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 09:12

Santiago Aparicio López

1913-1936

 

Santiago Aparicio López naquit le 24 septembre 1913 à Revilla de Collazos (Palencia, Espagne).

Au couvent dominicain d’Almagro, il avait fait la profession et se préparait au sacerdoce.

Voir la notice Dominicains martyrs à Almagro 1936.

Il eut la grâce du martyre à Manzanares (Ciudad Real), le 8 août 1936.

Santiago Aparicio López devrait être béatifié en 2021, et inscrit au Martyrologe le 8 août.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 18:50

Sante Spessotto

1923-1980

 

Sante Spessotto naquit le 28 janvier 1923 à Mansué (Vénétie, Italie NE), dans une famille d’agriculteurs.

Dès 1935, il entra dans l’ambiance franciscaine, au collège puis au noviciat des Frères Mineurs Conventuels.

Lors de sa profession religieuse, il prit le nom de Cosma.

En 1948, il reçut l’ordination sacerdotale.

Son grand désir d’aller en Chine ne pouvant être entendu, à cause de l’éclatement de la guerre civile, il fut envoyé au Salvador.

A San Juan Nonualco, il construisit littéralement une paroisse nouvelle : l’église, la catéchèse, l’école, un centre professionnel. Toute la population s’attachait à lui.

En 1970, éclata cette horrible guerre civile qui décima le pays. Cosma prêchait la paix, dénonçait la haine. Un à un, il enterra ceux de ses paroissiens qui furent victimes ; lui-même se savait menacé.

Il rencontra les chefs des guerilleros, il chercha à les gagner à la justice, il leur dit : Tuez-moi, mais ne profanez pas la maison de Dieu. Si vous voulez entrer dans l’église, vous devrez passer sur mon cadavre. Peu de jours avant sa mort, il écrivit : Le martyre est un don de Dieu, une grâce. Je suis prêt.

Cette grâce arriva le 14 juin 1980. Ce jour-là on fêtait le Cœur Immaculé de Marie : Cosma était recueilli en prière avant de célébrer la Sainte Messe ; un autre prêtre se trouvait à proximité ; un groupe de guerilleros fit irruption et abattit Cosma, qui murmura alors : Je leur pardonne.

Sante-Cosma Spessotto sera béatifié en 2021, et inscrit au Martyrologe le 14 juin.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 07:48

Secundo Alonso González

1888-1936

 

Secundo Alonso González naquit le 13 mai 1888 à Cabo (Asturies, Espagne NW), cinquième des six enfants de Manuel Alonso et Isabel González, d’humbles paysans.

Trois de ces six enfants furent Religieux, dont deux prêtres dominicains en Indochine.

Le 21 octobre 1911, Secundo épousa María Lobo Alonso, qui mit au monde douze enfants, dont cinq moururent en bas âge, et deux devinrent prêtres.

Secundo dut aller travailler aux mines, pour nourrir tant de bouches, et complétait encore son petit salaire par des travaux de menuiserie.

En 1926, sa brave épouse mourut en couches (ainsi que la petite fille) et il se remaria avec María Suárez González.

Profondément croyant et engagé, il se trouva à la tête de l’Association Eucharistique nocturne, de la confraternité du Rosaire, du syndicat des mineurs chrétiens.

Quand éclata la guerre civile de juillet 1936, il refusa de se cacher, n’ayant rien à se reprocher. Mais c’était un «gros poisson» pour les anarchistes, qui l’arrêtèrent et le soumirent à de pénibles interrogatoires. Secundo ne répondit pas, mais subit les coups et les insultes.

Enfermé dans la salle de garde de l’Adoration nocturne, il y retrouva d’autres membres de l’association. Il les exhorta à prier le chapelet. Il fut encore maltraité et torturé.

A la fin de juillet, on les libéra tous, provisoirement, avec obligation de se présenter régulièrement. Le 11 août, on arrêta de nouveau Secundo, qui fut conduit en prison ; les moqueries, les insultes reprirent, mais lui priait encore plus intensément.

Le 20 octobre, lui et un autre collègue furent conduits à l’intérieur de l’église paroissiale, où on les obligea à creuser leur propre tombe. Survint également leur curé, don Genaro, qui allait partager leur sort.

Le 21 octobre, les deux ouvriers furent égorgés et décapités, et jetés dans ces fosses, ainsi que leur curé, qui reçut un coup de pistolet à la tempe.

Ce jour-là, Secundo «fêtait» les vingt-cinq années de son premier mariage.

Secundo Alonso González fut béatifié en 2016, et inscrit au Martyrologe le 21 octobre.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 15:22

Santiago Aparicio

1913-1936

 

Santiago Aparicio naquit le 24 septembre 1913 à Revilla de Collazos (Palencia, Espagne).

Au couvent dominicain d’Almagro, il avait fait la profession et se préparait au sacerdoce.

Voir la notice Dominicains martyrs à Almagro 1936.

Il eut la grâce du martyre à Manzanares (Ciudad Real), le 8 août 1936.

Santiago Aparicio devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 8 août.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 15:14

Sebastián Sáinz López

1915-1936

 

Sebastián Sáinz López naquit le 18 janvier 1915 à Villasuso (Santander, Espagne).

Au couvent dominicain d’Almagro, il avait fait la profession et se préparait au sacerdoce.

Voir la notice Dominicains martyrs à Almagro 1936.

Il reçut la grâce du martyre à El Picado (Almagro, Ciudad Real), le 14 août 1936.

Sebastián Sáinz López devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 14 août.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 14:37

Santiago Aparicio

1913-1936

 

Santiago Aparicio naquit le 24 septembre 1913 à Revilla de Collazos (Palencia, Espagne).

Au couvent dominicain d’Almagro, il avait fait la profession et se préparait au sacerdoce.

Voir la notice Dominicains martyrs à Almagro 1936.

Il eut la grâce du martyre à Manzanares (Ciudad Real), le 8 août 1936.

Santiago Aparicio devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 8 août.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens